Les Branquignols

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant le théâtre image illustrant le spectacle
Cet article est une ébauche concernant le théâtre et le spectacle.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Les Branquignols est une troupe de comédiens créée par Robert Dhéry et Colette Brosset et active des années 1940 au début des années 1970.

La plupart de ses membres étaient à la fois comédiens, musiciens et chansonniers : on y comptait notamment Louis de Funès, Jean Lefebvre, Jean Carmet, Jacqueline Maillan, Michel Serrault, Micheline Dax, Christian Duvaleix, Pierre Olaf, Jacques Legras, Robert Rollis, Roger Caccia, Pierre Tornade, Annette Poivreetc.

Certains des spectacles des Branquignols ont été adaptés au cinéma, dans des films la plupart du temps réalisés par Robert Dhéry.

Description[modifier | modifier le code]

Une partie des membres des Branquignols se connurent dès 1941 au Conservatoire d'Art dramatique de la rue de Madrid où s'était inscrit Robert Dhéry.

Pour son premier spectacle, en 1948, la troupe se compose de :

Un peu plus tard, rejoindront la troupe : Jacques Legras, Roger Caccia, Guy Piérauld et Pierre Olaf.

La générale a lieu le 28 avril 1948 au Théâtre La Bruyère dirigé par Georges Herbert, elle remporte un grand succès critique, assurant celui des représentations suivantes, plus de mille, avec, au fil des années, trois nouveaux spectacles : "Dugudu", "Les Belles Bacchantes" et "Jupon vole". Après sept années de succès parisien, la troupe connaîtra la réussite pendant deux ans en Angleterre où le spectacle, réunissant ses meilleurs sketches s'appelle "La Plume de ma tante". Puis rencontra un nouveau succès à Broadway aux États-Unis pendant trois ans, où Jean Lefebvre intègre la troupe[1].

Leurs spectacles avaient un parfum de scandale car ils comportaient systématiquement de jolies filles dévêtues, ce qui était osé pour l'époque. Ils avaient aussi un parfum de Nonsense britannique, où les spectacles avaient été rodés, et qui était très apprécié dans l'immédiat après-guerre. La musique enjouée de Gérard Calvi jouait un rôle important dans les spectacles, offrant la matière à de nombreux gags.

La troupe s'appelait initialement "Les Gaufrettes", lorsque préparant leur revue le père de Colette Brosset, surnommé Bouboute, dit à son gendre : "Ne vous en faites pas. Ca ira ! Vous allez tous jouer comme des branquignols !" Ce terme plut aussitôt à Robert Dhéry et Colette Brosset qui décidèrent de débaptiser le nom de leur troupe.[1] Le nom de la troupe reprend donc à son compte le vocable « branquignols », qui désigne à la fois des personnes excentriques (des « branques » en bordelais, des guignols), se mettant dans des situations tragi-comiques ou se plaisant à les provoquer, mais aussi des individus qui n'inspirent pas confiance, soit par manque de sérieux, soit par manque d'intelligence.

La plupart de leurs pièces était un succès, notamment Ah ! les Belles Bacchantes qui fut jouée 883 fois.[réf. nécessaire]

La pièce part d'un spectacle de patronage comme prétexte pour présenter de nombreux sketchs.

En 1972, désireux de faire connaître les Branquignols aux jeunes générations, Robert Dhéry décida de monter une nouvelle revue au théâtre, un peu différente de celle de 1948, avec quelques nouveaux sketches.[1]

Pour le réveillon du 31 décembre 1975, Antenne 2 diffusa à partir de 20 h 30 le spectacle "Les Branquignols" filmé par François Chatel dans le même théâtre où la troupe fit ses débuts, en 1948, toujours sur une musique de Gérard Calvi, avec Pierre Olaf, Micheline Dax, Jacques Legras, Maurice Ducasse, Colette Brosset, Sophie Destaing, Pierre Tornade, Christian Duvaleix et Isabelle Duby, et des chansons de Francis Blanche et André Frédérique[2]

Les Branquignols sont évoqués dans le 454e des 480 souvenirs cités par Georges Perec dans Je me souviens

Cinéma[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Télé 7 Jours n°815 du 27 décembre 1975, pages 64 et 65, article de Marlyse Lowenbach : "Après Paris, les Branquignols firent rire Londres et New-York".
  2. Télé 7 Jours n°815 du 27 décembre 1975, page 82, Spécial réveillon".
  3. Dugudu sur data.bnf.fr