Île Christmas (Kiribati)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Île Christmas.
Île Christmas
Kiritimati (gil)
Image satellite de l'île Christmas.
Image satellite de l'île Christmas.
Géographie
Pays Drapeau des Kiribati Kiribati
Archipel Îles de la Ligne
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 1° 52′ 59″ N 157° 24′ 00″ O / 1.883, -157.4 ()1° 52′ 59″ N 157° 24′ 00″ O / 1.883, -157.4 ()  
Superficie 322 km2
Côtes 80 km
Point culminant Colline de Joe (Joe's Hill) (12 m)
Géologie atoll
Administration
Aucun découpage territorial -
Démographie
Population 5 115 hab. (2005)
Densité 15,89 hab./km2
Plus grande ville London
Autres informations
Découverte 1777
Fuseau horaire UTC+14

Géolocalisation sur la carte : Kiribati

(Voir situation sur carte : Kiribati)
Île Christmas
Île Christmas
Îles des Kiribati

L’île Christmas (Christmas Island en anglais, Kiritimati en gilbertin) est un atoll de l'océan Pacifique appartenant à la République des Kiribati. Située sur le fuseau horaire UTC+14, c'est le premier endroit habité à commencer un jour civil.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Kiritimati est le nom écrit de l'île Christmas en gilbertin, langue locale. Il s'agit de la simple translittération de l'anglais Christmas, en français « Noël », prononcée [kiɾismas]. Ce toponyme figure toutefois dans la constitution du 12 juillet 1979 comme une alternative graphique au nom anglais. L'usage local répandu est de l'écrire et de le prononcer comme en anglais, Christmas Island.

Géographie[modifier | modifier le code]

Paysage de l'intérieur de l'île.

C'est le plus grand atoll au monde pour sa superficie terrestre avec 322 km2 soit 642 km2 de superficie lagons inclus. L'île Christmas représente près de 70 % de la superficie des terres émergées des Kiribati. La colline de Joe, en anglais Joe's Hill, une dune d'une douzaine de mètres d'altitude, est le sommet le plus élevé de l'atoll.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'atoll compte 5 115 habitants en 2005, dont 4 864 I-Kiribati (Gilbertins), 170 métis et 81 étrangers, répartis en 775 foyers (taille moyenne des familles : 6,6 personnes).

Quatre villages concentrent la population de l'île : Ronton ou London (près de 2 000 hab.), Tabwakea (ou Tabakea) (1 300 hab.), Banana (720 hab.) et Poland (550 hab.).

Histoire[modifier | modifier le code]

Des traces archéologiques de passages polynésiens entre les îles Marquises et sans doute Hawaii ont été retrouvées sur l'île Christmas.

C'est sans doute le plus grand et le plus vieil atoll du monde pour sa surface terrestre, même si le lien entre la taille et l'ancienneté, considéré comme évident par les scientifiques du XIXe siècle, n'est qu'une théorie. Il est cité par Charles Darwin dans son étude sur les coraux[1].

Selon H. E. Maude[2], l'atoll est celui baptisé Acea par l'équipage mutin de Hernando de Grijalva en 1537 sur le San Juan, à deux degrés de latitude nord, nom qui peut être associé à celui d'Asie (et est précédé de l'article portugais « o » dans la relation d'António Galvano). Le géographe du roi Jean-Nicolas Buache l'identifie également à Acea dans ses Mémoires sur les découvertes à faire dans le Grand océan.

Redécouvert par James Cook la nuit de Noël 1777 (le 24 décembre), d'où son nom, il a été rattaché à la lointaine colonie des îles Gilbert et Ellice en 1919 mais a été revendiqué épisodiquement par les États-Unis jusqu'en 1979 (traité entre Kiribati et les États-Unis).

La toponymie de l'île est due pour l'essentiel au père Emmanuel Rougier, qui a loué l'atoll au Royaume-Uni entre les deux guerres et y a planté près de 800 000 cocotiers avant de mourir à Tahiti. Le village, désormais abandonné, où il résidait est toujours appelé Paris et au-delà de la Manche (Burgle Channel), se trouve encore London – initialement Londres – (le chef-lieu). Le directeur de la plantation était originaire de Pologne, d'où Poland. Le nom de Banana a été attribué par les troupes américano-britanniques lors des 32 explosions nucléaires qui y ont eu lieu entre 1957 et 1962. Banana, qui se trouve au-dessus de la lentille d'eau douce, devrait être déménagée sous peu. Tabwakea est un village récent.

Transport[modifier | modifier le code]

Un Handley Page Hastings survolant London.

L'aéroport international Cassidy (code AITA : CXI ; code OACI : PLCH) de l'île Christmas est situé entre celui de Honolulu à Hawaii, soit à trois heures de vol environ par avion à réaction, et celui de Pago Pago, dans les Samoa américaines. Cet aéroport n'est plus relié que par des vols charters, assez aléatoires, depuis avril 2004. Des vols en partage de code avec Air Kiribati avec escale à l'île Christmas ont commencé en 2006 entre Nadi et Honolulu. Ils ont été interrompus en raison des mauvaises conditions de la piste par Air Pacific, le partenaire choisi. Des vols épisodiques ont été organisés auparavant par Asia Pacific Airlines à partir de Guam. Les vols d' Air Pacific ont repris en 2010 avec un vol hebdomadaire et peuvent être réservés sur leur site

Une importante jetée a été construite par les Japonais, notamment au profit de la NASDA, devenue depuis Agence d'exploration aérospatiale japonaise et qui envisageait d'y installer une base pour son projet, désormais abandonné, de navette spatiale Hope-X. Le ministère du développement du groupe des îles de la Ligne et des îles Phœnix est installé sur l'atoll, dans le village de London.

Économie[modifier | modifier le code]

Une partie de l'économie locale est représentée par la production de poissons pour aquarium, d'algues (en perte de vitesse depuis El Niño) et de coprah.

L'île compte un hôtel gouvernemental : le Capitaine-Cook. Le visa des Kiribati était obligatoire avant le débarquement, sauf pour les ressortissants du Commonwealth mais a été supprimé pour les ressortissants de l'Union européenne depuis 2008 [1].

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir page 22 in The structure and distribution of coral reefs: being the first part of the geology of the voyage of the Beagle, under the command of Capt. Fitzroy, R.N. during the years 1832 to 1836, Charles Darwin & Joseph William Williamsby Smith, Elder and Co., 1842
  2. « Spanish Discoveries in the Central Pacific »; 'Post-Spanish Discoveries in the Central Pacific'; d'abord publié dans le Journal of the Polynesian Society, et ensuite dans le livre Of Islands and Men par H.E. Maude, Melbourne, Oxford University Press, 1968.