Rassemblement démocratique africain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Rassemblement démocratique africain (RDA) est une ancienne fédération de partis politiques africains fondée à l’issue du Congrès de Bamako (18-21 octobre 1946) par Félix Houphouët-Boigny, qui deviendra ministre dans le gouvernement français et le premier président de la république de la Côte d'Ivoire à son indépendance et Modibo Keïta, qui deviendra le premier président du Mali indépendant.

Son affiliation au Parti communiste français (PCF), seul parti politique métropolitain présent à Bamako, provoque l’opposition de nombreux partis territoriaux africains et de nombreuses tracasseries de la part de l’administration coloniale française.
Le 8 mai 1950, le RDA annonce finalement sa désaffiliation du PCF et son rapprochement avec l’Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR) facilité par René Pleven[réf. nécessaire].

Plusieurs partis politiques de l'Afrique, tel que l'UPC du Camerounais Ruben Um Nyobe, s'affilieront puis se désapparenteront du RDA en raison de ses choix ultérieurs.

Partis politiques constituant le RDA[modifier | modifier le code]

Positions idéologiques[modifier | modifier le code]

Pour une nouvelle économie africaine[modifier | modifier le code]

Lors de son congrès à Bamako de 1957, son rapport économique constate la faiblesse du revenu national africain. « Le revenu quotidien d'un habitant des territoires d'outre-mer est en moyenne de cent francs ; le même revenu pour un habitant d'un pays d'Europe moderne est de mille francs ». Il fait aussi état de la différence de revenu entre le fonctionnaire, l'ouvrier et le paysan ; entre les territoires côtiers et ceux de l'intérieur.

L'objectif du R.D.A. est donc d'augmenter le revenu national africain pour élever le niveau de vie des populations. Par des actions immédiates, la transformation des économies africaines en économies modernes, la liquidation des séquelles du pacte Colonial, l'intégration progressive de l'économie africaine dans de plus vastes ensembles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Robert Ageron, La décolonisation française, Paris, Armand Colin, 1991
  • Joseph Roger de Benoist, La balkanisation de l'Afrique Occidentale française, Dakar, Les Nouvelles Éditions africaines, 1978
  • J.-R. de Benoist, L'Afrique occidentale française de la Conférence de Brazzaville (1944) à l'Indépendance (1960), Dakar, Les Nouvelles Éditions africaines, 1982
  • Ibrahima Thioub, Le Rassemblement démocratique africain et la lutte anticoloniale de 1946 à 1958, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1982, 78 p. (Mémoire de maîtrise)