Le Petit Baigneur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Petit Baigneur
Description de cette image, également commentée ci-après

Louis de Funès

Réalisation Robert Dhéry
Scénario Robert Dhéry
Acteurs principaux
Sociétés de production Films Corona (France)
Films Copernic (France)
Fono Roma (Rome)
Selenia Cinematografica (Rome)
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Comédie
Durée 89 minutes
Sortie 1968

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Petit Baigneur est un film franco-italien réalisé par Robert Dhéry, sorti en 1968. C'est son cinquième film en tant que scénariste et acteur.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Lors de l'inauguration et de la bénédiction de la vedette rapide L'Increvable, fierté des chantiers Fourchaume, la coque de celle-ci est transpercée par la traditionnelle bouteille de champagne. Hors de lui, le directeur Louis-Philippe Fourchaume (Louis de Funès), fils du fondateur des chantiers, renvoie sur le champ le concepteur du bateau, André Castagnier (Robert Dhéry), avant même que celui-ci ait eu le temps d'apprendre à son patron qu'une autre de ses créations, un petit voilier à la coque révolutionnaire baptisé Petit Baigneur, vient de remporter en Italie les « Régates de Sanremo » et l'« Oscar de la Voile ». Une fois informé et alléché par les perspectives commerciales d'un tel succès, Fourchaume dispose, avec son épouse, d'un dimanche pour tenter de rattraper son erreur et de convaincre Castagnier de travailler de nouveau pour lui. Mais l'inventeur est déjà courtisé par Marcello Cacciapuoti (Franco Fabrizi), un industriel italien qui lui fait un pont d'or et qui est venu également lui rendre visite dans la ferme où André Castagnier habite avec ses frères, Henri, le curé du village (Jacques Legras) et Jean-Baptiste, le gardien du phare (Pierre Tornade) et sa sœur Charlotte (Colette Brosset), mariée au joueur de clairon de la fanfare locale (Michel Galabru)…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Les scènes tournant autour du baptême de "L'Increvable" ainsi que celle où Michel Galabru joue du clairon à côté d'un bateau militaire (il s'agit de l'Escorteur rapide "Le Brestois", F762, qui se trouve alors à couple avec le cuirassé "Jean Bart"), ont été tournées dans la rade de Toulon (Var) au niveau du fort de Balaguier (La Seyne-sur-Mer). La vedette L’Increvable est une authentique vedette de la Marine nationale, dite de « 24 mètres » construite en 1954 aux chantiers Burmeister de Brême. Portant la marque de coque P9783, elle a servi au sein de la flottille du Rhin de 1954 à 1966, date à laquelle les Forces Maritimes du Rhin ont été dissoutes. Cette vedette, ainsi que ses cinq sisterships, ont alors été affectées dans les régions maritimes de l’Atlantique et de la Méditerranée. Le P9783 a servi à Toulon jusqu’à son désarmement en 1968. Pour les besoins du film, elle a été soigneusement repeinte, ce qui est inhabituel pour une unité déjà condamnée à la démolition.
  • Le percepteur de Narbonne sollicita les producteurs du film afin qu'il puisse apparaître dans le film. Robert Dhery décida alors de le "soigner" à se façon, il le fit installer au bord de la rivière avec sa petite famille et le fit asperger par un hors-bord longeant la rive [1]

Box office[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France : Quatrième film de l'année 1968, avec 5 542 755 millions de spectateurs, et plus gros succès de Dhéry[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Véhicules vus dans le film[modifier | modifier le code]

Une Jaguar Type E utilisée dans le film Casino Royale en 1967.

Lieux de tournages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. interview de Colette Brosset dans les bonus du DVD qui nous montre la scène
  2. [1], sur boxofficestory.com
  3. « Narbonne. Paul Féliu se souvient du « Petit Baigneur ». » - La Dépêche du Midi, 26 août 2010.
  4. Phare de Faraman sur E-patrimoine en Pays d’Arles.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Noël Grando, 100 ans de cinéma en Pyrénées-Orientales : Histoires et secrets de tournages, Perpignan, Mare nostrum, , 197 p. (ISBN 978-2-908476-96-5, notice BnF no FRBNF42318117), p. 74-79

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]