Alexandre Astier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Astier.
 Ne doit pas être confondu avec Alexandre Astier (historien).
Alexandre Astier
Description de cette image, également commentée ci-après

Alexandre Astier en 2012 à Japan Expo.

Naissance (42 ans)
Lyon (Rhône, France)
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Réalisateur, scénariste, monteur, compositeur, humoriste et comédien
Films notables David et Madame Hansen
Astérix : Le Domaine des dieux
Séries notables Kaamelott

Alexandre Astier, né le à Lyon, est un acteur, compositeur, réalisateur, monteur, scénariste, humoriste, musicien, vulgarisateur et écrivain français.

Il est notamment connu comme le créateur et interprète principal (dans le rôle du roi Arthur) de la série télévisée Kaamelott.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Lionnel Astier (Léodagan dans Kaamelott) et de Joëlle Sevilla (Séli dans Kaamelott). Il est le demi-frère de Simon Astier (Yvain dans Kaamelott), dont la mère est Josée Drevon (Ygerne dans Kaamelott). Tous sont comédiens.

Alexandre Astier suit des études de musique au conservatoire et à l’American School of Modern Music de Paris promotion 1989[1], tout en faisant du théâtre en tant qu’auteur et acteur.

Quatre de ses cinq enfants ont participé à l’aventure Kaamelott : Ariane Astier est Mehben et Jeanne Astier est Mehgan, elles sont les filles de Karadoc et Mevanwi (Pupi, Les Exilés). Son fils Neil apparaît également en tant qu’Arthur enfant dans le Livre V et dans la scène finale du livre VI. Ethan Astier incarne son rêve de descendance dans le Livre V. Le , il annonce la naissance de son fils James. En outre, sa femme, Anne-Gaëlle Daval, est la chef costumière de Dies iræ et Kaamelott. Elle joue également le rôle d’une fée (La dame du Feu) lors de l’épisode 2 du Livre VI[réf. nécessaire].

Carrière[modifier | modifier le code]

Les débuts au théâtre[modifier | modifier le code]

Alexandre Astier s’est fait remarquer au début de sa carrière par le public lyonnais grâce à la pièce Le Jour du froment. Il a également joué dans la pièce Nous crions grâce, écrite par Jacques Chambon (à qui il a confié le rôle de Merlin l’Enchanteur dans Kaamelott) et mise en scène par Thierry Chantrel.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

En 2001, il est co-scénariste, acteur, et compositeur des musiques des courts-métrages Soyons sport et Un soupçon fondé sur quelque chose de gras. En 2002, il réalise Dies iræ, un court-métrage de 14 minutes à l’origine de la série Kaamelott et pour lequel il remporte le Prix du public 2003 du festival Off-Courts.

En 2006, il a tourné au cinéma dans Comme t'y es belle !, en 2007, il a joué dans Astérix et Obélix aux Jeux Olympiques, ainsi que dans Home Sweet Home en 2008.

Début 2009, il joue le rôle du père de Lola (Christa Theret) dans la comédie LOL.

En septembre 2009, alors qu’il venait de terminer l’écriture du scénario d’un film qu’il devait réaliser, M. Karlsson, Alain Delon, qui devait avoir le premier rôle, abandonna le projet à deux semaines du début du tournage. Delon aurait demandé à Astier de renoncer soit à la mise en scène, soit à l’interprétation, ce que le Lyonnais aurait refusé. Ce dernier l’a finalement adapté en David et Madame Hansen, avec Isabelle Adjani en premier rôle. Le film sort alors avec deux ans de retard le .

En 2011, il joue dans Les Aventures de Philibert, capitaine puceau.

En 2013, il apparaît dans Pop Redemption de Martin Le Gall, un film dont il est co-scénariste.

En 2014, il est scénariste et coréalisateur du long-métrage d’animation, Astérix : Le Domaine des dieux réalisé en 3D[2].

Kaamelott, la consécration[modifier | modifier le code]

Kaamelott 2007

Alexandre Astier est devenu célèbre en étant à la fois auteur, réalisateur et acteur de la série télévisée Kaamelott, une série décalée sur les mythiques chevaliers de la Table ronde. Cette série de format court puis classique (trois minutes trente par épisode — sept minutes à partir de 2007 — jusqu’à des épisodes au format américain, 42 minutes, pour le Livre VI), a remplacé Caméra Café à partir du mois de janvier 2005 sur la chaîne de télévision française M6. Il y fait jouer des membres de sa famille, tels que son père Lionnel Astier, son demi-frère Simon Astier, sa mère Joëlle Sevilla et sa belle-mère Josée Drevon mais également des comédiens de la scène lyonnaise avec qui il a déjà travaillé ou qu’il a pu suivre en représentation.

Il met de plus à contribution sa formation de musicien en étant aussi le compositeur des musiques de Kaamelott.

À partir de 2006, il écrit le scénario de la série de bande dessinée Kaamelott, dérivée de la série télévisée.

La sixième et dernière saison télévisée de Kaamelott est diffusée à la rentrée 2009 sur M6. Alexandre Astier a organisé l’événement « La nuit de Kaamelott » au Grand Rex à Paris avec 2 séances de 2 700 personnes dans le cadre de Paris fait sa comédie 2009. Lors de la séance du matin, il a dévoilé les six premiers épisodes (sur les neuf que comptent le Livre VI) et le soir, les fans ont de plus pu découvrir le septième.

En juin 2010, Alexandre Astier révèle dans l’émission J’irai loler sur vos tombes son projet d’écrire un ou plusieurs romans graphiques qui serviront de transition entre la série télévisée et la future trilogie de films. Ce projet a pour nom Kaamelott Résistance. Ces livres auraient pour sujet le règne de Lancelot sur le royaume de Logres, et plus précisément la manière dont les personnages connus de Kaamelott seront pourchassés, et comment la résistance prendra forme.

Alexandre Astier prévoit ensuite de prolonger la série en une trilogie cinématographique. D’après lui, le premier de ces films ne devait sûrement pas voir le jour avant 2014[3] ; le premier film de cette trilogie devrait avoir pour principal thème le retour du roi Arthur sur le trône de Bretagne à la suite de la perte du pouvoir de Lancelot sur le royaume de Logres[réf. nécessaire].

En octobre 2010, Alexandre Astier confie, lors d'une interview pour NoWatch.net[2], que le projet Kaamelott Résistance prendrait, a priori, la forme d’un livre numérique et d’un roman classique.

Le 4 juin 2013, Alexandre Astier publie une lettre expliquant la raison du retard de la trilogie Kaamelott. Cette lettre indique qu'un différend juridique avec CALT, la société de production de Kaamelott, empêche toute suite.

La suite[modifier | modifier le code]

Alexandre Astier lors d'une représentation de L'Exoconférence.

En février 2012, Alexandre Astier a officialisé une suite qui devrait sortir en trois volets au cinéma[4]. Dans l'intervalle, il écrit un spectacle humoristique, Que ma joie demeure !, où il interprète seul sur scène Jean-Sébastien Bach et explore l'œuvre du compositeur, spectacle pour lequel l'Académie française lui décerne le Prix du Jeune Théâtre[5].

En octobre 2012, il parraine à Lyon une classe magistrale d'écriture d'un de ses mentors, le scénariste américain Christopher Vogler. Avant de se lancer dans l’écriture de Kaamelott, il avait lui-même suivi en 2003 à Londres la précédente classe de maître de Christopher Vogler, dont les méthodes avaient alors « bouleversé sa vie »[6],[7],[8],[9].

En octobre 2012, il signe la préface[10] de la 44e édition du célèbre guide lyonnais Le Petit Paumé dans lequel il déclare son amour et son attachement à la ville de Lyon en commençant notamment sa préface par la réplique : « J’aime pas la bouffe lyonnaise ».

En avril 2014, il annonce un second spectacle humoristique sur un sujet scientifique qui le passionne depuis l'enfance, L'Exoconférence, avec une tournée dans toute la France[11]. Ce spectacle humoristique créé sur des bases scientifiques est reconnu et récompensé par les astrophysiciens le 16 juin 2016[12]. L'astéroïde 236984 découvert le 4 août 2008 a été dénommé Astier en son honneur, en raison de ses actions de vulgarisation[13].

En novembre 2015, le différend juridique avec CALT prend fin et il récupère les droits, annonçant dans la foulée que le projet de la trilogie cinématographique est relancé. Le tournage du premier film est prévu pour milieu d'année 2016.

Le 3 juin 2016, le site AlloCiné annonce que le tournage pourrait commencer début janvier 2017[14]. Ce qu'Alexandre Astier confirmera dans L'Émission d'Antoine en septembre 2016.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Compositeur[modifier | modifier le code]

  • 2003-2009 : Kaamelott- de lui-même
  • 2012 : David et Madame Hansen- bande originale, de lui même
  • 2012 : Comptines et Poésines des saisons

Doublage[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.asmm.fr/Fr/Anciens_Eleves/anciens_eleves_2.html
  2. a et b NoWatch.net : Alexandre Astier : interview royale (mais sans Ségolène).
  3. John Plissken, « Alexandre Astier : « Je suis toujours attaché à mon enfance » », sur DailyMars,‎ (consulté le 3 janvier 2013) : « Le calendrier du film dépendra peut-être de celui de la série. Quoi qu’il arrive, dans l’idéal, j’aimerais commencer le tournage du premier film en 2014. ».
  4. « Kaamelott : Alexandre Astier annonce qu’il démarre l’écriture du film »,‎ .
  5. « Alexandre Astier reçoit le prix du Jeune Théâtre de l’Académie Française ».
  6. « Alexandre Astier, parrain de la Masterclass du scénariste de Fight Club »,‎ .
  7. « Le scénariste Christopher Vogler à Lyon pour une masterclass »,‎ .
  8. « Astier invite une pointure »,‎ .
  9. « L'écriture de scénarios expliquée aux professionnels »,‎ .
  10. « Préface d’Alexandre Astier dans la 44e édition du Petit Paumé ».
  11. « L'Exoconférence, l'astrophysique version Alexandre Astier », sur videos.lexpress.fr (consulté le 3 juin 2016) : « Dans son spectacle L'Exoconférence qu'il joue dans toute la France, Alexandre Astier se met dans la peau d'un astrophysicien un peu décalé et tente de régler la question de la vie extraterrestre, un sujet qui le passionne depuis son enfance. »
  12. « Alexandre Astier récompensé par les astrophysiciens », sur www.leprogres.fr (consulté le 17 juin 2016) : « Récompense insolite pour celui qui s’est fait connaître comme réalisateur de la série Kaamelott, où il joue aussi le roi Artur. Alexandre Astier a aussi rencontré le succès avec son Exoconférence. Pour ce spectacle, il a reçu, ce jeudi soir, le prix Astronomie et société des mains d’Hervé Wozniak, président de la Société française d’astronomie et d’astrophysique (SFA). »
  13. [1]
  14. http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18653297.html
  15. a et b Palmarès, site officiel du Festival..
  16. http://www.minorplanetcenter.net/iau/ECS/MPCArchive/2016/MPC_20160521.pdf
  17. http://astierandco.fr/post/2016/06/Alexandre-Astier-r%C3%A9compens%C3%A9-par-les-astrophysiciens

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]