Puiseux-en-France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Puiseux-en-France
Puiseux-en-France
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Sarcelles
Intercommunalité CA Roissy Pays de France
Maire
Mandat
Yves Murru
2020-2026
Code postal 95380
Code commune 95509
Démographie
Gentilé Puiséennes, Puiséens
Population
municipale
3 543 hab. (2018 en augmentation de 7,2 % par rapport à 2013)
Densité 693 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 28″ nord, 2° 30′ 01″ est
Altitude 114 m
Min. 90 m
Max. 143 m
Superficie 5,11 km2
Type Commune urbaine
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fosses
Législatives 9e circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Puiseux-en-France
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Puiseux-en-France
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puiseux-en-France
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puiseux-en-France
Liens
Site web https://www.puiseux-en-france.fr/

Puiseux-en-France est une commune française située dans le département du Val-d'Oise, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Puiséen(ne)s.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

L'entrée de Puiseux-village, avec le pignon du logis de la ferme du Temple.

Puiseux-en-France est une commune périurbaine du Pays de France dans le Val-d'Oise

Située à environ 30 km au nord de Paris, elle est aisément accessible par l'autoroute A1 la Francilienne et l'ancienne route nationale 17.

La station de chemin de fer la plus proche est la gare de Louvres desservie par les trains de la ligne D du RER.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe de Marly-la-Ville, Louvres, Fontenay-en-Parisis, Châtenay-en-France et Bellefontaine.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Occupation des sols

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Vue aérienne en 1014 de Louvres, Puiseux-en-France et Goussainville (Val-d'Oise), France. Vue en direction du sud.

La commune se compose de Puiseux-Village et des nouveaux quartiers (le quartier des Kaufman, le quartier des Hameaux et le quartier du Coudray), qui forment une agglomération homogène avec la commune limitrophe de Louvres, et qui abritent une large majorité de la population.

Typologie[modifier | modifier le code]

Puiseux-en-France est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[4],[5].

Habitat[modifier | modifier le code]

Logements[6] Nombre en 2008 % en 2008 nombre en 2013 % en 2013 nombre en 2018 % en 2018
Total 1 283 100 % align="right" 1 283 100 % 1 413 100 %
Résidences principales 1 251 97,5 % 1 216 94,8 % 1 322 ** %
→ Dont HLM 2 0,2 % 3 0,2 % 6 0,4 %
Résidences secondaires et
logements occasionnels
3 0,3 % 3 0,2 % 15 1,0 %
Logements vacants[Note 3] 29 2,3 % 64 5 % 76 5,4 %
Dont :
→ maisons 1 159 90,3 % 1 110 86,5 % 1 181 83,6 %
→ appartements 123 9,6 % 170 13,3 % 229 16,2 %

La commune ne respecte pas le pourcentage minimum de logements sociaux auquel elle est assujettie par l'article 55 de la Loi SRU et a du payer une amende de 57 000  en 2015 et 47 000  en 2016. En 2017, le droit de préemption urbain est exercé par le préfet, afin de permettre la création de logements sociaux, et la commune a donné un terrain d'un hectare, où sont construits 73 logements, dont 42 sociaux[7].

Projets[modifier | modifier le code]

Un Écoquartier de 3 340 logements doit être réalisé entre 2017 et 2028 sur 82 ha comprenant dont 19 ha d’espaces publics répartis sur Louvres et Puiseux, qui en accueillera 440, dans le cadre d'un aménagement mis en œuvre par l'établissement public Grand Paris Aménagement. Le projet a été désigné par Manuel Valls comme l'un des sites prioritaires pour la construction de logements dans le Grand Paris[8],[9],[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Puteoli en 1119, puteolum en 1184[11], Puseaus au XIIIe siècle, Puteoles en 1626[12].

Le nom de Puiseux-en-France provient du latin *puteolum, « petit puits »[11].

Jusqu'à la Révolution française, le bourg se nomme Puiseux-lès-Marly, puis, après 1792, Puiseux-lès-Louvres, et, en 1947,Puiseux-en-France, qui référencie le Pays de France où se trouve la commune[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

Les vestiges d'une occupation humaine sur le territoire communal entre la prégistoire et l'époque moderne ont été retrouvés, notamment en 2015 lors de fouilles archéologiques àà la Fontaine Sainte-Geneviève. Un sol du Paléolithique moyen (300 000-40 000 av. J.-C.) a ainsi été découvert, et deux habitats du second Âge du fer (480-52 av. J.-C.). les Romains occupent le plateau au tout début de notre ère, époque dont datent des aménagements tels qu’un cellier, un puits, des rejets de foyers [14].

Une bulle du pape Calixte II en 1119 mentionne que l'église et ses biens appartiennent au prieuré Saint-Martin-des-Champs de Paris[13].

Les Templiers et les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Les origines de ce que deviendra la commanderie de Puiseux est à rechercher dans la vente que Bernold et Cécile de Puiseux font en d'un arpent de terre dans le village même avec toute la dime de Puiseux pour 1 300 livres. Les Templiers font construire sur le terrain une grange dimère[15],[16]. En , Raoul de Puiseux, en échange d'un prêt de 100 livres parisis que les Templiers lui avaient fait, leur cèdent tout le champart qu'il possédait sur le territoire de Puiseux[17],[16]. Raoul de Puiseux effectue en une donation à l'ordre du Temple, du cinquième de plusieurs pièces de terre[18],[16]. Il recommence, en , Raoul donne aux Templiers le cinquième de son manoir avec ses dépendances, du bois du Coudray et celui de Jagny, de deux prés, d'un vigne et de la moitié du four avec sa maison au Puiseux ainsi que le cinquième de la justice[19],[20].

En 1318, la ferme du Temple appartient à la maison des Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. La commanderie comptait en 1456 220 arpents de terre qui rapportaient six muids de froment et trois muids d'avoine[20] et en 1757, 5 880 livres et en 1783, 8 000 livres[21].

Les éléments les plus anciens de la ferme et de la grange dimère remontent effectivement au XIIe siècle et au XIVe siècle, mais les bâtiments ont été reconstruits, voire construits à neuf au XVIIIe siècle[22]. La façade avec le pignon nord du logis sur la rue se démarque par un mur en moellons et un contrefort central. La grange aujourd'hui désaffectée est un bâtiment longitudinal avec peu d'ouvertures, construits en moellons avec des chaînages en pierre de taille à intervalles régulières. À ce titre, elle se rapproche des bâtiments agricoles typiques de la région. Le portail de la cour de ferme ne donnait pas directement sur la rue : il subsiste encore derrière deux pavillons récents construits devant la ferme à l'est.

Il y avait à Fontenay-les-Louvres une maison qui dépendait de la commanderie de Puiseux, mais qui est détruite durant les guerres du XVe siècle. Le fief de Bellefontaine, dit fief de Boissonnet, relevait également de la maison de Puiseux[23].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

En 1612, la seigneurie devient la possession de la famille de La Salle. Le château est en ruine en 1762, lors du rattachement de la seigneurie au comté de Marly-la-Ville|[13].

Pendant la Première Guerre mondiale, lors du raid de dirigeables contre Paris et sa banlieue le 21 mars 1915 un Zeppelin survole Puiseux, sans lancer de bombes[24].

Lors des combats de la Libération de la France à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le , un missile balistique V2 s'écrase sur Puiseux-lès-Louvres[25].

L'activité agricole reste importante jusqu'au milieu du XXe siècle[22]. L'urbanisation commence en 1930 avec le lotissement d'anciens espaces agricoles, tel le Bois de Coudray, où sont construits des pavillons, suivis, au début des années 1970 des lotissements “des marines”, “les Îles de France” et “les Saplots”, dans ce qui est désormais appelé Puiseux ville, séparé de l'ancien noyeau villageais par des champs. Ce développement de l'urbanisation est favorisé par la création en 1846 de la gare de Louvres puis de l'Aéroport Paris-Charles-de-Gaulle en 1973[26].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[27], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d'Oise et à son arrondissement de Sarcelles après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie de 1806 à 1967 du canton d'Écouen de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place du Val-d'Oise, la ville intègre le canton de Luzarches[28]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Puiseux-en-France fait partie du ressort du tribunal d'instance de Gonesse (depuis la suppression du tribunal d'instance d'Écouen en [29]), et ceux du tribunal judiciaire et du tribunal de commerce de Pontoise[30],[31].

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 du canton de Fosses

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la neuvième circonscription du Val-d'Oise.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au premier tour des élections municipales de 2014 dans le Val-d'Oise, la liste UMP menée par le maire sortant Yves Murru obtient la majorité absolue des suffrages exprimés avec 906 voix (62,56 %, 19 conseillers municipaux élus dont 2 communautaires), devançant très largement celle SE menée par Christine Mahé (542 voix, 37,43 %, 4 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire).
Lors de ce scrutin, 40,56 % des électeurs se sont abstenus[32].

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 dans le Val-d'Oise, la liste DVD menée par le maire sortant Yves Murru obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 613 voix (56,81, 21 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire), devançant largement celle DIV menée par Catherine Klug (466 voix, 43,18 %, 6 conseillers municipaux élus).
Lors de ce scrutin marqué par la pandémie de Covid-19 en France, 55,15 % des électeurs se sont abstenus[33].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[34]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1809 1816 Honoré Parfait Taveau
(Mort en 1836)
   
1925 1963 M. Lucien Girard-Boisseau[Note 4]    
mars 1974 juin 1995 Claude Hugon[Note 4],[35]   Retraité EDF
Chevalier de l’Ordre du mérite du Burkina Faso
Les données manquantes sont à compléter.
avant 2000[36] mars 2005[37] Jean-Michel Rougeron DVD Démissionnaire
avril 2005 En cours
(au 1er juillet 2021)
Yves Murru UMPLR[38] Fonctionnaire retraité du ministère de l'Intérieur
Vice-président de la CA Roissy Porte de France (2014[39] → 2015)
Réélu pour le mandat 2020-2026[40],[41]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune de Puiseux en collaboration avec celle de Louvres élabore un projet d'éco-quartier.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

La ville s'est dotée d'une agence postale communale.

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2021, la ville dispose du groupe scolaire du Bois du Coudray et du groupe scolaire Marcel Pagnol, qui accueillent tous deux enffants en classes primaires et maternelles.

Ils poursuivent leur scolarité dans les collèges André-Malraux et Françoise Dolto à Louvres et au collège Collège Stendhal de Fosses, puis dans les lycées de Luzarches, de Fosses, de Gonesse, de Goussainville ou de Saint-Witz[42].

Culture[modifier | modifier le code]

La commune se dote en 2019-2020 d'une salle de spectacle de 300 places, attenante au complexe André Malraux avec lequel elle partage ses coursives[43]

Santé[modifier | modifier le code]

La commune compte[Quand ?] :

  • un médecin généraliste,
  • un chirurgien-dentiste
  • 2 kinésithérapeutes

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[44]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[45].

En 2018, la commune comptait 3 543 habitants[Note 5], en augmentation de 7,2 % par rapport à 2013 (Val-d'Oise : +3,67 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
251224207201169183179177181
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
184162159189178170182198201
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
192196196229336396599566750
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
9211 0202 9663 0983 1212 9293 3953 2943 392
2018 - - - - - - - -
3 543--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Puiseux-en-France compte un monument historique sur son territoire : Tous les éléments du patrimoine architectural se situent à Puiseux-Village.

  • Église Sainte-Geneviève, rue Lucien-Girard-Boisseau (inscrite Monument historique en 1976[47]) :
    mentionnée pour la première fois en 1119, elle a été reconstruite plusieurs fois. L'édifice actuel est d'un style gothique rustique, ne permettant pas une datation précise.
    Son plan est rectangulaire, à trois vaisseaux, et mesure cinq travées de longueur. Les trois premières travées correspondent à la nef et ses bas-côtés, et sont simplement plafonnées de bois. La première travée du bas-côté nord est la base du clocher, et sert de porche. Les deux dernières travées correspondent au sanctuaire et ses deux chapelles latérales, et ont été voûtées d'ogives à la Renaissance. Cependant, on trouve un chapiteau gothique flamboyant à l'entrée du chœur, à droite, et des chapiteaux Renaissance n'existent qu'au début de la nef, au sud, et dans la chapelle latérale nord, dédiée à Sainte-Geneviève. La chapelle latérale sud, dédiée à la Vierge Marie, a été reprise à la période moderne, de même que toutes les fenêtres du côté sud et l'unique baie occidentale. Mais les différences stylistiques ne sautent pas aux yeux, et l'église Sainte-Geneviève apparaît, à l'intérieur, comme un édifice homogène assez harmonieux.
    L'extérieur est en revanche plutôt fruste. On note seulement le curieux clocher, dont la base est flanquée de deux tourelles coiffées en poivrière, et dont la partie haute, d'un diamètre moins important, est désaxée vers l'ouest par rapport à sa base[48],[22].


message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

On peut également signaler :

  • La ferme du Temple avec sa grange dîmière, rue Lucien-Girard-Boisseau : L'appellation de la ferme renvoie à l'ordre du Temple qui possédait la commanderie de Puiseux.
  • La propriété « Le Domaine » avec son colombier[22], au nord de l'église, rue Lucien-Girard-Boisseau : Manoir de deux étages, tout couvert de vigne vierge à l'instar du colombier. Ce dernier est de plan rond et comporte deux étages de faible hauteur, percés de nombreux oculi parfaitement ronds. Le toit couvert d'ardoise est coiffé d'une lanterne.
  • La fontaine Sainte-Geneviève, sur le chemin rural reliant le vieux village aux nouveaux quartiers par le bois de Puiseux : À flanc du coteau à l'est du chemin, cette fontaine aujourd'hui quasiment tarie donnait naissance à un ruisseau, dont le lit au fond d'un vallon a façonné le paysage. En cas de fortes précipitations, le niveau du ruisseau peut toutefois très rapidement augmenter, comme l'illustrent les deux immenses bassins de rétention construits en peu en aval, à l'ouest du nouveau Puiseux. La fontaine se présente comme une margelle voûtée construite avec des petites pavées, seul le fond étant en pierre de taille.

Un sentier de randonnée PR traverse la commune, passant par Puiseux-village et les nouveaux quartiers, où se trouve également un parcours sportif reliant les deux secteurs de la commune.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La famille de Puiseux sert les grands du royaume durant tout le Moyen Âge. Jehan en 1320, Pierre en 1332 et Arnoul en 1400 sont les trois seigneurs de Puiseux inhumés dans l'église abbatiale de Sainte-Marie d'Hérivaux[13].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Puiseux-en-France Blason
D'argent à la champagne d'azur au puits de gueules maçonné de sable et équité du même brochant sur la champagne[49].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène Mannier, Ordre de Malte : Les commanderies du grand-prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux Archives nationales à Paris, Aubry & Dumoulin, , 808 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Puiseux-en-France », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les logements vacants comprennent notamment les logements neufs qui ne sont pas encore habités, ceux que leurs propriétaires laissent libres ou dans lesquels ils font réaliser des travaux, ou ceux qui sont libres entre deux ventes ou deux locations
  4. a et b Une rue de la ville porte le nom de ce maire.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Commune hors attraction des villes », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Tableaux LOG T2 et LOG T7, Recensement général de la population 2018, document mentionné en liens externes.
  7. Laurence ALLEZY avec A.C. et C.L, « Logement social : 13 villes du Val-d’Oise pointées du doigt par l’Etat : Ce sont de mauvais élèves en matière de construction de logements sociaux. Ces communes ne font pas assez d’efforts ou ne construisent pas dans les bonnes catégories », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. Anne Collin, « L’écoquartier géant de Louvres - Puiseux prendre forme », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Anne Collin, « Puiseux-en-France désespère de voir un jour naître son écoquartier géant : Côté à Louvres les premières livraisons doivent intervenir dans quelques mois, le projet n’avance par à Puiseux. Le maire est en colère », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. T.C., « Louvres-Puiseux : réunion publique sur le chantier de l’écoquartier », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, page 304
  12. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  13. a b c et d « Histoire de la ville », Ma ville, sur https://www.puiseux-en-france.fr/ (consulté le ).
  14. |Archéologie & histoire : Puiseux-en-France, page mentionnée en Liens externes.
  15. Archives nationales S 5131, supplément n.1
  16. a b et c Mannier (1872) p. 28
  17. Archives nationales S 5131, supplément n. 6
  18. Archives nationales S 5131, supplément n. 4
  19. Archives nationales S 5131, supplément n. 2
  20. a et b Mannier (1872) p. 29
  21. Mannier (1872) p. 30
  22. a b c et d Cf. Yann Audino et Christian Garcia, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Puiseux-en-France », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. I,‎ , p. 487-488 (ISBN 2-84234-056-6).
  23. Mannier 1872, p. 29
  24. Le Petit Parisien du 22 mars 1915 : Quelques blessés, des maisons endommagées page 2
  25. Le bombardement de Paris par V2 (septembre-octobre 1944)
  26. « Connaître Puiseux », Ma ville, sur https://www.puiseux-en-france.fr (consulté le ).
  27. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  28. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Décret du 15 février 2008 publié au Journal Officiel du 17 février 2008
  30. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  31. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise
  32. Résultats officiels pour la commune Puiseux-en-France
  33. « Val-d'Oise (95) - Puiseux-en-France », Résultats des élections municipales et communautaires 2020, Ministère de l'intérieur (consulté le ).
  34. « Les maires de Puiseux-en-France », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  35. a et b « Hommage à Monsieur Hugon » [PDF], Puiseux Magazine n°82, , p. 14
  36. O. Su., « Le maire barre la route aux voitures », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « Élections municipales partielles ce dimanche », RoissyMail, no 56,‎ (lire en ligne, consulté le ) « L’ancien maire de Puiseux-en-France (95), Jean-Michel Rougeron, ayant démissionné dans des conditions qui ont elles-mêmes entraîné la démission de 17 conseillers municipaux (tout ça n’est pas très clair…), des élections municipales partielles vont avoir lieu demain ».
  38. « Municipales : L'UMP 95 officialise de nouveaux candidats (vonews.fr) », sur http://www.lesrepublicains-cergy.fr, (consulté le ).
  39. « Patrick Renaud (UMP) garde la présidence de Porte de France », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  40. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le ).
  41. « Compte rendu du conseil municipal du samedi 23 mai 2020 » [PDF], Vie municipale / Comptes rendus, sur https://www.puiseux-en-france.fr (consulté le ).
  42. « Vie scolaire », École / Enfance, sur https://www.puiseux-en-france.fr (consulté le ).
  43. Anne Collin, « Puiseux-en-France devrait bientôt avoir sa salle de spectacle : La commune est en train de boucler le financement de ce futur équipement culturel de 300 places », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ 8/2/2019 modifié le 12/2/2019 (lire en ligne, consulté le ) « Un projet d'environ 2,4 M€ au total porté par la mairie depuis près de trois ans (...) En effet, la commune doit également se voir doter de 350 000 € par le conseil départemental du Val-d'Oise, 375 000 € par l'agglomération Roissy-Pays-de-France et environs 175 000 € par l'Etat dans le cadre des dotations d'équipement des territoires ruraux. Le reste étant à la charge de la ville ».
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  47. Notice no PA00080178, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  48. Charles Huet, « Puiseux-en-France - Sainte-Geneviève », Églises du Val-d’Oise : Pays de France, vallée de Montmorency, Gonesse, Société d’histoire et d’archéologie de Gonesse et du Pays de France,‎ , p. 310 (ISBN 9782953155402).
  49. http://www.puiseux-en-france.fr/content/heading612/content710.html