Le Gendarme et les Gendarmettes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Gendarme et les Gendarmettes
Description de l'image Le Gendarme et les Gendarmettes.png.

Titre original Le Gendarme et les Gendarmettes
Réalisation Jean Girault
Scénario Jacques Vilfrid
Musique Raymond Lefevre
Acteurs principaux
Sociétés de production S.N.C
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie policière
Durée 99 minutes
Sortie 1982

Série Le Gendarme de Saint-Tropez

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Gendarme et les Gendarmettes est un film français réalisé par Jean Girault, sorti en 1982.

Jean Girault étant mort pendant le tournage, ce fut l'assistant réalisateur, Tony Aboyantz, qui acheva le tournage, puis le montage du film. Il s'agit aussi du dernier film tourné par Louis de Funès, mort moins d'un an après. Ce film est le sixième et dernier de la série du Gendarme. Il est précédé par Le Gendarme et les Extra-terrestres, sorti trois ans plus tôt, en 1979.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La nouvelle gendarmerie de Saint-Tropez.

Dans ses locaux flambant neufs, la brigade de Saint-Tropez, ayant été dotée d'un ordinateur si puissant qu'il répond à toutes les questions, est chargée d'accueillir, de prendre soin et de former un contingent de quatre jeunes femmes en uniforme. Un spécialiste de l'espionnage informatique, autodésigné « Le Cerveau », enlève l'une après l'autre les nouvelles recrues afin d'accéder à des données secrètes du ministère de la Défense concernant des installations nucléaires de la région. L'existence de la brigade étant mise en danger par ces enlèvements, les gendarmes tentent de retrouver ces femmes.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production et réalisation[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Les extra-terrestres vaincus par la brigade de Saint-Tropez à la fin du Gendarme et les Extra-terrestres. Ils devaient se venger dans une suite.

Après le succès en salles que rencontre Le Gendarme et les Extra-terrestres en 1979, marquant le retour du Gendarme de Saint-Tropez après neuf ans d'absence, un sixième film est immédiatement imaginé, mettant en scène la vengeance des extra-terrestres battus[4]. Lors du tournage de L'Avare, projet plus personnel que monte Louis de Funès entre-temps, le prochain Gendarme est annoncé, provisoirement intitulé Le Gendarme et la Revanche des Extra-terrestres[5]. L'un des synopsis envisagés serait que Cruchot soit enlevé par les extra-terrestres revanchards et, après un voyage en impesanteur, serait conduit sur une planète étrange, propice à des expériences anormales[6]. Suivant le rêve — souvent évoqué mais sans cesse reporté — de l'acteur principal de tourner un film muet, cette suite dans l'espace aurait été presque muette, avec beaucoup d'effets spéciaux, des scènes en apesanteur et des trucages vidéo[7].

L'Avare sorti, Louis de Funès s'oriente plutôt sur l'adaptation du roman La Soupe aux choux de René Fallet, une autre histoire de rencontre extra-terrestre[8],[9]. Au moment de revenir au Gendarme de Saint-Tropez, le projet d'un retour des extra-terrestres est de nouveau écarté, pour ne pas lasser son public après déjà deux films sur le sujet[4],[7],[9]. À cette époque, de nombreuses professions ou filières se féminisent l'une après l'autre, donnant lieu à des débats, polémiques ou moqueries[7]. En 1979, l'administration de la gendarmerie avait été ouverte aux femmes[10],[11]. En 1982, le ministère de la Défense annonce pour l'année suivante l'ouverture des métiers de terrain aux femmes, dans des postes d'officiers et sous-officiers[10],[11],[12],[13]. Apprenant dans la presse la formation de femmes à l'école de gendarmerie de Fontainebleau, le scénariste Jacques Vilfrid trouve-là le sujet pour le sixième opus du Gendarme : confronter la brigade de Saint-Tropez à de nouvelles recrues féminines[7],[1].

Le Gendarme et les Gendarmettes est conçu par l'équipe historique de la série. Jacques Vilfrid écrit le scénario avec son vieil ami le réalisateur Jean Girault[7]. Girault est également un fidèle de Louis de Funès, déjà derrière les cinq précédents films du Gendarme, ainsi que Pouic-Pouic, Faites sauter la banque !, Les Grandes Vacances et Jo, et il vient de partager avec lui la réalisation de L'Avare et La Soupe aux choux[14]. Louis de Funès participe à l'écriture des dialogues[7]. Il fait relire le scénario à son amie proche Macha Béranger, qui y ajoute quelques idées et répliques[7],[15],[1]. La production demeure assurée par Gérard Beytout et sa Société nouvelle de cinématographie, comme pour toute la série[16],[note 5]. À l'instar du cinquième film, le budget est largement bouclé par les ventes à l'avance aux distributeurs européens très enthousiastes[17],[18].

Choix des acteurs[modifier | modifier le code]

Babeth Étienne qui joue le rôle de Marianne Bonnet, une des gendarmettes, était à l'époque l'épouse de Johnny Hallyday.

Catherine Serre et Nicaise Jean-Louis, deux des actrices jouant des gendarmettes, avaient précédemment joué dans la superproduction franco-britannique Moonraker, le onzième opus de la série des films de James Bond : elles y jouaient deux des « femmes parfaites » d'Hugo Drax (d'ailleurs interprété par l'acteur français Michael Lonsdale, qui avait joué aux côtés de Louis de Funès dans Hibernatus).

Claude Gensac revient dans la peau de Josepha Cruchot après douze ans d'absence. Cela faisait également douze ans qu'elle n'avait pas interprété la femme de Louis de Funès à l'écran[note 6].

Tournage[modifier | modifier le code]

Au moins une matinée de tournage a lieu en gare d'Hyères, où Cruchot et Gerber viennent chercher les quatre jeunes recrues ; d'ailleurs, le train est annoncé à destination de Vintimille, alors que la gare d'Hyères est un cul-de-sac, le terminus de la ligne[19],[note 7].

La Citroën 2 CV de sœur Clotilde change de modèle lors de sa folle course-poursuite pour prévenir les gendarmes du lieu où sont détenues les gendarmettes. Au début, la voiture, neuve, est une 2 CV 6 Spécial année-modèle 1982 couleur Bleu Lagune, qui devient quelques instants plus tard une 2 CV de 1964 (avec des portes avant ouvrant dans le sens inverse, dites « suicide », et des vitres custodes). Pratique courante au cinéma pour les scènes de cascades, c'est une voiture ancienne qui a été maquillée afin de ne pas abîmer la 2 CV neuve prêtée par Citroën.

Jean Girault est mort pendant le tournage, des suites d'une tuberculose et c'est son assistant, Tony Aboyantz qui acheva le film.

Les derniers plans tournés par Louis de Funès dans sa carrière sont réalisés aux studios de Boulogne, là même où l'acteur avait tourné sa première apparition dans un film, une silhouette dans La Tentation de Barbizon en 1945[20].

Musique[modifier | modifier le code]

La musique du film, comme toutes celles des films précédents de la série, est composée par Raymond Lefèvre. Pour ce film, le compositeur ré-orchestre la musique de la Marche des Gendarmes, qu'il avait déjà ré-orchestrée en 1970 pour Le Gendarme en balade.

La musique du générique est la même que dans le film précédent, Le Gendarme et les Extra-terrestres.

L'album Bande-originale du film Le gendarme et les Gendarmettes sort en 2010, soit 28 ans après la sortie du film et 2 ans après la mort de Raymond Lefèvre.

No Titre Durée
1. Générique 1:58
2. Marche des gendarmes (version 1982) 1:39
3. Gerber in Love 2:14
4. Plein gaz 1:40
5. Carambolage thaïlandais 1:42
6. Gendarmettes kung-fu 0:28
7. Traquenard 3:01
12 min.

Exploitation et accueil[modifier | modifier le code]

Sortie et promotion[modifier | modifier le code]

Une bobine du film-annonce diffusé dans les cinémas, exposée au musée de la Gendarmerie et du Cinéma de Saint-Tropez.

Le Gendarme et les Gendarmettes sort en salles en France le . L'affiche du film est réalisée par Clément Hurel, à l'instar du reste de la série[21]. Louis de Funès a insisté pour placer le nom de Michel Galabru aux côtés du sien sur l'affiche, en gros au-dessus du titre, ce qui n'était pas le cas jusqu'alors[22],[23]. Les comédiens, dont les « gendarmettes » Babeth Étienne, Nicaise Jean-Louis, Catherine Serre et Sophie Michaud, sont invités à la télévision, à la radio et dans la presse pour la promotion du film. La présence de l'ex-épouse de Johnny Hallyday, régulièrement sollicitée, apporte un atout médiatique supplémentaire à la promotion de ce sixième film[24]. Comme pour les précédents, le tournage fait l'objet de plusieurs reportages télévisés[7]. Le film et ses interprètes font la une de nombreux magazines.

À l'approche de la sortie en salles, Louis de Funès, Michel Galabru et les quatre actrices apparaissent dans l'émission Atout Cœur de Patrick Sabatier diffusée le [25]. Puisque Deux Heures moins le quart avant Jésus-Christ, autre comédie populaire, sort le même jour que le sixième Gendarme, Le Journal du dimanche réalise une interview croisée des vedettes des deux films, Louis de Funès et Coluche, six ans après L'Aile ou la Cuisse[26]. Le , Louis de Funès se rend dans l'émission très suivie Champs-Élysées de Michel Drucker, accompagné de Michel Galabru, Michel Modo et des quatre « gendarmettes »[27], tous portant leurs uniformes du film[28]. Michel Modo se livre à une imitation de Maurice Chevalier sur la chanson Ah ! Si vous connaissiez ma poule et Louis de Funès retrouve son vieil ami Henri Salvador[28]. C'est probablement la dernière apparition à la télévision de Louis de Funès, quelques mois avant sa mort. Babeth Étienne participe à un numéro de L'Académie des neuf diffusé le avec Guy Grosso et Michel Modo, habitués de l'émission[29]. Le lendemain, Catherine Serre, Nicaise Jean-Louis et Sophie Michaud y prennent part à leur tour, avec Grosso seulement[30]. Le , Louis de Funès est convié à l'émission de radio Les Lurons d'Europe 1 de Thierry Le Luron[31]. Au cours du mois, l'acteur principal se livre également pour la troisième fois à des confidences dans l'émission de nuit de son amie Macha Béranger, Au bonheur du jour sur France Inter[15]. Les « gendarmettes » sont enfin envoyées faire la promotion du film dans d'autres pays européens, notamment l'Allemagne et l'Italie[32].

Le film sort aussi en Espagne sous le titre El loco, loco mundo del gendarme le et au Danemark le , nommé Hjælp - pigen er strisser[33]. Après la mort de Louis de Funès, le long-métrage sort le en Allemagne de l'Ouest, intitulé Louis und seine verrückten Politessen (dans la lignée des déroutantes habitudes des distributeurs allemands), au Portugal le sous le titre O Gendarme e as 'Gendarmetas', en Suède le , et en Turquie en titré Süper Jandarma ve melekleri[33]. Le film connaît également des sorties au Canada, en Argentine (El gendarme y las pícaras policías), en Tchécoslovaquie (nommé Cetník a cetnice en tchèque et Žandár a žandárky en slovaque), en Grèce (Ο χωροφύλακας και οι χωροφυλακίνες), en Bulgarie (Полицаят и полицайките), en Hongrie (A csendőr és a csendőrlányok), en Norvège (Hjelp: Purken Er Jente), en Roumanie (Jandarmul si jandarmeritele), en Pologne (Żandarm i policjantki), et en Union soviétique (Жандарм и жандарметки)[33]. Le titre employé dans des pays anglophones, ainsi qu'en Suède, est Never Play Clever Again — jeu de mot sur le James Bond Jamais plus jamais (Never Say Never Again) — ou The Troops & Troop-ettes, The Gendarme and the Gendarmettes ou encore The Gendarme Wore Skirts[33].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le Gendarme et les Gendarmettes reçoit de très mauvaises critiques[34],[35],[9]. Déjà en juillet, la presse avait à peine évoqué la mort du réalisateur, malgré ses nombreux succès, signe du mépris de la critique envers son œuvre considérée comme bassement commerciale[34]. Aucune avant-projection n'est d'ailleurs organisée à destination des critiques[34],[36]. Biographe de Louis de Funès, Bertrand Dicale résume qu'à la sortie du film les critiques « alternent entre le narquois et le fielleux, le las et le souriant, et insistent pesamment sur la fidélité, la longévité et l'immuabilité de la série »[34]. Jacques Siclier dans Le Monde se désole : « Ce genre de comique a ses fidèles spectateurs. On se bornera à le constater »[34],[37]. Gilbert Salachas de Télérama affirme que « la trivialité de ce genre de comédie à la française est d'autant plus désolante que l'on observe sur les visages de Louis de Funès et de Michel Galabru des regards et des mimiques qui attestent qu'ils furent de bons, de grands comiques »[38]. La critique de Première s'indigne : « ce genre de film témoigne du plus parfait mépris pour le spectateur. À force de bêtise crasse, de gags à six sous, de grimaces mille fois vues, et répétées ici avec une hystérie plus pathétique qu'amusante, voilà sûrement le plus difficilement regardable de tous les films de Louis de Funès. Maintenant, l'acteur peut bien tourner ce qu’il veut : il est sûr de ne jamais faire pire que ce Gendarme »[9]. Alain Riou dans Le Matin de Paris déplore que « sur [un] canevas simpliste, auteurs et interprètes nous offrent un film simplet. L'excellent Jean Girault, responsable de la glorieuse série, n'ayant pas survécu à sa dernière entreprise, on ne saurait s'appesantir sans manquer au respect dû aux défunts. Et, d'ailleurs, il émane de ces bêtises un parfum éventé mais net de salutaire irrévérence, comme l'espoir d'une de ces comédies à l'italienne dont nous envions si fort le ton à nos voisins »[34]. André Rollin écrit une critique lapidaire dans Le Canard enchaîné, exemple marquant parmi les critiques les plus assassines : « De Funès c'est fini ? La salle était presque vide. L'écran également »[34],[35].

Box-office[modifier | modifier le code]

Avec environ 4 209 139 entrées, le film est un succès et se classe à la 4e place du box-office de l'année 1982.

Box-office détaillé des premières semaines d'exploitation du film, semaine par semaine, à Paris et en banlieue
Source : « Box-office hebdomadaire Paris 1982 » sur Box-Office Story, d'après Ciné-chiffres/Le Film français
Semaine Rang Entrées Cumul Salles no 1 du box-office hebdo.
1 au 2e 150 246 150 246 entrées 35 Deux Heures moins le quart avant Jésus-Christ
2 au 2e 112 136 262 382 entrées 36 Deux Heures moins le quart avant Jésus-Christ
3 au 3e 108 708 371 090 entrées 37 Deux Heures moins le quart avant Jésus-Christ
4 au 4e 92 551 463 641 entrées 38 L'As des as
5 au 9e 31 663 495 304 entrées 34 L'As des as
6 au 11e 28 245 523 549 entrées 22 La Balance
7 au 20e 10 493 534 042 entrées NC La Balance
Box-office détaillé des premières semaines d'exploitation du film, semaine par semaine, en France
Source : « BO hebdo France 1982 et 1983 » sur Les Archives du box-office, d'après le CNC.
Semaine Rang Entrées Cumul no 1 du box-office hebdo.
1 au 2e 799 345 801 703 entrées Deux Heures moins le quart avant Jésus-Christ
2 au 2e 696 037 1 497 740 entrées Deux Heures moins le quart avant Jésus-Christ
3 au 2e 619 886 2 117 626 entrées Deux Heures moins le quart avant Jésus-Christ
4 au 2e 520 752 2 638 378 entrées L'As des as
5 au 4e 202 422 2 840 800 entrées L'As des as
6 au 5e 287 572 3 128 372 entrées L'As des as
7 au 5e 188 566 3 316 938 entrées La Balance
8 au 8e 131 054 3 447 992 entrées Plus beau que moi, tu meurs
9 au 8e 107 726 3 555 718 entrées E.T., l'extra-terrestre
10 au 12e 74 128 3 629 846 entrées E.T., l'extra-terrestre
11 au 15e 51 188 3 681 034 entrées E.T., l'extra-terrestre
12 au 15e 55 917 3 809 757 entrées E.T., l'extra-terrestre
13 au 22e 36 413 3 846 170 entrées E.T., l'extra-terrestre
14 au 28e 22 883 3 869 053 entrées Le Ruffian
15 au 30e 15 489 3 884 542 entrées Le Ruffian

Exploitations ultérieures[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

Richard Balducci poursuit l'univers en reprenant le personnage de la religieuse interprétée par France Rumilly dans son film Le Facteur de Saint-Tropez en 1985[39].

Rémy Julienne répète sur une Renault 11, dans le James Bond Dangereusement vôtre (1985), la séquence de la destruction progressive de la 2 CV de sœur Clothilde.

La succession de cascades en Citroën 2 CV de la religieuse pour se rendre à la gendarmerie, réglée et effectuée par Rémy Julienne, est un élément mémorable du film[40]. Julienne reprend l'esprit de la séquence pour une scène d'action de Dangereusement vôtre (1985), où Roger Moore en James Bond, lors d'une course-poursuite, décapite puis sectionne en deux une Renault 11 pour ne finir par rouler qu'avec l'avant du véhicule[40],[41]. En 2010, la scène de la religieuse en 2 CV est détournée par une publicité de la marque Citroën pour la prime à la casse[42],[43].

Alors que Le Gendarme et les Gendarmettes a imposé un nouveau mot familier pour désigner les femmes de la gendarmerie nationale[13], l'Académie française se prononce en 2017 dans son « courrier des internautes » sur l'emploi de cette expression : « Le nom gendarme est un nom masculin qui peut désigner un homme comme une femme (comme les féminins sentinelle ou vedette d’ailleurs). Je vous conseille donc le masculin. On peut si on le souhaite parler de femme gendarme. Certains textes font de gendarme un épicène (un/une gendarme). Quoi qu'il en soit, l'emploi du mot gendarmette est réservé, j'en ai bien peur, à l'évocation des personnages [du film] »[44].

Admirateur de Louis de Funès, l'écrivain Michel Houellebecq adorerait Le Gendarme et les Gendarmettes[45].

À noter[modifier | modifier le code]

  • Lors de l'analyse du profil de Cruchot par l'ordinateur, celui-ci mentionne la vraie date et lieu de naissance de Louis de Funès.
  • Dans une scène, Antoine Perlin dit à Christine Rocourt « t'as d'beaux yeux, tu sais », en référence au film Le Quai des brumes, quand Jean Gabin dit cette réplique à Michèle Morgan.

Analyse[modifier | modifier le code]

Un comique jugé de médiocre qualité[modifier | modifier le code]

Le vieillissement et la fatigue de Louis de Funès pèsent lourdement sur le film et son efficacité comique.

Ce dernier film est fréquemment qualifié de pire opus de la série[46], ou dispute ce statut avec Le Gendarme et les Extra-terrestres[40]. La série du Gendarme de Saint-Tropez est considérée par certains critiques comme baissant de qualité à chaque film, jusqu'aux deux derniers films très décriés. Le Gendarme et les Gendarmettes est parfois classé comme un « nanar »[47],[48], s'inscrivant dans la lignée d'« un certain cinéma comique français », vite et mal fabriqué, grivois et peinant à être drôle, un genre qui disparaît au milieu de la décennie[49].

Le comique du film est considéré comme médiocre et vieillot[48], dès sa sortie en 1982[34],[9]. Le jeu des acteurs est aussi mis en cause. Alain Simon, journaliste du Point, juge que tous les acteurs de la brigade « ne sont plus très en forme », notamment Louis de Funès et Michel Galabru qui « ont pris un sacré coup de vieux abyssal »[50]. Dans cet ultime film, la fatigue de Louis de Funès est bien visible[46],[51] : il apparaît très pâle, gesticule abondamment pour donner une impression de vivacité, et abuse de certains effets qui ont fonctionné par le passé, en multipliant les grimaces et les tapes sur ses comparses[40]. Il avait pourtant éliminé ce dernier élément de son jeu dès Le Gendarme se marie en 1968, pour ne pas lasser son public[52]. De plus, il se déplace et s'énerve au ralenti[46]. Selon la journaliste Sabrina Piazzi, l'« acteur devient la caricature de ce qu'il était » mais « on le regarde avec émotion se débattre comme un diable pour arracher un sourire aux spectateurs »[40]. Pour pallier l'épuisement de l'acteur principal, sa présence est plus réduite que précédemment, avec plus de scènes consacrées à l'ensemble de la brigade, et à des courses-poursuites et cascades[40]. Quant à Michel Galabru, il sombre à certaines reprises dans le « cabotinage »[46]. Le jeu des actrices débutantes des « gendarmettes » ne comble pas ces manques[48] ; Maurice Risch considère que ces nouveaux personnages auraient dû être interprétés par des actrices comiques avec plus d'expérience, pour vraiment avoir du répondant face à de Funès[51].

Bertrand Dicale, biographe funésien, note cependant quelques passages remarquables : la scène de jalousie de Josépha, l'immense carambolage causé par le ballet de Tricard et Marianne Bonnet, ainsi que le travestissement de Cruchot en « gendarmette »[53]. La folle équipée de sœur Clothilde en Citroën 2 CV, la plus longue et périlleuse de tous les films, marque également les esprits[40]. Le numéro de bègue de Pierre Repp, déjà présent dans le film précédent, est aussi souligné par un critique[46].

Il est regretté que la carrière de Louis de Funès s'achève sur ce film[48],[46].

Représentation des « gendarmettes »[modifier | modifier le code]

Le Gendarme et les Gendarmettes demeure le premier film à mettre en scène des femmes gendarmes[54]. Cependant, le film est vu comme un « concentré de propos sexistes, racistes, misogynes »[48], selon Alain Simon en 2020[50]. Une bonne partie du comique du film repose sur la concupiscence appuyée des gendarmes envers les nouvelles auxiliaires féminines et l'ambiguïté qui règne avec elles[53], « bien évidemment jolies et sexy à souhait, souvent en petites tenues »[50]. Les comédiens des gendarmes « surjouent volontiers le trouble érotique » dans lequel elles les placent[53]. À chacune de leurs apparitions, les « gendarmettes » sont uniquement montrées comme des objets de désir, troublant l'ensemble des personnages masculins du film, y compris l'irréprochable colonel[46]. D'après Alain Simon, le film donne « une image de la femme déplorable, simpliste et machiste »[50]. Il juge également le titre de « Gendarmettes » aussi péjoratif et sexiste que le sera en 1995 le terme de « juppettes » pour les femmes ministres du premier gouvernement Juppé[50]. L'universitaire Sébastien Le Pajolec relève que le film « abonde de réflexions misogynes »[55]. Sur un exemple, Bertrand Dicale conteste en partie le caractère « égrillard » du film : le ressort comique de la différence de taille entre Cruchot et les recrues féminines aurait immanquablement donné, dans un film véritablement graveleux, des gags montrant Louis de Funès dans les seins des « gendarmettes » ou autres scènes du genre ; de fait, cet écart de hauteur sert seulement ici à le rapetisser, le ridiculiser et l'écraser, dans la tradition de ses autres films[51].

Les accusations de racisme portent sur le personnage de Yo Macumba, la « gendarmette » noire[50]. Alain Simon analyse le personnage comme une succession de clichés, notamment par son nom caricatural et le fait inévitable qu'elle soit la fille d'un président d'un état fictif d'Afrique[50]. La scène la plus décriée est lorsque Cruchot, perturbé par Yo Macumba, perd ses moyens et se met à rêver d'elle en pagne, arborant des colifichets tribaux, des os dans les cheveux, dansant dans un décor de jungle, sur une musique exotique[50]. Par ailleurs, Gerber emploie lors d'un dialogue pour la qualifier le mot « négresse », dont l'usage est controversé[50]. Alain Simon tempère néanmoins qu'à la sortie du film « le public s'y pressait sans aucune arrière-pensée malveillante, le simple plaisir de rire, conscient que le film n'était pas un chef-d'œuvre, et que ni Galabru ni de Funès n'étaient racistes ou sexistes »[50]. Il reconnaît de plus que, dans l'histoire, les recrues féminines supplantent leurs homologues masculins et triomphent de leurs ennemis par leur finesse et leur intuition féminine[50]. Simon considère qu'en 2020 il serait difficile de produire un tel film sans provoquer la colère de différentes associations féministes et antiracistes[50].

Un film peu en phase avec son époque[modifier | modifier le code]

Le film mentionne avec aigreur l'arrivée au pouvoir de la gauche lors des élections présidentielle et législatives de 1981.

D'une manière générale, le film ne paraît pas en phase avec son époque, à part peut-être pour la musique de Raymond Lefebvre[40]. Bertrand Dicale explique qu'à l'orée des années 1980, malgré un succès inaltérable, le cinéma de Louis de Funès « a vieilli en quelques années, selon les critères des médias parisiens. Ses films (…) ne suscitent plus d'étonnement. Son comique est désormais une référence, une source d'inspiration — ou de répulsion — pour les comiques du moment »[53]. Les effets comiques apparaissent datés[48], et les comédiens fatigués et vieillis[50]. L'universitaire Sébastien Le Pajolec souligne des tentatives de rajeunissement, « devant la crainte du vieillissement de la série, de ses personnages et de ses acteurs » : la féminisation de la brigade, l'évocation de l'informatique récente avec l'ordinateur installé à la gendarmerie, et l'installation dans des locaux nouveaux au mobilier plus moderne[55],[56].

Malgré cela, selon Bertrand Dicale, un sentiment de mélancolie et de nostalgie se dégage du film[53]. Le changement et la nouveauté sont vus de façon assez amère[53]. La modernité attirait déjà la méfiance dans les précédents films[55], mais y provoquait plus facilement le rire (par exemple, les nombreux gags sur la mode des hippies dans Le Gendarme en balade)[53]. À l'inverse, dans Le Gendarme et les Gendarmettes, dès l'ouverture, lorsqu'arrivant à la nouvelle gendarmerie, Gerber demande « Vous n'avez pas la nostagie de notre ancien local, Cruchot ? » et que ce dernier lui répond « La marche inexorable du temps, mon adjudant. Il faut vivre avec son siècle », les dialogues n'ont pas une tonalité franchement comique[53]. Sébastien Le Pajolec fait remarquer qu'il existe une rupture entre les quatre premiers épisodes sortis entre 1964 et 1970 et les deux derniers de 1979 et 1982 : « la société française en pleine modernisation des Trente Glorieuses, cadre des premiers épisodes, a laissé la place à une France en crise, dont il est plus difficile de parler dans une comédie familiale »[55]. De plus, Bertrand Dicale rattache cette impression de disparition d'un ancien monde à l'arrivée au pouvoir de la gauche l'année précédente[53]. Le film fait quelques évocations discrètes au « changement », mot important de la campagne de François Mitterrand, alors que Louis de Funès avait soutenu Valéry Giscard d'Estaing durant l'élection présidentielle de 1981[53]. Tout particulièrement, le colonel de gendarmerie critique le fait que la hiérarchie ait confié l'ordinateur à la brigade de Saint-Tropez plutôt qu'à son bureau, et se lamente que « Chouchouter le petit personnel, sans doute est-ce ça aussi le changement »[53].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'adjudant Gerber (joué par Michel Galabru), prénommé Alphonse dans le Gendarme et les Gendarmettes était prénommé Jérôme dans les films précédents, et Antoine dans le Gendarme et les extra-terrestres.
  2. Depuis Le Gendarme en balade, Clotilde est la Mère supérieure de son couvent. Les gendarmes l'appellent dès lors « ma mère » et non plus « ma sœur ».
  3. Mme Gerber, prénommée Germaine dans le Gendarme et les Gendarmettes était prénommée Cécilia dans le premier film.
  4. Dominique Julienne est le fils de Rémy Julienne.
  5. Comme sur Le Gendarme et les Extra-terrestres, Gérard Beytout est obligé par la vedette Louis de Funès à impliquer dans le projet son producteur fétiche Christian Fechner, qui n'a pourtant jamais œuvré sur la série, et lui reverser de l'argent sans qu'il n'y travaille dessus[16].
  6. Elle est présente dans L'Aile ou la Cuisse, L'Avare et La Soupe aux choux, mais ne joue pas un rôle d'épouse.
  7. Les trains se rendant à Vintimille passent par Toulon et Cannes, la birfurcation pour la gare de Hyères se faisant à la petite gare de La Pauline-Hyères quelques kilomètres avant la gare terminus d'Hyères.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Raggianti 2007, p. 162.
  2. Chiffres de l'inflation en France d'après l'INSEE. Coefficient de transformation de l'euro ou du franc d'une année, en euro ou en franc d'une autre année – Base 1998 et Base 2015. Dernière mise à jour à l'indice de 2020.
  3. a et b « Le Gendarme et les Gendarmettes / Visas et classification / CNC », sur www.cnc.fr, CNC (consulté le 4 juillet 2021).
  4. a et b Raggianti 2007, p. 153.
  5. Philippe de L'Estang, « Sur le plateau de L'Avare », Première, no 34,‎ , p. 43-45 (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2021).
  6. Raggianti 2007, p. 159.
  7. a b c d e f g et h Dicale 2009, p. 504.
  8. Dicale 2009, p. 498.
  9. a b c d et e Gilles Botineau et Jérémie Imbert, « Le Gendarme de Saint-Tropez : coulisses d'une saga culte », Dossiers, sur CineComedies, .
  10. a et b François Dieu, « Du Gendarme de Saint-Tropez à Une femme d'honneur : quelques repères sur la féminisation de la gendarmerie », Revue française de science politique, no 41,‎ , p. 39-46 (présentation en ligne).
  11. a et b Philippe Poisson, « Quelques repères sur la féminisation de la gendarmerie », sur www.aamfg.fr, .
  12. Christophe Plourin, « Gendarmerie nationale - La féminisation de la gendarmerie mobile », sur Cairn, Revue Défense nationale, , p. 121-123.
  13. a et b François Dieu, La gendarmerie, secrets d'un corps, éditions Complexe, coll. « Théorie politique », , 334 p. (ISBN 2870279167 et 9782870279168, lire en ligne), p. 137.
  14. Dicale 2009, p. 501.
  15. a et b Macha Béranger, Le Cœur dans l'oreille, Michel Lafon, , 262 p. (ISBN 2-84098-160-2).
  16. a et b Dicale 2009, p. 462.
  17. Raggianti 2007, p. 145.
  18. Jérôme Lachasse, « Louis de Funès : ses anciens partenaires racontent ses dernières années », sur www.bfmtv.com, BFM TV, (consulté le 15 juillet 2021).
  19. Franck et Jérôme Gavard-Perret, « La gare de Hyères Var (83) », sur Autour de Louis de Funès, (consulté le 3 juillet 2021).
  20. Dicale 2009, p. 25.
  21. Franck et Jérôme Gavard-Perret, « Interview de M. Clément Hurel », sur Autour de Louis de Funès, (consulté le 4 juillet 2021).
  22. Galabru et Raveleau 2016.
  23. Raggianti 2007, p. 27.
  24. Raggianti 2007, p. 31.
  25. (en) Épisode datant du 1 octobre 1982 de A tout coeur sur l’Internet Movie Database.
  26. Dicale 2009, p. 508.
  27. (en) Épisode datant du 9 octobre 1982 de Champs-Elysées sur l’Internet Movie Database.
  28. a et b « Champs-Élysées 1982 : Le Gendarme et les Gendarmettes », sur www.defunes.free.fr.
  29. (en) Épisode daté du 11 octobre 1982 de L'Académie des 9 sur l’Internet Movie Database.
  30. (en) Épisode daté du 12 octobre 1982 de L'Académie des 9 sur l’Internet Movie Database.
  31. Patrice Guérin, Thierry Le Luron, le rire pour oublier, Éditions du moment, , 297 p. (ISBN 2354175086 et 9782354175085, lire en ligne), p. 163.
  32. Franck et Jérôme Gavard-Perret, « Interview des gendarmettes à Saint-Tropez », sur Autour de Louis de Funès, (consulté le 5 juillet 2021).
  33. a b c et d (en) Le Gendarme et les Gendarmettes (1982) — Release Info sur l’Internet Movie Database.
  34. a b c d e f g et h Dicale 2009, p. 507.
  35. a et b Loubier 2014, p. 452.
  36. Raggianti 2007, p. 163.
  37. Jacques Siclier, « Le Gendarme et les Gendarmettes de Jean Girault », sur www.lemonde.fr, Le Monde, .
  38. Dicale 2009, p. 516.
  39. Guillaume Joffroy, « Le Gendarme - "Soeur Clotilde" : Qu'est devenue France Rumilly ? », sur www.purepeople.com, .
  40. a b c d e f g et h Sabrina Piazzi, « Dossier saga du Gendarme de Saint-Tropez », sur cinema.jeuxactu.com (consulté le 30 mai 2021). Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : le nom « Piazzi » est défini plusieurs fois avec des contenus différents. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : le nom « Piazzi » est défini plusieurs fois avec des contenus différents.
  41. « Edmond Prochain », Antisèches cathos pour ceux qui ont séché le caté, Fleurus, 128 p. (ISBN 2728921059, lire en ligne), p. 92.
  42. « Citroën et la prime à la casse », sur www.autonews.fr, (consulté le 1er juillet 2021).
  43. [vidéo] Publicité HD - Citroën "Prime à la casse" (La Bonne-soeur en 2CH) 2010 sur Dailymotion.
  44. « Benoît Le V. (France) », Courrier des internautes, sur www.academie-francaise.fr, Académie française, .
  45. Nicolas Schaller, « Louis de Funès, un trésor national qui traverse les générations », sur www.nouvelobs.com, L'Obs, .
  46. a b c d e f et g Jérémy Gallet, « Le gendarme et les gendarmettes - la critique du film », sur www.avoir-alire.com, .
  47. « Le nanar… Un genre cultissime », sur www.ina.fr, INA, .
  48. a b c d e et f Virgile Dumez, « Le gendarme et les gendarmettes : la critique du film (1982) », sur cinedweller.com (consulté le 1er juillet 2021).
  49. « Maurice Risch — Biographie », Les acteurs connotés, sur Nanarland, .
  50. a b c d e f g h i j k l et m Alain Simon, « Le Gendarme et les Gendarmettes : « Raciste ? Moi raciste ? » », sur www.lepoint.fr, Le Point, (consulté le 30 mai 2021).
  51. a b et c Louis de Funès et les gendarmes, documentaire de Jérôme Wybon, Paris Première, 2014.
  52. de Funès et de Funès 2005, p. 127.
  53. a b c d e f g h i j et k Dicale 2009, p. 505.
  54. [vidéo] IDF1, Au Musée de la Gendarmerie Nationale : Les Gendarmes crèvent l'écran ! sur YouTube, émission IDF1 Chez Vous, 2021.
  55. a b c et d Sébastien Le Pajolec, « Cinégénie du gendarme ? La série du Gendarme de Saint-Tropez », sur Cairn.info, Sociétés & Représentations, , p. 131-143.
  56. Jean-Noël Luc, « Présentation. Du bon usage de l'histoire des représentations des gendarmes », sur Cairn.info, Sociétés & Représentations, 2003, p. 5-35.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Documentaire[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]