Kerala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

8° 30′ 27″ N 76° 58′ 19″ E / 8.5074, 76.972

Kerala
കേരളം (kēraḷam)
Sceau
Sceau
Localisation de l'État en Inde
Localisation de l'État en Inde
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
Capitale Thiruvananthapuram
Plus grande ville Kochi
Création 1er novembre 1956
Langue officielle Malayalam
Gouverneur Sheila Dikshit
Ministre en chef Oommen Chandy (Congrès)
Démographie
Population 33 406 061 hab. (2011[1])
Densité 860 hab./km2
Rang 12e rang (2.76 %)
Géographie
Superficie 38 852 km2
Rang 21e rang (1.1 %)

Le Kerala ou Kérala (malayalam : കേരളം, kēraḷam) est un État indien. La langue principale est le malayalam qui fait partie des langues dravidiennes, famille linguistique dominante en Inde du Sud.

Le Kerala, densément peuplé, s'étend sur près de 900 km au sud-ouest de la péninsule indienne. Il est couvert de denses forêts sur les contreforts des Ghats occidentaux et traversé d'un réseau de lagunes et canaux le long de la côte de la mer d'Arabie. Il est parfois surnommé « le pays de Dieu » (« God's own land »).

Le Kerala possède un indicateur de développement humain élevé par rapport à son niveau de développement économique. L'espérance de vie et le taux d'alphabétisation sont très au-dessus de la moyenne nationale. De nombreuses personnes originaires du Kerala ont émigré à l'étranger, en grande partie dans les pays du Golfe. Les envois de fonds que ceux-ci effectuent équivalent à plus de 20 % du produit intérieur brut[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès le IIIe siècle av. J.-C., grecs et romains faisaient déjà du commerce avec le Kerala qui se trouvait alors à la convergence des mondes occidental et extrême-oriental. Ses productions comme la noix de coco, la noix d'arec, et les épices s’échangeaient contre du riz, du sucre, des perles, des pierres précieuses ou des cotonnades. Les missionnaires de l'Église de l'Orient y répandent le christianisme vers le Ier siècle de notre ère.

Au début du Moyen Âge, les relations commerciales sont alors dominées par les marchands perses et arabes qui se sont substitués aux gréco-romains. À ce moment-là, le Kerala est divisé entre de nombreux royaumes, mais c'est au XIVe siècle que l'identité régionale se forme lorsque le malayalam se différencie nettement du tamoul.

L'une des raisons du voyage de Vasco de Gama depuis le Portugal vers le Kerala en 1498 est de briser le contrôle musulman sur le commerce des épices entre les producteurs locaux et le Moyen-Orient. Il fait construire la première forteresse portugaise en terre indienne à Cochin (Kochi) en 1503, puis, prenant avantage de la rivalité entre les rajahs de Calicut et de Cochin, entreprend de détruire ce monopole.

Cette lutte entre Calicut et Cochin, permet finalement aux Hollandais d'intervenir, puis d'expulser les Portugais de leurs forts. Les Anglais s'implantent dans la zone par l'intermédiaire de la Compagnie anglaise des Indes orientales et sont fermement installés au Kerala au début du XVIIe siècle. En 1792, Tipû Sâhib essaie de regagner du territoire sur celui tenu par les Britanniques, mais sans succès.

L'État moderne du Kerala est créé officiellement le 1er novembre 1956 à partir du Malabar qui était une partie de la Présidence de Madras, du Travancore et de Cochin. Ces deux dernières entités étaient des États princiers dirigés par des maharajahs qui avaient la particularité de se préoccuper de l'éducation et du bien-être de leurs sujets.

Géographie[modifier | modifier le code]

Kerala

Le Kerala consiste en une étroite bande de terre le long de la côte sud ouest de l'Inde dont la largeur varie de 35 à 120 km. Il est bordé par la mer d'Arabie à l'ouest et par les Ghats occidentaux à l'est, culminant à l'Anamudi avec 2 695 m. Situé entre 8 °18' et 12 °48' de latitude nord et 74 °52' et 72 °22' de longitude est, sa modeste superficie, 38 852 km2[1], représente 1,18 % du territoire indien.

Les États du Karnataka au nord et du Tamil Nadu à l'est sont les voisins immédiats du Kerala. Le district de Mahé qui fait partie du territoire de Pondichéry, est enclavé dans le Kerala.

Les backwaters

Le Kerala est divisé en trois zones distinctes :

  • les montagnes et vallées profondes se situent à l'est, sur les contreforts des Ghats occidentaux. Elles sont couvertes de forêts denses et les courtes et nombreuses rivières kéralaises y prennent leurs sources pour se jeter dans la mer d'Arabie ;
  • la plaine centrale est constituée de collines et de larges vallées agricoles ;
  • sur la côte, longue de 580 km, les embouchures des fleuves abritent de nombreux ports. Longeant la côte, les Backwaters constituent un vaste réseau de lagunes reliées par des canaux communiquant avec la mer. De Thiruvanathapuram à Vadakara, ils représentent 450 km de voies navigables utilisées pour le transport avant de devenir une attraction touristique. Le lac Vembanad, entre Alappuzha et Cochin, est la plus importante réserve d'eau de l’État (200 km2).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat du Kerala est tropical avec un régime de mousson du sud-ouest de juin à septembre. Les précipitations sont abondantes, 3 107 mm/an en moyenne (Inde : 1 197 mm/an) et il pleut entre 120 et 140 jours par an. En été, d'avril à juin, les températures atteignent 33 °C, ce qui est relativement raisonnable en Inde.

Flore et faune[modifier | modifier le code]

Rizière près de Sultan Bathery

La variété géographique et le climat expliquent l'importance de la biodiversité.

Paysan soignant ses bœufs

La forêt couvre 26 % de l’État, on y rencontre des essences recherchées telles que le teck, le bois de rose ou le santal ainsi que de nombreuses herbes aromatiques. Ces plantes donnent lieu à une activité économique appréciable : exportation de bois, artisanat, encens, huiles essentielles.

La faune est également très riche : léopards, tigres, éléphants, écureuils, singes, cerfs, ours et de nombreuses variétés d'oiseaux. Pour protéger cette richesse, nombre de ces plantes et animaux étant endémiques au Kerala, l’État a créé plusieurs parcs nationaux et réserves naturelles : Chinnar Wildlife Santuary, Eravikulan National Park, Jumarlom Bird Santuary, Periyar National Park, Silent Valley National Park.

Économie[modifier | modifier le code]

Jardins de thé à Munnar.

L'économie du Kerala est principalement agricole, secteur qui emploie 17 % de la population active. La noix de coco sur la côte, le thé et le café sur les hauteurs, sont cultivés de manière intensive comme le caoutchouc (91 % de la production nationale), l'anacardier et les épices qui de tous temps ont été une richesse de la région. Les épices généralement cultivées au Kerala sont le poivre (96 % de la production nationale), la cardamome, la vanille, la cannelle et la noix de muscade. Le poivre a longtemps été la principale ressource du Kerala. L'État reste le premier producteur de l'Inde mais les concurrents se sont multipliés : Viêt Nam (premier producteur mondial), Malaisie, Sri Lanka, Brésil...

La pêche en mer ou dans les Backwaters, et ses industries de transformation, sont aussi des activités importantes (crevettes, palourdes, homards et huîtres).

L'élevage familial et les cultures potagères contribuent de façon substantielle aux revenus des foyers modestes.
Les ressources minières kéralaises, bien que n'employant que 0,1 % de la population active, ne sont pas négligeables, on y extrait du monazite pour l'industrie nucléaire, de l'ilménite, du rutile, du zircon, de la bauxite et du kaolin.

Pêcheurs sur la côte de Malabar

Les nombreuses rivières descendant des Ghats ont permis la construction de barrages pour l'irrigation et la production d'énergie hydraulique. Cependant, les nuisances écologiques et humaines causées par l'inondation des vallées ont mobilisé l'opinion et les autorités sont en butte à une forte opposition telle celle suscitée par la construction du barrage Athirapally sur la Chalakkudy[4].

Le commerce, le bâtiment, les transports, l'industrie textile et le tourisme sont les autres secteurs importants de l'économie kéralaise.

Le niveau de vie au Kerala est relativement élevé. Le revenu par habitant est passé de 5 100 Rs en 1992 à 19 500 Rs en 2000, 70 % des foyers sont reliés au réseau électrique et 71 % ont l'eau courante[5]. Cependant le chômage est important et de nombreux Kéralais travaillent à l'étranger, ils sont plus d'un million dans les pays du Golfe[6]. Ils contribuent notablement à l'économie kéralaise par les revenus qu'ils rapatrient dans leur état d'origine.

Trois aéroports internationaux desservent le Kerala :

Politique[modifier | modifier le code]

Le Kerala est l'un des États les plus stables politiquement de l'Inde et a la particularité d'avoir élu démocratiquement en 1957 un gouvernement communiste[7]. L'État a la réputation d'être un des plus à gauche du pays. Ses citoyens sont très impliqués dans la vie politique et leur participation est bien plus importante que dans le reste du pays.

La vie politique est actuellement dominée par deux coalitions : le Left Democratic Front (LDF) conduit par le Parti communiste d'Inde (marxiste) (PCI(M)) et l'United Democratic Front conduit par le Congrès. L'actuel Chief Minister est Ooman Chandy de l'UDF, élu en 2011.

Résultats des élections législatives de l'État de 2011[modifier | modifier le code]

Coalition Votes % Sièges
United Democratic Front 8 002 874 45,83 72
Left Democratic Front 7 846 703 44,94 68
National Democratic Alliance 1 058 504 6,06 0
Autres et Indépendants 553 832 3,17 0

Résultats des élections législatives indiennes de 2009 au Kerala[modifier | modifier le code]

Le Kerala envoie 20 députés à la Lok Sabha (Chambre basse du Parlement indien).

Partis ou coalitions  % Sièges
  Alliance progressiste unifiée (UPA) 48,45 16
Congrès 40,13 13
Muslim League Kerala State Committee 5,07 2
Kerala Congress (M) 2,53 1
Nationalist Congress Party 0,72 0
  Troisième Front 39,20 4
Parti communiste d'Inde (marxiste) 30,48 4
Parti communiste d'Inde 7,44 0
Bahujan Samaj Party 1,28 0
  Alliance démocratique nationale (NDA) 6,61 0
Bharatiya Janata Party 6,61 0

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Article connexe : Liste des districts du Kerala.

Le Kerala est composé de 14 districts.

Démographie[modifier | modifier le code]

Avec 33 millions d'habitants pour 38 852 km2 en 2011[1], le Kerala a une densité de population de 860 habitants au km ²[1]. C'est l'une des plus élevées du pays (324 hab/km ²). La concentration de population la plus forte se rencontre dans la plaine côtière où la densité diffuse de l'habitat crée une continuité ville-campagne. Les villes principales sont : Thiruvananthapuram (889 000 habitants)[8], capitale de l'État (son nom est souvent utilisé sous sa forme coloniale de Trivandrum), Kozhikode (880 000 habitants) et Kochi (1 350 000 habitants).

Le taux de natalité, 17,2 ‰, est un des plus bas de l'Inde (25,4 ‰). Le taux de mortalité global, 6,6 ‰ ainsi que la mortalité infantile, 11 ‰, sont également faibles. Ces chiffres ont permis au Kerala de limiter sa croissance démographique à 9,4 % sur la période 1991-2001[8], alors qu'elle est de 21,3 % pour l'ensemble du pays. Le Kerala est le seul État indien dans lequel le sex ratio, 1 058[8], est favorable aux femmes. On peut trouver une explication partielle à ce phénomène dans l'existence autrefois d'une organisation sociale matrilinéaire, ce qui vaut encore aujourd'hui une place relativement plus enviable aux femmes kéralaises.

L'espérance de vie, 73 ans en moyenne, y est également l'une des plus élevées de l'Union indienne (62 ans).

Évolution de la population
Année Population
1951 13 549 000
1961 16 904 000 + 24,8 %
1971 21 347 000 + 26,3 %
1981 25 454 000 + 19,2 %
1991 29 099 000 + 14,3 %
2001 31 841 000 + 9,4 %
2011 33 388 000 + 4,9 %
Source : [1]

Alphabétisation[modifier | modifier le code]

Cet État a le plus fort taux d'alphabétisation en Inde avec 91 % contre 64 % en moyenne pour l'ensemble du pays selon le recensement de 2001. Ce taux d'alphabétisation est aussi élevé chez les femmes (près de 88 %) que chez les hommes (plus de 94 %).

Religion[modifier | modifier le code]

Enfants devant une mosquée aux environs de Varkala

D'après le recensement de 2001, le Kerala compte 56 % d'hindous, 24 % de musulmans et 19 % de chrétiens[9].

Cette arrivée progressive, et plus ou moins pacifique, des musulmans et des chrétiens ajoutée à l'activité maritime séculaire qui implique le brassage de population, expliquent sans doute la cohabitation plutôt harmonieuse des différentes communautés religieuses qui prévaut au Kerala jusqu'à présent. Cependant, la création en 1990 de l'Islamic Sevak Sangh, dissout en 1992 mais qui réapparaît sous la forme d'un parti politique fondamentaliste, le People's Democratic Party, bien qu'ayant une audience très limitée, traduit des tensions communautaires[10].

Chrétiens[modifier | modifier le code]

Cette communauté chrétienne date de l'arrivée en 52 de saint Thomas qui y fonde l'une des premières Églises de la chrétienté ; puis elle est augmentée de chrétiens syriaques venus de Bagdad en 192. Cette communauté chrétienne parle le malayalam et ses membres s'appellent eux-mêmes les Nazaréens. Ils sont encore très influencés par le judaïsme et ont des relations avec les Nestoriens de l'île de Socotra.
Cependant ce n'est qu'avec l'arrivée des colons portugais et de leurs missionnaires que la communauté chrétienne a pris de l'importance grâce au nombreuses conversions vers le catholicisme. Aujourd'hui, les trois quarts des Kéralais chrétiens sont catholiques[11].

Musulmans[modifier | modifier le code]

Contrairement à ce qui s'est passé en Inde du Nord, l'arrivée au Kerala de populations musulmanes ne s'est pas faite par des conquêtes militaires, mais par l'apport progressif de commerçants. En effet, dès le VIIe siècle des marchands musulmans installent des comptoirs sur la côte kéralaise[12], s'y établissent et se marient à des femmes dravidiennes.

Juifs[modifier | modifier le code]

Le Kerala se distinguait par la présence d'une communauté importante d'israélites (Juifs de Cochin) la plus nombreuse qui soit recensée en Inde (voir : Histoire des Juifs en Inde). Celle-ci, qui comptait 2 500 membres en 1945, se réduit désormais à une vingtaine d'individus à la suite d'une émigration massive vers Israël.

Culture[modifier | modifier le code]

La culture Kéralaise, création riche et originale, tire ses principales influences du Tamil Nadu et du Karnataka voisins ainsi que d'apports extérieurs (musulman et occidental).

Musique, danse et théâtre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique kéralaise.

La musique du Kerala est une musique carnatique.

Le kudiyattam, l'un des théâtres sacrés les plus anciens de l'Inde, est né au Kerala. Le kathakali, théâtre dansé, a pris sa forme actuelle au XVIIe siècle. Les représentations peuvent durer toute la nuit et sont très populaires. C'est un art qui requiert une grande concentration et une extrême précision et auquel les artistes se préparent en pratiquant le kalarippayatt, art martial datant du XIe siècle[13].

Le théâtre d'ombres demeure au Kerala dans la plus pure tradition. Inconnu au nord de l'Inde, cet art a subi dans le sud de multiples avatars : la taille des figurines varie de 20 centimètres au Maharashtra à près de 2 mètres en Andhra Pradesh. Seuls le Kerala et l'Orissa ont conservé des silhouettes opaques : ailleurs, elles laissent passer la lumière et la colorent comme des vitraux. On suppose que le Tamil Nadu fut la première contrée indienne à développer le théâtre d'ombres, car même les montreurs du Kerala émaillent leurs récits de propos en langue tamoule.

Arts et fêtes populaires[modifier | modifier le code]

Dieux en procession dans une fête religieuse à Varkala

De nombreuses fêtes rythment l'année. Onam, la fête des moissons, est célébrée dans tout le Kerala en l'honneur de Mahabali, souverain que l'on honore en organisant des festins, en portant des vêtements neufs et en décorant le seuil des maisons de fresques florales colorées et de tapis de fleurs.

Le pooram est une fête hindoue dont la plus renommée est celle de Thrissur. La parade d'éléphants caparaçonnés et l'orchestre de plus de cent percussionnistes attirent de nombreux dévots et curieux.

Littérature[modifier | modifier le code]

Si les premiers textes en malayalam datent du XIIe siècle, c'est au XVIe siècle que Thunchath Ezhuthachan (en), le père de la littérature malayalam moderne, écrivit son œuvre. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le répertoire versifié des pièces du théâtre Kathakali, écrit en malayalam, sanskrit et manipravalam (malayalam littéraire encore mâtiné de tamoul), constitue un style dans lequel se distingue le Nala Caritam d'Unnayi Variyar (Jours d'Amour et d'épreuve, l'histoire de Nala, Gallimard "Connaissance de l'Orient", 1995 (tr. du malayalam par Dominique Vitalyos). Le XIXe siècle est une période de renaissance avec les écrivains Chandu Menon (en), auteur du "premier roman malayalam" Indulekha et C.V. Raman Pillai (en).

Actuellement la littérature kéralaise s'écrit en malayalam et en anglais. Parmi les nombreux auteurs, les œuvres de ceux-ci sont accessibles en français :

Shashi Tharoor

Journaliste, diplomate à l'ONU (1978-2007) et secrétaire d’État aux Affaires étrangères (mai 2009-avril 2010), écrit en anglais :

  • Le Grand roman indien = The Great Indian Novel, Seuil, 1989 (tr. Christiane Besse)
  • Le Sourire à 5 dollars et autres nouvelles = The Five Dollar Smile and Other Stories, Seuil, 1990 (tr. Christiane Besse)
  • Show business, Seuil, 1992 (tr. Christiane Besse)
  • L'émeute = The Riot, Seuil, 2001 (tr. Claude Demanuelli)
Anita Nair

Après avoir travaillé dans la publicité, elle se consacre entièrement à l'écriture en anglais :

  • Un homme meilleur = The Better Man, P. Picquier, 2003 (tr. Marielle Morin)
  • Compartiment pour dames = Ladies Coupé, P. Picquier, 2003 (tr. Marielle Morin)
  • Le Chat karmique = Satyr of the Subway & Eleven Other Stories, P. Picquier, 2005 (tr. Marielle Morin)
  • Les Neuf visages du cœur = Mistress, P. Picquier, 2006 (tr. Marielle Morin)
  • Quand viennent les cyclones = Lessons in forgetting, Albin Michel, 2010 (tr. D. Vitalyos)
  • L'Inconnue de Bangalore = Cut-like Wound, Albin Michel, 2013 (tr. D.Vitalyos)
Arundhati Roy

Militante pacifiste et écologiste dont le seul roman, écrit en anglais, a reçu le Booker Prize en Grande-Bretagne, l'équivalent du Prix Goncourt.

Vaikom Muhammad Basheer (1908-1994)

Romancier et nouvelliste, écrivait en malayalam. Un des écrivains les plus lus et les plus aimés de sa génération.

  • Grand-Père avait un éléphant = 'ntuppuppakkoraanentaarnu, Zulma 2005 (tr. du malayalam par Dominique Vitalyos)
  • Les Murs et autres histoires (d'amour) = Matilukal (et autres), Zulma 2007 (tr. du malayalam par D. Vitalyos)
  • Le Talisman (nouvelles) = Mantracharaatu (et autres), Zulma 2012 (tr. du malayalam par D. Vitalyos, grand prix de la traduction de la ville d'Arles 2012)
Kamala Das (1934-2009), également connue sous le nom de Madhavikutti (nom d'auteur en malayalam), puis de Kamala Suraiyya, dans les dernières années de sa vie, après sa conversion à l'islam.

Poète et romancière, écrivait en anglais et en malayalam.

  • L'histoire de ma vie = My Story, Kailash, 1999.
  • Le Témoin, Syros, 1999 (tr. du malayalam par D. Vitalyos).
O.V. Vijayan (1930-2005)

Romancier, nouvelliste et caricaturiste de presse, écrivait en malayalam. Il a parfois traduit ses propres œuvres en anglais. Son premier roman, écrit en 1969, a ouvert une voie nouvelle aux écrivains malayali(s) et connu un immense succès au Kerala :

  • Les légendes de Khasak = khasaakkinte Itihaasam, Fayard, 2004 (tr. du malayalam par D. Vitalyos)
Maniyambath Mukundan

Né à Mahé, écrit en malayalam :

  • Sur les rives du fleuve Mahé = Mayyazhi puzhayute Theerangalil, Actes Sud, 2002 tr. de l'anglais par Sophie Bastide-Foltz).

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le premier film kéralais fut réalisé en 1928. De même que le cinéma bengali, la production kéralaise se distingue par ses préoccupations sociales et son engagement politique. Elle peut être rapprochée du néoréalisme. L'âge d'or de la Nouvelle vague kéralaise commence dans les années 1970 avec Adoor Gopalakrishnan dont le premier film, Swayamvaram (1972), permet au cinéma kéralais d'émerger sur la scène internationale. Suivent Elipathayam (1981), Mukhamukham (1984), Anantharam (1987) Mathilukal (1989)... Les films réalisés à la fin des années 1980 et au début des années 1990 sont remarquables par la qualité de la réalisation, l'attention portée au scénario, la finesse de la narration de la vie de tous les jours, la recherche dans la musique, sans exclure l'humour. Perumthachan (1990), d'Ajayan marque également cette période. Pendant les années 1990 on voit se développer une production à mi-chemin entre le cinéma d'auteur et le cinéma commercial avec des films tels que Oru Vadakkan Veeragatha (1989) et Sargame (1992) de T. Hariharan, Kireedam (1989) et His Highness Abdullah (1990) de Sibi Malayil et Amaram (1991) de Bharathan. De la fin des années 1990 à maintenant, la qualité du cinéma kéralais a décliné et la production est majoritairement destinée au divertissement. Il y a quelques notables exceptions telle Swaham (1994) de Shaji N. Karun, premier film kéralais à concourir au Festival de Cannes. Le cinéma kéralais a été, et reste dans une moindre mesure, un cinéma intellectuel et novateur qui forme d'excellents professionnels qui, reconnus, partent travailler pour les studios de Bombay, de Madras ou de Hollywood tels Priyadarshan (réalisateur), Santosh Sivan (directeur de la photographie et réalisateur), Sabu Cyril (décorateur) ou encore Resul Pookutty, lauréat en 2009 de l'Oscar du meilleur mixage de son pour Slumdog Millionaire[14].

Depuis 1996, se déroule à Thiruvananthapuram, le Festival international du film du Kerala [15]. L'exigence de qualité des différentes sections, fiction, documentaire, long métrage, film court, lui ont permis d'intégrer dans son jury des personnalités du cinéma mondial telles qu'Agnieszka Holland (réalisatrice d'origine polonaise), Bertrand Tavernier (réalisateur français), Mohsen Makhmalbaf (réalisateur iranien) ou Alain Jalladeau (directeur du Festival des trois continents de Nantes).

Tourisme[modifier | modifier le code]

Houseboat sur les Backwaters

La variété des paysages, le climat, la richesse du patrimoine et la beauté de certains sites font du Kerala une destination touristique recherchée.

La longue côte kéralaise abrite de nombreuses et très belles plages parmi lesquelles on peut citer Kovalam à 16 km au sud de Thiruvananthapuram ou Varkala. Les stations climatiques, telles Munnar ou Nelliampathi, développées par les colons britanniques qui venaient s'y réfugier pour échapper à la fournaise de l'été, sont toujours appréciées. L'abondance et la qualité de la flore et de la faune retiennent également l'attention.

Les backwaters, la « Venise du Kerala », attirent un nombre important de touristes, auxquels sont proposés des croisières sur des bateaux aménagés, les kettuvallams ou house boats. Des courses de snakes boats (bateaux-serpents) y sont organisées lors des fêtes d'Onam en août ou septembre : des bateaux en bois de 30 mètres de long dans lesquels une centaine de rameurs prennent place, s'affrontent dans un spectacle impressionnant qui attire les foules.

Le patrimoine architectural kéralais se caractérise par une utilisation importante du bois dans les bâtiments traditionnels. Le palais de Padmanabhapuram, ancienne résidence du raja de Travancore, bien que situé au Tamil Nadu, est administré par l'État du Kerala. On peut citer aussi le palais de Krishnapuram pour ses peintures murales ou le temple de Peruntirukoilappan représentatif de l'architecture religieuse.

Cochin, avec sa vieille ville pleine de charme et ses alignements de filets de pêche au carrelet d'origine chinoise, recèle de nombreux édifices remarquables dont le palais Mattancherry, la synagogue Paradesi et l'église Saint-François, la plus ancienne d'Inde.

Le tourisme médical se développe depuis quelques années.

Le tourisme a pris son essor au Kerala dans les années 1980. Actuellement c'est un secteur important de l'économie qui représente 6,3 % du PIB, a un taux de croissance de 13 % et emploie 700 000 personnes[16]. En 2005, le Kerala a accueilli près de 7 millions de touristes dont 350 000 étrangers, essentiellement de novembre à mars.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Kerala Population Census data 2011 », Gouvernement de l'Inde (consulté le 16 août 2013)
  2. [PDF] (en) S Irudaya Rajan, K.C. Zachariah, « Remittances and its impact on the Kerala Economy and Society »,‎ 2007
  3. (en) « Jobs Abroad Support ‘Model’ State in India », New York Times,‎ 2007 (lire en ligne)
  4. Tehelka du 22 septembre 2007
  5. « Site du gouvernement de l'État du Kerala » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-26
  6. L'Inde et son milliard de Christophe Guilmoto in L'Inde contemporaine sous la dir. de Christophe Jaffrelot, 2006
  7. Jacques Dupuis, « Union Indienne : L'expérience communiste du Kérala », Annales de Géographie, vol. 69, no 375,‎ 1960 ([: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1960_num_69_375_14758 lire en ligne])
  8. a, b et c Recensement 2001, Site officiel du Gouvernement indien
  9. (en)Census of India - Population by religious communities
  10. Les musulmans de l'Inde de Marc Gaborieau in L'Inde contemporaine sous la dir. de Christophe Jaffrelot, 2006
  11. La communauté chrétienne : des chrétiens bien indiens de Catherine Clémentin-Ojha in L'Inde contemporaine sous la dir. de Christophe Jaffrelot, 2006
  12. L'Islam entre dans le jeu de Marc Gaborieau in L'histoire, n°278, juillet-août 2003.
  13. L'œil au-dessus du puits film documentaire de Johan van der Keuken sur la transmission des arts traditionnels au Kerala.
  14. Maps of India
  15. Site du Festival international du film du Kerala
  16. Tourism in Kerala in Maps of India