Kramer contre Kramer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kramer contre Kramer

Titre original Kramer Vs. Kramer
Réalisation Robert Benton
Scénario Robert Benton
d'après le roman d'Avery Corman
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 1979

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Kramer contre Kramer (Kramer vs. Kramer) est un film américain réalisé par Robert Benton, sorti en 1979.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le jour même où il rentre chez lui porteur d'une heureuse nouvelle concernant son emploi, Ted Kramer apprend que sa femme le quitte. Elle lui laisse la garde de Billy, leur fils unique. Ted est contraint de concilier ses activités professionnelles avec l'éducation de son fils. Il doit s'occuper des tâches ménagères dont, jusqu'à présent, il laissait la responsabilité à son épouse. Débordé dans les premiers temps, il s'habitue à son double rôle d'employé et d'homme au foyer. Billy lui-même semble de moins en moins perturbé par l'absence de sa mère.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dans ce film Dustin Hoffman, qui joue le rôle de Ted Kramer, nous apparaît tout d'abord comme un personnage très brillant, perçant dans le monde de la publicité. Cependant, sa réussite se fait au détriment de sa famille, car, privilégiant sa carrière, son acharnement au travail l'empêche d'être à l'écoute et il n'entend pas le signal de détresse qu'émet son épouse Joanna.

Interprétée par Meryl Streep, Joanna Kramer est une jeune femme émotive et instable, qui a perdu toute confiance en elle. Elle décide alors de tout abandonner, et même son fils Billy (Justin Henry), se croyant être indigne de s'en occuper.

Alors âgé de 7 ans, Billy restera durant 18 mois (durée à laquelle se rapporte la presque totalité du film) sous la garde de son père. Après des débuts difficiles, naît ensuite une émouvante complicité entre les deux « hommes » ; la notion de père prend alors toute sa force, et c'est sur cet aspect sensible que le film va pouvoir se tisser.

Cependant, ce nouveau rythme de vie fraîchement installé est vite menacé : Joanna Kramer, après un séjour en Californie où elle a pu réfléchir sur elle-même par le biais d'une analyse, revient à New York et entame une procédure judiciaire pour recouvrer la garde de son enfant qu'elle avait abandonné. S'ensuit alors une bataille juridique très prenante et émouvante à l'issue incertaine…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays Box-office Nbre de sem. Classement TLT[1] Source
Box-office Drapeau des États-Unis États-Unis 98 982 763 $ ? sem. [1]
Box-office Drapeau de la France France 4 039 372 entrées ? sem. 3 (1980) Box-office France 1980
Box-office Paris 906 269 entrées 35 sem. 3 (1980) [2]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Lors des Oscars 1980, Justin Henry, interprète de Billy Kramer, fut le plus jeune nommé (8 ans à l'époque) dans la catégorie meilleur acteur dans un rôle secondaire pour son interprétation.
  • Pour ce film, Meryl Streep a dû écrire les dialogues de son personnage, rôle qui lui vaudra l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle. Ce n'est pas la première fois que la comédienne s'improvise scénariste : en 1978, elle fut chargée d'écrire des répliques de Voyage au bout de l'enfer de Michael Cimino, qu'elle avait accepté de jouer pour rester auprès de son compagnon de l'époque, John Cazale, atteint d'un cancer des os, pour lequel elle fut nommée à l'Oscar de la meilleure actrice dans un rôle secondaire.
  • Le film a obtenu neuf nominations aux Oscars.
  • Pour la chanson Mon fils ma bataille, Daniel Balavoine s'inspira de ce film et d'un ami qui vécut cette situation pour écrire ce qui est l'un de ses classiques.
  • Lors de la cérémonie des Oscars où elle fut récompensée, Meryl Streep a oublié sa statuette dans les toilettes lors du gala d'après-cérémonie.
  • Adapté au théâtre par le metteur en scène Didier Caron, à partir du 10 septembre 2010 aux Théâtre des Bouffes-Parisisiens/Jean-Claude Brialy, avec Frédéric Diefenthal dans le rôle principal.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tous les temps - All Time
  2. Créditée Jobeth Williams au générique.

Lien externe[modifier | modifier le code]