Jeux (Rome antique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeux.

Les Jeux de la Rome antique, ou les Ludi, comprennent les courses de chevaux, l'athlétisme (athletae), la boxe et même du théâtre. Pour Jean-Paul Thuillier « d’une certaine façon, Rome est [...] la fille des jeux du cirque, de ces courses de chars sans lesquelles elle n'aurait pas pu exister »[1]. La gladiature ne fait pas partie des Ludi et bénéficie d'un calendrier propre, les munera. À quelques très rares occasions, les combats de gladiateurs sont admis dans le programme des ludi, sous Caligula.

Les calendriers archaïques[modifier | modifier le code]

Sous la république romaine, Rome n'avait pas de Ludi à proprement parler, mais certains jours de célébration remplissaient la même fonction. Parmi eux, les Consualia (21 août et 15 décembre), les Equirria (27 février et 14 mars) et l'« Equus October », fête du cheval du 15 octobre.

Les courses hippiques étaient les activités les plus prisées de ces jeux, mais dès cette période, les concours d'athlétisme sont attestés.

Il s'agissait d'une fête sportive de quartier. La boxe et la course à pied était aussi au programme. Tous les cinq ans avaient lieu les Ludi taurei au Cirque Flaminius. Ces jeux comportent seulement des courses de chevaux, il y avait un débat pour savoir si les chevaux étaient attelés, montés ou les deux. Les Ludi saeculares avaient lieu tous les siècles. Ces jeux se déroulaient au Champ de Mars. Les courses de chars étaient l'élément sportif le plus essentiel au programme de ces jeux.

Les Ludi publics et annuels[modifier | modifier le code]

Les Ludi magni ou Romani sont les jeux les plus prestigieux du calendrier sportif romain. Institués par Tarquin l'Ancien, en 500 avant notre ère, les Romains développent ces jeux y introduisant même 16 jours de « jeux scéniques » (théâtre) du 4 au 19 septembre. Courses de chars, boxe, athlétisme, lutte étaient au programme sportif.

Les Ludi pleibei, pendant des jeux Romains, n'avaient pas lieu au Circus Flaminius comme on l’a longtemps cru. Ils se tiennent du 4 au 17 novembre.

La deuxième Guerre punique marque un virage pour les Romains qui multiplient désormais les Ludi. Les premiers grands jeux nés de cette crise sont les Jeux apollinaires qui se tiennent pour la première fois en 212 av. J.-C. avant de devenir annuels dès 208 av. J.-C. Il se tiennent du 6 au 12 juillet.

Les Ludi megalenses deviennent annuels en 191 av. J.-C. Ils se déroulent du 4 au 10 avril.

Les Ludi florales deviennent annuels en 178 av. J.-C. Ils se tiennent du 28 avril au 3 mai.

De nouvelles créations de Ludi à Rome coïncident avec l'accroissement de l'importance des généraux ; ce sont les jeux triomphaux. Ils sont liés à un événement précis mais certains sont pérennisés et se tiennent dès lors chaque année. Citons ici les jeux de Sylla en 80 av. J.-C. du 26 octobre au 1er novembre et les jeux de Jules César, du 20 au 30 juillet.

À la fin de la République Rome compte 76 jours de Ludi à son calendrier annuel, dont 16 dédiés aux courses de chars. Traditionnellement, les jeux s'ouvrent par les scenici, les jeux scéniques (théâtre), quand ces derniers figurent au programme. De même, les jeux s'achèvent par les compétitions à caractère sportif, les circences.

Le calendrier des jeux romains ne se limitait pas à ce seul calendrier de compétitions annuelles et à l'occasion de victoires militaires par exemple, d'autres jours de jeux complétaient le programme.

Si les Jeux romains ont tous des origines religieuses, ils se laïcisent nettement par la suite même si on maintient un certain décorum religieux, par tradition.

Les Romains étaient très pointilleux sur les questions d'équité sportive. On n'hésitait pas à reprendre une course, notamment à l'hippodrome, quitte à rajouter des jours supplémentaires de compétition à la fin du programme des Ludi si le besoin s'en faisait sentir. Les cas de ce type sont assez nombreux.

Les Ludi sous l'Empire[modifier | modifier le code]

La multiplication du nombre de jours de Ludi est la première notion à retenir de l'histoire des Jeux sous l'Empire. On passe en effet de 76 jours de jeux annuels à la fin de la République à 175 au milieu du IVe siècle. 64 jours étaient consacrés aux courses de chars avec 24 courses par jour. De fait, le Romain peut désormais « du matin au soir », suivre des compétitions sportives de tous genres.

Les chrétiens protestent très tôt (début du IIe siècle) contre la tenue des Ludi. Ces protestations n'empêchent pas la multiplication de ces jeux. La « nouvelle Rome » perpétue jusqu'à la fin du XIIe siècle, la tradition des courses de chars.

Les Jeux face à l'Histoire[modifier | modifier le code]

Juvénal, intellectuel romain hostile au mouvement sportif, forge une expression qui devient un des clichés de la civilisation romaine : Panem et circenses : « Du pain et des jeux ». Nous sommes au début du IIe siècle après J.-C. et les chrétiens reprennent à leur compte cette expression afin de pointer du doigt la « passion » sportive, incompatible à leurs yeux avec la chrétienté. Une copieuse littérature existe sur ce thème. On retrouve cette philosophie jusque dans les écrits de l'historien français Carcopino qui traite globalement les Romains de fainéants assistés.

L'historien français Paul Veyne publie en 1976 son fameux Le Pain et le cirque, sociologie historique d'un pluralisme politique. Il met en lumière l'évergétisme romain, subtil moyen de redistribution des richesses mis en place à Rome et dans l'Empire et tord le cou à nombre de clichés. Hélas, beaucoup font encore référence à ce livre, sans l'avoir lu, pour appuyer les thèses de Juvénal.

La brèche créée par Veyne permet toutefois l'émergence d'une école d'historiens dégagés des clichés romains d'avant la Seconde Guerre mondiale. Les « jeux » sont désormais étudiés sous l'angle sportif, sans négliger toutefois l'approche sociologique, car le sport constitue clairement l'un des piliers de la romanité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Humphrey J.H., Roman Circuses. Arenas for chariots-racing, Berkeley, 1986.
  • (fr) Jean-Paul Thuillier, Le sport dans le Rome Antique, Paris, Errance, 1997.
  • (fr) Jean-Paul Thuillier, Les jeux athlétiques dans la civilisation étrusque, Rome, 1985.
  • (fr) Paul Veyne, Le pain et le cirque. Sociologie historique d'un pluralisme politique, Paris, 1976.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. J.-P. Thuillier, Le sport dans la Rome antique, Paris, éd. Errance, 1997, p. 7