Rangers de New York

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rangers.

Rangers de New York

Description de l'image  Logo Rangers New York.svg.
Fondé le 15 mai 1926
Siège Drapeau de New York New York,
Drapeau de l'État de New York New York,
Drapeau des États-Unis États-Unis
Patinoire (aréna) Madison Square Garden
(17 200 places)
Couleurs Bleu, rouge, blanc
                 
Ligue Ligue nationale de hockey
Association Association de l'Est
Division Division Métropolitaine
Capitaines adjoints Marc Staal
Entraîneur-chef Alain Vigneault
Entraîneur(s) associé(s) Ulf Samuelsson
Scott Arniel
Directeur général Glen Sather
Propriétaire Madison Square Garden, L.P.
Équipe(s) affiliée(s) Wolf Pack de Hartford (LAH)
Road Warriors de Greenville (ECHL)
Site web http://rangers.nhl.com/

Les Rangers de New York (en anglais : New York Rangers) sont une franchise professionnelle de hockey sur glace basée à New York dans l'État du même nom aux États-Unis qui évolue dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Ils font partie de la division Atlantique dans l'association de l'est. Fondés en 1926, les Rangers sont une des six équipes originales en compagnie des Blackhawks de Chicago, des Bruins de Boston, des Canadiens de Montréal, des Maple Leafs de Toronto et des Red Wings de Détroit. L'équipe fait partie du holding Cablevision.

Depuis leur première saison, les Rangers ont disputé à dix reprises la finale de la Coupe Stanley qu'ils ont remportée en 1928, 1933, 1940 et 1994. Avec ces quatre titres, les Rangers sont la franchise la moins titrée des six équipes originales de la LNH.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premiers temps (1927-1942)[modifier | modifier le code]

La naissance[modifier | modifier le code]

Photo noir et blanc de Tex Rickard.
Tex Rickard, fondateur des Rangers

En 1925, une deuxième franchise américaine, après les Bruins de Boston la saison précédente, voit le jour dans la Ligue nationale de hockey. Cette nouvelle équipe basée à New York appelée les Americans joue ses matchs au Madison Square Garden qui est la propriété de Georges L. « Tex » Rickard. En 1926, Rickard qui voit le succès des Americans décide d'avoir sa propre équipe[1] et malgré l'accord verbal fait aux Americans d'être les seuls occupants du Madison Square Garden[2], il obtient une franchise de la LNH le 15 mai 1926[3] pour la somme de 50 000 dollars américains[4]. Le nom de la franchise, qui aurait dû originalement être les New Yorks Giants[5] est finalement décidé par les journaux de l'époque qui surnomment l'équipe les Tex's Rangers[6],[7], en référence à la force de police de l'État du Texas où Rickard a grandi, les Texas Rangers.

Pour former l'équipe, Rickard fait appel à Conn Smythe qu'il nomme premier directeur-général de la franchise[2]. Celui-ci fait alors signer les agents libres Clarence Abel, Murray Murdoch, Ching Johnson, Lorne Chabot, Paul Thompson et Billy Boyd ; il achète également Reg Mackey et Ollie Reinikka aux Maroons de Vancouver, Hal Winkler aux Tigers de Calgary, les frères Bill et Bun Cook aux Crescents de Saskatoon et, sur proposition de ces derniers[8], Frank Boucher pour qui le club dépense 15 000 dollars[9]. Cette somme représente près de la moitié du montant total de la nouvelle équipe pour laquelle Smythe débourse 32 000 dollars[10]. Smythe ne reste cependant pas longtemps aux commandes de l'équipe et il est remplacé par Lester Patrick avant le début du camp d'entraînement[11]. Pour attirer les spectateurs, le publicitaire Johnny Bruno a l'idée de miser sur les nombreux groupes ethniques de la ville modifie le nom de deux des joueurs sur la liste officielle[2] ; ainsi, Chabot devient Shabotsky et Reinikka devient Rocco, espérant ainsi attirer les communautés juives et italiennes mais cette idée est rapidement abandonnée, les deux joueurs n'aimant pas leur nouveau nom[12].

Le 16 novembre 1926, devant plus de 13 000 spectateurs[13], les Rangers disputent leur match inaugural contre les champions en titre, les Maroons de Montréal, et le remportent sur le score de 1-0[14] grâce à un blanchissage[Note 1] de Winkler et au but vainqueur de leur capitaine Bill Cook[11]. Après un deuxième match victorieux 5-1 à Toronto contre les Saint-Patricks, ils connaissent leur première défaite le 25 novembre, à Pittsburgh, match que les Pirates remportent 2-0[15]. Pour leur première saison d'existence, les Rangers remportent la saison régulière avec onze points d'avance sur les Bruins de Boston, second de leur division ; ils terminent troisième équipe de la ligue derrière les Sénateurs d'Ottawa et les Canadiens de Montréal[16] et se qualifient ainsi pour les séries éliminatoires. Qualifiés directement pour le deuxième tour des séries, il rencontrent les Bruins qui ont éliminé les Black Hawks[Note 2]. Lors du premier match, les deux gardiens, Lorne Chabot et Hal Winkler, qui avait débuté la saison avec les Rangers, arrêtent tous les tirs pour obtenir chacun un blanchissage mais les Rangers perdent le deuxième match à New York, et sont éliminés 3 buts à 1.

La première Coupe Stanley[modifier | modifier le code]

Photo de Lester Patrick qui pose en tenue de gardien de but.
Lester Patrick endosse le rôle de gardien de but en finale de la Coupe Stanley.

Après cette première saison réussie, les Rangers entament la suivante avec une équipe peu remaniée. Stan Brown, Reg Mackey et Ollie Reinikka ne font plus partie de l'effectif alors qu'Alex Gray nouvelle recrue, Frank Callighen des Indians de Springfield, équipe de la Ligue américaine de hockey, et Laurie Scott en provenance des Americans l'intègrent.

Les Rangers terminent la saison régulière à la deuxième place de la division Américaine, quatre points derrière les Bruins de Boston[17]. La première équipe de chaque division est directement qualifiée pour les demi-finales alors que les Rangers doivent jouer un tour préliminaire contre le troisième de leur division, les Pirates de Pittsburgh. Les Rangers de New York battent tout d'abord les Pirates puis les Bruins pour atteindre la finale de la Coupe Stanley contre les Maroons de Montréal[18].

En raison de la présence d'un cirque au Madison Square Garden, tous les matchs de la série se jouent dans le Forum de Montréal. Le premier match est remporté par les Maroons sur le score de 2 à 0 avec des buts de Mervyn « Red » Dutton et Merlyn « Bill » Phillips et un blanchissage de Clint Benedict[19].

Au cours du deuxième match, alors que le score est encore vierge, Nels Stewart des Maroons effectue un tir et le palet frappe directement l'œil du gardien des Rangers, Lorne Chabot. Il est immédiatement conduit à l'hôpital et les Rangers se retrouvent alors sans gardien, les équipes de la LNH ne disposant pas systématiquement de remplaçant à ce poste lors des matchs. À l'époque, les règles de la LNH accordent dix minutes aux équipes dont un gardien est blessé pour le soigner ou pour trouver une solution de remplacement. Alex Connell, gardien d'Ottawa, et Hugh McCormick des Panthers de London présents dans les tribunes se proposent tous les deux pour remplacer Chabot au pied levé. Frank Calder, président de la LNH, demande aux dirigeants des deux équipes de se réunir avec lui dans un bureau du Forum pour trouver une solution. James Strachan, dirigeant de Montréal, refuse les différentes solutions proposées en n'acceptant pas de joueur étranger à l'équipe des Rangers. Il argue que les blessures de gardiens deviennent de plus en plus courantes et que son équipe emploie James « Flat » Walsh depuis deux saisons en tant que gardien remplaçant et qu'il lui coûte 9 000 dollars pour un match par saison. Il ajoute également que ses joueurs sont là pour gagner la Coupe Stanley et que permettre à Connell, le meilleur gardien de la saison régulière, de jouer pour les Rangers n'est sûrement pas la meilleure des solutions[20].

La décision des Maroons est entérinée par Calder et les Rangers ont dix minutes pour trouver un gardien sous peine de perdre le match par forfait. C'est finalement Lester Patrick, entraîneur des Rangers, qui décide d'assurer lui-même le rôle de gardien de but. L'ancien défenseur, âgé de 44 ans, est aidé dans sa tâche par les défenseurs de l'équipe qui installent une zone de sécurité autour de lui. Les Rangers réussissent même à prendre l'avantage par Bill Cook mais Stewart permet aux Maroons de revenir dans le match et provoque la prolongation. Frank Boucher des Rangers inscrit le but de la victoire au bout de sept minutes et Patrick qui a arrêté 17 des 18 lancers adverses est alors porté en triomphe par ses équipiers du soir. Dès le lendemain, l'équipe des Rangers signe un contrat avec Joe Miller, gardien des Americans de New York, qui est autorisé à prendre la place de Chabot dans les buts[21]. Les Rangers perdent un second match lors de la troisième confrontation sur un nouveau un blanchissage mais ils mettent la main sur les deux dernières rencontres de la finale sur la marque de 1-0 puis de 2-1, Boucher inscrivant les trois buts de son équipe[21]. En plus de la Coupe Stanley, ce dernier reçoit le Trophée Lady Byng pour son comportement exemplaire sur la glace[22].

Entre deux Coupes Stanley[modifier | modifier le code]

Photo de Howie Morenz qui pose dans la tenue des Canadiens de Montréal
Howie Morenz (Canadiens de Montréal) est un des meilleurs joueurs de la LNH dans les années 1920-1930.

Malgré leur victoire en finale de la Coupe Stanley, ils finissent deuxième de la division Américaine au terme de la saison suivante, une fois encore derrière les Bruins de Boston[17] après avoir longuement mené la division. En effet, ils sont devant au classement jusqu'à début mars ; le 10 mars, alors que les deux équipes sont toujours à égalité, elles se rencontrent à New York ; les Bruins remportent le match 3-2, prenant seuls la tête de la division pour la garder jusqu'à la fin de la saison régulière en remportant leurs trois derniers matchs. Cette première place de la division leur assure une qualification directe pour les demi-finales de la Coupe Stanley alors que leurs rivaux doivent jouer une série supplémentaire[23].

La formule des séries change légèrement puisque les Rangers jouent leur premier tour contre les Americans de New York, deuxièmes de la division Canadienne ; les Rangers s'imposent 1-0 sur l'ensemble des deux matchs joués contre les Americans pour jouer par la suite les demi-finales de la Coupe contre les Maple Leafs de Toronto[23]. Les champions en titre se qualifient pour la finale deux matchs à zéro et y rencontrent pour la deuxième année consécutive les Bruins. C'est la première fois de l'histoire de la Ligue nationale de hockey qu'une finale se dispute sans équipe canadienne. Le premier match est joué le 28 mars à Boston devant près de 18 000 spectateurs[24] ; Dit Clapper et Dutch Gainor marquent chacun un but lors de la deuxième période alors que Tiny Thompson réalise son troisième blanchissage en quatre matchs et les Bruins gagnent le match 2-0. Dans la deuxième rencontre, jouée au Madison Square Garden à New York, les deux équipes sont à égalité 1-1 après deux périodes, le but des Bruins ayant été inscrit par Harry Oliver ; cependant moins de deux minutes avant la fin de la troisième période, Bill Carson marque le deuxième but de Boston qui leur donne la victoire aux Bruins[24]. Boucher reçoit tout de même le Trophée Lady Byng[22].

En 1929-1930, Frank Boucher est le deuxième meilleur pointeur de la saison avec soixante-deux points, derrière Cooney Weiland des Bruins, et il est le meilleur passeur avec trente-six réalisations[17] ; il reçoit son troisième Trophée Lady Byng[22]. D'un point de vue collectif, les Rangers glissent à la troisième place de division Américaine[17] et jouent le premier tour des séries contre les Sénateurs d'Ottawa qu'ils battent six buts à trois en deux rencontres. Les joueurs de Patrick chutent en demi-finale en perdant contre les Canadiens de Montréal en deux rencontres ; ces derniers remportent par la suite la Coupe Stanley en battant en deux parties les Bruins[25].

La saison 1930-1931 voit l'introduction des équipes des Étoiles à la fin du calendrier ; Bill Cook est sélectionné dans la première équipe avec Patrick comme entraîneur alors que Ching Johnson, Bun Cook et Boucher, qui remporte également son quatrième Trophée Byng, font partie de la seconde équipe[26]. D'un point de vue collectif, les Rangers sont une nouvelle fois qualifiés pour les séries avec la troisième place de la division Américaine[17] ; ils éliminent les joueurs de Toronto 8-3 au premier tour mais chutent par la suite contre les Black Hawks de Chicago 3-0 au total de buts[27]. Le Trophée Lady Byng est remis pour la quatrième année consécutive à Boucher[22].

En 1931-1932, les Quakers de Philadelphie et les Sénateurs d'Ottawa arrêtent de jouer, portant le nombre d'équipes engagées dans la ligue de dix à huit[28]. Les Rangers terminent premiers de leur division et seulement trois points derrière les Canadiens de Montréal, meilleure équipe de la saison[17]. Les deux équipes se rencontrent au premier tour des séries et les Rangers prennent le dessus sur les doubles-champions en titre et leur joueur vedette Howie Morenz trois rencontres à une[29]. Les joueurs de New York jouent donc une finale contre les Maple Leafs de Toronto et ces derniers remportent les trois rencontres 6-4, 6-2 et 6-4 pour mettre la main sur leur première Coupe depuis dix ans[28].

La deuxième Coupe Stanley[modifier | modifier le code]

Photographie de l'équipe des Rangers de New York de 1932-1933
L'équipe des Rangers de 1932-1933, photographie signée par Lester Patrick.

À l'issue de la saison régulière 1932-1933, les Bruins et les Red Wings de Détroit sont premiers à égalité de points en tête de la division Américaine mais avec plus de victoires pour les Bruins face aux Red Wings, l'équipe de Boston est sacrée championne de la division et de la LNH alors que les Rangers sont troisièmes de la division[28]. Avec cinquante points, le joueur des Rangers, Bill Cook, est le meilleur pointeur de la saison régulière[17].

En quart de finale des séries, les Rangers jouent une nouvelle fois contre les Canadiens de Montréal qu'ils battent huit buts à cinq[30]. Ils éliminent par la suite les Red Wings de Détroit pour accéder à une deuxième finale de la Coupe Stanley consécutive ; ils y retrouvent les Maple Leafs de Toronto qui ont battu les Bruins lors du cinquième et dernier match et au bout d'h 44 min 46 s de prolongation[28]. Le premier match de la série a lieu le lendemain à New York et les joueurs locaux s'imposent 5-1[28]. Encore une fois, le cirque occupe le Madison Square Garden et les autres matchs sont joués à Toronto[31] ; les joueurs de New York remportent également la deuxième rencontre 3-1 avant de concéder une défaite 3-2 le 11 avril[32]. Le quatrième match de la série se joue le 13 avril et après soixante minutes de jeu ni Andy Aitkenhead ni Lorne Chabot, qui joue désormais avec Toronto, n'ont concédé le moindre but ; après sept minutes jeu, les Rangers jouent en supériorité numérique et Butch Keeling passe à son capitaine, Bill Cook, qui inscrit le but de la victoire au bout de min 33 s[31]. Le but offre donc la deuxième Coupe Stanley aux Rangers et il s'agit de la première Coupe de l'histoire remportée en prolongation[31]. Joe Primeau des Maple Leafs remporte le trophée Byng lors de la saison précédente mais Frank Boucher retrouve « son » trophée suite à cette nouvelle conquête de la Coupe Stanley[22].

Lors de la saison suivante, les Rangers terminent à la troisième place de leur division[17] et Boucher, qui reçoit son sixième trophée Byng[22], termine meilleur pointeur de son équipe et troisième de la LNH derrière Charlie Conacher et Joe Primeau de Toronto[17]. Les séries éliminatoires se terminent vite pour les Rangers qui sont éliminés dès le premier tour par les Maroons de Montréal en deux rencontres[33].

Boucher remporte son septième et dernier trophée du joueur le plus faire play à la fin de la saison 1934-1935. Marie Evelyn Moreton, femme du gouverneur général du Canada Julian Byng et qui avait décidé de remettre le trophée chaque année, est tellement impressionnée par le jeu de Boucher qu'elle décide de lui offrir le trophée original et de donner un autre trophée à la LNH pour les saisons suivantes[34]. Les Rangers se classent troisièmes de la division Américaine[35] et passent au premier tour les Canadiens de Montréal avec seulement un but de différence entre les deux équipes – les Rangers s'imposant 2-1 puis faisant match nul 4-4 contre les Canadiens[36]. Ils jouent les demi-finales de la Coupe contre l'autre équipe de Montréal, les Maroons. Ce sont ces derniers qui s'imposent avec également un seul but de différence : les Maroons l'emportent 2-1 au Madison Square Garden et obtiennent le match nul 3 buts partout au retour sur leur glace ; les Maroons remporteront par la suite leur deuxième et dernière Coupe Stanley[37].

Les joueurs de New York manquent les séries au cours de la 1935-1936 en terminant à la dernière place de la division Américaine[35]. Le 9 mars 1937, Boucher devient le premier joueur de l'histoire de la LNH à dépasser la barre des 250 passes décisives depuis le début de sa carrière[38]. Troisièmes de la division lors de la saison suivante[35], les Rangers éliminent les Maple Leafs de Toronto lors du premier tour des séries puis ils viennent également à bout des Maroons de Montréal en demi-finale : les deux matchs sont à sens unique avec le gardien des Rangers, Dave Kerr, qui blanchit les Montréalais à chaque fois[39]. La finale de la Coupe a lieu entre deux équipes de la division Américaine : les Rangers contre les Red Wings, champions en titre[40]. Les Rangers s'imposent lors de la première rencontre 5-4 puis blanchissent les Red Wings 1-0 lors de la troisième rencontre. Avec une victoire 4-2 au cours du deuxième match puis de deux blanchissages de leur gardien Earl Robertson lors des parties 4 et 5, les joueurs de Détroit mettent la main sur une deuxième Coupe Stanley consécutive[39],[41].

Cecil Dillon finit cinquième pointeur de la LNH lors de la saison 1937-1938[35] alors que les Rangers sont éliminés au premier tour des séries par les Americans de New York ; au cours de la saison suivante, la LNH se regroupe en une seule division suite à l'arrêt des Maroons[40] et Clint Smith est le quatrième pointeur de la LNH avec quarante-et-un points[35]. Les Rangers perdent une nouvelle fois au premier tour des séries en étant éliminés par les Bruins de Boston en sept rencontres avec quatre matchs qui se terminent en prolongation[42].

La troisième Coupe Stanley[modifier | modifier le code]

Boucher met fin à sa carrière de joueur à la fin de la saison 1937-1938 mais il ne quitte pas pour autant la franchise ; en effet, il devient entraîneur des Rovers de New York, équipe affiliée aux Rangers qu'il mène au titre de champion de lEastern Hockey League[8]. Après une saison à la tête des Rovers, Boucher est nommé entraîneur des Rangers au début de la saison 1939-1940 et en remplacement de Lester Patrick qui se concentre sur son travail de directeur-général de la franchise[8].

Entre le 19 novembre et le 14 janvier, les Rangers connaissent une série de dix-neuf rencontres sans défaites avec cinq matchs nuls et quatorze victoires[43], il s'agit alors d'un record dans la Ligue nationale de hockey[44]. Tout au long de la saison, les Bruins et les Rangers se battent pour la première place du classement ; les deux équipes se rencontrent le 12 mars pour l'avant dernier match de la saison des Rangers[43] et alors que ces derniers sont devant avec un point d'avance au classement[45]. Les Bruins s'imposent 2-1 et prennent la première place ; le dernier match de la saison de New York est joué une nouvelle fois contre les Bruins et les deux équipes se séparent sur un match nul[43]. L'équipe de Boston joue un dernier match contre Montréal, une victoire 7-2, et finit première du classement avec trois points d'avance sur les Rangers[35].

Bryan Hextall inscrit vingt-quatre buts au cours de la saison, le meilleur total de la saison pour la LNH[46] et se classe également premier pointeur des Rangers avec trente-neuf points ; il est le sixième pointeur de la saison, le haut du classement étant occupé par quatre joueurs des Bruins, Milt Schmidt, Woody Dumart, Bobby Bauer et Bill Cowley, et un joueur de Toronto : Gordie Drillon[35].

Bruins et Rangers sont directement qualifiés pour les demi-finales de la Coupe Stanley et sont opposés dans une série au meilleur des sept matchs[Note 3]. La première rencontre se solde par une victoire sans appel de 4-0 pour les Rangers avec un blanchissage réalisé par Dave Kerr ; les Bruins réagissent en remportant les deux rencontres suivantes avant que Kerr réalise deux nouveaux blanchissages 1-0 lors des quatrième et cinquième rencontres. Les Rangers se qualifient pour la finale de la Coupe en remportant le sixième match de la série 4-2[47].

Les Rangers sont opposés lors de cette finale aux Maple Leafs de Toronto, troisièmes de la saison régulière, et ayant remporté les tours précédents des séries en deux rencontres à chaque fois[47]. Les deux premières rencontres sont jouées dans le Madison Square Garden et les joueurs locaux s'imposent 2-1 suite à la prolongation pour le premier match puis sur le score plus large de 6-2 lors de la deuxième opposition. Les Maple Leafs se reprennent en remportant les deux rencontres suivantes chez eux sur les scores de 2-1 et 3-0 avec un blanchissage de Turk Broda. Les deux dernières rencontres suivantes sont jouées sur la glace de Toronto, le cirque occupant une nouvelle fois la salle des Rangers, et les deux parties se finissent suite à des prolongations avec deux victoires pour New York, les Rangers gagnant leur troisième Coupe Stanley de leur histoire en quatorze saisons[42],[48]. Hextall est un des meilleurs joueurs des Rangers lors de la finale : il marque un coup du chapeau et une aide pour mener les Rangers à la victoire au cours du deuxième match de la série[49] et marque le but victorieux en prolongation du sixième match[50].

En plus de la Coupe Stanley, plusieurs joueurs des Rangers sont mis en avant ; Kerr remporte le Trophée Vézina en étant le gardien de but qui accorde le moins de buts au cours de la saison[22] alors que Kilby MacDonald reçoit le Trophée Calder du meilleur joueur-recrue[Note 4] de la saison[51]. Kerr et Hextall sont désignés membre de la première équipe d'étoiles et Art Coulter, Neil Colville et Boucher dans la seconde[26].

Les champions en titre glissent à la quatrième place du classement à la fin de la saison 1940-1941 alors qu'Hextall est, avec quarante-quatre points dont vingt-six buts, le deuxième pointeur de la saison derrière Bill Cowley auteur de soixante-deux points[35]. Les Rangers sont éliminés dès le premier tour des séries par les Red Wings de Détroit[42]. L'équipe de New York se reprend au cours de la saison 1941-1942 en terminant à la toute première place du classement avec trois points d'avance sur les Maple Leafs de Toronto. En tête du classement des pointeurs de la LNH, Hextall compte cinquante-quatre points, deux de plus que son coéquipier, Lynn Patrick, deuxième au classement et également quatre points devant Phil Watson, quatrième au classement[42] ; avec trente-deux buts, Patrick est le meilleur buteur de la saison[52]. Malgré cette bonne saison des joueurs des Rangers, ils sont éliminés au premier tour des séries par les Maple Leafs de Toronto en six rencontres[42].

En 1942, les États-Unis entrent dans la Seconde Guerre mondiale, de nombreux joueurs de la Ligue nationale de hockey sont alors mobilisés et doivent quitter leur équipe. Les Americans de New York, équipe constituée essentiellement de joueurs américains, sont durement touchés et seuls quatre de leurs joueurs sont exemptés de servir pour leur pays[53]. Ils mettent fin à leurs activités suite à la saison 1941-1942 ; la LNH ne compte plus que six équipes et entre dans l'ère qui sera nommée par la suite l'« ère des Six équipes originales »[42].

Les six équipes originales (1942-1967)[modifier | modifier le code]

Photographie de Maurice Richard
Maurice Richard (Canadiens de Montréal) domine la LNH dans les années 1940-1950.

Les Rangers sont également touchés par la Seconde Guerre mondiale et comptent les départs des frères Neil et Mac Colville, d'Alex Shibicky, de Jim Henry et d'Art Coulter[54]. Malgré les soixante-et-un points de Lynn Patrick, l'équipe termine à la dernière place du classement de la LNH lors de la saison 1942-1943[35]. Cinq nouveaux départs, dont Clint Smith, Phil Watson, Alf Pike et également de Lynn Patrick, affaiblissent encore plus les Rangers de New York pour la saison suivante qui terminent une nouvelle fois derniers avec seulement six victoires en cinquante rencontres ; Ken McAuley accorde 310 buts au cours de la saison avec une moyenne de 6,20 buts accordés par match, un record dans la LNH[54] alors que Boucher joue quinze des rencontres de son équipe[8].

Les Rangers terminent derniers de la ligue lors des la saison 1944-1945 avec Ab DeMarco comme meilleur pointeur de l'équipe avec cinquante-quatre points ; il est le huitième pointeur de la LNH qui est dominée par la Punch Line des Canadiens : Elmer Lach, Toe Blake et surtout Maurice « Rocket » Richard qui inscrit 50 buts en 50 matchs[54],[55]. En 1945-1946, l'équipe des Rangers voit le retour de Lynn Patrick et de son frère Frederick « Muzz » Patrick au sein de l'équipe, ainsi que de Colville et de Claude « Chuck » Rayner ; malgré ces retours, les Rangers sont les derniers de la LNH[54]. Le joueur recrue Edgar Laprade remporte tout de même le Trophée Calder à la fin de la saison[51].

Les joueurs de New York font leur retour dans les séries à la fin de la saison 1947-1948 mais sont éliminés dès le premier tour par les Red Wings de Détroit[56]. Après un mauvais début de saison 1948-1949 avec six victoires, onze défaites et six matchs nuls, Boucher quitte le poste d'entraîneur de l'équipe et il est remplacé dans ses fonctions par Lynn Patrick qui ne parvient pas pour autant à qualifier son équipe pour les séries[56]. Le trophée du meilleur joueur recrue de la saison revient une nouvelle fois à un joueur des Rangers : le jeune Finlandais Pentti Lund le remporte en battant son coéquipier, Allan Stanley[57].

Le gardien des Rangers, Chuck Rayner, remporte à la fin de la saison suivante le Trophée Hart du meilleur joueur de la saison[Note 5] ; il aide son équipe à finir à la quatrième place du classement et à jouer les séries pour la deuxième fois depuis 1948[56]. Au cours de la demi-finale, remportée face aux Canadiens, Lund réalise un marquage efficace sur la vedette des Canadiens, Maurice Richard, ce dernier ne marquant qu'un but[58]. En finale de la Coupe, New York doit une nouvelle fois jouer toutes les rencontres à l'extérieur en raison du spectacle de cirque habituel dans leur patinoire ; l'équipe des Rangers s'incline face aux Red Wings de Détroit en sept matchs[56]. Avec onze points inscrits, Lund termine meilleur pointeur des séries[59]. Edgar Laprade reçoit le Trophée Lady Byng[22] alors que Chuck Rayner et Tony Leswick sont élus dans la seconde équipe d'étoiles de la saison[26].

Malgré cette bonne saison, les Rangers retombent dans les fonds du classement en finissant cinquièmes du classement à la fin des saisons 1950-1951 et 1951-1952[55]. Les Rangers terminent la saison suivante à la dernière place du classement malgré les débuts prometteurs de plusieurs jeunes joueurs : Andy Bathgate, Harry Howell, Dean Prentice et Lorne « Gump » Worsley[60], ce dernier remportant le Trophée Calder[51]. Malgré une cinquième place à la fin de la saison 1953-1954[60], Camille Henry devient le sixième joueur recrue des Rangers à remporter le trophée Calder[51].

Il faut attendre la saison 1955-1956 pour voir les Rangers revenir dans les séries ; ils terminent la saison troisièmes avec trente-deux victoires, leur plus haut total depuis leurs débuts, mais sont sont battus par les Canadiens de Montréal en cinq rencontres[61]. Les joueurs de New York sont une nouvelle fois éliminés par les Canadiens lors de la saison suivante après avoir eu la dernière place qualificative pour les séries[61].

Au cours des saisons, Andy Bathgate monte de plus en plus dans le classement des pointeurs et il termine la saison 1957-1958 avec soixante-dix-huit, bon pour la troisième place du classement qui est mené par Dickie Moore et Henri Richard de Montréal, auteurs de quatre-vingt-quatre et quatre-vingt points[62]. Dans le même temps, Camille Henry met la main sur le Trophée Lady Byng[22] et Bill Gadsby est nommé défenseur de la première équipe d'étoiles de la LNH[63]. D'un point de vue collectif, les Rangers se classent deuxièmes de la saison régulière égalant leur record de trente-deux victoires ; ils sont surpris et éliminés dès le premier tour des séries par les Bruins de Boston[64].

Avant la fin de la saison 1958-1959, les Rangers sont qualifiés pour les séries sept matchs avant la fin du calendrier avec sept points d'avance sur les Maple Leafs ; Toronto remporte ses cinq derniers matchs alors que New York s'incline six fois sur sept pour finalement manquer les séries[64]. Bathgate est une nouvelle fois troisième pointeur de la saison avec quatre-vingt-huit réalisations, huit points derrière Dickie Moore des Canadiens[62], et reçoit le Trophée Hart du meilleur joueur de la saison[22]. Les Rangers glissent à la dernière place du classement lors de la saison 1959-1960 puis à l'avant-dernière en 1960-1961 et manquent encore les séries[64]. Doug Harvey, défenseur habituel des Canadiens de Montréal, rejoint les Rangers de New York en tant qu'entraîneur-joueur ; à la fin de la saison 1961-1962, il reçoit le Trophée James Norris qui consacre le meilleur défenseur de la LNH[51]. Les Rangers terminent quatrièmes du classement de la saison mais sont éliminés dès le premier tour par Toronto[64].

1967-1993[modifier | modifier le code]

En 1967, la ligue nationale de hockey passe de six à douze franchises lors du repêchage d'expansion. Les six équipes supplémentaires que sont les North Stars du Minnesota, les Kings de Los Angeles, les Seals d'Oakland, les Flyers de Philadelphie, les Penguins de Pittsburgh et les Blues de Saint-Louis ont le droit de choisir vingt joueurs parmi les six équipes originales qui ont, pour leur part, le droit de « protéger » leurs douze meilleurs joueurs[65]. Lors de ce repêchage, les Kings et les Penguins choisissent cinq joueurs des Rangers, les Seals quatre, les North Stars trois et enfin, les Flyers et les Blues deux[66].

Le 11 février 1968, devant 15 925 spectateurs, les Rangers reçoivent les Red Wings de Détroit pour le dernier match joué au Madison Square Garden III[67] ; les deux équipes se quittent sur un match nul 3-3 et Jean Ratelle est le dernier joueurs des Rangers à y inscrire un but. La franchise déménage ensuite au Madison Square Garden IV où elle dispute son premier match le 18 février contre les Flyers de Philadelphie. Le premier joueur à y inscrire un but est Wayne Hicks, des Flyers ; le premier joueur à marquer pour les Rangers est Phil Goyette[68]. Le match est finalement remporté 3-1 par les Rangers.

La quatrième Coupe stanley[modifier | modifier le code]

En 1994, les Rangers terminent à la première place de la ligue qui compte 7 équipes. Après avoir battu les Islanders de New York, les Capitals de Washington puis les Devils du New Jersey en séries éliminatoires, ils remportent la quatrième Coupe Stanley de leur histoire en battant les Canucks de Vancouver en 7 matchs.

1994-2005[modifier | modifier le code]

Après la Coupe Stanley, les Rangers perdent au deuxième tour des séries contre les Flyers de Philadelphie en 1995 puis à nouveau au deuxième tour la saison suivante contre les Penguins de Pittsburgh.

En 1996, les Rangers font signer Wayne Gretzky, un des plus grands joueurs de l'histoire de la Ligue. Lors de cette saison, les Rangers atteignent la finale de l'Association de l'Est mais sont à nouveau battus en séries éliminatoires par les Flyers.

Malgré l'apport de Gretzky, les Rangers ne se qualifient pas une seule fois pour les séries entre 1997 et 2005.

Depuis 2005[modifier | modifier le code]

Après le lock out de la saison 2004-2005, les Rangers renouent avec les séries en 2006 lors desquels ils ne remportent aucun match et sont éliminés par les Devils du New Jersey.

Rivalités[modifier | modifier le code]

Les plus anciennes rivalités de la Ligue nationale de hockey datent de la période des Six équipes originales dont font partie les Rangers, cependant, les rivalités les plus notables les concernant sont celles qui les opposent aux Flyers de Philadelphie, aux Islanders de New York et aux Devils du New Jersey.

Contre les Flyers[modifier | modifier le code]

La plus ancienne rivalité des Rangers concerne les Flyers de Philadelphie, la première rencontre entre les deux équipes date de 1967.

Contre les Islanders[modifier | modifier le code]

La rivalité opposant les Rangers aux Islanders est la première qui vient à l'esprit du fait de la localisation des deux clubs dans la même ville. Cette rivalité date de l'année 1972 quand la LNH décide d'accorder une nouvelle franchise à la ville de New York.

Contre les Devils[modifier | modifier le code]

La plus récente rivalité est celle qui oppose les Rangers aux Devils du New Jersey et est parfois surnommée Hudson River rivalry, la rivalité de la rivière Hudson. Ce surnom est dû à la rivière qui sépare New York de Newark, ville où sont établis les Devils[69].

La rivalité entre les deux équipes débute quand la franchise des Devils quitte le Colorado pour rejoindre le Grand New York au milieu de trois équipes de la LNH : les Rangers, les Islanders de New York et les Flyers de Philadelphie[70]. Pendant les vingt-cinq premières saisons, les deux équipes ne se rencontrent pas lors des séries éliminatoires ; ils se rencontrent pour la première fois lors des séries de 1992, série où les Rangers, meilleure équipe de la saison régulière, s'imposent en sept rencontres[71],[72].

Identité de l'équipe[modifier | modifier le code]

Photo du maillot bleu des Rangers
Maillot des Rangers de New York

L'équipe est surnommée les Broadway Blueshirts (en français, les maillots bleus de Broadway). Ce surnom est donné aux Rangers alors qu'ils jouent dans le Madison Square Garden situé à l'angle de la 50e rue et de la 8e avenue. Il est dû à la couleur bleue foncée du chandail à domicile des Rangers et à la proximité de Broadway.

Logos[modifier | modifier le code]

Hormis quelques changements cosmétiques, le logo principal des Rangers a peu évolué depuis sa première version en 1926[6]. Reprenant les couleurs bleu, blanc et rouge de la ville de New York, le logo se présente sous la forme d'un écu portant les inscriptions New York en haut et Rangers en travers. À ce logo historique se sont ajoutés deux logos secondaires en 1996 : le premier utilise la statue de la Liberté, le symbole de la ville de New York ; le second est une version modernisée du logo standard.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le salut à la foule[modifier | modifier le code]

Photo des joueurs des Rangers regroupés au centre de la patinoire qui saluent la foule avec leur bâton.
Le salut à la foule après une victoire.

Après chaque victoire à domicile, l'équipe se regroupe au centre de la glace et chaque joueur salue la foule (en anglais « Salute the crowd ») en levant son bâton[73]. Cette coutume Européenne qui est rare dans la LNH est une tradition des Rangers depuis les années 1990.

Patinoires[modifier | modifier le code]

Depuis ses débuts, la franchise a évolué dans deux patinoires distinctes portant le même nom, le Madison Square Garden : tout d'abord le Madison Square Garden III, ouvert le 15 décembre 1925, situé au croisement de la 50e rue et la 8e Avenue ; ensuite le Madison Square Garden IV, patinoire actuelle des Rangers, ouverte le 11 février 1968 sur la 7e Avenue entre les 31e et 33e rues, près de la Pennsylvania Station. Depuis les années 1940, les Rangers partagent leur domicile avec l'équipe de basketball des Knicks de New York[74].

Affiliations[modifier | modifier le code]

Les franchises de la ligue nationale de hockey ayant un effectif limité par convention, elles sont « affiliées » chaque saison à une ou plusieurs équipes de ligues moins importantes. Ceci leur permet de recruter de jeunes joueurs lors des repêchages annuels tout en leur permettant de continuer leur développement sans les lancer trop tôt dans le « grand bain ». De plus, ces équipes affiliées (aussi nommées clubs-écoles ou farm team en anglais) constituent une réserve de talents pour les franchises de la LNH qui font appel à eux au gré des blessures et/ou méformes des joueurs de l'effectif de départ. À l'exception de quelques équipes propriétaires elles-mêmes de leur club-école, les affiliations sont conclues par une entente contractuelle et ne sont donc pas figées dans le temps. Depuis leurs débuts, les Rangers ont été affiliés aux équipes suivantes[75] :

Affiliations principales[modifier | modifier le code]

Affiliations secondaires[modifier | modifier le code]

En plus de ces équipes, les franchises de la LNH possèdent une ou des affiliations dites « secondaires » avec des équipes évoluant dans des ligues mineures. Ces équipes, sont généralement utilisées comme réservoir pour les équipes précédentes en cas d'absence de joueurs blessés ou partis évoluer avec une équipe de la LNH. Au cours de leur histoire, les Rangers ont eu les affiliations secondaires suivantes[75] :

Personnalités[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Pour modifier l'effectif, suivez ce lien
Effectif[76],[77]
No Nom Nat. Position Arrivée Salaire
30 Lundqvist, HenrikHenrik Lundqvist Drapeau : Suède G 2000 - Repêchage 8 500 000 $
33 Talbot, CamCam Talbot Drapeau : Canada G 2010 - Agent libre 562 500 $
5 Girardi, DanielDaniel Girardi Drapeau : Canada D 2005 - Agent libre 5 500 000 $
Kostka, MikeMike Kostka Drapeau : Canada D 2014 - Agent libre 650 000 $
8 Klein, KevinKevin Klein Drapeau : Canada D 2014 - Predators de Nashville 2 900 000 $
17 Moore, JohnJohn Moore Drapeau : États-Unis D 2013 - Blue Jackets de Columbus 965 000 $
18 Staal, MarcMarc StaalA Drapeau : Canada D 2005 - Repêchage 3 975 000 $
Boyle, DanDan Boyle Drapeau : Canada D 2014 - Agent libre 4 500 000 $
Hunwick, MattMatt Hunwick Drapeau : États-Unis D 2014 - Agent libre 600 000 $
27 McDonagh, RyanRyan McDonagh Drapeau : États-Unis D 2009 - Canadiens de Montréal 4 700 000 $
Glass, TannerTanner Glass Drapeau : Canada AG 2014 - Agent libre 1 450 000 $
12 Fast, JesperJesper Fast Drapeau : Suède AD 2010 - Repêchage 805 000 $
16 Brassard, DerickDerick Brassard Drapeau : Canada C 2013 - Blue Jackets de Columbus 5 000 000 $
Mueller, ChrisChris Mueller Drapeau : États-Unis C 2014 - Agent libre 600 000 $
Lombardi, MatthewMatthew Lombardi Drapeau : Canada C 2014 - Agent libre 800 000 $
20 Kreider, ChrisChris Kreider Drapeau : États-Unis AG 2009 - Repêchage 2 475 000 $
21 Stepan, DerekDerek Stepan Drapeau : États-Unis C 2008 - Repêchage 3 075 000 $
Stempniak, LeeLee Stempniak Drapeau : États-Unis AD 2014 - Agent libre 900 000 $
26 Saint-Louis, MartinMartin Saint-Louis Drapeau : Canada AD 2014 - Lightning de Tampa Bay 5 625 000 $
28 Moore, DominicDominic Moore Drapeau : Canada C 2013 - Agent libre 1 500 000 $
36 Zuccarello, MatsMats Zuccarello Drapeau : Norvège AG 2010 - Agent libre 3 500 000 $
61 Nash, RickRick Nash Drapeau : Canada AG 2012 - Blue Jackets de Columbus 7 800 000 $
62 Hagelin, CarlCarl Hagelin Drapeau : Suède AG 2007 - Repêchage 2 250 000 $
Diaz, RaphaelRaphael Diaz Drapeau : Suisse D 2014 - Canucks de Vancouver 1 225 000 $
Falk, JustinJustin Falk Drapeau : Canada D 2013 - Wild du Minnesota 825 000 $
Carcillo, DanielDaniel Carcillo Drapeau : Canada AG 2014 - Kings de Los Angeles 825 000 $

Capitaines[modifier | modifier le code]

Bill Cook, premier capitaine de l'histoire des Rangers est aussi celui qui a occupé le plus longtemps ce poste ; Mark Messier est le seul qui l'a occupé lors de deux périodes différentes[78].


Choix de premier tour[modifier | modifier le code]

Chaque année et depuis 1963, les joueurs des ligues juniors ont la possibilité de signer des contrats avec les franchises des ligues majeures. Cette section présente par année le ou les choix de premier tour lors des repêchages des Rangers[79].

1963 à 1986
Année Nom du joueur Rang Équipe mineure (ligue)
1963 Al Osborne 4e (Weston Jr. B)
1964 Bob Graham 3e Marlboro Midgets de Toronto
1965 André Veilleux 1er Canadiens junior B. de Montréal
1966 Douglas Park 2e Marlboros de Toronto (AHO)
1967 Bob Dickson 6e (Chatham Jr. B)
1968 aucun choix de premier tour
1969 Andre Dupont 8e Canadiens junior de Montréal (AHO)
1970 Norm Gratton 11e Canadiens junior de Montréal (AHO)
1971 Stephen Vickers
Steve Durbano
10e
13e
Marlboros de Toronto (AHO)
1972 Al Blanchard
Robert MacMillan
10e
15e
Rangers de Kitchener (AHO)
Black Hawks de St. Catharines (AHO)
1973 Richard Middleton 14e Generals d'Oshawa (AHO)
1974 Dave Maloney 14e Rangers de Kitchener (AHO)
1975 Wayne Dillon 12e Toros de Toronto (AMH)
1976 Donald Murdoch 6e Tigers de Medicine Hat (WCHL)
1977 Lucien Deblois 8e Black Hawks de Sorel (LHJMQ)
1978 aucun choix de premier tour
1979 Doug Sulliman 13e Rangers de Kitchener (AHO)
1980 Jim Malone 14e Marlboros Toronto (AHO)
1981 James Patrick 9e Saints de Prince Albert (LHJS)
1982 Christopher Kontos 15e Marlboros de Toronto (LHO)
1983 Dave Gagner 12e Alexanders de Brantford (LHO)
1984 Terry Carkner 14e Petes de Peterborough (LHO)
1985 Ulf Dahlen 7e Ostersund (Suède)
1986 Brian Leetch 9e Avon Old Farms H.S. (Conn.)
1987 Jayson More 10e Bruins de New Westminster (LHOu)
1988 aucun choix de premier tour
1987 à 2011
Année Nom du joueur Rang Équipe mineure (ligue)
1989 Steven Rice 20e Rangers de Kitchener (LHO)
1990 Michael Stewart 13e Université de Michigan State (NCAA)
1991 Alekseï Kovaliov 15e HK Dinamo Moscou (Russie)
1992 Peter Ferraro 24e Black Hawks de Waterloo (USHL)
1993 Niklas Sundstrom 8e Ornskoldsvik Modo Hockey (Suède)
1994 Dan Cloutier 26e Greyhounds de Sault Ste. Marie (LHO)
1995 aucun choix de premier tour
1996 Jeff Brown 22e Sting de Sarnia (LHO)
1997 Stefan Cherneski 19e Wheat Kings de Brandon (LHOu)
1998 Manny Malhotra 7e Storm de Guelph (LHO)
1999 Pavel Brendl
Jamie Lundmark
4e
9e
Hitmen de Calgary (LHOu)
Warriors de Moose Jaw (LHOu)
2000 aucun choix de premier tour
2001 Daniel Blackburn 10e Kootenay (LHOu)
2002 aucun choix de premier tour
2003 Hugh Jessiman 12e Dartmouth College (ECAC)
2004 Al Montoya
Lauri Korpikoski
6e
19e
U. du Michigan (CCHA)
TPS jr. (Finlande)
2005 Marc Staal 12e Sudbury (LHO)
2006 Bobby Sanguinetti 21e Owen Sound (LHO)
2007 Alekseï Tcherepanov 17e Omsk (Russie)
2008 Michael Del Zotto 20e Oshawa (LHO)
2009 Chris Kreider 19e Andover (Écoles supérieures)
2010 Dylan McIlrath 10e Woose Jaw (LHOu)
2011 Jonathan Miller 15e Oshawa (LHO)
2012 Brady Skjei 28e Équipe des États-Unis des moins de 18 ans (USHL)
2013 aucun choix de premier tour
2014 aucun choix de premier tour


Meilleurs pointeurs et joueurs des Rangers[modifier | modifier le code]

Rod Gilbert joue avec les Rangers entre 1960 et 1978 ; il est le meilleur pointeur de la franchise avec 1 021 points ainsi que le meilleur buteur avec 406 buts inscrits[80]. Brian Leetch, défenseur de l'équipe entre 1987 et 2004 est le meilleur passeur de l'équipe avec 741 aides au cours de sa carrière[81]. Enfin, Harry Howell, un autre défenseur de l'équipe entre 1952 et 1969, est le joueur le plus utilisé par l'équipe avec 1 160 matchs joués[82],[83].

Voici les statistiques des dix meilleurs joueurs de l'histoire des Rangers[84].

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Meilleurs pointeurs
Nom Pos PJ  B   A  Pts Moy
Rod Gilbert AD 1 065  406  615 1 021 0,96
Brian Leetch D 1 129 240 741 981 0,87
Jean Ratelle C 862 336 481 817 0,95
Andy Bathgate AD 719 272 457 729 1,01
Mark Messier C 698 250 441 691 0,99
Walt Tkaczuk C 945 227 451 678 0,72
Ron Greschner D 982 179 431 610 0,64
Steve Vickers AG 698 246 340 586 0,84
Vic Hadfield AG 839 262 310 572 0,68
Adam Graves AD 772 280 227 507 0,66

Numéros retirés[modifier | modifier le code]

Le départ de Messier à la retraite.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

  • Ces statistiques incluent les résultats en séries éliminatoires.
  • En gras sont inscrits les entraîneurs ayant gagné la Coupe Stanley avec les Rangers.

Cette section présente les différents entraîneurs qui se sont succédé à la tête des Rangers depuis leurs débuts[91]. L'entraîneur actuel, John Tortorella, est nommé le 23 février 2009. Il est le trente-quatrième entraîneur de l'histoire du club[92] et il s'agit de sa deuxième présence derrière le banc des Rangers après une courte période en 2000. Emile Francis, avec 654 matchs, est l'entraîneur qui a passé le plus de temps à la tête des Rangers[92] ; il est, avec Muzz Patrick, un des deux entraîneurs qui a connu trois périodes différentes à ce poste. Seuls trois entraîneurs ont connu la victoire de la coupe Stanley : les deux premières ont été remportées par le premier entraîneur de l'équipe, Lester Patrick, la troisième par son successeur Frank Boucher et enfin la quatrième par Mike Keenan 54 ans plus tard.

Liste des entraîneurs de la franchise
No  Nom Premier match Dernier match  PJ  V   D   N 
[Note 6]
DPr
[Note 6]
% V
[Note 7]
Remarques
1 Patrick, LesterLester Patrick 16 novembre 1926 2 avril 1939 669 313 242 114 - 55,3 % Coupe Stanley 1928
Coupe Stanley 1933
2 Boucher, FrankFrank Boucher 5 novembre 1939 19 décembre 1948 514 180 257 77 - 42,5 % Coupe Stanley 1940
3 Patrick, LynnLynn Patrick 23 décembre 1948 23 avril 1950 119 47 56 16 - 46,2 %
4 Colville, NeilNeil Colville 1950 1951 93 26 41 26 - 41,9 % remplacé Remplacé en cours de saison
5 Cook, BillBill Cook 1951 1953 117 34 59 24 - 39,3 % remplacement Remplacement en cours de saison
remplacé Remplacé en cours de saison
6 Boucher, FrankFrank Boucher 1953 1954 40 14 20 6 - 42,5 % remplacé Remplacé en cours de saison
7 Patrick, MuzzMuzz Patrick 1954 1955 100 32 46 22 - 43,0 % remplacement Remplacement en cours de saison
8 Watson, PhilPhil Watson 1955 1959 311 123 136 52 - 47,9 % remplacé Remplacé en cours de saison
9 Patrick, MuzzMuzz Patrick 1959 1959 2 0 1 1 - 25,0 % Intérim
10 Pike, AlfAlf Pike 1959 1961 123 36 66 21 - 37,8 % remplacement Remplacement en cours de saison
11 Harvey, DougDoug Harvey 1961 1962 76 28 36 12 - 44,7 %
12 Patrick, MuzzMuzz Patrick 1962 1962 34 11 19 4 - 39,2 % remplacé Remplacé en cours de saison
13 Sullivan, GeorgeGeorge Sullivan 1962 1965 196 58 103 35 - 38,5 % remplacement Remplacement en cours de saison
remplacé Remplacé en cours de saison
14 Francis, EmileEmile Francis 1965 1968 204 84 90 30 - 48,5 % remplacement Remplacement en cours de saison
15 Geoffrion, BernieBernie Geoffrion 1968 1969 43 22 18 3 - 54,7 % remplacé Remplacé en cours de saison
16 Francis, EmileEmile Francis 1969 1973 355 206 101 48 - 64,8 % remplacement Remplacement en cours de saison
17 Popein, LarryLarry Popein 1973 1974 41 18 14 9 - 54,9 % remplacé Remplacé en cours de saison
18 Francis, EmileEmile Francis 1974 1975 133 67 47 19 - 57,5 % remplacement Remplacement en cours de saison
19 Stewart, RonRon Stewart 8 octobre 1975 1976 39 15 20 4 - 43,6 % remplacé Remplacé en cours de saison
20 Ferguson, JohnJohn Ferguson 1976 3 avril 1977 121 43 59 19 - 43,9 % remplacement Remplacement en cours de saison
21 Talbot, Jean-GuyJean-Guy Talbot 12 octobre 1977 15 avril 1978 83 31 39 13 - 45,2 %
22 Shero, FredFred Shero 12 octobre 1978 19 novembre 1980 207 97 86 24 - 52,7 % remplacé Remplacé en cours de saison
23 Patrick, CraigCraig Patrick 22 novembre 1980 5 mai 1981 74 33 30 11 - 52,0 % remplacement Remplacement en cours de saison
24 Brooks, HerbHerb Brooks 6 octobre 1981 19 janvier 1985 309 143 125 41 - 52,9 % remplacé Remplacé en cours de saison
25 Patrick, CraigCraig Patrick 22 janvier 1985 13 avril 1985 38 11 25 2 - 31,6 % remplacement Remplacement en cours de saison
26 Sator, TedTed Sator 10 octobre 1985 19 novembre 1986 115 49 56 10 - 47,0 % remplacé Remplacé en cours de saison
27 Esposito, PhilPhil Esposito 21 novembre 1986 16 avril 1987 49 26 23 0 - 53,1 % remplacement Remplacement en cours de saison
Se sont partagé le poste au cours de la saison.
28 Webster, TomTom Webster 1986 1987 18 5 9 4 - 38,9 %
29 Bergeron, MichelMichel Bergeron 8 octobre 1987 29 mars 1989 158 73 67 18 - 51,9 % remplacé Remplacé en cours de saison
30 Esposito, PhilPhil Esposito 1er avril 1989 9 avril 1989 6 0 6 0 - 0,0 % remplacement Remplacement en cours de saison
31 Neilson, RogerRoger Neilson 6 octobre 1989 2 janvier 1993 309 154 120 35 - 55,5 % remplacé Remplacé en cours de saison
32 Smith, RonRon Smith 4 janvier 1993 16 avril 1993 44 15 22 7 - 42,0 % remplacement Remplacement en cours de saison
33 Keenan, MikeMike Keenan 5 octobre 1993 14 juin 1994 107 68 31 8 - 67,3 % Coupe Stanley 1994
34 Campbell, ColinColin Campbell (en) 20 janvier 1995 7 février 1998 305 136 126 43 - 51,6 % remplacé Remplacé en cours de saison
35 Muckler, JohnJohn Muckler 26 février 1998 27 mars 2000 185 70 88 24 3 45,1 % remplacement Remplacement en cours de saison
remplacé Remplacé en cours de saison
36 Tortorella, JohnJohn Tortorella 1er avril 2000 9 avril 2000 4 0 3 1 0 12,5 % remplacement Remplacement en cours de saison
37 Low, RonRon Low 7 octobre 2000 13 avril 2002 164 69 81 9 5 46,3 %
38 Trottier, BryanBryan Trottier 9 octobre 2002 28 janvier 2003 54 21 26 6 1 45,4 % remplacé Remplacé en cours de saison
39 Sather, GlenGlen Sather 30 janvier 2003 23 février 2004 90 33 39 11 7 46,7 % remplacement Remplacement en cours de saison
remplacé Remplacé en cours de saison
40 Renney, TomTom Renney 26 février 2004 22 février 2009 517 236 218 9 54 51,7 % remplacement Remplacement en cours de saison
remplacé Remplacé en cours de saison
41 Tortorella, JohnJohn Tortorella 25 février 2009 315 171 115 0 29 58,3 %
42 Vigneault, AlainAlain Vigneault Entraîneur actuel

Directeurs généraux[modifier | modifier le code]

Depuis la création de la franchise, onze directeurs généraux se sont succédé à la tête des Rangers. Le premier d'entre eux, Conn Smythe, met l'équipe sur pieds à sa création mais est limogé après trois mois et avant le début de la première saison des Rangers[93] ; avec 20 ans passés à la tête de l'équipe, Lester Patrick est celui qui y a passé le plus de temps[94] :

Présidents[modifier | modifier le code]

Les Rangers ont vu onze personnalités occuper le poste de président de la franchise depuis 1927 ; John Hamond et John Kilpatrick sont les seuls à l'avoir été à deux reprises[94] :

  • 1926-1932 : John Hamond ;
  • 1932-1933 : William Carey ;
  • 1933-1934 : John Kilpatrick ;
  • 1934-1935 : John Hamond ;
  • 1935-1960 : John Kilpatrick ;
  • 1960-1962 : John Bergen ;
  • 1962-1981 : William Jennings ;
  • 1981-31 décembre 1986 : John Krumpe ;
  • 1er janvier 1987-28 juin 1990 : Richard Evans ;
  • 29 juin 1990-22 avril 1991 : John Diller ;
  • 19 juin 1992-28 mars 2000 : Neil Smith ;
  • depuis le 1er juin 2000 : Glen Sather.

Membres du temple de la renommée du hockey[modifier | modifier le code]

Depuis 1945, le Temple de la renommée du hockey recense les personnalités du hockey sur glace qui ont marqué ce sport.

Joueurs[modifier | modifier le code]

47 joueurs des Rangers ont été intronisés au Temple de la renommée du hockey :

Photo noir et blanc de Tim Horton avec le maillot des Maple Leafs de Toronto assis sur le banc de pénalité durant une rencontre
Tim Horton, intronisé en 1977.
Photo couleur de Wayne Gretzky sous les couleurs des Rangers de New York.
Wayne Gretzky, intronisé en 1999.
Photo couleur de Glenn Anderson lors d'un match des légendes.
Glenn Anderson, intronisé en 2008.
Photo couleur de Brian Leetch dans l'uniforme des Rangers.
Brian Leetch, intronisé en 2009.
Année
d'intronisation
Nom Période(s) avec les Rangers
1945 Morenz, HowieHowie Morenz 1936
1947 Patrick, LesterLester Patrick 1928
1952 Cook, BillBill Cook 1926-1937
1958 Boucher, FrankFrank Boucher 1926-1938
1958 Johnson, ChingChing Johnson 1926-1937
1963 Seibert, EarlEarl Seibert 1931-1936
1964 Bentley, DougDoug Bentley 1953-1954
1964 Siebert, BabeBabe Siebert 1932-1933
1966 Bentley, MaxMax Bentley 1953-1954
1966 Pratt, BabeBabe Pratt 1935-1942
1967 Colville, NeilNeil Colville 1935-1942 et 1944-1949
1969 Hextall, BryanBryan Hextall 1936-1948
1970 Gadsby, BillBill Gadsby 1954-1961
1971 Sawchuk, TerryTerry Sawchuk 1969-1970
1972 Geoffrion, BernieBernie Geoffrion 1966-1968
1973 Harvey, DougDoug Harvey 1961-1964
1973 Rayner, ChuckChuck Rayner 1945-1953
1974 Coulter, ArtArt Coulter 1936-1942
1976 Bower, JohnnyJohnny Bower 1953-1957
1977 Horton, TimTim Horton 1970-1971
1978 Bathgate, AndyAndy Bathgate 1952-1964
1978 Plante, JacquesJacques Plante 1963-1965
1979 Howell, HarryHarry Howell 1952-1969
1980 Lumley, HarryHarry Lumley 1943
1980 Patrick, LynnLynn Patrick 1934-1943 et 1945-1946
1980 Worsley, GumpGump Worsley 1952-1963
1981 Stanley, AllanAllan Stanley 19481954
1982 Gilbert, RodRod Gilbert 1960-1978
1984 Esposito, PhilPhil Esposito 1975-1981
1985 Ratelle, JeanJean Ratelle 1960-1975
1987 Giacomin, EddieEddie Giacomin 1965-1975
1988 Lafleur, GuyGuy Lafleur 1988-1989
1988 O'Connor, BuddyBuddy O'Connor 1947-1951
1988 Park, BradBrad Park 1968-1975
1991 Smith, ClintClint Smith 1936-1943
1992 Dionne, MarcelMarcel Dionne 1987-1989
1993 Laprade, EdgarEdgar Laprade 1945-1955
1995 Cook, BunBun Cook 1926-1936
1999 Gretzky, WayneWayne Gretzky 1996-1999
2001 Gartner, MikeMike Gartner 1990-1994
2001 Kurri, JariJari Kurri 1996
2003 LaFontaine, PatPat LaFontaine 1997-1998
2006 Duff, DickDick Duff 1964
2007 Messier, MarkMark Messier 1991-1997 et 2000-2004
2008 Anderson, GlennGlenn Anderson 1994
2009 Leetch, BrianBrian Leetch 1988-2004
2009 Robitaille, LucLuc Robitaille 1995-1997

Bâtisseurs[modifier | modifier le code]

Des personnalités n'ayant pas forcément pratiqué le hockey sur glace sont aussi honorées par le temple de la renommée en raison de l'impact qu'ils ont sur ce sport en dehors de la patinoire. Ces personnes, qu'il s'agisse de présidents, de propriétaires de franchises, d'entraîneurs ou de membres des médias, sont appelées les « bâtisseurs ». Six personnalités des Rangers ont été intronisés en tant que bâtisseurs :

Trophées de la LNH[modifier | modifier le code]

Trophées collectifs[modifier | modifier le code]

Coupe Stanley
Récompense ultime de la Ligue nationale de hockey ; elle couronne la meilleure équipe des séries éliminatoires. Les Rangers de New York la remportent quatre fois au cours de leur histoire alors qu'ils accèdent à dix reprises à la finale de la Coupe Stanley :
Trophée des présidents
Il est remis pour la première fois à l'issue de la saison 1985-1986 à la meilleure équipe de la saison régulière. Depuis sa mise en place, les Rangers remportent le trophée deux fois :
Trophée Prince de Galles
Le Trophée Prince de Galles est le trophée de la LNH qui a changé le plus grand nombre de fois de signification[95]. Les Rangers remportent quatre fois ce trophée en tant que :
  • Champions de la division Américaine : 1932 ;
  • Champions de la saison régulière : 1942 ;
  • Champions de la conférence de l'Est : 1994 et 2014.

Trophées individuels[modifier | modifier le code]

Trophée Bill Masterton
Le trophée Bill Masterton est une récompense remise au joueur ayant démontré le plus de qualité de persévérance et d'esprit d’équipe :
Trophée Calder
Le trophée Calder récompense la meilleure recrue[Note 4], joueur dans sa première saison LNH :
Trophée Conn Smythe
Le Trophée Conn Smythe est remis chaque année depuis la fin de la saison 1964-1965 au meilleur joueur des séries éliminatoires. Seul Brian Leetch a remporté ce trophée pour les Rangers :
Trophée Hart
Le trophée Hart (en anglais Hart Memorial Trophy) est remis au meilleur joueur de la saison régulière, par vote par l'Association Professionnelle de la Presse Écrite. La distinction qui est remise depuis 1923 a été remporté quatre fois par les Rangers[97] :
Trophée James Norris
À chaque fin de saison, le meilleur défenseur de la LNH reçoit le trophée James Norris. Les défenseurs des Rangers ayant remporté le trophée sont :
Trophée King Clancy
Le trophée King Clancy récompense chaque année le joueur ayant démontré le meilleur exemple de leadership et ayant le plus contribué à la société. Un seul joueur des Rangers a remporté cet honneur[98] :
Trophée Lady Byng
Le trophée Lady Byng est remis au joueur considéré comme ayant le meilleur esprit sportif tout en conservant des performances remarquables sur glace ; l'Association des journalistes de hockey professionnel donne les votes dans le but d'attribuer le trophée en tenant compte à la fois des performances et du nombre de minutes de punitions accumulées. Le joueur de la LNH ayant remporté le plus grand nombre de fois ce trophée est Frank Boucher qui l'a reçu à sept reprises[99] :
Trophée Ted Lindsay
Le trophée Ted Lindsay, connu jusqu'en 2010 sous le nom de trophée Lester B. Pearson, est remis chaque année au meilleur joueur de la LNH selon les votes de ses pairs. Les joueurs des Rangers ayant remporté ce trophée sont[100] :
Trophée Vézina
Le trophée Vézina est un trophée remis aux gardiens de but de ligue nationale de hockey. De 1927 à 1981, il récompense le gardien ayant encaissé le moins de but lors de la saison régulière. Depuis la saison 1981-1982, le gardien jugé le meilleur de la saison régulière reçoit ce trophée. Cinq gardiens des Rangers ont remporté ce trophée, Gilles Villemure et Eddie Giacomin l'ayant gagné conjointement en 1970-71[101] :
Henrik Lundqvist en 2011-2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un gardien de but effectue un « blanchissage » quand il réussit à ne concéder aucun but durant tout le match. Il faut également qu'il soit le seul gardien de l'équipe à avoir joué.
  2. Jusqu'en 1986, le nom de la franchise de Chicago s'écrivait en deux mots séparés.
  3. Une série se jouant au meilleur des sept matchs implique qu'une équipe doit remporter quatre matchs pour se qualifier. Ainsi au maximum, la série « au meilleur des sept matchs » ne peut compter que sept matchs.
  4. a et b Le terme « recrue » désigne un joueur dans sa première saison professionnelle, le terme anglais utilisé est celui de « rookie ».
  5. Le terme francophone de « meilleur joueur » correspond au terme québécois de « joueur le plus utile » et au terme anglais de « Most valuable player » - MVP.
  6. a et b Les défaites en prolongation apparaissent lors de la saison 1999-2000, les matchs nuls disparaissent au début de la saison 2005-2006.
  7. Le pourcentage de victoires est calculé en prenant en compte le nombre de points gagnés par match : 2 points pour une victoire, 1 point pour un match nul ou une défaite en prolongation, 0 point pour une défaite en temps réglementaire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Morey Holzman et Joseph Nieforth 2002, p. 268.
  2. a, b et c John Kreiser et Lou Friedman 2006, p. 1.
  3. John Halligan 2003, p. 9.
  4. Michael E. Goodman 2008, p. 8.
  5. (en) « A brief history: New York Rangers », sur www.nhl.com (consulté le 28 mai 2011).
  6. a et b John Halligan 2003, p. 10.
  7. (en) « Entry from December 01, 2004 - New York Rangers (Tex’s Rangers) », sur www.barrypopik.com (consulté le 28 mai 2011).
  8. a, b, c et d (en) « Frank Boucher, biography, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le 19 mars 2012).
  9. (en) « Frank Boucher, statistics awards and career, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le 19 mars 2012).
  10. Michael McKinley 2006, p. 96.
  11. a et b John Kreiser et Lou Friedman 2006, p. 5.
  12. (en) « 1926-27 New York Rangers », sur le site officiel des Rangers de New York (consulté le 5 novembre 2011).
  13. John Kreiser et Lou Friedman 2006, p. 3.
  14. The New York Daily News 2001, p. 8.
  15. (en) « Rangers lose, 2-0, to Pirate sextet; New York Hockey Team Meets First Defeat of Season on Pittsburgh Rink. », The New York Times,‎ 25 novembre 1926 (lire en ligne).
  16. (en) « 1926-1927 Standings », sur www.nhl.com (consulté le 8 janvier 2012)
  17. a, b, c, d, e, f, g, h et i Diamond 1998, p. 72
  18. Diamond 1998, p. 263
  19. Brown 2006, p. 99
  20. Brown 2006, p. 100 et 101
  21. a et b (en) « New York Rangers -- 1927-28  », sur Hockey Hall of Fame (consulté le 11 mars 2012)
  22. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Diamond 1998, p. 102
  23. a et b (en) « 1928-29 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 11 mars 2012)
  24. a et b (en) « 1929 Stanley Cup - Boston Bruins », sur www.greatesthockeylegends.com (consulté le 11 mars 2012)
  25. (en) « 1929-30 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 11 mars 2012)
  26. a, b et c Diamond 1998, p. 106
  27. (en) « 1930-31 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 11 mars 2012)
  28. a, b, c, d et e Diamond 1998, p. 264
  29. « Saison 1931-1932 - Description, photos, faits saillant et plus », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 16 mars 2012)
  30. « Saison 1932-1933 - Description, photos, faits saillant et plus », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 16 mars 2012)
  31. a, b et c (en) Kevin Shea, « Legends of Hockey - Spotlight - Bill Cook - The Pinnacle », sur Legends of Hockey (consulté le 16 mars 2012)
  32. (en) « 1932-33 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 11 mars 2012)
  33. (en) « 1933-34 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 17 mars 2012)
  34. Boucher et Frayne 1973, p. 12
  35. a, b, c, d, e, f, g, h et i Diamond 1998, p. 73
  36. « Saison 1934-1935 - Description, photos, faits saillant et plus », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 17 mars 2012)
  37. (en) « 1934-35 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 17 mars 2012)
  38. Diamond 1998, p. 147
  39. a et b (en) « 1936-37 NHL Playoff Results », sur www.hockeydb.com (consulté le 17 mars 2012)
  40. a et b Diamond 1998, p. 265
  41. (en) « Silverware -- 1936-37 Stanley Cup Winner -- Detroit Red Wings », sur Legends of Hockey (consulté le 17 mars 2012)
  42. a, b, c, d, e et f Diamond 1998, p. 266
  43. a, b et c (en) « 1939-40 New York Rangers (27-11-10) », sur www.shrpsports.com (consulté le 18 mars 2012)
  44. (en) « Rangers win, 4-1, for record streak of 19 without loss », The New York Times,‎ 14 janvier 1940 (lire en ligne)
  45. (en) « NHL Division Standings after Mar 10 in 1939-40 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 18 mars 2012)
  46. Diamond 1998, p. 722
  47. a et b (en) « 1939-40 NHL Playoff », sur www.hockeydb.com (consulté le 18 mars 2012)
  48. (en) « Silverware -- 1939-40 Stanley Cup Winner -- New York Rangers », sur Legends of Hockey (consulté le 18 mars 2012)
  49. (en) « Rangers spot Leafs two goals and then go on to win by 6–2 », Lewiston Daily Sun,‎ 4 avril 1940, p. 9 (lire en ligne)
  50. (en) Harold McNamara, « Rangers take Stanley Cup, beating Leafs in overtime, 3–2 », Montreal Gazette,‎ 14 avril 1940, p. 18 (lire en ligne)
  51. a, b, c, d et e Diamond 1998, p. 103
  52. (en) « 1941-42 NHL League Leaders », sur www.hockeydb.com (consulté le 18 mars 2012)
  53. Morey Holzman et Joseph Nieforth 2002, p. 330.
  54. a, b, c et d Diamond 1998, p. 267
  55. a et b Diamond 1998, p. 74
  56. a, b, c et d Diamond 1998, p. 268
  57. (en) « Silverware — 1948-49 Calder Memorial Trophy Winner — Lund, Pentti », sur Legends of Hockey (consulté le 18 mars 2012)
  58. (en) Joe Pelletier, « New York Rangers Legends — Pentti Lund », sur Greatest Hockey Legends (consulté le 18 mars 2012)
  59. (en) « 1949-1950 Season — Playoffs — Stats Leaders », sur www.nhl.com (consulté le 18 mars 2012)
  60. a et b Diamond 1998, p. 269
  61. a et b Diamond 1998, p. 270
  62. a et b Diamond 1998, p. 75
  63. Diamond 1998, p. 105
  64. a, b, c et d Diamond 1998, p. 271
  65. Dans Duplacey, « Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League », page 273.
  66. (en) « 1967 NHL Expansion Draft Picks », sur www.hockeydb.com (consulté le 24 janvier 2011).
  67. John Halligan 2003, p. 34
  68. John Halligan 2003, p. 36
  69. (en) Lynn Zinser, « Rangers Dig Themselves a Hole, and Devils Push Them In », New York Times,‎ 13 décembre 2008, D5
  70. (en) Alex Yannis, « Owner: Devils are not Moving », New York Times,‎ 18 février 1987 (lire en ligne)
  71. (en) Robert Fachet, « Rangers' Net Result: Let Devils Count Ways », The Washington Post,‎ 2 mai 1992, g06
  72. (en) Filip Bondy, « Rangers Vanquish the Devils and the Demons », New York Times,‎ 2 mai 1992, p. 29
  73. (en) Frantisek Bouc, « Rangers 2, Lightning 1; Rangers Please Crowd And Satisfy Themselves », The New York Times,‎ 6 octobre 2008 (lire en ligne)
  74. Mark Stewart 2009, p. 13.
  75. a et b (en) « New York Rangers Minor League Affiliate History », sur www.hockeydb.com (consulté le 29 janvier 2011)
  76. (en) « Rangers Roster - New York Rangers - Team », sur rangers.nhl.com/club/roster.htm (consulté en 7 août 2013)
  77. (en) « 2010-2011 NHL Salaries > New York Rangers », sur www.blackhawkzone.com (consulté le 11 novembre 2010)
  78. (en) « All Time Roster à Rangers records à Captains », sur rangers.nhl.com (consulté en 11 août 2011)
  79. (en) « All Draft Choice - New York Rangers », sur rangers.nhl.com (consulté en 2 février 2011)
  80. (en) « Rod Gilbert New York Rangers », sur rangers.nhl.com (consulté le 18 mars 2012)
  81. (en) « Brian Leetch New York Rangers », sur rangers.nhl.com (consulté le 18 mars 2012)
  82. (en) « Harry Howell New York Rangers », sur rangers.nhl.com (consulté le 18 mars 2012)
  83. NHL Official Guide & Record Book 2010, p. 99
  84. (en) « All-time roster for the New York Rangers of the NHL », sur www.hockeydb.com (consulté le 18 mars 2012)
  85. John Dellapina, « Leetch's number headed for Garden rafters », New York Daily News,‎ 06 septembre 2007 (lire en ligne)
  86. a et b « Deux nouveaux immortels à N.Y. », sur www.rds.ca (consulté en 5 février 2011)
  87. (en) « Rangers retire Adam Graves' No. 9 jersey », USA Today,‎ 4 février 2009 (consulté le 28 janvier 2013)
  88. (en) « Rangers hoist Messier's No. 11 to Garden rafters », Associated Press,‎ 13 janvier 2006 (consulté en 4 décembre 2007)
  89. (en) « Goalie won 301 games with New York », Associated Press,‎ 5 février 2004 (consulté en 4 décembre 2007)
  90. (en) « Gretzky's number retired before All-Star Game », Sports Illustrated,‎ 6 février 2000 (consulté le 28 janvier 2013)
  91. (en) « New York Rangers Franchise Index », sur www.hockey-reference.com (consulté le 4 mars 2011)
  92. a et b (en) « Rangers Fire Renney and Hire His Opposite (Tortorella) », sur www.nytimes.com (consulté le 4 mars 2011)
  93. Mark Stewart 2009, p. 11.
  94. a et b (en) « New York Rangers - All Time Roster », sur rangers.nhl.com (consulté en 1er mai 2011)
  95. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- NHL Trophies -- Prince Of Wales Trophy Winners », sur www.legendsofhockey.net (consulté en 4 février 2011).
  96. (en) « Legends of Hockey - NHL Trophies - Conn Smythe Trophy », sur www.legendsofhockey.net (consulté en 4 février 2011).
  97. (en) « Legends of Hockey - NHL Trophies - Hart Memorial Trophy », sur www.legendsofhockey.net (consulté en 4 février 2011).
  98. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- NHL Trophies -- King Clancy Memorial Trophy Winners », sur www.legendsofhockey.net (consulté en 4 février 2011).
  99. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- NHL Trophies -- Lady Byng Memorial Trophy Winners », sur www.legendsofhockey.net (consulté en 4 février 2011).
  100. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- NHL Trophies -- Ted Lindsay Award Winners », sur www.legendsofhockey.net (consulté en 4 février 2011).
  101. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- NHL Trophies -- Vezina Trophy Winners » (consulté le 18 septembre 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Morey Holzman et Joseph Nieforth, Deceptions and Doublecross: How the NHL Conquered Hockey, Toronto, Dundurn Press,‎ 2002, 392 p. (ISBN 978-1-55002-413-5, LCCN 2003428378)
  • (en) John Kreiser et Lou Friedman, The New York Rangers: Broadway's Longest Running Hit, Champaign, Sports Publishing LLC,‎ 2006, 360 p. (ISBN 978-1-57167-041-0, OCLC 36412802, LCCN 96071293)
  • (en) John Halligan, The New York Rangers, Charleston, Arcadia Publishing,‎ 2003, 128 p. (ISBN 978-0-7385-1228-0, LCCN 2003104863)
  • (en) Michael E. Goodman, The Story of the New York Rangers, The Creative Company,‎ 2008, 48 p. (ISBN 978-1-5834-1619-8, LCCN 2007022603)
  • Michael McKinley, Hockey : la fierté d'un peuple, Les Editions Fides, Société Radio-Canada,‎ 2006, 344 p. (ISBN 978-2-7621-2691-4)
  • (en) The New York Daily News, New York Rangers: Millennium Memories, Sports Publishing LLC,‎ 2001, 128 p. (ISBN 978-1-5826-1371-0)
  • (en) Mark Stewart, The New York Rangers, Norwood House Press,‎ 2009, 48 p. (ISBN 978-1-5995-3339-1, LCCN 2009018003)
  • (en) Ligue nationale de hockey, Official Guide & Record Book / 2010, Chicago, Triumph books,‎ 2010, 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6, OCLC 426489165)
  • (en) Dan Diamond, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Total Sports,‎ 1998, 1879 p. (ISBN 978-0836271140)
  • (en) William Brown, The Montreal Maroons: The Forgotten Stanley Cup Champions, Vehicule Press,‎ 2006 (ISBN 978-1550651287)
  • (en) Frank Boucher et Trent Frayne, When The Rangers Were Young, New York, New York, Dodd, Mead & Company,‎ 1973, 244 p. (ISBN 0396068529)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :