Satires (Juvénal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Satire (homonymie).

Les Satires sont des œuvres poétiques écrites en hexamètre dactylique de l'écrivain latin Juvénal.

Satires[modifier | modifier le code]

Satire I[modifier | modifier le code]

Satire II[modifier | modifier le code]

Satire III[modifier | modifier le code]

Satire IV[modifier | modifier le code]

Satire V[modifier | modifier le code]

Dans son livre : « Remarques historiques sur le dictionnaire de Bayle », page 113, l’éminent savant, et philologue, Philippe –Louis JOLY, écrivait en 1748 : Le P. Niceron n’a pas connu un ouvrage intitulé : Deux Satyres du renommé Poête Juvenal, tranflatées dè Latin en Français par Michel d’Amboife. C’eft à fçavoir la V & VI. non encore veuës ci-devant. Paris, l’Angelier, 1548.in-12.

Satire VI[modifier | modifier le code]

Idem, ci-dessus satire V

Satire VII[modifier | modifier le code]

Satire VIII[modifier | modifier le code]

Un ouvrage imprimé à Paris chez V. Sertenas en 1544 s'intitulait : Quatre Satyres de Juvénal, translatées de latin en francoys par Michel d'Amboyse, escuyer, seigneur de Chevillon : c'est assavoir la VIII, X, XI et XIII....

D'autre part, Pierre Bayle signalait dans son Dictionnaire historique et critique, paru en 1696, (p.176), que Michel d'Amboise avait mis en vers français quatre satires de Juvénal qui furent imprimées dès 1542.

Satire IX[modifier | modifier le code]

Satire X[modifier | modifier le code]

Idem satire VIII

Cette satire est connue pour être la source de la citation latine mens sana in corpore sano, « un esprit sain dans un corps sain ».

Satire XI[modifier | modifier le code]

Idem satire VIII

Satire XII[modifier | modifier le code]

Satire XIII[modifier | modifier le code]

Idem satire VIII

Satire XIV[modifier | modifier le code]

Satire XV[modifier | modifier le code]

La Satire XV, adressée à un certain Volusius Bithynicus[1], compte 174 vers et aurait été composée au plus tôt en 128[2]. Elle fait référence à une rixe entre fêtards qui dégénère en un acte d'anthropophagie[3] qui s'est déroulé en Égypte en 127. Le texte est une violente critique de la religion et des mœurs de la société égyptienne. Elle sera d'ailleurs citée dans les Essais de Montaigne[4].

Satire XVI[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Satire XV, 1.
  2. Juvénal, Satires, Annexe 2, p. 332, « Classiques en poche », Les Belles Lettres, 2002
  3. Satire XV, 73 et suivants.
  4. Montaigne, Essais, livre premier, chapitre XXXI.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Juvénal, Satires (édition bilingue, texte, traduction et commentaire de Pierre de Labriolle, François Villeneuve et Olivier Sers), Collection Classiques en poche, Les Belles Lettres, Paris, 2002, (ISBN 978-2-251-79968-0[à vérifier : isbn invalide])