Grande inondation de Valence (1957)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photo prise au cours de l'inondation.

La Grande Inondation de Valence (Gran Riada de Valencia en espagnol ; Gran Riuà de València en valencien) est l'inondation survenue le 14 octobre 1957 à Valence, en Espagne, provoquée par une importante crue du Turia en Espagne. Plus de 80 personnes perdirent la vie dans la ville, alors située à l'embouchure du fleuve. Par la suite, la municipalité de Valence mit en œuvre des travaux, appelés plan Sud, visant à détourner le fleuve en dehors de l'agglomération valencienne très marquée par cet événement.

Une inondation sans précédent[modifier | modifier le code]

La veille de la catastrophe, le 13 octobre 1957, de fortes pluies eurent lieu dans la région valencienne : il y avait plus de 300 mm de précipitations dans certaines régions du bassin valencien, 361 mm à Bejís au nord-est de Valence. Le jour suivant, le 14 octobre, les pluies persistèrent, on pouvait encore enregistrer des précipitations supérieures à 100 mm si bien que le fleuve déborda à Valence par deux fois. En effet, les pluies torrentielles provoquèrent une première onde de crue d'environ 2 700 m³/s et d'une vitesse moyenne de 3,25 m/s, dépassant ainsi le précédent record obtenu huit ans plus tôt le 28 septembre 1949 où l'onde atteignit 2 300 m³/s. Puis arriva une seconde onde beaucoup plus violente atteignant 3 700 m³/s pour une vitesse de 4,16 m/s inondant du coup la majeure partie de la cité valencienne.

Le niveau de l'eau dans les rues valenciennes était assez variable. Depuis les 40 cm dans l'avenue Reino de Valencia ou les 80 cm dans les Jardins du Roi, en passant par les 2,25 m sur la place de Tétouan, 2,70 m dans la rue du peintre Sorolla, 3,20 m dans les Jardins du Parterre, 4 m dans la rue de Las Rocas, jusqu'aux 5,20 m dans la rue du Docteur Oloriz.
Heureusement, toute la zone entourant la cathédrale de Valence a été épargnée par les eaux. En effet, ce quartier un peu plus élevé que le reste de la ville n'a connu aucun dégât matériel. D'ailleurs les témoins du désastre ont pu comprendre pourquoi le Turia avait cette forme de demi-cercle autour de la ville originelle (quartier de la Cathédrale).

Un bilan dramatique[modifier | modifier le code]

La grande crue de 1957 a entraîné de nombreux dégâts.

D'abord, les autorités valenciennes ont pu dénombrer un peu plus de 80 victimes. Toutefois ce chiffre reste assez incertain car beaucoup de sans-abris vivaient dans les rues de Valence. Certains experts chiffrent les dégâts humains à environ 450 morts.

De plus, les eaux ont causé d'importants dommages matériels : de nombreux arbres, bicyclettes, voitures, bancs et animaux ont été arrachés par la violence des eaux. Un grand nombre d'immeubles ont aussi été endommagés, nécessitant des réparations conséquentes, voire une reconstruction de certains logements.

Une solution : le plan Sud[modifier | modifier le code]

Azul del Repartiment, point initial du nouveau lit du Turia

Suite aux inondations, le maire de Valence Tomás Trénor Azcárraga a fait pression sur le chef du gouvernement espagnol Franco pour obtenir des aides financières et surtout l'arrivée de secours pour venir en aide aux sinistrés. Mais devant la lenteur du gouvernement, le maire a fait front à Franco. Ce dernier l'a alors immédiatement destitué de ses fonctions en 1958.

Toutefois, le maire est parvenu à son objectif : suite à cet épisode, les aides se sont accélérées et un plan qui amènerait une solution à long terme a été envisagé.

Les autorités valenciennes se sont alors réunies pour trouver des solutions à ce problème car elles craignaient de nouvelles inondations semblables à celle-ci. Trois solutions se présentaient alors : détourner le fleuve soit au sud de l'agglomération valencienne, soit au nord ou bien agrandir le lit du Turia.

C'est finalement la première solution qui a été retenue, travaux que l'on va nommer Plan Sud (Plan Sur en espagnol). La partie du Turia passant dans la ville fut alors assainie et aménagée en jardins aujourd'hui connus sous le nom de Jardins du Turia et dans lesquels on trouve un grand nombre de terrains de sports ainsi que la Cité des arts et des sciences, devenue un véritable symbole de Valence.

Articles connexes[modifier | modifier le code]