Likasi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Likasi (homonymie).
Ville de Likasi
Jadotville
Blason de Ville de Likasi
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo
Communes Panda, Kikula, Likasi, Shituru
Province Katanga
Députés
de la ville
3
Maire M. Charles Mwanangwa
Démographie
Population 447 449 hab. (2012)
Densité 1 904 hab./km2
Géographie
Coordonnées 10° 59′ 00″ S 26° 44′ 00″ E / -10.9833333, 26.7333333 ()10° 59′ 00″ Sud 26° 44′ 00″ Est / -10.9833333, 26.7333333 ()  
Superficie 23 500 ha = 235 km2
Divers
Langue nationale swahili
Langue officielle français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo

Voir la carte administrative de République démocratique du Congo
City locator 14.svg
Ville de Likasi

Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo

Voir la carte topographique de République démocratique du Congo
City locator 14.svg
Ville de Likasi
Liens
Site web http://www.villedelikasi.cd

Likasi (anciennement Jadotville) est une ville de la province du Katanga en République démocratique du Congo. Likasi se trouve au cœur de la région minière du Katanga, à proximité des montagnes de Mitumba et de Kundelungu. Appelée « ville des lumières », Likasi (nom issu de dikashi, « bonnes odeurs ») est parmi les villes touristiques du Congo-Kinshasa.

Elle est un centre minier et un nœud de communication important et elle doit son premier nom, Jadotville, à l'ingénieur Jean Jadot.

Sa devise est Aere laboreque, par le cuivre et le travail.

L'usine de traitement du cuivre de Likasi tourne à plein rendement. La République démocratique du Congo extrait 500 000 tonnes de cuivre par an, ce qui en fait le cinquième producteur mondial.

La population actuelle est de plus de 420 000 habitants.

La ville possède un musée minéralogique riche d'une collection de 600 échantillons de pierres.

La prison de haute sécurité de Buluo est située à Likasi, à l'époque la plus importante du Congo et de l'Afrique centrale.

Le barrage hydro-électrique de Mwadingusha situé sur la Lufira à 75 km fournit de l'électricité à la ville. Le lac Tshangalele, site touristique de la ville, est un lac de retenue de 410 km2 sur la Lufira près de Kapolowe à 25 km de Likasi sur la route de Lubumbashi (RN1).

Communes[modifier | modifier le code]

La ville de Likasi est divisée en quatre communes, elles-mêmes divisées en quartiers :

  • Kikula avec dix quartiers : Kalipopo, Kanona, Kapemba, Kaponona, Kisunka, Kyubo, Mbadi, Musumba, Nkolomoni et Okito ;
  • Likasi avec neuf quartiers : Centre-ville, Panda - Makomeno, Mission, Industriel, Kampumpi, Kitabataba, SNCC et Simba ;
  • Panda avec cinq quartiers : Kamilopa, Kakontwe, Kiwele, Mpandamayi et Muchanga ;
  • Shituru avec quatre quartiers : Buluo, Kilima, Kipulande et Nguya.

Géographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Située sur le plateau du Haut-Katanga, Likasi a un climat tropical doux. La température moyenne est de 20 °C.

La saison sèche commence au mois d'avril et connaît la période la plus froide aux alentours du mois de juin. En novembre, la saison des pluies commence et se termine au mois de mars ou d'avril.

Décembre est le mois le plus pluvieux et juillet le plus sec. Les précipitations dépendent du relief et des alizés humides du Nord-Est mais sont principalement dues aux vents du Nord-Ouest provenant de la cuvette centrale du fleuve Congo durant la saison des pluies. La saison sèche dure près de six mois, de mai à octobre avec une absence totale de pluies. Durant la saison humide, des pluies violentes de durée variable, en moyenne 176,2 mm, tombent environ un jour sur deux.

Relief[modifier | modifier le code]

La ville est pleine de collines ; d'où l'appellation Likasi ya Bilima, Likasi des collines ; avec une altitude en moyenne de 1 265 m et des isohypses à 1 100 et 1 400 m. Son point culminant, Karajipopo dans la commune de Panda, est à 1 427 m. Elle est à 120 km par route et 132 km par rail de Lubumbashi et 502 km de Kamina, centre de distribution du réseau des chemins de fer du Congo. Likasi est au centre du territoire de Kambove.

Histoire[modifier | modifier le code]

Likasi, située à 78 km de l'ancienne capitale du roi Msiri, est un centre du cuivre depuis des siècles, les habitants de la région, Sanga et Kaonde appelés « Mangeurs de cuivre », utilisaient des fours en argile, des soufflets en peau d'antilope pour fondre la malachite concassée, en extraire le cuivre et le façonner. Ces métallurgistes Sanga et Kaonde avaient pour slogan « Allons manger le cuivre » au début de chaque saison sèche, chaque fois qu'ils se retiraient en brousse loin des regards des femmes et des jeunes enfants pour la coulée en lingots et croisettes de cuivre dès le XIIe siècle.

Une fonderie électrique démarra sa production en 1924, produisant un alliage cobaltifère et en 1929, les usines de Shituru furent ouvertes avec une capacité de 30 000 tonnes de cuivre électrolytique.

La citée fut renommée Jadotville par l'administration coloniale belge en 1931[1]. Le 21 décembre 1943, la cité de Likasi fut érigée au statut administratif de ville[2]. Jadotville fut la troisième ville après Léopoldville (Kinshasa) et Élisabethville (Lubumbashi). Elle sera renommée Likasi en 1966.

Durant la période coloniale, beaucoup de Kasaïens, Rhodésiens, Malawites et autres Rwandais et Burundais sont amenés au Katanga, notamment à Likasi, pour travailler dans les mines.

En 1961, durant la crise congolaise, une compagnie irlandaise de l'Opération des Nations unies au Congo fut faite prisonnière par l'armée katangaise après le siège de Jadotville.

En 1992, la politique séparatiste d'un parti politique à dominance monethnique de la province provoque un départ massif de ressortissants kasaïens avec la complicité du pouvoir central en mal de positionnement et voulant couper l'herbe sous les pieds à l'opposition politique dirigée par un ressortissant Kasaïen.

Aujourd'hui encore, Likasi vit avant tout de l'industrie du cuivre. Mais après 40 ans de dictature, de mauvaise gestion et de corruption les mineurs travaillent dans des conditions lamentables. Certaines mines sont aujourd'hui surveillées par la garde présidentielle du président Joseph Kabila, contre payement « des mineurs artisanaux » qui revendent leur cuivre clandestinement.

Le gouverneur du Katanga Moise Katumbi Chapwe s'est engagé en faveur des creuseurs artisanaux, contre les firmes multinationales. Il a néanmoins forcé les multinationales à cultiver des hectares de maïs pour nourrir la région.

Blason[modifier | modifier le code]

Jadotville/Likasi

Ecartelé; aux 1 et 4, de sable au lion d'or armé et lampassé de gueules; aux 2 et 3, de sinople à une fleur d'hibiscus de gueules tigée et feuillée d'or ; une étoile d'or brochante en abîme sur la partition[3].

Devise: Aere laboraque (par le cuivre et le travail)

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1994 2004 2005
329 584 421 549 422 726


Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 2011 Denis Kalondji Ngoy    
2011 actuel Charles Mwanangwa Ntalasha Mungutana    

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Likasi »
  2. Likasi.be
  3. Bruno van Mol et Louis Marneffe: «Mémorial de l'Athénée Royal de Jadotville». 1998.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Van Mol et Louis Marneffe : « Mémorial de l'Athénée Royal de Jadotville », 1998.

Liens externes[modifier | modifier le code]