Kimito

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kimito - Kemiö
Ancienne municipalité de Finlande
Héraldique
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Finlande Finlande
Région Finlande du Sud-Ouest
Langue(s) parlée(s) suédois (64 %) - finnois (33 %)
Démographie
Population 3 277 hab. (2006[1])
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 60° 10′ 00″ N 22° 43′ 48″ E / 60.166667, 22.73 ()60° 10′ 00″ Nord 22° 43′ 48″ Est / 60.166667, 22.73 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 60 m
Superficie 32 020 ha = 320,2 km2
· dont terre 317,9 km2 (99,28 %)
· dont eau 2,3 km2 (0,72 %)
Rang superficie (266e / 336)
Rang population (277e / 336)
Histoire
Province historique Finlande du Sud-Ouest
Province Finlande méridionale
Fondation XIVe siècle
Fusionnée dans Kimitoön (1er janvier 2009)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finlande

Voir la carte administrative de Finlande
City locator 14.svg
Kimito - Kemiö

Géolocalisation sur la carte : Finlande

Voir la carte topographique de Finlande
City locator 14.svg
Kimito - Kemiö
Liens
Site web http://www.kemio.fi

Kimito (Kemiö en finnois) est une ancienne municipalité insulaire du sud-ouest de la Finlande, dans la région de Finlande du Sud-Ouest. Elle a fusionné avec les communes de Dragsfjärd et Västanfjärd pour créer la commune de Kimitoön.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune comprennait la majeure partie de la grande île de Kimitoön (Kemiönsaari en finnois), la deuxième plus grande île du pays après Fasta Åland et de loin la plus grande de l'archipel de Turku. Jusqu'au milieu du XIXe siècle elle était même reliée à la terre ferme par un esker de quelques mètres de large, qui a été percé en 1844 pour laisser place au canal de Strömma. Ce canal est le seul endroit de Finlande où les marées sont visibles.

L'économie dépend largement du tourisme, de l'agriculture, mais aussi de la mine de feldspath et de quartz exploitée par SP Minerals OY AB. La population reste en large majorité suédophone, mais le pourcentage est en baisse constante (64 % actuellement, 70 % dans les années 1960[2]).

Liste des villages[modifier | modifier le code]

Albrektsböle, Berga, Bjensböle, Bogsböle, Brante, Brokärr, Båtkulla, Böle, Dalby, Dalkarlby, Digerdal, Eknäs, Elmdal, Engelsby, Flugböle, Fröjdböle, Gammelby, Germundsvidja, Gräsböle, Gundby, Gästerby, Helgeboda, Hova, Hulta, Högmo, Kalkila, Kaskärr, Kila, Kirkonkylä, Koddböle, Koustar, Kuggböle, Kvarnböle, Kårkulla, Labböle, Lamkulla, Lappdal, Lemnäs, Lillvik, Linnarnäs, Lövböle, Majniemi, Makila, Mattböle, Mattkärr, Mjösund, Måsa, Nordvik, Norrlångvik, Norrsundvik, Orrnäs, Pajböle, Pederså, Pungböle, Påvalsby, Reku, Rugnola, Skarpböle, Skoböle, Skog, Skogsböle, Skålböle, Skäggböle, Smedaböle, Smedsböle, Stenmo, Strömma, Syvälahti, Tavasttrona, Tjuda, Tollsnäs, Torsböle, Trotby, Träskö, Vestlahti, Viksgård, Viksvidja, Villkärr, Vreta, Västankärr, Västermark, Östermark.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]