69

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 69 du calendrier julien. Pour l'année -69, voir -69. Pour le nombre 69, voir 69 (nombre). Pour les autres significations, voir 69 (homonymie).

Années :
66 67 68  69  70 71 72

Décennies :
30 40 50  60  70 80 90
Siècles :
Ier siècle av. J.-C.  Ier siècle  IIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire av. J.-C.  Ier millénaire  IIe millénaire


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Année des quatre empereurs.
L'empire romain en 69
  • Mars :
    • Crue du Tibre[1].
    • 9000 cavaliers roxolans entrent en Mésie ; ils sont mis en pièce par le légat Marcus Aponius Saturninus[1].
  • 14 mars : Othon sort de Rome pour combattre Vitellius pendant que Caecina et Valens, lieutenants du dernier, passent les Alpes[1].
Septembre : Victoire des Bataves de Civilis sur les romains sur le Rhin. Otto van Veen, 1613
  • 6-8 octobre : échec de deux légion romaine dans l'île batave contre Civilis ; elle se retirent au camp de Vetera, où Civilis, se déclarant dans un premier temps pour Vespasien, les assiège. Il reçoit le renfort de huit cohortes auxiliaires bataves de la légion XIV Gemina, qui devaient être envoyées en Italie. Elles désertent et rebroussent chemin, battant au passage les recrues romaines inexpérimentés d'Hérennius Gallus à Boon[5].
Après une année de guerre civile, Vespasien reste seul empereur. Sa tâche est immense. Il devra réprimer les révoltes en Gaule et en Judée, restaurer l’autorité impériale, soumettre l’armée. À l’intérieur, il reprend la politique libérale d’Auguste et cherche à s’entendre avec le Sénat, qui est épuré et rénové (lex de Imperio). De nouveaux sénateurs sont recrutés dans l’aristocratie provinciale et italienne.
  • 25 octobre : les cinq légions d'Illyrie, conduites par Antonius Primus pour Vespasien, défont en deux batailles près de Crémone huit légions de Vitellius[1].
    • Quarante mille hommes trouvent la mort à Bedriac, certainement autant à Crémone. Suite à sa mise à sac pendant quatre jours, Crémone éprouve des difficultés à se relever malgré l’aide de Vespasien. Fabius Valens, parti lever des troupes en Gaule pour secourir Vitellius, est capturé en Narbonnaise par Valerius Paulinus, partisan de Vespasien. Antonius Primus passe l'Appenin et atteint la région de Narni[1].
  • Novembre : après Crémone, Civilis refuse de déposer les armes et déclare ouvertement la révolte des Bataves contre Rome[4].

Naissances en 69[modifier | modifier le code]

Décès en 69[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Louis-Sébastien Le Nain de Tillemont, Histoire des empereurs et des autres princes qui ont régné durant les six premiers siècles de l’Église, vol. 1, Paris, Charles Robustel,‎ 1700 (présentation en ligne)
  2. Élisabeth Smadja, Évelyne Geny, Pouvoir, divination, prédestination dans le monde antique. Institut des sciences et techniques de l'antiquité, Presses Univ. Franche-Comté,‎ 1999 (ISBN 9782913322349, présentation en ligne)
  3. Étienne Paul Nicolas, De Néron à Vespasien : études et perspectives historiques suivies de l'analyse, du catalogue et de la reproduction des monnaies "oppositionnelles" connues des années 67 à 70, vol. 2, Belles Lettres,‎ 1979 (présentation en ligne)
  4. a et b Louis-Sébastien Le Nain de Tillemont, Histoire des empereurs et des autres princes qui ont régné durant les six premiers siècles de l’Église, vol. 2, Paris, Charles Robustel,‎ 1691 (présentation en ligne)
  5. Étienne Paul Nicolas, op. cit, p. 1271.
  6. Étienne Paul Nicolas, op. cit, p. 1272.
  7. Joyce E. Salisbury, Women in the ancient world, ABC-CLIO,‎ 2001 (ISBN 9781576070925, présentation en ligne)