Suzanne Valadon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Suzanne Valadon
Image dans Infobox.
Suzanne Valadon, Autoportrait (1898),
musée des Beaux-Arts de Houston.
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Marie Clémentine Valadon
Pseudonymes
Suzanne Moussis, Suzanne UtterVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Représentée par
Lieu de travail
Mouvement
Influencée par
Conjoint
Enfant

Suzanne Valadon, pseudonyme de Marie-Clémentine Valadon[1], née le à Bessines-sur-Gartempe (Haute-Vienne)[2] et morte le à Paris[3], est une artiste peintre française.

Ses œuvres sont conservées dans de nombreux musées dont le musée national d'Art moderne à Paris, le Metropolitan Museum of Art à New York, le musée de Grenoble, le musée des Beaux-Arts de Lyon. Une exposition permanente lui est dédiée à Bessines-sur-Gartempe, sa ville natale[4].

Elle est la mère du peintre Maurice Utrillo (1883-1955).

Biographie[modifier | modifier le code]

Suzanne Valadon. Portrait au chapeau (vers 1885), photographie anonyme, Paris, bibliothèque Marguerite-Durand.
Suzanne Valadon et Jeanne Wenz (1891). Photographie de François Gauzi.

Fille naturelle de Madeleine Valadon, blanchisseuse, Marie-Clémentine Valadon devient acrobate de cirque en 1880 jusqu’à ce qu’une chute mette fin prématurément à cette activité. Dans le quartier de Montmartre où elle habite avec sa mère, puis avec son fils, le futur peintre Maurice Utrillo, né en 1883, elle a la possibilité de s’initier à l’art. Pour aider sa mère, elle porte le linge repassé chez les clients.

Son genre de beauté solide attire le regard des artistes et, devenue leur modèle, elle les observe en posant et apprend ainsi leurs techniques. C’est à cette occasion qu’elle fait la connaissance du peintre Puvis de Chavannes, dont elle devient le modèle. Elle pose également pour Auguste Renoir, qui devient aussi son amant. Elle est également modèle pour Théophile Alexandre Steinlen, Jean-Jacques Henner et Federico Zandomeneghi. À partir de 1881, elle fréquente le milieu artistique de Montmartre, où elle a vite plusieurs admirateurs : le chansonnier Maurice Boissy et Miquel Utrillo y Molins, un aristocrate espagnol, homme de lettres, critique d'art et peintre.

À 18 ans, elle attend un fils, Maurice, qui naît le et dont elle dit ne pas connaître le père. À cette époque, elle fait des dessins, surtout des portraits, à la mine de plomb, au fusain et à la sanguine. Cela devient son activité principale jusqu'en 1909. Elle peint des natures mortes, des bouquets et des paysages marqués par la force de leur composition et leurs couleurs vibrantes. Elle s'inspire aussi de son entourage, ainsi elle brosse les portraits de son fils et de sa mère. Elle peint également des nus.

Miquel Utrillo, qui s'intéresse à l'enfant, vient régulièrement en visite chez les Valadon. En 1886, Marie-Clémentine et sa mère déménagent rue Tourlaque, dans la maison où Henri de Toulouse-Lautrec loue un atelier. Très vite, ils font connaissance. Elle devient son modèle ainsi que sa maîtresse. Il fera d’elle le portrait intitulé Gueule de bois. Elle l'accompagne partout pendant ses escapades nocturnes. C'est Toulouse-Lautrec qui lui attribue le prénom de Suzanne parce qu‘elle pose nue pour des peintres âgés; ce sera son prénom d'artiste[5]. Après avoir découvert par hasard quelques dessins faits par elle, il lui conseille de les montrer à Edgar Degas. Celui-ci est enthousiaste, et Suzanne Valadon devient son élève et sa protégée.

Son fils, appelé à sa naissance Maurice Valadon, prend en 1891 le nom de Maurice Utrillo, nom de famille de Miquel Utrillo, son père putatif, lorsque celui-ci le reconnaît.

Elle a une relation avec Erik Satie en 1893. Il lui aurait proposé le mariage au matin de leur première nuit. Seule relation intime connue du musicien, elle le laisse, comme il dira, avec « rien, à part une froide solitude qui remplit la tête avec du vide et le cœur avec de la peine. »[6].

En 1894, Suzanne Valadon expose pour la 1ère fois au Salon de la Société nationale des beaux-arts (5 dessins)[7]

Elle devient la maîtresse de Paul Mousis, agent de change et ami d'Erik Satie, qu'elle épouse en 1896. Le couple s’installe alors au 12, rue Cortot, en haut de la butte Montmartre, son fils est élevé par sa grand-mère[8].

Elle commence à peindre à l'huile, et par la suite exposera principalement des portraits. Perfectionniste, elle peut travailler plusieurs années ses tableaux avant de les exposer.

Son mariage prend fin en 1909, année où elle expose au Salon d'Automne à Paris (dont elle deviendra Sociétaire jusqu'en 1933). Elle se met en ménage avec l'ami de son fils, le peintre André Utter (1886-1948), qu’elle épouse en 1914[9]. Cette union, houleuse, durera près de trente ans. André Utter en Adam et elle-même en Ève figurent sur l’une de ses toiles les plus connues Adam et Ève (Paris, musée national d'Art moderne)

Edgar Degas — pour qui elle n'a jamais posé, malgré ce que l'on dit souvent — remarquant les lignes vives de ses esquisses et de ses peintures, encourage ses efforts en lui achetant et collectionnant ses premiers dessins. Elle connaît de son vivant le succès et réussit à se mettre à l’abri des difficultés financières de sa jeunesse, pourvoyant aux besoins de son fils.

Berthe Weill la soutiendra efficacement en lui permettant de participer, dans ses galeries successives, à 15 expositions de groupe et en lui offrant 3 expositions personnelles (1915, 1927 et 1928)[10].

En 1923, Suzanne Valadon achète avec Utter le château de Saint-Bernard, au nord de Lyon, pour tenter d'entraver l'alcoolisme de son fils. Maurice Utrillo peint le château ainsi que l’église ou encore le restaurant du village[11].

Georges Kars, Suzanne Valadon sur son lit de mort, Paris, musée national d'Art moderne.

À la fin de sa vie, Suzanne Valadon se lie d'amitié avec le peintre Gazi-Igna Ghirei, dit Gazi le Tatar (1900-1975)[12] et, poussée par cette rencontre, se remet à peindre[13]. Elle participe alors aux expositions de groupe organisées par la Société des femmes artistes modernes (FAM), créée en 1931.

Elle meurt le , entourée de ses amis peintres André Derain, Pablo Picasso, Georges Braque et Georges Kars, lequel dessine son ultime portrait ce jour-là[14]. Elle est inhumée, le , au cimetière parisien de Saint-Ouen[15].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Le modèle[modifier | modifier le code]

Suzanne Valadon a posé pour des peintres comme Pierre-Auguste Renoir, Pierre Puvis de Chavannes, Henri de Toulouse-Lautrec (Gueule de bois), Edmond Heuzé (Portrait de Suzanne Valadon), Jean-Eugène Clary (Suzanne Valadon à vingt ans, vers 1887, huile sur toile, Paris, musée d'Orsay).

Expositions monographiques[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  2. « Archives numérisées d'état civil de la Haute-Vienne, commune de Bessines, 1865, acte de naissance n° 34, vue 37/122 » (consulté le )
  3. « Archives numérisées d'état civil de Paris, 1938, 16e arr., acte de décès n° 685, vue 9/31 » (consulté le )
  4. « Espace Valadon - Mairie de Bessines sur Gartempe (Site officiel) », sur www.bessines-sur-gartempe-87.fr (consulté le )
  5. Auguste Renoir l'appelait Maria.
  6. Patrice Delbourg, Les Jongleurs de Mots : De François Villon à Raymond Devos, Ecritures, , 600 p. (lire en ligne).
  7. Il est parfois dit qu'elle fut la 1ère femme à y exposer. Or, dès le Salon de la S.N.B.A en 1890, 86 femmes y exposaient déjà. Se référer au Catalogue de ce Salon (édité sous la Direction de Pierre Sanchez)
  8. https://www.montmartre-secret.com/2016/05/suzanne-valadon-musee-de-montmartre-rue-cortot-atelier-et-appartement.html
  9. Selon son acte de mariage daté du à Paris 18e, visible sur le site en ligne des archives départementales de Paris, cote 18M459, acte 2409. Les témoins à son mariage sont Germain Delonorié, Joseph Desonnay, Alexandre Gagneu et Marthe Gex.
  10. Marianne Le Morvan, Berthe Weill 1865-1951 La petite galeriste des grands artistes, L'écarlate, collection « L'art au féminin », 2011, p. 212.
  11. chateau-de-saint-bernard.fr.
  12. Biographie de Gazi le Tatar sur le site roussard.com.
  13. Martine et Bertrand Willot, Gazi le Tatar, fils imaginaire et ami véritable de Suzanne Valadon, Vie D'artiste Awd, 2007 (ISBN 2-913639-07-0).
  14. Georges Kars, Suzanne Valadon sur son lit de mort, Paris, musée national d'Art moderne.
  15. « cimetière parisien de Saint-Ouen, inhumation classée à Utter », sur Le site des archives de Paris (consulté le ), p. 13.
  16. [1].
  17. Reproduction sur csupomona.edu.
  18. Notice du Centre Pompidou.
  19. Site de l'exposition sur pinacotheque.com.
  20. « Suzanne Valadon, Maurice Utrillo, André Utter au 12, rue Cortot (1912-1924) », sur Musée de Montmartre (consulté le ).
  21. [PDF] « Évènement « Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940 », 7 novembre 2020 - 14 février 2021 ».
  22. « Qui était Suzanne Valadon ? », sur le site du Lycée Suzanne Valadon, (consulté le ).
  23. « RATP : un nouveau tramway entre Saint-Denis et Garges-Sarcelles », metronews.fr, (consulté le )
  24. « Planetary Names: Crater, craters: Valadon on Venus », sur planetarynames.wr.usgs.gov (consulté le )
  25. tourisme-hautevienne.com.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :