Editis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
logo
Logo de Editis.
Repères historiques
Création 2004
Dates clés 2004 : rachat par Wendel
2008 : rachat par Planeta
Fiche d’identité
Forme juridique Autre SA à conseil d'administration
Statut Groupe d'édition
Slogan « Au cœur de la création »
Siège social Paris  (France)
Dirigée par Alain Kouch Tchekerul
Langues de publication Français
Diffuseurs Interforum
Société mère Planeta
Filiales Le Robert, CLE International, La Découverte, Éditions Perrin, Presses de la Renaissance, Bordas, Nathan, Éditions Gründ
Effectif 2 600
Site web Editis.com
Données financières
Chiffre d'affaires en diminution 751 millions (2009)[1]
Principaux concurrents
Hachette Livre, Groupe Madrigall, La Martinière

Editis est un groupe d'édition français constitué en janvier 2004. Il s'agit d'une partie de l'ancien Vivendi Universal Publishing, partagé lors de la vente de celui-ci par Vivendi Universal à Lagardère SCA. Il appartient à l'espagnol Grupo Planeta depuis avril 2008[2].

Le groupe compte 2 600 salariés et plus de 40 marques d’édition, pour un chiffre d'affaires annuel de 760 millions d'euros en 2008, ce qui le place au deuxième rang des groupes d'édition français, derrière Hachette Livre[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Havas SA[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Havas.

L'histoire du groupe éditorial et de diffusion Editis, remonte à la formation du groupe Havas, privatisé en 1987 sous le nom d'Havas SA, qui réussit en moins de dix années à se réorganiser en six pôles d'activités : audiovisuel (dont Canal+), conseil en communication, information et édition, médias de proximité, voyages et loisirs, multimédia. En 1997, Havas SA absorbe CEP Communication qui possède le Groupe de la Cité (Larousse, Nathan, Bordas, Dalloz, Dunod, CLE International, Retz, Hemma, Plon-Perrin, Presses de la Cité, Solar, Belfond, Pocket, 10/18, Fleuve éditions, Robert Laffont, Julliard, Seghers…) ainsi que de nombreux périodiques, et participe ou organise des salons et activités multimédia. La puissance du groupe est telle qu'elle dépasse un temps Hachette.

Vivendi[modifier | modifier le code]

En 1998, Havas SA devient une filiale à 100 % de Vivendi. Les acquisitions se multiplient : Le Groupe Quotidien santé, Doyma (Espagne), Anaya (Espagne), le Groupe OVP Vidal, Cendant Software (États-Unis), le groupe L’Étudiant, Barbour Index (GB), Aique (Argentine), le Groupe MediMedia, Atica et Scipione (Brésil), ainsi que plusieurs sociétés américaines dans la santé. En 2000, la création de Vivendi Universal entraîne le changement de nom d'Havas qui devient Vivendi Universal Publishing (VUP), entité dans laquelle est présente également l'activité jeux vidéo (Vivendi Universal Games).

Lagardère SCA[modifier | modifier le code]

Le 20 décembre 2002, Vivendi procède à la cession de ses activités d'édition : la filiale Vivendi Universal Publishing (sauf le pôle Vivendi Universal Games) passe donc sous le contrôle de Lagardère SCA, sous réserve de l'approbation de la Commission européenne. Le 7 janvier 2004, la Commission européenne autorise la conservation par Lagardère d'une partie seulement des actifs éditoriaux de l'ex-VUP. Lagardère conserve les éditions Larousse, Dalloz, Dunod, Armand Colin, Sedes, Nathan-Université, le groupe Anaya et le centre de distribution d’Ivry (rue Rigaud). Les 60 % restant des actifs éditoriaux sont remis sur le marché ; le groupe, qui prend alors le nom d’Editis, se recentre sur l’édition francophone.

Wendel Investissement[modifier | modifier le code]

Le 30 septembre 2004, Wendel Investissement fait l'acquisition de 100 % d'Editis. Le 28 avril 2005, Editis rachète Le Cherche midi, opération confirmée le 1er juin. Le 2 décembre 2005, Editis rachète les éditions First, puis, le 31 décembre 2006, les Éditions XO, le 19 mars et le 14 juin 2007, le Groupe De Boeck et les Éditions Gründ. Enfin, le 10 septembre, Editis fait l'acquisition de Paraschool, société spécialisée dans la formation professionnelle et le soutien scolaire en ligne.

Planeta[modifier | modifier le code]

En avril 2008, la holding éditoriale espagnole Grupo Planeta rachète à Wendel le groupe Editis. Cependant, en septembre 2010, la Cour européenne de justice invalide la décision du 7 janvier 2004 par laquelle la Commission européenne validait le rachat de 60 % des actifs de VUP par Wendel Investissement, Conséquemment, en avril 2011, Editis choisit de céder les Éditions De Boeck à Ergon Capital[4]. En juillet 2013, Editis acquiert les éditions Tana, puis en janvier 2014, les éditions Sonatine.

En mars 2015, Editis annonce son souhait de racheter au groupe La Martinière son pôle de distribution composé de Volumen et Loglibris. Cette acquisition est validée par les autorités françaises de la concurrence[5].

Sociétés du groupe[modifier | modifier le code]

En 2012, le groupe Editis[6] compte plus de 40 marques d'édition, dans trois pôles principaux.

Littérature[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

  • Bordas : outils pédagogiques, manuels scolaires, matériel pour la classe, ouvrages parascolaires, livres de pédagogie, livres de références culturelles
  • CLE International : manuels spécialisés en enseignement du français langue étrangère
  • Nathan : jeux éducatifs, manuels scolaires, livres de pédagogie, revues, matériel d’éveil et d’équipement de la classe, ouvrages parascolaires, littérature jeunesse, guides nature
  • Paraschool : édition interactive de contenus dans les domaines de la formation professionnelle et du soutien scolaire
  • Retz : méthodes scolaires pour l’école primaire, ouvrages de pédagogie, ouvrages d’aide et de perfectionnement

Référence[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaires Le Robert : langue et de la culture françaises, dictionnaires monolingues, bilingues, thématiques, ouvrages pédagogiques, sur tous supports

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livres Hebdo, « Les 200 premiers éditeurs français », n° 836, 8 octobre 2010.
  2. Livres Hebdo.
  3. « Hachette est le plus gros éditeur français », sur bibliomonde.com.
  4. Source : « Qui sommes-nous ? » sur le site institutionnel du groupe De Boeck.
  5. « Le rachat de Volumen par Editis, aucune incidence sur la concurrence », Clément Solym, ActuaLitté, 17 juillet 2015.
  6. Source: Page « Information institutionnelle » du site Editis.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]