Grande guerre du Nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie À ne pas confondre avec la première guerre du Nord (de 1655 à 1661) ; ces deux guerres ont été par la suite appelées les guerres nordiques.
Grande guerre du Nord
Informations générales
Date 1700-1721
Lieu Europe
Issue Victoire de la Coalition

La Russie devient la puissance dominante en Europe Orientale

Déclin de la Suède et de la Pologne-Lituanie
Changements territoriaux La Suède perd Brême, Verden, la Poméranie occidentale, le Schleswig, la Carélie, l'Ingrie, l'Estonie et la Livonie
Belligérants
Drapeau de la Russie Russie
Drapeau du Danemark Danemark (1700, 1709-1721)
Drapeau du Duché de Saxe Duché de Saxe (1700-1706, 1709-1721)
Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse (1715-1721)
Drapeau de l'Électorat de Hanovre Électorat de Hanovre (1715-1721)
Drapeau de la République des Deux Nations République des Deux Nations (1700-1706, 1709-1721)
Drapeau de la Grande-Bretagne Grande-Bretagne (1717-1719)
Sweden-Flag-1562.svg Suède
Wappen Herzogtum Holstein 1703.gif Holstein-Gottorp
Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman (1710-1714)
Drapeau de la République des Deux Nations République des Deux Nations (1704-1709)
Flag of the Cossack Hetmanat.svg Hetmanat cosaque (1708-1709)
Drapeau de la Grande-Bretagne Grande-Bretagne (1700, 1719-1721)
Commandants
Drapeau de la Russie Pierre le Grand
Drapeau de la Russie Boris Cheremetiev
Drapeau de la Russie Alexandre Menchikov
Flag of Denmark.svg Frédéric IV
Flag of Denmark.svg Christian Detlev Reventlow
Flag of Electoral Saxony.svg Auguste II
Chorągiew królewska króla Zygmunta III Wazy.svg(union personnelle)
Flag of the Kingdom of Prussia (1701-1750).svg Frédéric-Guillaume Ier
Flag of Hanover (1692).svg George I
Union flag 1606 (Kings Colors).svg(union personnelle)
Sweden-Flag-1562.svg Charles XII
Sweden-Flag-1562.svg Carl Gustav Rehnskiöld
Sweden-Flag-1562.svg Adam Ludwig Lewenhaupt
Sweden-Flag-1562.svg Magnus Stenbock
Wappen Herzogtum Holstein 1703.gif Frédéric IV
Chorągiew królewska króla Zygmunta III Wazy.svg Stanislas Leszczynski
Flag of the Ottoman Empire (1453-1517).svg Ahmet III
Flag of the Cossack Hetmanat.svg Ivan Mazepa
Forces en présence
Au début :
170 000 Russes
40 000+ Danois
100 000+ Polonais et Saxons
Au début :
77 000 hommes
110 000 en 1707
Grande guerre du Nord
Batailles
Narva 1 · Daugava · Rauge · Erastfer · Kliszów · Hummelshof · Saladen · Pułtusk · Jēkabpils · Narva 2 · Poznań · Punitz · Gemauerthof · Varsovie · Hrodna · Fraustadt · Kletsk · Kalisz · Holowczyn · Malatitze · Lesnaya · Poltava · Perevolochna · Helsingborg · Riga · Baie de Køge · Fladestrand · Gadebusch · Bender · Pälkäne · Storkyro · Hangö Oud · Fehmarn Bält · Rügen · Kristiania (Oslo) · Stralsund · Dynekilen · Osel · Stäket · Grengam

La grande guerre du Nord est un conflit qui opposa une coalition menée par la Russie à la Suède entre 1700 et 1721 et qui se déroula dans le nord de l'Europe centrale et en Europe de l'Est. Les chefs initiaux de l'alliance anti-suédoise étaient Pierre Ier de Russie, Frédéric IV de Danemark et Auguste II de Saxe-Pologne-Lituanie. Frédéric IV et Auguste II furent respectivement sortis de l'alliance en 1700 et 1706 avant de la rejoindre en 1709. George I de Brunswick-Lunebourg (Hanovre) rejoignit la coalition en 1714 pour le Hanovre, et en 1717 pour le Royaume-Uni ainsi que Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg-Prusse en 1715.

Charles XII de Suède menait l'armée suédoise et s'était allié aux Holstein-Gottorp, à de nombreux magnats polonais et lituaniens menés par Stanislas Leszczynski et des cosaques ukrainiens sous le commandement de l'hetman Ivan Mazepa. L'Empire ottoman accueillit temporairement Charles XII et intervint contre la Russie.

La guerre débuta lorsqu'une alliance du Danemark-Norvège, de la Saxe, de la Pologne-Lituanie et de la Russie déclara la guerre à l'Empire suédois et lança une triple offensive contre les possessions suédoises dans le Schleswig-Holstein, en Livonie et en Ingrie car elle voyait comme une opportunité l'arrivée de Charles XII alors âgé de 18 ans sur le trône de Suède. La Suède repoussa les attaques russes et danoises à Travendal et à Narva et lors de la contre-attaque, elle repoussa les forces d'Auguste II à travers la Lituanie et la Pologne jusqu'en Saxe où Auguste II fut détrôné et dut reconnaître sa défaite dans le traité d'Altranstädt. Pierre Ier avait profité de la situation pour envahir les provinces suédoises de Baltique où il cimenta l'accès de la Russie à la mer Baltique en fondant Saint-Pétersbourg. Charles XII se lança alors dans l'invasion de la Russie pour affronter Pierre mais la campagne se termina avec la destruction de la principale armée suédoise lors de la bataille de Poltava et l'exil de Charles dans l'Empire ottoman où il est accueilli à Bender par le sultan. Ses poursuivants russes sont stoppés sur la rivière Prut par l'armée ottomane.

Après Poltava, la coalition initiale anti-suédoise fut rétablie et le Hanovre et la Prusse la rejoignirent. Les forces suédoises restantes au sud et l'est de la mer Baltique furent chassées. Les dominions suédois furent divisés entre les membres de la Coalition. La Suède elle-même fut envahie par le Danemark-Norvège à l'ouest et par la Russie à l'est. Si les attaques danoises furent repoussées, la Russie parvint à s'emparer de la Finlande et à infliger de lourdes pertes à la marine et aux fortifications côtières suédoises. Charles XII ouvre un front en Norvège mais est tué à Fredriksten en 1718.

La guerre se termina avec la défaite de la Suède, ce qui faisait de la Russie la nouvelle puissance principale de la mer Baltique et un nouvel acteur important dans les affaires européennes. La conclusion formelle de la guerre fut marquée par les traités de Stockholm (1719) entre la Suède, le Hanovre et la Prusse, par le traité de Frederiksborg (1720) entre la Suède et le Danemark et par le traité de Nystad (1721) entre la Suède et la Russie. À travers ces traités, la Suède abandonnait son exemption pour les droits de passages dans l'Øresund, perdait tous ses dominions à l'exception de la Finlande et de la partie nord de la Poméranie suédoise. Le Hanovre gagnait le Brême-et-Verden, le Brandebourg-Prusse intégrait l'estuaire de l'Oder, le Danemark renforçait sa position dans le Schleswig-Holstein et la Russie sécurisait les provinces baltes. En Suède, la monarchie absolue se termina avec la mort de Charles XII et l'Ère de la Liberté commença.

Contexte[modifier | modifier le code]

La Suède dans les années 1650.

Entre 1560 et 1660, la Suède conquit un empire autour de la Baltique centré sur le golfe de Finlande comprenant les provinces de Carélie, d'Ingrie, d'Estonie et de Livonie. Pendant la guerre de Trente Ans, elle conquit des territoires en Allemagne incluant l'Ouest de la Poméranie occidentale, Wismar et Brême et Verden. Pendant la même période, la Suède envahit les provinces danoises et norvégiennes au nord de l'Øresund. Ces victoires ont été attribuées à l'armée suédoise qui bien qu'inférieure en nombre était bien plus professionnelle que la plupart des armées d'Europe et à la modernisation de l'administration (civile et militaire) au cours du XVIIe siècle, ce qui permit à la monarchie de rassembler les ressources de son empire de manière efficace.

Cependant, l'État suédois se révéla finalement incapable de soutenir et d'entretenir son armée lors d'une guerre prolongée. Les campagnes sur le continent ont été proposées sur la base que l'armée se financerait et se ravitaillerait sur place en pillant et en taxant les territoires conquis ; cette tactique était utilisée par toutes les puissances majeures de l'époque. Le coût d'une guerre prolongée se révéla trop lourd pour la plupart des territoires occupés et les ressources financières et humaines de la Suède furent finalement drainées lors de ces conflits

Les interventions étrangères en Russie durant le Temps des troubles débouchèrent sur les gains territoriaux suédois lors du traité de Stolbovo en 1617. Le traité priva la Russie d'un accès direct à la mer Baltique. La Russie recouvra sa puissance à la fin du XVIIe siècle grâce à l'accession au pouvoir de Pierre le Grand qui chercha à récupérer les territoires perdus lors des années précédentes. À la fin des années 1690, l'aventurier Johann Paktul parvint à allier la Russie avec le Danemark et la Saxe et les trois puissances attaquèrent la Suède en 1700.

1700 : Danemark, Riga et Narva[modifier | modifier le code]

Frédéric IV de Danemark-Norvège dirigea sa première attaque contre les Holstein-Gottorp, alliés de la Suède. En 1697, les forces danoises s'emparèrent de plusieurs forteresses des Gottorp. En mars 1700, une armée danoise mena le siège de Tönning[1]. Simultanément, les forces d'Auguste II avancèrent à travers la Livonie suédoise, capturèrent Dünamünde et mirent en place le siège de Riga[2].

Charles XII de Suède concentra ses attaques sur le Danemark. La flotte suédoise fut capable de contourner le blocus danois de l'Øresund et débarqua une armée près de la capitale danoise, Copenhague. Cette attaque surprise et les pressions des puissances maritimes (Royaume-Uni et Pays-Bas) forcèrent le Danemark-Norvège à se retirer du conflit en août 1700 selon les termes de la paix de Travendal[3].

Charles XII était maintenant capable de déployer rapidement son armée sur la côte orientale de la mer Baltique pour faire face à ses autres adversaires : aux côtés de l'armée d'Auguste II en Livonie, l'armée du tsar Pierre Ier se préparait à envahir l'Ingrie suédoise[3] où elle mit en place le siège de Narva en octobre. En novembre, les armées russes et suédoises s'affrontèrent lors de la première bataille de Narva où les Russes subirent une sévère défaite[4].

Après la dissolution de la première alliance lors de la paix de Travendal et la victoire de Narva ; le chancelier suédois, Benedict Oxenstjerna, tenta de faire monter les enchères en faveur de la Suède par la France et les Puissances maritimes (alors à la veille de la guerre de Succession d'Espagne) pour mettre fin à la guerre et faire de Charles un arbitre en Europe.

1701-1706 : Saxe-Pologne-Lituanie[modifier | modifier le code]

Stanisław Leszczyński (gauche) et Auguste II (droite)

Charles XII se tourna alors vers le sud pour affronter son dernier opposant : Auguste II, électeur de Saxe, roi de Pologne et grand-duc de Lituanie. Charles XII entra dans la République des Deux Nations et écrasa les Polonais lors de la bataille de Kliszów en 1702. Cette invasion réussie permit à Charles XII de détrôner Auguste II et de le remplacer par Stanisław Leszczyński en 1704. Auguste II résista mais après la bataille de Fraustadt, il fut forcé de signer le traité d'Altranstadt (1706) par lequel il faisait la paix avec l'Empire suédois, renonçait à ses revendications sur la couronne polono-lituanienne, acceptait Stanisław Leszczyński en tant que roi et mettait fin à son alliance avec la Russie[5]. Patkul fut également extradé et roué en 1707, un incident qui, étant donné son immunité diplomatique, irrita l'opinion contre le roi suédois dont on s'attendait à ce qu'il batte la dernière puissance hostile, la Russie[5].

1702-1710 : Russie et les provinces baltes[modifier | modifier le code]

La bataille de Narva fut un sérieux revers pour Pierre Ier mais le mouvement de l'armée de Charles XII contre la Saxe et la Pologne-Lituanie lui fournit une opportunité pour reprendre l'offensive dans les provinces baltes. Les victoires russes à Erastfer et à Nöteborg fournirent à la Russie un accès à l'Ingrie où Pierre Ier fonda sa nouvelle capitale, Saint-Pétersbourg[4] sur le site de l'ancienne forteresse suédoise de Nyenskans. Il entama également la mise en place d'une marine et d'une armée moderne axée sur une infanterie entraînée au maniement des armes à feu. Grâce aux efforts du général Adam Ludwig Lewenhaupt qui repoussa les Russes avec des armées inférieures en nombre aux batailles de Gemauerthof et de Jēkabpils, la plupart des provinces baltes tenues par la Suède restèrent sous son contrôle.

Charles XII passa les années 1702-1706 à lutter contre Auguste II ; il lui avait déjà infligé une défaite à Riga en juin 1701 et avait pris Varsovie l'année suivante mais ses efforts pour obtenir une victoire décisive ne furent pas récompensés. Charles XII voulait détrôner Auguste II et le remplacer par un allié de la Suède. Après des années de combats en Pologne, il dut finalement envahir la Saxe pour mettre un terme à la guerre. Dans le traité d'Altranstädt, Auguste II quittait l'alliance anti-suédoise et renonçait au trône de Pologne mais Charles XII avait perdu un temps précieux face à Pierre le Grand qui avait eu le temps de reformer son armée.

À ce moment, en 1707, Pierre Ier offrit de tout rétrocéder à la Suède à l'exception de Saint-Pétersbourg et des territoires au nord de la Neva mais Charles XII refusa et entama son invasion de la Russie. L'objectif principal était Moscou mais ses forces furent sapées par le froid et les tactiques de terre brûlée de Pierre Ier. Lorsque la principale armée se tourna vers le sud pour récupérer en Ukraine, la seconde armée amenant les renforts et les provisions fut interceptée et mise en déroute lors de la bataille de Lesnaya. Charles XII fut écrasé par une armée russe supérieure en nombre à la bataille de Poltava avant de fuir vers l'Empire ottoman où le reste de son armée se rendit aux Russes[6].

Cette défaite éclatante ne mit pas fin à la guerre mais en fut le tournant. Le Danemark et la Saxe rejoignirent la guerre et Auguste II, à travers les manœuvres de Boris Kourakine regagna le trône polonais. Pierre Ier continua ses campagnes dans la Baltique et acheva la construction d'une puissante marine. En 1710, les forces russes prirent Riga et Tallinn. Les provinces baltes furent ensuite intégrées à l'Empire russe.

1709-1714 : Empire ottoman[modifier | modifier le code]

Après la déroute de Charles XII en Russie, une nouvelle alliance anti-suédoise se forma avec la Russie, le Danemark-Norvège, la Pologne-Lituanie, le Hanovre et le Brandebourg-Prusse. Lors de la reddition de son armée, Charles XII de Suède et quelque soldats s'échappèrent vers le territoire ottoman où ils s'installent à Bender (dans l'actuelle Moldavie). Pierre Ier demanda l'éviction de Charles XII mais lorsque le sultan refusa, il envahit l'Empire ottoman. L'armée de Pierre Ier fut piégée par une armée ottomane près de la rivière Prut. Pierre Ier parvint à négocier une retraite en faisant quelques concessions territoriales, en promettant de retirer ses forces du Saint-Empire romain germanique et en permettant à Charles XII de rentrer en Suède. Ces termes furent formalisés par le traité d'Adrianople de 1713. Charles XII ne semblait cependant pas enthousiaste à l'idée de rentrer en Suède et il essaya d'engager le sultan dans une alliance contre la Russie. Le sultan « invita » en 1713 Charles XII dans un palais bien gardé à Constantinople jusqu'à ce qu'il abandonne ses espoirs d'alliance avec l'Empire ottoman et se décide à rentrer en Suède[7].

1710-1716 : Allemagne du Nord[modifier | modifier le code]

La ville danoise d'Altona incendiée durant la campagne de Magnus Stenbock en 1713. Les forces russes répliquèrent en détruisant la ville suédoise de Wolgast

En 1710, l'armée suédoise en Pologne se retira en Poméranie suédoise poursuivie par la coalition qui assiégea Stralsund en 1711. Cependant, la ville ne fut pas prise grâce à l'arrivée d'une armée de secours qui sécurisa la poche de Poméranie avant de se tourner vers l'est et de défaire l'armée coalisée à la bataille de Gadebusch. Malgré cette victoire, l'armée suédoise fut piégée et dut se rendre lors du siège de Tönning[8].

En 1714, Charles XII quitta l'Empire ottoman avant d'arriver à Stralsund en novembre. Près de Greifswald, anciennement suédois, le tsar russe Pierre le Grand et le roi britannique Georges Ier en sa position d'électeur de Hanovre s'allièrent le 28 octobre[9]. Auparavant neutre, le Brandebourg-Prusse rejoignit la coalition en déclarant la guerre à la Suède à l'été 1715[10]. Charles XII était alors en guerre avec la plus grande partie de l'Europe du Nord et il s'échappa de Stralsund quelques jours avant la chute de la ville en décembre 1715. Lorsque Wismar capitula en 1716, la Suède avait perdu toutes ses possessions en Allemagne et sur la mer Baltique[11].

1716-1718 : Norvège[modifier | modifier le code]

Après son retour en Suède, Charles XII initia la campagne de Norvège en février 1716 pour forcer le Danemark-Norvège à signer une paix séparée et barrer l'accès de la mer Baltique à la Grande-Bretagne. Il négocia également avec les jacobites britanniques, ce qui entraîna une déclaration de guerre du Royaume-Uni en 1717. La campagne de Norvège s'arrêta et l'armée se retira lorsque Charles XII fut abattu dans la ville norvégienne assiégée de Fredriksten le 30 novembre 1718. Sa sœur Ulrique Éléonore lui succéda[12].

1713-1721 : Finlande[modifier | modifier le code]

Bataille de Gangut (Hanko)

En 1714, les galères de Pierre Ier parvinrent à remporter une victoire sur la marine suédoise lors de la bataille d'Hangö Oud au large de la péninsule de Hanko. L'armée russe occupa alors la plus grande partie de la Finlande. Les dernières troupes finlandaises furent battues à la bataille de Napue dans la région d'Ostrobotnie. Cette période d'occupation est connue en Finlande sous le nom de Grande colère (finnois : isoviha), tant les armées russes se déchaînèrent sur les habitants, brûlant les villes et les villages et contraignant aux travaux forcés des milliers de paysans.

1719-1721 : Suède[modifier | modifier le code]

Malgré la mort de Charles XII, la Suède refusait encore les termes de la paix offerts par la Russie. En 1719, la flotte russe pilla la côte orientale de la Suède. Plusieurs villes furent attaquées et presque tous les bâtiments de l'archipel de Stockholm furent détruits. Une petite force russe avança vers la capitale suédoise avant d'être stoppée à la bataille de Stäket le 13 août. Les Russes reprirent l'offensive en 1720 et en 1721 même si la présence d'une flottille britannique réduisit le nombre de raids. En effet, après avoir fait la paix avec la Suède en 1719, les Britanniques se tournèrent vers une politique anti-russe dans la Baltique.

Paix[modifier | modifier le code]

Campagnes et changements territoriaux 1700-1709 (gauche) et 1709-1721 (droite).

Au moment de la mort de Charles XII, l'alliance anti-suédoise se divisa sur la répartition des territoires conquis. Georges Ier et Frédéric IV convoitaient tous deux l'hégémonie en Allemagne du Nord tandis qu'Auguste II s'inquiétait des ambitions de Frédéric-Guillaume Ier de Prusse sur le sud-est de la mer Baltique. Pierre le Grand dont les forces étaient déployées tout autour de la mer Baltique visait la domination sur l'est de l'Europe centrale et envisageait d'établir des bases navales jusque dans le Mecklembourg. En janvier 1719, Georges Ier, Auguste II et l'empereur Charles VI signèrent le traité de Vienne visant à ramener les limites de la Russie aux frontières d'avant-guerre[12].

Sur ce, le Hanovre-Grande-Bretagne et le Brandebourg-Prusse signèrent des traités de paix séparés avec la Suède : les traités de Stockholm en 1719 et 1720 qui répartissait les dominions suédois entre les différents partis. Les négociations furent menées par des diplomates français qui cherchaient à éviter un effondrement total de la position suédoise en mer Baltique. La Suède put donc conserver Wismar et le nord de la Poméranie tandis que le Brandebourg-Prusse incorporait le Sud de la région et que le Hanovre gagnait le Bremen-Verden suédois[13].

En plus des rivalités au sein de la coalition anti-suédoise, il existait des rivalités au sein de la Suède entre Charles-Frédéric de Holstein-Gottorp et Frédéric Ier de Hesse-Cassel pour le trône de Suède. Lorsque la paix fut signée avec le Danemark, la coalition s'était déjà divisée et le Danemark n'était pas en position de force pour obtenir le retour de ses anciennes provinces à travers l'Öresund. Frédéric Ier souhaitait cependant arrêter le soutien suédois pour son rival en Holstein-Gottorp qui passa sous contrôle danois et la partie nord fut annexée ; la Suède fut également exemptée de payer les droits du Sund. Un traité séparé fut signé à Frederiksborg en juin 1720[13].

Lorsque la Suède fut finalement en paix avec le Hanovre, la Grande-Bretagne, le Brandebourg-Prusse et le Danemark-Norvège, elle espérait que les sentiments anti-russes au sein des signataires du traité de Vienne et de la France se concrétisent au sein d'une alliance qui lui permettrait de récupérer ses provinces baltes. Cependant, cette alliance ne vit jamais le jour, principalement en raison des tensions entre le Royaume-Uni et la France. Par conséquent, la guerre se termina par la signature du traité de Nystad entre la Russie et la Suède à Uusikaupunki (Nystad) le 30 août 1721. La Finlande fut rendue à la Suède tandis que l'Estonie, la Livonie, l'Ingrie, le Kexholm et une large part de la Carélie étaient cédées à la Russie. Le mécontentement de la Suède mena à une série de guerres malheureuses au cours du XVIIIe siècle pour récupérer les territoires perdus comme lors de la guerre des Chapeaux et de la guerre de Gustave III[13].

La Saxe-Pologne-Lituanie et la Suède ne signèrent pas un traité de paix formel mais renouvelèrent la paix d'Oliva qui avait mis fin à la Première Guerre du Nord en 1660[14].

La Suède avait perdu toutes les possessions outre-mer qu'elle avait conquises au cours du siècle et demi précédent et cessait d'être une force de premier ordre dans les affaires européennes. À l'inverse, la Russie de Pierre le Grand devint la puissance incontournable en Europe de l'Est.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frost (2000), p. 227-228
  2. Frost (2000), p. 228-229
  3. a et b Frost (2000), p. 229
  4. a et b Frost (2000), p. 230
  5. a et b Frost (2000), p. 230, 263ff
  6. Frost (200), p. 231, 286ff
  7. Petersen (2007), p. 268-272, 275; Bengtsson (1960), p. 393ff, 409ff, 420-445
  8. Wilson (1998), p. 140
  9. Torke (2005), p. 165
  10. Meier (2008), p. 23
  11. North (2008), p. 53
  12. a et b Frost (2000), p. 295-296
  13. a, b et c Frost (2000), p. 296
  14. Donnert (1997), p. 510


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (ru) Baskakov, Benjamin I. (1890) (in Russian). The Northern War of 1700-1721. Campaign from Grodno to Poltava 1706-1709 sur Runivers.ru en formats DjVu et PDF.
  • (en) Frans Gunnar Bengtsson, The sword does not jest. The heroic life of King Charles XII of Sweden, St. Martin's Press,‎ 1960
  • (de) Erich Donnert, Europa in der Frühen Neuzeit: Festschrift für Günter Mühlpfordt, vol. 3, Böhlau,‎ 1997 (ISBN 3412006971)
  • (en) Robert I Frost, The Northern Wars. War, State and Society in Northeastern Europe 1558-1721, Longman,‎ 2000 (ISBN 978-0-582-06429-4)
  • (de) Martin Meier, Vorpommern nördlich der Peene unter dänischer Verwaltung 1715 bis 1721. Aufbau einer Verwaltung und Herrschaftssicherung in einem eroberten Gebiet, vol. 65, Munich, Oldenbourg Wissenschaftsverlag,‎ 2008 (ISBN 3486582852)
  • (de) Michael North, Geschichte Mecklenburg-Vorpommerns, vol. 2608, CH Beck,‎ 2008 (ISBN 3406577679)
  • (en) Gary Dean Peterson, Warrior kings of Sweden. The rise of an empire in the sixteenth and seventeenth centuries, McFarland,‎ 2007 (ISBN 0786428732)
  • (de) Hans-Joachim Torke, Die russischen Zaren 1547-1917, C.H.Beck,‎ 2005, 3e éd. (ISBN 3406421059)
  • (en) Peter Hamish Wilson, German armies. War and German politics, 1648-1806, Routledge,‎ 1998 (ISBN 1857281063)
Voir aussi
  • Lucien Bély, Les Relations internationales en Europe – XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, PUF, coll. « Thémis/Histoire »,‎ 1992 (ISBN 2130517552)
  • Claire Gantet, Guerre, paix et construction des États, 1618-1714, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire »,‎ 2003
  • (en) « Grande guerre du Nord », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [détail de l’édition] [lire en ligne]
  • (en) Andrina Stiles, Sweden and the Baltic, 1523-1721, London, Hodder & Stoughton,‎ 1992 (ISBN 0340546441).
  • (en) Jill Lisk, The Struggle for Supremacy in the Baltic: 1600-1725, New York, Funk & Wagnalls,‎ 1967
  • (sv) Guthorm Kavli, Norges festninger : fra Fredriksten til Vardøhus, Oslo, Universitetsforlaget,‎ 1987 (ISBN 8200184307).
  • (en) Hans C. Adamson, Admiral Thunderbolt, Chilton Company,‎ 1958
  • (en) Frank Noel Stagg, East Norway and its Frontier, Allen & Unwin,‎ 1956