Daniel Gélin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gélin.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Daniel Gélin
Description de cette image, également commentée ci-après

Daniel Gélin au festival de Cannes 1996

Nom de naissance Daniel Yves Alfred Gélin
Naissance
Angers, Maine-et-Loire, France
Nationalité Drapeau de la France française
Décès (à 81 ans)
Paris 15e, France
Profession Acteur
Réalisateur
Scénariste
Films notables Rendez-vous de juillet
Édouard et Caroline
La vie est un long fleuve tranquille

Daniel Gélin est un comédien français, né le à Angers et mort le à Paris. Il devient, à la fin des années 1940, une vedette du cinéma français, et tient alors des rôles de jeune premier romantique. Sa carrière au cinéma est plus discrète avec la Nouvelle Vague, mais il connaît à partir des années 1970 un regain de succès avec de mémorables seconds rôles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'Alfred Gélin, employé aux écritures dans une usine d'Angers, et Yvonne Le Méner, ouvrière dans la même usine, d'origine bretonne. Il a une sœur Monique née en 1923 (décédée en 1975). Son père est nommé à Saint-Malo en 1931. Ancien élève du lycée Institution Saint-Malo, Daniel Gélin est condisciple de Jean Le Bot, professeur des universités et amateur de marine. Mais Daniel est un élève indiscipliné. Son père lui trouve une place d'ouvrier dans une conserverie de morues de Saint-Malo puis d'aide-magasinier dans un atelier de cordages.

Carrière[modifier | modifier le code]

Encore mineur, rêvant de théâtre et de comédie, Daniel part à Paris où il suit les cours d'art dramatique de René Simon avec un penchant pour la comédie. René Simon lui suggère de se tourner vers des rôles dramatiques, conseil qu'il suivra avec succès. Il entre ensuite au Conservatoire national d'art dramatique et y rencontre Louis Jouvet. Il suit les cours de Béatrix Dussane. Il côtoie Maria Casarès, Françoise Christophe, Sophie Desmarets, Christine Gouze, Gilbert Trigano (alors apprenti acteur...) et Jacques Charon. Il commence une carrière au théâtre et fait sa première apparition à l'écran en 1940. Il permet à Louis de Funès d'obtenir ses premiers rôles au cinéma (avec La Tentation de Barbizon de Jean Stelli en 1945)[1],[2]. Le considérant comme celui qui avait lancé sa carrière, Louis de Funès le surnomme par la suite « Ma chance ».

Rendez-vous de juillet, puis Édouard et Caroline, réalisés par Jacques Becker, permettent à Daniel Gélin d'accéder au vedettariat. Dans les années 1950, il est l'un des jeunes premiers les plus en vogue du cinéma français, grâce à son jeu moderne et à son physique ténébreux. La Nouvelle Vague lui vaut cependant une période de « traversée du désert ». Il se consacre alors un temps au théâtre, puis renoue avec le cinéma dans les années 1970-80. Loin de son emploi de l'immédiat après-guerre, il devient un acteur de second rôle très familier du public, jouant souvent des personnages blasés et cyniques, comme le médecin dans La vie est un long fleuve tranquille, ou simplement bougons[3].

En comédien passionné de poésie, Daniel Gélin rédige plusieurs recueils de poèmes : Fatras (1950), Dérives (1965), L'Orage Enseveli (1981), Le sang de mes songes (1996, Prix de Poésie 1996 de la Sacem), Passeports délayés (parution posthume en 2005) ainsi que 2 anthologies de choix poétiques, Poèmes à dire (éditions Seghers 1968, préface chaleureuse de Jean Vilar), Cent poètes côté jardin (Éditions du Cherche-Midi 1990). Il est également membre du comité d'honneur de la Maison internationale des poètes et des écrivains de Saint-Malo[4].

Le 29 novembre 2002, il succombe à une insuffisance rénale. Il repose au cimetière de Rocabey à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine).

Vie privée[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre, il a une liaison de plusieurs mois avec Simone Signoret.

En 1945, il épouse Danièle Delorme dont il a un fils, Xavier Gélin (1946-1999).

En 1952, il a avec le mannequin Marie-Christine Schneider une relation dont naît la future actrice Maria Schneider (1952-2011). Il fait la connaissance de cette dernière alors qu'elle a douze ans et, selon les dires de Maria, "l'aurait rencontrée trois fois et ne l'aurait pas reconnue".

Divorcé de Danièle Delorme début 1954, après une brève liaison avec Ursula Andress, il épouse Sylvie Hirsch, mannequin chez Christian Dior dont il aura trois enfants : Pascal, né en 1956 et décédé accidentellement en juillet 1957, Manuel Gélin (1958) et Fiona Gélin (1962). Ils divorcent en 1971.

En 1973, il se marie avec Lydie Zaks, rencontrée en Israël. Elle restera à ses côtés pendant plus de 30 ans. De cette union naît Laura (1975).

Il a six petits-enfants : Sarah Gélin et Hugo Gélin (1980) enfants de Xavier ; Milan (1989), fils de Fiona ; Lana (1998), fille de Manuel, Max (2003) et Lou (2008), enfants de Laura.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Années 1940[modifier | modifier le code]

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Voix off[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Fatras, poésies, Editions Damas (épuisé), 1950
  • Dérives, poésies, Editions Séghers (épuisé), 1965
  • Poèmes à dire, anthologie poétique, Editions Séghers, 1968
  • Deux ou trois vies qui sont les miennes, autobiographie, Editions Julliard, 1977
  • L'Orage enseveli, poèmes, Editions du Pont de l'Épée, 1981
  • Mon jardin et moi, chroniques de jardinage, Editions Julliard, 1985
  • Cent poètes côté jardin, anthologie poétique, Editions du Cherche-Midi, 1990
  • Saint-Malo, guide de tourisme, Editions Ouest France, 1990
  • Comme on s'aimait à Saint germain des Prés, essai, Editions Pierre Bordas, 1993
  • Le Guide facile du jardinage, Editions Pierre Bordas, 1993
  • Le Guide facile du jardinage en ville, Editions Solar, 1994
  • Amazonie, mon journal de voyage, Editions Pierre Bordas, 1994
  • Mon père, Editions Calmann-Lévy, 1995
  • Le Sang de mes songes, poésies, Éditions du Cherche-Midi, 1996, Prix de Poésie de la Sacem
  • A bâtons rompus, autobiographie, Éditions du Rocher, 2000
  • Passeports délayés, poèmes, Éditions Mélis, parution posthume en 2005

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Gélin, Deux ou trois vies qui sont les miennes,
  2. Stéphane Bonnotte, Louis de Funès : Jusqu'au bout du rire, Paris, Michel Lafon, , 255 p. (ISBN 2-84098-908-5) ; réédition Librairie générale française, coll. « le Livre de Poche » numéro 30 444, Paris, 2005, 254 p. (ISBN 2-253-11497-9)
  3. Daniel Gélin, fiche sur le site de la BiFi
  4. Dodik Jégou et Christophe Penot, La Maison internationale des poètes et des écrivains, Éditions Cristel, Saint-Malo, 2002, 57 p. (ISBN 2-84421-023-6)
  5. Les Saintes Chéries sur ina.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvan Foucart, Dictionnaire des comédiens français disparus, Mormoiron : Éditions cinéma, 2008, 1185 p. (ISBN 978-2-9531139-0-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]