L'Aiglon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aiglon.
L'Aiglon
Sarah Bernhardt dans l'Aiglon
Sarah Bernhardt dans l'Aiglon

Auteur Edmond Rostand
Genre drame
Nb. d'actes Six actes en vers
Date d'écriture 1900
Lieu de parution Paris
Éditeur Éditions Fasquelle
Date de parution 1900
Date de création en français
Lieu de création en français Théâtre Sarah Bernhardt
Rôle principal Sarah Bernhardt
Personnages principaux
Franz, duc de Reichstadt
Séraphin Flambeau
Le prince de Metternich
Le maréchal Marmont
Marie-Louise, duchesse de Parme
Fanny Elssler
...

L’Aiglon est un drame d'Edmond Rostand écrit en 1900.

Historique[modifier | modifier le code]

L’Aiglon est un drame d'Edmond Rostand écrit en 1900 et représenté pour la première fois à Paris, au théâtre Sarah-Bernhardt, le . « L'Aiglon » désigne le fils de Napoléon Ier (l’Aigle) et de Marie-Louise d’Autriche, également connu sous les noms de roi de Rome, de Napoléon II, duc de Reichstadt.

Dans ce drame en six actes, écrit en alexandrins, l’Aiglon, fils de Napoléon, cherche qui il est par rapport à son père, et cherche à marcher dans ses traces et ne pas être « un front qui se colle à des vitres ».

Parmi les scènes remarquables, on peut noter la dernière scène de l'acte III.

Le rôle du duc de Reichstadt (l’Aiglon) est créé par l’actrice Sarah Bernhardt. Interdite sous l’Occupation[1], la pièce fut jouée pendant deux ans consécutifs au théâtre du Châtelet devant des salles combles. Trois acteurs (et actrices) se partagèrent le rôle-titre, dont Jean Darnel, premier comédien ayant l’âge du rôle.

Distribution[modifier | modifier le code]

Théâtre Sarah-Bernhardt,

Adaptations théâtrales[modifier | modifier le code]

Emmanuel Dechartre dans le rôle-titre. Mise en scène de Jean Danet (1993). Photo : Daniel Cande.

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

Adaptation musicale[modifier | modifier le code]

  • 1936 : L'Aiglon, opéra d'Arthur Honegger et Jacques Ibert.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éphémérides de quatre années tragiques, 1940-1944, Pierre Limagne et Joseph Huguen, La Bonne Presse, Paris 1945-1948.

Liens externes[modifier | modifier le code]