Stéphane Gsell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gsell.

Stéphane Gsell, né à Paris le 7 février 1864 et mort à Paris le 1er janvier 1932, est un archéologue et historien français, spécialiste de l'Afrique antique et de l'Algérie romaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l'École normale supérieure en 1883, membre de l'École française de Rome, il exécuta les premières fouilles méthodiques dans la nécropole étrusque de Vulci.

Nommé professeur à l’École supérieure des lettres d'Alger, il opéra des fouilles à Tipasa et explora plusieurs régions de l'Algérie.

Il fut inspecteur des antiquités de l'Algérie, directeur du Musée d'Alger inauguré en 1879 puis professeur au Collège de France.

Son œuvre capitale est l'Histoire ancienne de l’Afrique du Nord rédigée entre 1913 et 1929.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Fouilles dans la nécropole de Vulci, exécutées et publiées aux frais du prince de Torlonia 1891[1]
  • Essai sur le règne de l’empereur Domitien (1893)
  • Recherches archéologiques en Algérie (1893)
  • Les Monuments antiques de l'Algérie (2 volumes, 1901)
  • Atlas archéologique de l’Algérie (1902 - 1911)
  • Histoire ancienne de l'Afrique du Nord (8 volumes, 1913-1929)
  • Inscriptions latines de l'Algérie (2 volumes, 1922)
  • Promenades archéologiques aux environs d'Alger (1926)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cité par les Cahiers d'archéologie, no 322, p. 7, 2007

Source[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]