César (titre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir César.
Politique sous la Rome antique
Image illustrative de l'article César (titre)

César était l'un des titres des empereurs romains, les situant dans la continuité de Jules César. L'étymologie rattache le mot à Cæsarius, qui signifie coupeur en latin et ferait référence à la naissance de son ancêtre par césarienne. D'autres y voient l'origine dans Casearius, qui signifie fromager.

De César dérivent après l'époque antique les appellations de certains empereurs ou dirigeants :

Le titre de César dans l'Empire romain[modifier | modifier le code]

On désigne communément sous ce nom Jules César et les onze empereurs qui régnèrent de -27 à +96 : Auguste, Tibère, Caligula, Claude, Néron, Galba, Othon, Vitellius, Vespasien, Titus et Domitien, quoique les six derniers de ces princes soient entièrement étrangers à la famille de César. Suétone a écrit la Vie des douze Césars.

À partir d’Auguste, Caesar est l’un des praenomina (ce qui vient avant le nomen familial - ce n'est pas l’exact équivalent du prénom) des empereurs, en compagnie généralement d’imperator.

En 293, l'empereur Dioclétien introduisit la tétrarchie : deux Césars étaient désignés comme empereurs-adjoints des deux Augustes. Cette organisation ne survécut pas à la ruine de la Tétrarchie à partir de 306, quand Constantin fut proclamé César par les troupes de son père, Constance Chlore.

Constantin Ier réutilisa le titre, mais pour donner un statut impérial à ses fils et les installer dans certaines régions de l'empire afin de l'y représenter.

Son fils, Constance II, fit Césars ses cousins Gallus, puis Julien. Leur statut était intermédiaire entre celui des Césars de la Tétrarchie et celui des princes héritiers de Constantin : membres de la famille impériale, dotés par là de l'aura plus ou moins magique propre aux empereurs, ils étaient son représentant, disposaient d'un certain pouvoir, mais étaient soumis aussi à un très strict contrôle. Après l'exécution de Gallus pour ses erreurs à Antioche et l'usurpation de Julien, les empereurs suivants n'eurent plus recours à ce dispositif, qu'ils jugeaient sans doute dangereux. Ainsi, quand Théodose Ier voulut élever son fils Flavius Arcadius sur une première marche du trône, il le fit directement Auguste.

Le titre de César dans l'empire byzantin[modifier | modifier le code]

À Constantinople, Héraclius (610-641) renonce à porter les titres de César et d’Auguste et la titulature latine, au profit du titre de basileus. Le titre de César demeure néanmoins dans la titulature byzantine, et vient immédiatement après celui de basileus.

Lors d’une cérémonie exceptionnelle à Constantinople, il est conféré pour la première fois à un prince barbare, le khan bulgare Tervel par Justinien II (705-711) en récompense de l’aide que le khan lui avait apporté pour récupérer le trône impérial.

Par la suite, le titre de César ne fut accordé qu’à de très rares occasions, et uniquement à un membre important de la famille impériale. À partir du XIe siècle, avec la multiplication des titres honorifiques, le titre de César recule dans la hiérarchie : Alexis Ier Comnène en créant le titre de sébastokrator le fait passer au 3e rang. Puis Manuel Ier Comnène le rétrograde en 4e place en accordant le titre de despote. Enfin Andronic II Paléologue dévalue de nouveau le titre César en l’accordant à Roger de Flor, chef des mercenaires catalans.

Le titre de César dans la Légende arthurienne[modifier | modifier le code]

Un personnage de la Légende apparaît sous le nom de Jules César. Il est dit, à propos de la Bataille de Carohaise, que Merlin rendit visite à Jules César. Ceci contribue au mythe de Merlin, capable de traverser le temps et l'espace.

Il s'agit en fait d'une aberration d'interprétation, car, à la fin de l'empire romain, césar n'est plus un nom, mais le titre du vice-empereur. Ainsi faut-il interpréter

Jules César en Jules le césar. Celui qui répond à la question est Jules NEPOS, qui fut césar = vice-empereur, du 9 février 474 au 24 juin 474, avant de devenir auguste = empereur, pour l'Occident.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Georges Ostrogorsky, traduction française de J. Gouillard, Histoire de l’État byzantin, Payot, 1977
  • Jean-Claude Even : La bataille de Carohaise. 1995-1996