Piccolo (instrument)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Piccolo.

Piccolo
Image illustrative de l’article Piccolo (instrument)
Piccolo (tête en argent)

Classification Instrument à vent
Famille Bois
Tessiture Range piccolo.png
Articles connexes Flûte
Instrument de musique

Le piccolo (« petit » en italien) est un instrument de musique à vent, plus précisément un bois appartenant à la famille de la flûte traversière. Il est également appelé « petite flûte ».

Beaucoup plus petit que la grande flûte — il fait à peu près la moitié de sa taille — il a à peu près la même étendue, sauf qu'il ne peut jouer ni le do ni le do dièse grave, et il sonne à l'octave supérieure. Il n'est constitué que de deux sections : la tête et le corps, et il est fait de bois (en ébène le plus souvent, mais aussi en buis), de métal (argent, maillechort), ou de résine pour les modèles d'étude. Il est devenu populaire il y a environ 200 ans.

Il est d'usage d'écrire les parties de piccolo à l'octave inférieure, afin de conserver une correspondance doigtés/sons écrits identique à celle de la grande flûte. Le piccolo en ut n'est toutefois pas qualifié d'instrument transpositeur, car ce changement d'octave n'entraîne pas de transposition de tonalité. Ce n'est pas le cas pour le piccolo en ré bémol : les sons produits sont, pour ce dernier, plus aigus d'une octave et un demi-ton diatonique que les sons écrits.

C'est l'instrument le plus aigu de l'orchestre symphonique[1], et son timbre, particulièrement pénétrant, le rend bien audible au-dessus d'un tutti.

Apparu vers la fin du XVIIe siècle, il est introduit dans la musique lyrique par Gluck[2]. Le terme flauto piccolo (« petite flûte » en italien) est toutefois antérieur : pendant l'époque baroque et jusqu'à celle de Mozart, il désigne la flûte à bec soprano ou le petit flageolet.

Autrefois le piccolo jouait essentiellement le rôle de « colorant » orchestral : il était surtout utilisé pour doubler la grande flûte à l'octave supérieure, pour augmenter l'éclat orchestral. Mais depuis Beethoven (par ex. dans la Symphonie pastorale), il peut avoir un rôle indépendant[3].

Le piccolo est utilisé en conjonction avec les tambours par les cliques traditionnelles du Carnaval de Bâle, en Suisse.

On peut parfois le confondre avec le fifre militaire[2] (qui en est l'ancêtre sans clé ou à une seule clé), ce qui s'explique par l'aspect et le jeu très semblable des deux instruments.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Piccolo » sur l'Encyclopædia Britannica en ligne.
  2. a et b Sven Kruckenberg (trad. Claude Dovaz), L'Orchestre symphonique et ses instruments, Paris, Siri Reuterstrand-Gründ, , 236 p. (ISBN 2-7000-1990-3), Page 131.
  3. Georges Gourdet, Les Instruments à vent, coll. Que sais-je ?, PUF, 1976.