Grandmesnil (acteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grandmesnil (homonymie).
Grandmesnil
Grandmesnil, Jean-Baptiste Fauchard dit.jpg
Fonction
Sociétaire de la Comédie-Française
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
Activités

Jean-Baptiste Fauchard, dit Grandmesnil (ou Grand-Ménil), né à Paris le et mort dans cette même ville le , est un auteur et acteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le fils du chirurgien dentiste Pierre Fauchard qui, en 1734, avait acheté le château de Grand-Mesnil à Bures-sur-Yvette, (aujourd'hui annexe de l'Hôpital d'Orsay).

D’abord avocat au parlement de Paris, puis conseiller de l’amirauté, il se prononça contre le Parlement Maupeou et quitta la France en 1771. Réfugié à Bruxelles, il se livra au goût qu’il avait toujours eu pour le théâtre et parut d’abord dans les rôles de valets. Étant rentré en France quelques années plus tard, il joua à Marseille, puis à Bordeaux, où il fit les financiers et les rôles à manteau.

Le , il débuta à la Comédie-Française, d’où il se retira le . Grandmesnil fut un des meilleurs interprètes de Molière et il excella surtout dans les rôles d’Arnolphe et d’Harpagon.

La distinction de ses manières et la régularité constante de sa vie lui valurent dans le monde une légitime considération. Il fut appelé, en 1796, à l’Académie des beaux-arts de l'Institut de France, lors de sa formation, dans la classe de Littérature et Beaux-Arts.

Il est l’auteur de deux pièces de théâtre, probablement non représentées :

  • Le Savetier joyeux (1759)
  • Tant pis pour elles, tant pis pour eux et tant mieux pour eux, tant mieux pour elles, ou le Voyage impromptu (1760)

Carrière à la Comédie-Française[modifier | modifier le code]

Entrée en 1790
Nommé 199e sociétaire en 1792
Départ en 1811 (retraite)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Avare sur le site de la Comédie-Française

Source[modifier | modifier le code]

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 923

Liens externes[modifier | modifier le code]