Helvètes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une carte de la Gaule montrant la position des Helvètes.

Les Helvètes (Helvetii) sont un ensemble de peuples celtes de l'extrémité orientale de la Gaule originellement établis en Wurtemberg d'où ils ont émigré vers le plateau suisse lors de la mise en mouvement des Suèves vers le sud-ouest de la Germanie au début du Ier siècle av. J.-C..

La confédération helvète semble avoir été constituée de quatre ou cinq pagi, dont les Verbigènes, les Ambrons, les Tigurins, les Tugènes.

Vraisemblablement à la suite d'une forte pression démographique en Rhétie résultant de la poussée des Suèves dans le sud-ouest de la Germanie, Helvètes, Latobices, Tulinges, Rauraques et Boïens tentent de migrer vers l'ouest de la Gaule transalpine en -58. Repoussés au-delà du massif du Jura par Jules César, ils formeront l'Helvétie avec leurs compagnons d'infortune, exceptés les Boïens installés entre les territoires éduen, arverne et biturige, etc.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le nom des Helvètes est peut-être mentionné pour la première fois dans un graffiti sur un navire de Mantoue (environ 300 av. J.C.)[1]. L'inscription en lettres étrusques se lit eluveitie, qui a été interprété comme une forme étrusque du celtique *(h)elvetios («l'Helvète»), c'est-à-dire qu'il s'agirait d'un homme d'ascendance helvète à Mantoue.

Guerre des Cimbres[modifier | modifier le code]

"Les Romains passant sous le joug" de Charles Gleyre, 1858. Triomphe des Helvètes sur les Romains à la bataille d'Agen. À gauche, armé de l'épée, Divico.

La première mention historique des Helvètes est l'invasion, durant l'épisode dit de la guerre des Cimbres, au côté des Cimbres, des Ambrons et des Teutons, de la Gaule narbonnaise par les troupes tigurines de Divico. Vainqueurs des troupes romaines de Lucius Cassius à la bataille d'Agen en -107. Après une seconde victoire à Orange en -105, les troupes tigurines semblent s'être retirées du conflit avant les défaites contre Gaius Marius en -102 et -101.

Guerre des Gaules[modifier | modifier le code]

César et Divico sur la Saône, peinture de Karl Jauslin. En dessous de César, un Helvète mort et un Helvète prisonnier

Les Helvètes jouèrent un rôle déterminant dans le commencement de la Guerre des Gaules en entamant une migration forcée vers la Saintonge après avoir brûlé leurs terres, sous le roi Orgétorix[2]. Les raisons de cette migration sont obscures : ils pouvaient fuir devant la pression germanique, ou bien agir ainsi sur la base d'autres motifs à caractère démographique ou économique. En tout cas, l'incident permit aux Romains de prendre pied en Gaule chevelue.

Jules César les affronta en -58, une première fois sur le territoire des Séquanes, lors du passage de la Saône, puis à la bataille de Bibracte, alors qu'ils étaient menés par Divico. Il note qu'ils étaient 368 000 (dont 92 000 guerriers) au début des combats[3].

César voulait avant tout empêcher que des Germains d'outre-Rhin s'installent dans l'Helvétie abandonnée par ses habitants, ce qui aurait constitué une menace directe pour Rome. Les survivants de Bibracte, au nombre de 110 000, rentrèrent en Helvétie. Les Boïens restèrent en Gaule, fixés entre les Éduens et les Arvernes.

En -52, les Helvètes envoyèrent malgré tout un contingent de 8 000 hommes à Vercingétorix[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reproduction dans R.C. De Marinis, Gli Etruschi a Nord del Po, Mantova, 1986.
  2. Des peuples germains Tulinges et Latobices se joignirent à eux, ainsi que les Boïens.
  3. César, BG, I, 29. Ces chiffres sont sujets à caution. Voir Gilbert Kaenel, L'an -58, Les Helvètes, Archéologie d'un peuple celte, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 2012 (Coll. Le savoir suisse)
  4. Jules César, Guerre des Gaules, livre VII, 75
  5. Grégoire Nappey et Mix & Remix, Histoire suisse, page 12

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]