Discogs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Logo de Discogs

Adresse www.discogs.com
Description Site web répertoriant les enregistrements musicaux
Commercial Partiellement
Publicité  Oui
Type de site Musique
Langue Anglais, français, allemand, espagnol, italien, japonais
Inscription Optionelle
Nombre d'inscrits 2,9 millions (fin 2015)
Siège social Portland (Oregon)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Propriétaire Zink Media Inc.
Créé par Kevin Lewandowski
Lancement Octobre 2000
Classement Alexa 1 156 (monde, août 2016)

Discogs, diminutif de discographies, est un site web et une base de données collaborative d'enregistrements musicaux, dont les productions commerciales ou publicitaires, les bootlegs et autres productions non officielles. Les serveurs de Discogs, hébergés sous le nom de domaine « discogs.com », sont la propriété de Zink Media Inc. et sont situés à Portland, Oregon, États-Unis.

Discogs est l'une des plus grandes bases de données en ligne répertoriant les productions de musique électronique et de disques vinyles, bien qu'il ne s'y limite pas. En 2016, tous genres et formats confondus, un peu plus de 7 millions de productions sont cataloguées. Le site propose aussi des informations sur plus de 4 400 000 artistes et plus de 880 000 labels.

Le site dispose aussi depuis 2005 d'une plate-forme de marché en ligne, nommée Marketplace, grâce à laquelle il est devenu un acteur majeur du marché de l'industrie musicale. En 2015, plus de 100 millions de dollars de CD et de vinyles ont en effet été vendus par ce moyen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fondateur de Discogs, Kevin Lewandowski, est un programmeur, DJ et amateur de musique. Il a déclaré en 2010 avoir travaillé environ six mois sur la première version du site, avant de le lancer en novembre 2000[1]. Le nom de domaine discogs.com est enregistré peu avant, le [2]. À l'origine, la base de données est uniquement consacrée à la musique électronique[1], avec plus de 98 % de la musique recensée appartenant à ce genre.

À la mi-2003, commence l'écriture d'une nouvelle version de discogs, appelée v2.0 (contrairement à la version existant jusque là, la v1.0)[3]. Parmi les buts annoncés, l'ouverture à de nouveaux genres, à commencer par le hip-hop. Ainsi, il y a désormais pour chaque album un genre assez général (électronique, hip-hop, rock) et un ou plusieurs styles, plus précis (techno, house, trance)[3]. Les nouveautés concernent également des améliorations de l'interface et plus de possibilités pour l'ajout et la mise à jour de données[3].

D'autres genres que le hip-hop sont ajoutés par la suite, comme le rock et le jazz en janvier 2005, le funk/soul, la musique latine et le reggae en octobre de la même année. En janvier 2006, sont disponibles le blues ainsi que les enregistrement audio non musicaux, comme les spectacles ou les interviews. La musique classique est supportée à partir de juin 2007, et les derniers genres en octobre 2007, à savoir la musique militaire, pour enfant, la folk, les musiques du monde et la musique country. Ainsi, n'importe quel enregistrement audio est censé pouvoir être répertorié dans la base.

Depuis 2006, Discogs a mis en place un système de vente et d'achat des disques référencés sur le site, baptisé Discogs Marketplace. Les frais liées à la vente d'articles sont aux commencement de 5 % du montant de ces derniers, dans le courant du mois de juillet 2009 les frais augmentent de 20 % pour s'établir à 6 % du prix de l'article vendu[réf. nécessaire].

Le , Kevin Lewandowski annonce que les frais passent de 6 % à 8 % (soit une augmentation de 33 %)[4]. Cette dernière augmentation a pour but de couvrir les frais d'achats de nouveaux serveurs, la mise en place de nouvelles applications et fonctionnalités, l'amélioration du marketing ainsi que l'embauche de personnel afin de créer une antenne européenne censée améliorer le support aux utilisateurs[4]. Cette dernière n'a à ce jour[Quand ?] pas encore vu le jour.

Depuis le 15 juillet 2013, Discogs interdit aux marchands de répercuter les frais liés à l'utilisation de Paypal[réf. nécessaire].

En 2015, se sont vendus 6,58 millions d'exemplaires sur Discogs, soit une augmentation de 31 % par rapport à 2014[5]. Parmi ceux-ci, on dénombre 5,35 millions de disques vinyles et 1,12 million de CD[5]. Cela représente environ 100 millions de dollars, en faisant ainsi un rival d'Amazon et eBay sur le secteur musical[6].

Nombre de références[modifier | modifier le code]

Nombre de parutions, artistes, labels et contributeurs sur Discogs
Date Parutions Artistes Labels Contributeurs Réf.
30 juin 2004 260 789 NC NC 15 788 [1]
17 novembre 2015 6 464 362 NC NC 2 962 113 [7]

Système de contribution[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Discogs, dont les données proviennent des utilisateurs enregistrés sur le site, a connu au fil du temps plusieurs changements concernant son système de contributions.

Version 1[modifier | modifier le code]

Aux débuts du site, toutes les contributions devaient être validées par des modérateurs. Elles ne deviennent visibles sur le site qu'après que leur exactitude ait été vérifiée, et qu'un modérateur lui ait donné voté un vote positif.

Version 2[modifier | modifier le code]

Dans la deuxième version (V2), un système de limitation des soumissions a été mis en place afin d'éviter que les nouveaux utilisateurs soumettent plus de deux ou trois modifications à la modération. Le nombre de soumissions augmente ensuite selon une échelle logaritmique. Les deux buts de ce système sont de limiter le nombre de soumissions aux modérateurs, et de permettre aux utilisateurs de se faire au système de contributions de manière progressive. Le nombre de votes nécessaires pour valider une contribution était de quatre, avant que cette valeur ne baisse à trois, puis deux.

Version 3[modifier | modifier le code]

La troisième version (V3) est lancée en août 2007. La limite des soumissions est supprimée, permettant à chacun d'en proposer un nombre illimité. Les nouveaux albums ajoutés à la base sont signalées comme « non modérés » grâce à un bandeau, et les mises à jour d'éléments existants (albums, artistes, labels) ne sont pas montrés tant qu'elles ne sont pas validées par un modérateur.

Version 4[modifier | modifier le code]

Le 10 mars 2008, le système de modération des données du site est profondément modifié. Les ajouts et mises à jour de données sont visibles immédiatement, sans vérification nécessaire. Mais les entrées récemment ajoutées ou modifiées sont marquées comme nécessitant des votes, à l'aide d'une barre jaune et d'un bandeau.

Un élément peut être noté, qu'il soit marqué ou pas, pour indiquer si les informations sont correctes et complètes. Les utilisateurs disposant de ce vote sont choisis par un algorithme secret, qui détermine s'ils sont assez expérimentés et fiables. La note moyenne concernant la fiabilité des informations d'un élément sont affichés sur sa page.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Richard Carnes, « Discogs: Vinyl revolution », sur www.residentadvisor.net,‎ (consulté le 13 mai 2016).
  2. (en) « Whois Record for DisCogs.com », sur whois.domaintools.com (consulté le 13 mai 2016).
  3. a, b et c (en) « 2.0 Guide », sur hiphop.discogs.com (version archivée sur web.archive.org) (consulté le 15 mai 2016).
  4. a et b (en) Kevin Lewandowski, « Marketplace Fee & Invoicing Changes - May 1, 2012 », sur www.discogs.com,‎ (consulté le 16 mai 2016).
  5. a et b [PDF] (en) « State Of Discogs 2015 », sur Discogs.com (consulté le 14 mai 2016).
  6. Nicolas Madelaine, « Discogs vend chaque année 100 millions de dollars de disques », sur Les Échos.fr,‎ (consulté le 14 mai 2016).
  7. Thibault Strzelczyk, « Pour ses 15 ans, Discogs dévoile ses stats », sur www.tsugi.fr,‎ (consulté le 14 mai 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]