Le Gendarme de Saint-Tropez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres films de la série, voir Le Gendarme (série de films).
Le Gendarme de Saint-Tropez
Description de cette image, également commentée ci-après

Dessin central de l'affiche italienne du film,
similaire à l'affiche française.

Réalisation Jean Girault
Scénario Jacques Vilfrid
Richard Balducci
Jean Girault
Acteurs principaux
Sociétés de production SNC (Paris)
Franca Films (Rome)
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Comédie
Durée 95 minutes
Sortie 1964

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le film lance définitivement la carrière de son interprète principal, Louis de Funès.

Le Gendarme de Saint-Tropez est un film comique franco-italien réalisé par Jean Girault, sorti en 1964.

Au début des années 1960, après avoir eu à faire à des gendarmes assez nonchalants en poste à Saint-Tropez, Richard Balducci imagine une comédie opposant un gendarme zélé à une brigade de gendarmes débonnaires. Le scénario est écrit par Jacques Vilfrid, Richard Balducci et Jean Girault.

Le film raconte les aventures de Ludovic Cruchot, un gendarme très « service-service », muté dans la cité balnéaire de Saint-Tropez, sur la côte d'Azur, avec le grade de maréchal-des-logis-chef. Il y découvre une brigade où il fait bon vivre et participe aux récurrentes chasses aux nudistes et aux nombreuses activités détente de sa brigade, dirigée par le quelque peu surpassé adjudant Gerber.

Ludovic Cruchot est interprété par Louis de Funès, autour duquel tout le film a été construit. L'adjudant Gerber est joué par Michel Galabru et les autres gendarmes par Jean Lefebvre, Christian Marin, Guy Grosso et Michel Modo. Nicole, la fille de Cruchot, est incarnée par Geneviève Grad. Conçu comme une petite comédie sans prétention, le film est réalisé avec un budget peu élevé. Son tournage se déroule de juin à juillet 1964, en extérieurs à Belvédère et à Saint Tropez ainsi qu'aux studios de la Victorine. La bande originale est composée par Raymond Lefebvre et comprend la chanson Douliou Douliou Saint Tropez, qui remportera un franc succès.

Le Gendarme de Saint-Tropez sort en salles le , rencontre un succès considérablement inattendu et finit par arriver, à la surprise générale, en tête du box-office français de l'année 1964 avec plus de 7,8 millions d'entrées. L'accueil critique est partagé mais Louis de Funès reçoit une Victoire du cinéma pour son interprétation. Le film installe l'acteur en haut du box-office pour la première fois et lance définitivement sa célébrité.

Après cette réussite fulgurante et imprévue, une suite, Le Gendarme à New York, est réalisée l'année suivante. À nouveau un succès, cette suite en engendre d'autres, formant finalement une série composée de six films, dont le dernier volet est sorti en 1982.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Synopsis court[modifier | modifier le code]

Le port de Saint-Tropez (ici en 2005), là où Cruchot rencontre Merlot et Fougasse.

Grâce aux loyaux services rendus à une commune non nommée des Hautes-Alpes[Note 1], où il était jusqu'ici en poste, Ludovic Cruchot, gendarme, est muté dans le Var, à Saint-Tropez tout en étant promu maréchal des logis-chef.

Arrivé sur les lieux de sa nouvelle affectation, Cruchot participe aux vaines et répétitives chasses aux nudistes organisées par son supérieur, l'adjudant Gerber, tandis que de son côté sa fille Nicole, qui s'ennuyait autrefois à mourir dans son village, est éblouie par le luxe de sa nouvelle ville. Mais, n'arrivant pas à se faire accepter par les jeunes bourgeois de la station balnéaire, elle s'invente un père fictif richissime : celui-ci serait milliardaire, possèderait un yacht dans cette cité et s'appellerait Archibald Ferguson, qu'elle n'aurait jamais rencontré.

Contraint par Nicole et bien malgré lui, Cruchot va se retrouver au cœur du manège de sa fille, qui va le mêler à son histoire et par là même, à la recherche d'un Rembrandt volé (au musée de l'Annonciade), lorsque les amis de cette dernière chercheront à le rencontrer. Il essayera pourtant et par tous les moyens de préserver son identité officielle intacte au vu de son adjudant et de ses collègues.

Synopsis détaillé[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

C'est le vol par les amis de Nicole de la fameuse Mustang de Ford, un modèle alors tout neuf à l'époque, qui est l'origine des péripéties autour du Rembrandt volé.
  • Titre : Le Gendarme de Saint-Tropez
  • Titre international : The Gendarme of Saint-Tropez ou The Troops of St. Tropez

Distribution[modifier | modifier le code]


Réalisation[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Choix des acteurs[modifier | modifier le code]

Au départ, l'adjudant Gerber devait être interprété par Pierre Mondy. Ce dernier, occupé par une pièce de théâtre, n'a pas fait le film. Il fut remplacé par Michel Galabru.

Tournage[modifier | modifier le code]

La séquence du début en noir et blanc, lorsque Cruchot est simple gendarme, fut tournée dans la commune de Belvédère dans les Alpes-Maritimes.

La séquence en voiture avec la religieuse fut réglée par le cascadeur de l'époque Gil Delamare.

Le tournage s'est déroulé à Saint-Tropez, ainsi qu'aux studios Riviera à Nice.

Bande originale[modifier | modifier le code]

Le film, tourné en juin et juillet 1964, doit sortir en septembre de la même année : la musique du film doit donc être enregistrée en août. Or, à cette époque de l'année, la plupart des musiciens et compositeurs ne sont pas disponible, étant partis en vacances : Jean Girault, ayant essuyé beaucoup de refus de la part de nombreuses personnes, contacte finalement Paul Mauriat et Raymond Lefèvre, qui n'étaient pas encore partis en vacances. Paul Mauriat, fatigué, laisse Raymond Lefèvre travailler tout seul sur la musique du film mais celui-ci refuse dans un premier temps, voulant prendre du repos dans sa maison alors récemment acquise dans l'Oise. Il finit par accepter, Jean Girault l'ayant supplié, et se lance alors dans l'écriture de la musique pour « ne pas laisser tomber » le réalisateur[3].

La chanson Douliou-douliou Saint-Tropez, dont les paroles ont été écrites par André Pascal, est réellement chantée par Geneviève Grad. Elle eut beaucoup de succès. D'ailleurs, le pianiste qui donnait le rythme pour la chanson (la musique n'était pas encore enregistrée) ayant fait des fautes de mesures lors du tournage de la scène où Nicole chante dans le bar, Raymond Lefèvre a été obligé de faire des fautes de mesures lorsqu'il a enregistré la musique, pour que le son colle à l'image. Lors d'un interview, le compositeur en rira en commentant : « Ça, c'est la seule fois de ma vie où il m'est arrivé de faire un truc pareil ! »

Le thème musical du film, la fameuse Marche des Gendarmes, est une idée de Jean Girault : celui-ci insista auprès de Raymond Lefèvre pour qu'il fasse un thème proche de la chanson Colonel Bogey March, rendue populaire en France par le film Le Pont de la rivière Kwai de David Lean[4]. Cette musique (comme la chanson Douliou-douliou Saint-Tropez), a beaucoup plu au public : elle est ainsi réutilisée dans chaque film de la série (sauf Le gendarme se marie mais, l'absence de cette musique durant tout le film ayant fortement vexé Louis de Funès, elle a à nouveau été utilisée dans les films suivants). Raymond Lefèvre ré-orchestre deux fois cette musique : en 1970 pour Le Gendarme en balade et en 1982 pour Le Gendarme et les Gendarmettes.

Régulièrement crédité « Raymond Lefèvre » par erreur, le compositeur a cette fois-ci son nom correctement orthographié « Raymond Lefebvre » au générique du film  : ce sera de même dans les génériques des films Les Grandes Vacances, Le gendarme se marie, Le Gendarme en balade et La Soupe aux choux, tous de Jean Girault.

La bande-originale du film a plusieurs fois été éditée sous différents supports : par exemple, l'album Bande-originale du film Le gendarme de Saint-Tropez est sorti en 2010, soit 46 ans après la sortie du film et 2 ans après la mort de Raymond Lefebvre

Liste des pistes
Toute la musique est composée par compositeur.
No Titre Paroles Interprété par Durée
1. Douliou-douliou Saint-Tropez (Chanson du film) André Pascal Geneviève Grad 2:02
2. Marche des Gendarmes 2:30
3. Surf surprise-party 2:50
4. Thème de Nicole 1:27
5. Générique 1:42
10 min.
Non inclus dans cet album

Montage[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Le Gendarme de Saint-Tropez sort en salles en septembre 1964 en France. Pour sa première semaine en salles sur Paris, le film prend la première place du box-office avec 61 329 entrées sur sept salles, qui se confirme la semaine suivante avec 55 665 entrées supplémentaires, tout en restant en tête[5]. Il reste pendant cinq semaines dans les trois meilleures places du box-office parisien[5]. Au final, Le Gendarme de Saint-Tropez finit son exploitation parisienne en salles avec 959 265 entrées[5],[6]. Le succès se confirme en province, puisqu'il totalise 6,8 millions d'entrées supplémentaires, portant le cumul à 7 809 334 entrées[6]. L'énorme succès du Gendarme de Saint-Tropez lui vaut d'être le plus gros succès cinématographique de l'année 1964[6] et marque également une étape importante dans la carrière de Louis de Funès, puisqu'il devient une star du cinéma français, bien qu'ayant connu d'autres succès avec Pouic Pouic, sorti en 1963 et Faites sauter la banque, sorti en février 1964, qui avaient réuni respectivement deux millions d'entrées, qui ont fait de lui un acteur reconnu, voire bankable à cette période, à une période où Fernandel commençait à voir son succès décliner[5].

Distinction[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

L’ancienne gendarmerie de Saint Tropez qui a servi de décor aux cinq premiers films.
  • Ce film marque le début d'une série de six comédies sur le gendarme Cruchot qui ont marqué la carrière de Louis de Funès et ont rencontré un succès considérable en France tout au long des années 1960, 1970 et 1980. Un des ressorts du film est la chasse aux nudistes que les gendarmes organisent sur les plages de la petite cité balnéaire qui commençait à avoir une réputation nationale.
  • Les six gendarmes sont : Louis de Funès (6 films), Michel Galabru (6 films), Michel Modo (6 films), Guy Grosso (6 films), Jean Lefebvre (4 films) et Christian Marin (4 films). Ils sont aujourd’hui tous morts.
  • Un musée dédié au film et au cinéma de Saint-Tropez, se trouve aujourd’hui en lieu et place de la gendarmerie utilisée dans les films du Gendarme de Saint-Tropez.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes :

  1. Cependant, les extérieurs des premières scènes ont été tournés à Belvédère, dans les Alpes-Maritimes, cf. page « Belvédère (06) », consultée le .
  2. L'adjudant Gerber se prénomme Jérôme dans Le Gendarme de Saint-Tropez, Le Gendarme à New York, Le gendarme se marie et Le Gendarme en Balade. Mais, étrangement, son prénom est Antoine dans Le Gendarme et les Extra-terrestres et Alphonse dans Le Gendarme et les Gendarmettes.
  3. Lors de la fête, André-Hugues Boiselier explique à Cruchot que Bishop est un écrivain raté qui a écrit deux livres en treize ans (deux livres de philosophie contradictoires) et auquel le prix des Deux Magots aurait été refusé à six reprises.

Références :

  1. Dicale 2009
  2. Sabrina Piazzi, « Dossier saga du Gendarme de Saint-Tropez », sur cinema.jeuxactu.com (consulté le 2 mai 2016)
  3. Jérôme Wybon, Louis de Funès et les gendarmes (documentaire) :

    « La musique du film devait s'enregistrer au mois d'août, parce que les tournages, c'était toujours juin / juillet, et les films sortaient en septembre et c'était un peu un handicap parce que au mois d'août, à l'époque, on trouvait pas tellement de musiciens disponibles à Paris. En plus de cela, Paul Mauriat était un peu fatigué, il m'a dit "Écoute, fais-le tout seul." ... et moi, j'avais pas envie parce que je venais d'acheter une maison dans l'Oise et j'avais envie de me reposer et de prendre des vacances. Jean Girault m'a téléphoné, il a insisté ; je lui ai dit "Bon, si tu m'envoies les minutages dans ma maison : je te ferai ce que tu veux, je vais pas te laisser tomber" »

    — Raymond Lefèvre

  4. Dicale 2012
  5. a, b, c et d « Le Gendarme de Saint-Tropez », sur boxofficestory.com (consulté le 2 mai 2016)
  6. a, b et c « Box-office français 1964 », sur Jp's Box-office (consulté le 9 juin 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur Le Gendarme de Saint-Tropez :

  • Sylvain Raggianti, Le Gendarme de Saint-Tropez : Louis de Funès, histoire d'une saga, Paris, Flammarion, , 175 p. (ISBN 2081203278)
  • 50e anniversaire : La saga des gendarmes, un panorama des archives SNC, Groupe M6, .

Ouvrages de membres de l'équipe :

  • Claude Piéplu, Il faut croire aux éléphants blancs, éditions Ramsay, , 201 p. (ISBN 9782268031569)
  • Maria Pacôme, Maria sans Pacôme, Le Cherche Midi, , 218 p. (ISBN 2749108640)

Sur Louis de Funès :

Documentaires[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]