Jacques Massu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Officier général francais 5 etoiles.svg Jacques Massu
Jacques Massuà Alger en 1958
Jacques Massu
à Alger en 1958

Naissance 5 mai 1908
Châlons-sur-Marne, France
Décès 26 octobre 2002 (à 94 ans)
Conflans-sur-Loing, France
Origine Drapeau de la France France
Arme Troupes de marine
Grade Général d'armée
Années de service 1928 – 1969
Conflits Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Guerre d'Algérie
Crise de Suez
Commandement Forces françaises en Allemagne
Faits d'armes Forces françaises libres
Bataille de Normandie
Libération de Paris
Libération de Strasbourg
Bataille d'Alger
Distinctions Grand-croix de la Légion d'honneur Grand-croix de la Légion d'honneur
Ordre de la Libération Compagnon de la Libération
Croix de guerre 1939-1945
Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs
Croix de la Valeur militaire
Autres fonctions Gouverneur militaire de Metz
Président du Comité de salut public (1958)

Jacques Émile Massu, né le 5 mai 1908 à Châlons-sur-Marne et mort le 26 octobre 2002 à Conflans-sur-Loing, est un militaire, officier général. Compagnon de la Libération et ancien commandant en chef des forces françaises en Allemagne, il s'illustra notamment dans la colonne Leclerc et la 2e DB, durant la Seconde Guerre mondiale et durant les deux conflits coloniaux d'Indochine et d'Algérie.

Origines et études[modifier | modifier le code]

Arrière-petit-neveu du maréchal Michel Ney, Jacques Massu est né à Chalons-sur-Marne dans une famille d'officiers militaires français. Il fait ses études au lycée Saint-Louis-de-Gonzague à Paris, au collège libre de Gien (1919-1925) puis au Prytanée national militaire (1926-1928). Entré à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, il en sort en 1930 (promotion maréchal Foch) et commence sa carrière militaire comme sous-lieutenant de l'infanterie coloniale, dans les colonies françaises du Maroc, du Togo et du Tchad.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Il est capitaine en Afrique équatoriale, à la tête de la 3e compagnie du régiment de tirailleurs sénégalais du Tchad et de la subdivision militaire du Tibesti, quand en juin 1940, le capitaine Massu répond à l'appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle et rejoint la France libre, aux côtés du gouverneur Félix Éboué.

Il participe à la bataille du Fezzan avec la colonne Leclerc. Méhariste au Tibesti, il a transformé son « vaisseau du désert » en « pétrolier » pour un rendez-vous de ravitaillement avec les camions de Bagnold du Long Range Desert Group qui prenaient les Forces françaises libres (FFL) de Leclerc comme passagers.

En 1941, il est à la tête du bataillon de marche du Tchad. Comme lieutenant-colonel à la 2e DB il participe aux batailles du théâtre de l'ouest européen qui le mène au cœur de l'Allemagne nazie après avoir participé à la libération de Paris en août 1944.

Guerre d'Indochine[modifier | modifier le code]

En septembre 1945, le lieutenant-colonel Massu est placé à la tête du détachement précurseur qui débarque à Saïgon et participe au dégagement de la ville et du sud de l'Indochine. Le 19 décembre 1946, le Viêt-minh s'empare d'Hanoï. Le général Leclerc envoie alors au Tonkin le groupement du colonel Massu qui reprend la ville à l'issue d'une action très brutale. Il inflige de lourdes pertes au Viêt-minh qui ne pouvait lutter contre une troupe parfaitement aguerrie par ses campagnes antérieures, les soldats ayant pour la plupart déjà combattu au sein des FFL ou de l'Armée de la Libération durant la Seconde Guerre mondiale. L'empereur Bao Dai avait exigé de Leclerc que le groupement Massu fût renvoyé à Saïgon et que le colonel – qui ne s'était pas embarrassé de faire des prisonniers – fût immédiatement rapatrié en France[1].

Expédition de Suez[modifier | modifier le code]

Jacques Massu quitte l'Indochine pour devenir parachutiste. Il prend d'abord la tête de la 1re demi brigade coloniale de commandos parachutistes en Bretagne de 1947 à 1949, puis, en juin 1955, devenu général de brigade, il commande le groupe parachutiste d'intervention puis en 1956 la 10e division parachutiste, connue par la suite sous le nom de division Massu avec laquelle il débarque le 6 novembre 1956 à Port-Saïd (Égypte), lors de l'opération de Suez. Après avoir pris la ville, il combat aux côtés des Britanniques qu'il rejoint pour prendre Ismaïlia. L'opération tourne court à la suite du rappel des troupes par les gouvernements français et britanniques sous la pression conjointe des États-Unis et de l'URSS.

Guerre d'Algérie[modifier | modifier le code]

Défilé dans les rues d'Alger de
la 10e division parachutiste du général Massu qui a reçu les pleins pouvoirs pour diriger les opérations de la bataille d'Alger.(de janvier à septembre 1957).

Il est alors affecté avec la 10e division en Algérie. Le 7 janvier 1957, le ministre résident dans la colonie française, Robert Lacoste, confie tous les pouvoirs de police à l'armée afin de faire cesser les activités du Front de libération nationale (FLN) dans la capitale algérienne. Les quatre régiments de la 10e division parachutiste quadrillent alors la ville, employant tous les moyens pour dépister le réseau bombes de Yacef Saadi et trouver leurs caches. C'est la bataille d'Alger qu'il remporte avec des méthodes brutales. À ses ordres directs officient notamment Roger Trinquier (théoricien de la guerre subversive dans son ouvrage La Guerre moderne[2]) et Paul Aussaresses. Ce dernier supervise la mise en place du système de renseignement qui comprend l'usage de la torture et les exécutions sommaires[3]. Le général Massu raconte avoir fait sur lui-même l'expérience de la gégène[4].

Le 13 mai 1958 des manifestations éclatent en Algérie faisant suite à l'exécution de trois soldats français par le FLN. Lors de l'invasion par la foule du siège du gouvernement général, Massu est le seul, grâce à sa popularité, à pouvoir se faire entendre. Faute de pouvoir enrayer le mouvement, il en prend la tête et fonde un comité de salut public dont il se nomme président[4] et qui exige du président René Coty la création d'un gouvernement de salut public. Cet épisode du putsch d'Alger accélérera le retour au pouvoir de Charles de Gaulle afin de mettre fin à la crise de mai 1958.

En juillet 1958 Jacques Massu reçoit ses étoiles de général de division et prend, en décembre, la tête du corps d'armée d'Alger en exerçant simultanément les fonctions de préfet régional pour l'Algérois.

Ayant critiqué la politique du président de la République en Algérie, dans une interview accordée au Süddeutsche Zeitung de Munich, il est rappelé à Paris. Bien qu'il démente les propos tenus, il est démis de son poste de commandant du corps d'armée d'Alger en janvier 1960. La nouvelle provoque une réaction violente concrétisée par la semaine des barricades à Alger[4].

En septembre 1961, il est nommé gouverneur militaire de Metz et commandant de la 6e région militaire.

En mars 1966, il est nommé commandant en chef des forces françaises en Allemagne, en résidence à Baden-Baden où, le 29 mai 1968, Charles de Gaulle viendra le consulter en pleine tourmente de Mai 68. Son rôle politique à cette occasion est controversé. En juillet 1969, il quitte ses fonctions dans l'armée d'active et entre dans la 2e section des officiers généraux.

Massu et la torture[modifier | modifier le code]

Jacques Massu a été accusé par d'anciens combattants FLN algériens, notamment Louisette Ighilahriz, d'avoir donné son aval aux pratiques de torture pendant la guerre d'Algérie et même d'y avoir participé. Il a confirmé l'essentiel de ses précédentes déclarations quant aux pratiques et aux descriptions faites dans son livre La Vraie Bataille d'Alger. Dans un entretien télévisé[5], en 1971, il déclare « J'ai dit officiellement que je reconnaissais l'existence de la méthode et que je la prenais sous ma responsabilité. », ainsi que « la torture telle que j'ai autorisé qu'elle soit pratiquée à Alger ne dégrade pas l'individu. » À la question des 4 000 disparus entre janvier et avril 1957 sous la responsabilité des parachutistes français recensés par Paul Teitgen, le secrétaire général à la police d'Alger en 1957, Massu répond que ce dernier s'était trompé de vocation. Il a écrit en 2000 « qu'on aurait pu s'en passer »[6]. La fin de la guerre d'Algérie a été suivie d'une large loi d'amnistie pour les actes commis en relation avec cette dernière, qu'ils soient du fait du Front de libération nationale (FLN), de l'Organisation armée secrète (OAS) ou des militaires français. Cette loi fut encore complétée en 1966, en juillet 1968 et en 1982.

Retraite[modifier | modifier le code]

Vivant retiré, à partir de juillet 1969, dans sa demeure gâtinaise de Conflans-sur-Loing, Jacques Massu consacra de nombreuses années à l'écriture de ses mémoires. Il meurt le 26 octobre 2002 à 94 ans.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jacques Massu a été marié à deux reprises. Il a eu trois enfants, dont une fille issue de son premier mariage (décédée du vivant de son père), et deux enfants, adoptés lors de son séjour en Algérie.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Legion Honneur GC ribbon.svg Ordre de la Liberation 2nd ribbon.svg Croix de Guerre 1939-1945 ribbon.svg
Croix de Guerre des Theatres d'Operations Exterieurs ribbon.svg Croix de la Valeur Militaire ribbon.svg Croix du Combattant (1930 France) ribbon.svg
Medaille d'Outre-Mer (Coloniale) ribbon.svg Medaille commemorative des Services Volontaires dans la France Libre ribbon.svg Dso-ribbon.png
Ordre du Nichan el-Anouar GO ribbon.svg Ordre de l'Etoile Noire GO ribbon.svg GER Bundesverdienstkreuz 7 Grosskreuz.svg
Presidential Unit Citation ribbon.svg

Intitulés[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

Jacques Massu eut parfois des relations tendues avec Charles de Gaulle, même si les deux hommes se respectaient. On leur prête cette anecdote apocryphe, qui en dit long. À son arrivée à Alger en 1958, le général est accueilli par Massu, et lui lance : « Alors Massu, toujours aussi con ? » Réponse de ce dernier : « Toujours gaulliste, mon général ! »[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Portrait du lieutenant Henri Leclerc de Hauteclocque, Ass. des anciens de la 2e DB, Paris 1969
  • La Vraie Bataille d'Alger, Plon, Evreux 1971
  • Le Torrent et la Digue, Plon, Paris 1972
  • Sept ans avec Leclerc, Plon, Paris 1974
  • La Vérité sur Suez : 1956, Plon, Paris 1978
  • L'Aventure Viêt-minh, Plon, Paris 1980
  • Baden 68 : souvenirs d'une fidélité gaulliste, Plon, Paris 1983
  • Joseph Valynseele et Denis Grando, « Le général Massu », dans À la découverte de leurs racines, t. I, L'Intermédiaire des Chercheurs et Curieux,‎ 1988.
  • Massu, le soldat méconnu, Paris, 1993
  • Avec de Gaulle, Éditions du Rocher, Paris, 1998

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Aussaresses, Pour La France – Services Spéciaux 1942-1954, Paris, Rocher,‎ 2001.
  2. Roger Trinquier, La Guerre moderne, Paris, La Table ronde,‎ 1961.
  3. Paul Aussaresses, Services spéciaux, Algérie 1955-1957, Perrin,‎ 2001 (ISBN 2-262-01761-1).
  4. a, b et c Jean Planchais et Florence Beaugé, « Jacques Massu le général repenti », Le Monde,‎ 29 octobre 2002 (lire en ligne).
  5. « You Tube », Google.
  6. « Massu, J », sur Encyclopédie Universalis.