Saint-Maurice-de-Gourdans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Maurice.
Saint-Maurice-de-Gourdans
La mairie de Saint-Maurice-de-Gourdans.
La mairie de Saint-Maurice-de-Gourdans.
Blason de Saint-Maurice-de-Gourdans
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Canton Lagnieu
Intercommunalité Plaine de l'Ain
Maire
Mandat
Fabrice Venet
2014-2020
Code postal 01800
Code commune 01378
Démographie
Population
municipale
2 461 hab. (2014)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 19″ nord, 5° 11′ 44″ est
Altitude Min. 182 m
Max. 244 m
Superficie 25,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Saint-Maurice-de-Gourdans

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Saint-Maurice-de-Gourdans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Maurice-de-Gourdans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Maurice-de-Gourdans
Liens
Site web saintmauricedegourdans.fr

Saint-Maurice-de-Gourdans est une commune française du département de l'Ain dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Maurice-de-Gourdans se situe à 30 km de Lyon et 10 km de Meximieux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Béligneux Saint-Jean-de-Niost Rose des vents
Balan N
O    Saint-Maurice-de-Gourdans    E
S
Villette-d'Anthon
(Isère)
Anthon (Isère) Loyettes

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Maurice de Gourdans est connu depuis l'implantation d'un prieuré bénédictin, dépendant de l'abbaye d'Ainay de Lyon. De cette époque (XIIe siècle) date l'église actuelle, classée monument historique, édifice original avec ses cailloux roulés du Rhône, ses rangées de terre cuite et de pierres utilisées lors de sa construction. Les pèlerins allant à Compostelle s'y arrêtaient volontiers et sont à l'origine des superbes fresques qui ornent l'intérieur de l'église et sont encore en bon état.

Le village a connu un nouvel essor par la mise en valeur des berges de l'Ain avec ses campings, la pratique de la pêche, de la baignade, du pique-nique, du canoë-kayak ou encore de l'équitation.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Fabrice Venet DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 461 habitants, en augmentation de 1,03 % par rapport à 2009 (Ain : 5,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 019 898 951 1 032 1 144 1 174 1 127 1 187 1 189
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 197 1 188 1 205 1 114 1 149 1 113 1 135 1 066 1 065
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 019 914 854 770 740 737 720 707 683
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
683 688 994 1 157 1 575 1 949 2 404 2 469 2 461
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Maurice sous la neige.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • des sentiers de découverte du confluent entre l'Ain et le Rhône.
  • Foire de la Saint-Maurice en septembre.
  • Rivière de 1re catégorie et camping avec plan d'eau pour la pêche.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Saint-Maurice-de-Gourdans bénéficie du label « ville fleurie » avec « 1 fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.


Armes de Saint-Maurice-de-Gourdans

Les armes de Saint-Maurice-de-Gourdans se blasonnent ainsi[7] : De gueules à deux clefs passées en sautoir, celle en bande d'argent, l'autre d'or.

Festivités[modifier | modifier le code]

  • Festival de rock et de metal Sylak Open Air, chaque année, début août depuis la première édition en 2011[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. Notice no PA00116559, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  7. Banque de blason, sur labanquedublason2.com (section “communes de France” puis “01” puis “Saint-Maurice-de-Gourdans”)
  8. T. G., « Le festival rock métal monte d’un cran », Journal de la Côtière, no 950,‎ , p. 15.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Saint-Maurice-de-Gourdans.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Devolfe, Saint-Maurice-de-Gourdans - Son histoire : des origines à nos jours, Éditions Illico Texto, mai 2006, 412 p. (ISBN 2-9526462-0-1)
  • Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Meximieux : Meximieux, Bourg-Saint-Christophe, Charnoz, Faramans, Joyeux, Le Montellier, Pérouges, Rignieux-le-Franc, Saint-Éloi, Saint-Jean-de-Niost, Saint-Maurice-de-Gourdans, Villieu-Loyes-Mollon, Société d'histoire et d'archéologie de la Plaine de l'Ain, , 306 p. (ISBN 978-2907656320)

Article connexe[modifier | modifier le code]