Flavia Domitilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sainte Domitille en compagnie de St Maur et St Grégoire (Pierre Paul Rubens)

Flavia Domitilla ou sainte Domitille, est une membre de la famille impériale romaine des Flaviens, morte après 95, considérée comme une héroïne du judaïsme et vue comme une sainte par les Églises catholique et orthodoxe qui la fêtent le 7 mai.

Selon les sources classiques[modifier | modifier le code]

Flavia Domitilla, fille de Domitilla la Jeune et de Quintus Petillius Cerialis et donc petite fille de Vespasien et nièce de Titus et Domitien épouse son cousin Titus Flavius Clemens, un neveu de Vespasien. Ils ont deux fils, tous deux appelés Titus Flavius, nés vers 88 et 90, qui sont éduqués par Quintilien[1] et selon Suétone dans la vie des douze Césars, Domitien les a ouvertement reconnus, alors qu'ils étaient très jeunes, comme ses successeurs, changeant leur nom, l'un en Vespasien et l'autre en Domitien. Titus Flavius Clemens est consul en 95, avec Domitien mais ce dernier le fait exécuter pour une raison futile dès la fin de son consulat[2]. L'historien romain Dion Cassius est plus explicite : si Flavius Clemens a été exécuté et sa femme exilée dans l'île de Pandateria, c'est parce qu'ils étaient « athées, une accusation pour laquelle beaucoup de ceux qui tendaient vers le judaïsme étaient condamnés[3] ».

Selon la tradition juive[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titus Flavius Clemens.

Pour la tradition juive, Flavia Domitilla et son mari peuvent être considérés comme des convertis au judaïsme[4].

Selon la tradition chrétienne[modifier | modifier le code]

Sainte Domitille en compagnie de St Achille et St Nérée, huile de Niccolò Pomarancio (1598-99) pour l'église Santi Nereo e Achilleo, à Rome.

Elle aurait été convertie au christianisme par saint Achille et saint Nérée puis condamnée avec d'autres, par l'empereur Domitien, à être déportée dans l'île de Pontia ou de Pandateria, où elle vécut un long martyre.

Elle fut considérée comme une sainte par l'Église catholique jusqu'à 1969, année où il fut décidé que cet honneur n'était pas fondé[5][réf. à confirmer]. Elle l'est à nouveau[6], et cette décision concerne aussi bien l'Église catholique[7] que l'Église orthodoxe[8] qui continuent à la fêter le 7 mai.

Eusèbe de Césarée[9], et Jérôme de Stridon[10] affirment que Flavie Domitille était la nièce du consul Flavius Clemens et qu'elle fut exilée à Pontia, une ville située sur une des Îles Pontines (mer Tyrrhénienne), ce qui peut laisser penser qu'il y a eu en fait deux Flavia Domitilla, l'une étant la femme du consul et l'autre sa nièce et qu'elles ont été déportées dans deux îles différentes.

Représentation - iconographie[modifier | modifier le code]

Domitille a été peinte par Pierre Paul Rubens :

Les Catacombes de Domitilla[modifier | modifier le code]

À proximité des catacombes de San Callisto à Rome, sur la it:Via Ardeatina se trouvent les immenses catacombes de Domitilla composées de 12 kilomètres de galeries souterraines[11].

Les Catacombes de Domitilla sont le plus ancien des réseaux funéraires souterrains de Rome[11] et les seules à contenir encore des ossements. Elles sont aussi les mieux conservées et l'une des plus vastes de toutes. « Elles fournissent également un aperçu étendu de toutes les phases et phénomènes d'une nécropole paléochrétienne[11]. » On y trouve notamment une fresque de la Dernière Cène datant du IIe siècle. Des tombes païennes isolées et des sépultures anonymes de la communauté chrétienne ont contribué à former un immense réseau de galeries au IVe siècle.

Après la fin des activités funéraires au Ve siècle, une basilique souterraine était le centre d'un sanctuaire de pèlerinage aux tombes des « martyrs » Nérée et Achillée[11] qui, selon la tradition chrétienne, seraient des eunuques ou chambellans de Domitilla. La Jewish Encyclopedia note qu'elle est disposée selon un modèle juif[12]. L'utilisation de la basilique souterraine a été abandonnée au Moyen Âge[11] (vers le IXe siècle). Avec environ 80 tombes peintes, les catacombes de Domitilla sont aussi l'une des plus grandes collections de catacombes peintes[11].

L'accès aux catacombes est possible en contrebas de l'église antique située 280 via delle Sette Chiese. Elles ont été redécouvertes en 1593 et une grande partie a été restaurée en 1870. Une campagne de relevés archéologiques a eu lieu de 2006 à 2009, sous la direction de N. Zimmerman. Une reconstitution partielle en 3D de ces catacombes a été réalisée à partir de ces relevés[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Quintilian, Institutio Oratoria , iv. 1, § 2
  2. Suétone, « [[Vie des douze Césars]], Domitien, 15 », sur Biblioteca Classica Selecta
  3. Dion Cassius traduit par Théodore Reinach, « Dans Fontes rerum judaicarum : Histoire romaine ([[wikt:épitomé|épitomé]] de [[Xiphilin]]), livre 67, page 195 », Ernest Leroux,‎ 1895
  4. (en) Richard Gottheil et Samuel Krauss, « Flavia Domitilla », Jewish Encyclopedia
  5. Calendarium Romanum (Libreria Editrice Vaticana), p. 123
  6. (it)Voir Santa Flavia Domitilla,sur Santi, Beati e Testimo,i
  7. Voir sainte Flavia Domitilla sur Nominis.
  8. Saints pour le 7 mai du calendrier ecclésiastique orthodoxe
  9. Historia Ecclesiae, III, 18; Chron. ad an. Abrahami, 2110
  10. Ep., CVIII, 7.
  11. a, b, c, d, e et f N. Zimmerman, Project: The Domitilla-Catacomb in Rome
  12. Jewish Encyclopedia, article Flavia Domitilla qui cite N. Müller, in Herzog-Hauck, "Real-Encyc." 3e éd.,X.863.
  13. Domitilla-Catacomb: Status and Progress of the Project 2009

Sources[modifier | modifier le code]

  • Le petit livre des saints - Rosa Giorgi - Larousse - 2006 - ISBN 2-03-582665-9
  • Magnificat n° 66 - mai 1998 - page 97

Article connexe[modifier | modifier le code]