Le Gendarme et les Gendarmettes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Gendarme et les Gendarmettes
Titre original Le Gendarme et les Gendarmettes
Réalisation Jean Girault
Tony Aboyantz
Scénario Jacques Vilfrid
Acteurs principaux
Sociétés de production Société nouvelle de cinématographie
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie policière
Durée 100 min.
Sortie 1982

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Gendarme et les Gendarmettes est un film français réalisé par Jean Girault et Tony Aboyantz, sorti en 1982.

Jean Girault étant mort pendant le tournage, ce fut l'assistant réalisateur, Tony Aboyantz, qui achèva le tournage, puis le montage du film. Il s'agit ainsi du dernier film tourné par ce réalisateur, mais également pour son acteur principal, Louis de Funès, mort moins d'un an après. Ce film est le sixième et dernier de la série du Gendarme. Il est précédé du Gendarme et les extra-terrestres.

Le film est sorti en salles le .

Synopsis[modifier | modifier le code]

La nouvelle gendarmerie de Saint-Tropez.

Dans ses locaux flambant neufs, la brigade de Saint-Tropez, ayant fait l'acquisition d'un ordinateur si puissant qu'il répond à toutes les questions, est chargée d'accueillir, de prendre soin et de former un contingent de quatre jeunes femmes en uniforme. Un spécialiste de l'espionnage informatique enlève, l'une après l'autre, les nouvelles recrues. L'existence de la brigade étant mise en danger par ces enlèvements dont la raison semble inexplicable, nos gendarmes déploieront au péril de leur vie, des trésors d'ingéniosité pour retrouver ces femmes dont ils avaient la garde.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Après le succès du Gendarme et les Extra-terrestres, Jean Girault, Jacques Vilfrid et Louis de Funès pensent évidemment à un nouveau film. Ils se lancent d'abord dans des idées reprenant la même veine fantastique du 5e film de la série : ils pensent alors à un retour ou une vengeance des extra-terrestres ou un voyage dans l'espace de la brigade de Saint-Tropez (le titre Le Gendarme en orbite leur vient) ou encore la disparition de Cruchot dans le Triangle des Bermudes[Note 2] et même un voyage dans le temps des gendarmes qui, après un voyage dans la soucoupe volante des extraterrestres, se retrouvent en 1815 à Waterloo et rencontrent l'empereur Napoléon. Finalement, Jean Girault, Jacques Vilfrid et Louis de Funès, en travaillant sur ce Gendarme et la revanche des Extra-terrestres, s'intéressent au roman La Soupe aux choux de René Fallet. Cette idée de 6e opus du Gendarme débouche finalement sur l'adaptation du roman de René Fallet : La Soupe aux choux sort en 1981 avec, dans la distribution, Louis de Funès, Jean Carmet et Jacques Villeret.

Entre temps, les premières femmes entrent dans Gendarmerie nationale française : au lieu d'un retour des extraterrestres, Jean Girault, Jacques Vilfrid et Louis de Funès planchent sur l'arrivée de femmes gendarmes dans la brigade de Saint-Tropez.

Production[modifier | modifier le code]

Choix des acteurs[modifier | modifier le code]

Babeth Étienne qui joue le rôle de Marianne Bonnet, une des gendarmettes, était à l'époque l'épouse de Johnny Hallyday.

Catherine Serre et Nicaise Jean-Louis, deux des actrices jouant des gendarmettes, avaient précédemment joué dans la superproduction franco-britannique Moonraker, le onzième opus de la série des films de James Bond : elles y jouaient deux des « femmes parfaites » d'Hugo Drax (d'ailleurs interprété par l'acteur français Michael Lonsdale, qui avait joué aux côtés de Louis de Funès dans Hibernatus).

Tournage[modifier | modifier le code]

Bobine de la bande-annonce du film.

Jean Girault est décédé pendant le tournage, des suites d'une tuberculose et c'est son assistant, Tony Aboyantz qui acheva le film.

Post-production[modifier | modifier le code]

Montage[modifier | modifier le code]

  • La Citroën 2 CV de sœur Clotilde change bizarrement de modèle lors de sa folle course-poursuite pour prévenir les gendarmes du lieu où sont détenues les gendarmettes. Au début, la voiture, neuve, est une 2 CV 6 Spécial année-modèle 1982 couleur Bleu Lagune, qui devient quelques instants plus tard une 2 CV de 1964 (avec des portes avant ouvrant dans le sens inverse, dites « suicide », et des vitres custodes). Pratique courante au cinéma pour les scènes de cascades, c'est une voiture ancienne qui a été maquillée afin de ne pas abîmer la 2 CV neuve prêtée par Citroën.
  • Lorsque Cruchot et Gerber vont chercher leurs gendarmettes à la gare d'Hyères, le train est à destination de Vintimille. Ceci n'est pas possible, car la gare d'Hyères est un cul-de-sac (les trains se rendant à Vintimille passent par Marseille et Cannes, mais non par Hyères).

Musique[modifier | modifier le code]

La musique du film, comme toutes celles des films précédents de la série, est composée Raymond Lefèvre. Pour ce film, le compositeur ré-orchestre la musique de la Marche des Gendarmes, qu'il avait déjà ré-orchestrée en 1970 pour Le Gendarme en balade.

La musique du générique est la même que dans le film précédent, Le Gendarme et les Extra-terrestres.

L'album Bande-originale du film Le gendarme et les Gendarmettes sort en 2010, soit 28 ans après la sortie du film et 2 ans après la mort de Raymond Lefèvre.

No Titre Durée
1. Générique 1:58
2. Marche des gendarmes (version 1982) 1:39
3. Gerber in Love 2:14
4. Plein gaz 1:40
5. Carambolage thaïlandais 1:42
6. Gendarmettes kung-fu 0:28
7. Traquenard 3:01
12 min.

Accueil[modifier | modifier le code]

Sortie et promotion[modifier | modifier le code]

Le Gendarme et les Gendarmettes sort en salles en France le .

Dans le cadre de la promotion du film, Louis de Funès est invité dans l'émission Champs-Élysées du (trois jours après la sortie du film), présentée par Michel Drucker. Il s'y rend avec Michel Galabru, Michel Modo et les quatre gendarmettes Babeth Étienne, Nicaise Jean-Louis, Catherine Serre et Sophie Michaud, tous portant leurs costumes de gendarmes du film. Michel Modo chante Ah si vous connaissiez ma poule de Maurice Chevalier durant l'émission. Louis de Funès retrouve aussi Henri Salvador, avec qui il avait joué dans Bonjour sourire en 1956. C'est probablement la dernière apparition à la télévision de l'acteur, mort quelques mois après la sortie du film.

Guy Grosso, Catherine Serre et Sophie Michaud participent à un numéro de l'émission L'Académie des neuf, diffusé le [1].

Réception[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Avec environ 4 209 139 entrées, le film est un succès et se classe à la 4e place du box-office de l'année 1982.

Accueil du public[modifier | modifier le code]

Accueil de la presse[modifier | modifier le code]

À l'époque, à sa sortie, le film est unanimement qualifié de "navet" par l'ensemble de la presse, dont la presse spécialisée au Cinéma,dont les cahiers du cinéma. Même si le film fera tout de même plus de 4 millions d'entrées au cinéma, ce sera un grand succès. Toutefois, le film est régulièrement classé dans les films dits "franchouillards", à petits budgets, courants entre les années 1960, et la fin des années 1980.[réf. nécessaire]

Postérité[modifier | modifier le code]

En 2010, la scène durant laquelle sœur Clotilde se rend à toute allure en 2CV à la gendarmerie est détournée par une publicité de la marque Citroën pour la prime à la casse.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Cet épisode est le dernier de la série, en raison notamment de la mort de Louis de Funès.
  • Jean Girault est mort pendant le tournage du film.
  • Ce film est également le dernier tourné par Louis de Funès, mort un peu plus de trois mois après sa sortie.
  • Lors de l'analyse du profil de Cruchot par l'ordinateur, celui-ci mentionne la vraie date et lieu de naissance de Louis de Funès.
  • L'acteur Christian Clavier est souvent mentionné à tort en tant que figurant dans ce film.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'adjudant était pourtant prénommé Jérôme dans les films précédents.
  2. Plus tard, Richard Balducci dira que On a perdu le gendarme de Saint-Tropez dans le Triangle des Bermudes aurait pu être le 7e opus de la série si Jean Girault puis Louis de Funès n'étaient pas décédés : il serait probablement sorti en 1984, pour les 20 ans de la série.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]