Marcel Karsenty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marcel Karsenty
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité

Marcel Karsenty, né le à Oran (Algérie) et mort le à Neuilly-sur-Seine[1],[2] est un directeur de théâtre et producteur de tournées français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcel Karsenty rejoint à Paris son oncle Raphaël Karsenty (1889-1932), fondateur des tournées qui portent son nom, en 1927. À la mort de ce dernier, il prend la direction de l'entreprise secondé par ses frères Robert et Pierre[2].

Les Galas Karsenty deviennent un acteur important du rayonnement du théâtre francophone. Ils organisent en 1938-1939 une tournée de la Comédie-Française qui va de Londres à Buenos Aires, passant par les Balkans, l'Afrique du Nord et le Brésil. Pendant la Seconde Guerre mondiale, c'est Louis Jouvet et sa troupe qui parcourent l'Amérique du Sud[2], présentant Jean Giraudoux et Paul Claudel à un public encore avide de culture française[3].

Après guerre, en plus d'auteurs confirmés comme Marcel Achard ou Jean Anouilh, les Galas Karsenty présentent de nouveaux venus comme Harold Pinter, Gabriel Arout et Graham Greene. En 1965, la société fusionne avec les Productions théâtrales Georges Herbert pour donner naissance aux Galas Karsenty-Herbert[4].

Parallèlement a son activité de tourneur, Marcel Karsenty exerce la fonction d'administrateur adjoint de l'Atelier de Charles Dullin dont il est un des proches. Il dirige ensuite le Théâtre de Paris avec Pierre Dux de 1948 à 1952 et le Théâtre des Ambassadeurs (aujourd'hui Espace Cardin) de 1962 à 1970.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (60e division).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. État civil trouvé dans la base MatchId des fichiers de décès en ligne du Ministère de l'Intérieur avec les données INSEE (consultation 27 juillet 2020)
  2. a b et c Mort de Marcel Karsenty sur L'Humanité.fr
  3. La tournée donne aussi l'occasion au nouveau régime de Vichy de diffuser sa propagande jusqu'à la rupture de tous liens en 1943. Charlotte Delbo, assistante de Jouvet, quittera la troupe en novembre 1941 pour rejoindre la résistance .Cf. Denis Rolland, Louis Jouvet et le Théâtre de l'Athénée : « Promeneurs » de rêves en guerre de la France au Brésil, L'Harmattan, 2000.
  4. Dénomination officielle, forme internationale, Cf. Les Galas Karsenty-Herbert, BNF 14708539

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :