Nouvelle-Guinée néerlandaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nouvelle-Guinée (homonymie).

Nouvelle-Guinée néerlandaise
Nederlands Nieuw-Guinea (nl)

1945 – 1962

Drapeau
Drapeau

Devise : Setia, djudjur, Mesra

Hymne : Hai Tanahku Papua

Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de localisation de la Nouvelle-Guinée néerlandaise.

Informations générales
Statut Colonie de l'Empire colonial néerlandais
Capitale Hollandia
Langue Néerlandais, langues papoues et austronésiennes
Religion Catholicisme, animisme
PIB n/a
PIB/hab. n/a
Monnaie Florin de Nouvelle-Guinée néerlandaise
Domaine internet n/a
Superficie
Superficie 1949 - 1962 420 540 km2
Histoire et événements
29 décembre 1945 Création
1er octobre 1962 Transfert à l'UNTEA







Gouverneur général

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La Nouvelle-Guinée néerlandaise ou Nouvelle-Guinée hollandaise, en néerlandais Nederlands Nieuw-Guinea, est une colonie des Pays-Bas située dans la partie occidentale de la Nouvelle-Guinée entre 1945 et 1962. Elle est née de la volonté des Pays-Bas de ne pas incorporer cette partie des Indes orientales néerlandaises lors de la déclaration de l'indépendance de l'Indonésie le 29 décembre 1945. Après la reconnaissance de cette indépendance par les Pays-Bas en 1949, Jakarta lutte pour l'incorporation de cette colonie dans l'Indonésie et porte l'affaire devant les Nations unies. Après un bref débarquement aéroporté de parachutistes indonésiens, la souveraineté de la colonie est transférée à l'Autorité exécutive temporaire des Nations unies le 1er octobre 1962 avant l'incorporation dans l'Indonésie le 1er mai 1963 sous la forme d'une province.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Nouvelle-Guinée néerlandaise occupait la partie occidentale de l'île de Nouvelle-Guinée et les îles proches comme les îles Schouten, Numfoor, Japen, Waigeo ou encore Misool. Au total, la superficie de la colonie couvre 420 540 km2. Sa seule frontière terrestre est partagée avec le territoire de Papouasie-Nouvelle-Guinée. La capitale du territoire est Hollandia située au nord-est.

Les monts Maoke forment l'épine dorsale de la Nouvelle-Guinée et coupent la colonie en deux. De part et d'autre de cette chaîne de montagnes qui culmine à 4 884 mètres d'altitude à la pyramide Carstensz s'étendent de vastes plaines couvertes de forêts pluviales et marécageuses, notamment au sud. L'extrême Ouest du territoire est découpé en de nombreuses péninsules dont la plus grande est la péninsule de Doberai.

Le climat de la majorité du territoire est équatorial mais un climat montagnard est présent sur les plus hauts sommets des monts Maoke.

Histoire[modifier | modifier le code]

Portrait de C. Lulofs, premier resident de Nouvelle-Guinée néerlandaise, vers 1930.
Carte des divisions administratives de la Nouvelle-Guinée néerlandaise.
Slogans en néerlandais sur un mur dans le quartier de Kebayoran à Jakarta en 1957 : « Rendez l'Irian occidental ! » et « Irian occidental ou bain de sang ».

En 1828, les Indes orientales néerlandaises s'agrandissent avec l'incorporation de la partie occidentale de la Nouvelle-Guinée. Deux jours après le départ des Japonais qui occupaient la colonie, l'Indonésie proclame son indépendance le 17 août 1945. Les Pays-Bas détachent alors le 29 décembre 1945 des Indes orientales néerlandaises la partie occidentale de la Nouvelle-Guinée et l'érigent en une colonie sous le nom de Nouvelle-Guinée néerlandaise avec pour capitale Hollandia.

Quatre ans plus tard, le 27 décembre 1949, les Pays-Bas reconnaissent l'indépendance de l'Indonésie et signent une charte avec Jakarta stipulant que la Nouvelle-Guinée néerlandaise serait incorporée à l'Indonésie au bout d'un an. Toutefois, les Pays-Bas maintiennent leur présence dans la colonie au-delà de la date butoir. L'affaire est portée devant les Nations Unies en 1954. L'Indonésie considère que la Nouvelle-Guinée occidentale lui revient de droit tandis que les Pays-Bas désirent une autodétermination de la population papoue qui ne fait pas partie du peuple indonésien. Toutefois, aucune décision ne ressort de l'examen de l'affaire de 1954 à 1957, en 1961 et en 1962.

La tension monte entre les Pays-Bas et l'Indonésie lorsque des parachutistes de ce pays sont largués au-dessus de la Nouvelle-Guinée néerlandaise. Les Pays-Bas considèrent cette intrusion comme une agression armée tandis que l'Indonésie invoque le droit aux Indonésiens de se déplacer librement dans leur propre pays. Plusieurs combats ont alors lieu entre les forces armées des Pays-Bas et l'armée indonésienne, cette dernière appuyée par l'Union soviétique, dont la bataille de la mer d'Arafura.

Les pourparlers entre les deux pays et sous l'égide des Nations unies aboutissent finalement à un accord le 31 juillet 1962, signé par les différentes parties le 15 août 1962 dans les bureaux des Nations unies sous le nom d'« accord de New York ».

Cet accord prévoit le transfert de la souveraineté de la Nouvelle-Guinée néerlandaise à une administration temporaire spéciale des Nations unies baptisée Autorité exécutive temporaire des Nations unies (UNTEA) et confiée à un administrateur reconnu par les Pays-Bas et l'Indonésie et avalisé par les Nations unies. Cet accord rentre en vigueur le 1er octobre 1962. Quelques jours auparavant, la majorité des fonctionnaires néerlandais, y compris le gouverneur général, quittent la colonie laissant de nombreux postes vacants qui seront peu à peu repris par des fonctionnaires papous et indonésiens. Le drapeau des Nations unies est hissé au côté de celui des Pays-Bas, les prisonniers politiques condamnés avant cette date sont amnistiés et la capitale du territoire, Hollandia, est rebaptisée Kotabaru.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]