Beauchamp (Val-d'Oise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Beauchamp
Beauchamp (Val-d'Oise)
L'avenue des Sapins.
Blason de Beauchamp
Blason
Beauchamp (Val-d'Oise)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Argenteuil
Intercommunalité CA Val Parisis
(siège)
Maire
Mandat
Françoise Nordmann
2020-2026
Code postal 95250
Code commune 95051
Démographie
Gentilé Beauchampois
Population
municipale
8 675 hab. (2018 en diminution de 1,33 % par rapport à 2013)
Densité 2 873 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 00″ nord, 2° 12′ 00″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 73 m
Superficie 3,02 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Taverny
Législatives 3e circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Beauchamp
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Beauchamp
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beauchamp
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beauchamp
Liens
Site web https://www.ville-beauchamp.fr/

Beauchamp est une commune française située dans le département du Val-d'Oise, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Beauchampois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Beauchamp est une ville de la vallée de Montmorency, à 20 km au nord-ouest de Paris et à 8 km au sud-est de Pontoise

Communes limitophes[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Beaucham est desservi par la Chaussée Jules César et est aisément accessible par l'autoroute A115.

La commune est desservie par la gare de Montigny-Beauchamp sur la ligne Paris - Pontoise (Transilien Paris-Nord - ligne H) et sur la ligne C du RER.

Elle est également desservie par les lignes de bus :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Beauchamp est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[4] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[7],[8].

Occupation des sols simplifiée[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 13,37 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 6,03  % d'espaces ouverts artificialisés et 80,59 % d'espaces construits artificialisés[9]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom provient peut-être du latin belli campus, « champ de bataille ».

Toutefois, la signification « beau champ » est beaucoup plus vraisemblable, avec champ employé au sens de « campagne », donc « belle campagne ». Du latin bellus « joli, bon » et campus « campagne, champ »[10].

Beauchamps est la forme indiquée sur la carte de Cassini au XVIIIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est constituée en 1922 à partir d'un hameau, par amputation des communes de Pierrelaye, Montigny-lès-Cormeilles et, pour les 8/10e de son territoire, Taverny. Avant cette date, son histoire se rattache à celle de Taverny.

Beauchamp est situé le long de la chaussée Jules-César, voie romaine reliant Lutèce à Lillebonne. Des fouilles en 1971 et 1972 à proximité de la commune ont d'ailleurs permis de retrouver des fondations de bâtiments gallo-romains avec un puits, des tuiles romaines, des vases et poteries, des pièces de monnaie, etc.

Le hameau de Beauchamps [sic] s'est développé essentiellement après l'arrivée du chemin de fer et l'ouverture de la gare de Montigny - Beauchamp en 1846, d'abord nommée « Montigny-Herblay ». Dès 1904, la population du hameau demande son autonomie ; il est érigé en commune en 1922 grâce à l'action de Camille Fouinat, conseiller municipal de Taverny, en perdant au passage son « s » final.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[11], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 rattache la commune à l’arrondissement de Pontoise au département du Val-d'Oise après un transfert administratif effectif au . Toutefois, à compter du la commune est désormais intégrée à l'arrondissement d'Argenteuil, afin de tenir compte des limites des intercommunalités[12].

La commune, lors de sa création en 1922, est rattachée au canton de Montmorency du département de Seine-et-Oise, puis, en 1931, du canton de Taverny, avant de devenir en 1976, le chef-lieu du canton de Beauchamp. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Beauchamp fait partie de la juridiction d’instance de Montmorency, et de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise[13],[14].

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 du canton de Taverny

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 à la troisième circonscription du Val-d'Oise..

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Beauchamp était le siège de la communauté d'agglomération du Parisis créée le .

Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi MAPAM du 27 janvier 2014, qui prévoit la généralisation de l'intercommunalité à l'ensemble des communes et la création d'intercommunalités de taille importante, le préfet de la région d'Île-de-France approuve le 4 mars 2015 un schéma régional de coopération intercommunale qui prévoit notamment « l'extension du périmètre de la communauté d'agglomération Le Parisis aux communes de Frépillon, Saint-Leu-la-Forêt, Le Plessis-Bouchard, Ermont et Eaubonne[15] ».

Le préfet du Val-d'Oise prend en conséquence le 14 décembre 2015 un arrêté « portant fusion des communautés d'agglomération « Le Parisis » et « Val et Forêt », et extension de périmètre à la commune de Frépillon au 1er janvier 2016 ». Cette nouvelle intercommunalité, dont la commune est désormais membre, prend la dénomination de communauté d'agglomération Val Parisis[16].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du second tour des élections municipales de 2014 dans le Val-d'Oise, la liste SE menée par Francine Occis remporte la majorité des suffrages exprimés, avec 1 550 voix (40,13 %, 21 conseillers municipaux élus dont 3 communautaires), devançant de 28 voix celle UMP menée par Françoise Nordmann (1 522 voix, 39,40 %, 5 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire).
Un troisième liste, DVG menée par Patrick Planche, arrive loin derrière avec 790 voix (20,45 %, 3 conseillers municipaux élus).
Lors de ce scrutin, 40,60 % des électeurs se sont abstenus[17].

À la suite de la démission des conseillers municipaux de la liste de Françoise Nordmann (Lr) ainsi que celle de Patrick Planche (Dvg) durant l'été 2017, le conseil municipal est renouvelé lors d'élections municipales organisées le de manière à permettre l'élection d'un nouveau maire[18]. Celles-ci donnent une large majorité à la liste conduite par Françoise Nordmann qui a recueilli 62,38 % des suffrages, contre 37,62 % à la maire sortante Francine Occis[19] (SE). Françoise Nordmann est donc élue maire par le conseil municipal du [20].

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 dans le Val-d'Oise, la liste DVD menée par la maire sortante Françoise Nordmann remporte la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 1 504 voix (68,61 %, 25 conseillers municipaux élus dont 3 communautaires), devançant très largement la liste LR menée par Isabelle Merlay-Souterbicq, qui a obtenu 688 voix (31,38 %, 4 conseillers municipaux élus).
Lors de ce scrutin marqué par la pandémie de Covid-19 en France, 62,39 % des électeurs se sont abstenus[21],[22]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juillet 1922 mai 1925 Louis Bousquet   Parolier, chansonnier et éditeur français
mai 1925 mai 1935 Émile Bertrand    
mai 1935 octobre 1947 Camille Monard    
octobre 1947 mars 1977 Eugène Robin    
mars 1977 mars 2014 Raymond Lavaud DVD puis UDI Conseiller général de Beauchamp (1992 → 2011)
Président de la CA du Parisis (2011 → 2014)
mars 2014[23] novembre 2017 Francine Occis SE-DVD Retraitée de l'enseignement
Vice-présidente de la CA Val Parisis (2014 → 2017)
Mandat écourté par la démission d'une partie du conseil municipal
novembre 2017[20] En cours
(au 8 avril 2021)
Françoise Nordmann SE (ex LR) Réélue pour le mandat 2020-2026[24],[25]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Depuis 1997, la commune est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1926. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[29].

En 2018, la commune comptait 8 675 habitants[Note 3], en diminution de 1,33 % par rapport à 2013 (Val-d'Oise : +3,67 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
2 1783 2283 8213 9074 8035 6626 3247 7988 319
1990 1999 2006 2007 2008 2013 2018 - -
8 9348 9868 8698 8438 8178 7928 675--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Historiquement, la principale entreprise de la ville était 3M, une usine créée en 1952 sur un site de quarante hectares et qui employait dans les années 1980 près de 1 100 salariés. À sa fermeture en 2019, ils étaient 280[33]. La reconversion du site est engagée en vue de la création d' un parc d’entreprises moderne, multi-locataires et multi-activités comprenant plusieurs bâtiments indépendants pour une surface totale de 90 000 m2 à compter de 2022, permettant d'accueillir environ 1 200 salariés vers 2025[34],[35].

Parmi les entreprises de la ville, on compte Les cars Lacroix, qui compte en 2019 environ 1 300 salariés[36], Thermomix[37].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Calvaire de l'église Notre-Dame.

Beauchamp ne compte pas de monument historique classé ou inscrit sur son territoire. On peut néanmoins signaler :

  • Église Notre-Dame, avenue Pasteur : Elle est issue d'une chapelle, inaugurée en mars 1908, puis largement agrandie en 1958 sur les plans de Marcel Faure, architecte local, puis en 1969 par l'ajout d'un bas-côté nord. En 2006, de nouveaux vitraux ont été installés dans le chœur[38].
  • Calvaire à côté de l'église : Deux statues de la sainte Vierge et de saint Jean furent livrées à la construction de l'église en vue de sa décoration. Mais embarrassantes durant le chantier, la première fut enterrée à proximité du chantier et l'autre fut entreposée dans une propriété de l'aumônier de l'hôpital Beaujon. Tombées dans l'oubli, les statues sont redécouvertes par hasard en 1953. L'abbé d'alors décide l'édification d'un calvaire formé de ces deux statues[38].
  • Avenue des Sapins : Elle est constituée au début des années 1850 en vue de la promotion du nouveau lotissement créé à la construction du chemin de fer Paris - Lille en 1846. Plusieurs pins de l'époque subsistent de nos jours[38].
  • Bibliothèque Joseph-Kessel, avenue du Général-de-Gaulle
  • Villa Les Pelouses, 152 chaussée Jules-César
  • Château de La Chesnaie, 14 avenue Jules-Michelet
  • Monument aux morts, place Camille-Fouinat[39]
  • Marché couvert, salle des fêtes (place du Marché), et groupe scolaire Paul-Bert, avenue Paul-Bert : Ces trois bâtiments publics en briques de deux couleurs ont été construits en 1933/1934 par le même entrepreneur, Émile Bertrand, et le même architecte, Marcel Faure[38].
  • Dispensaire Roger-Salengro.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Bousquet (1871-1941), premier maire de la commune de Beauchamp, est l'auteur des paroles de la chanson Quand Madelon....
  • Curnonsky (1872-1956), gastronome, humoriste et critique culinaire français, surnommé « le prince des gastronomes », est inhumé au cimetière communal.
  • Raoul Auger (1904 -1991), illustrateur et dessinateur français, ayant également travaillé sous le pseudonyme de J. -P. Ariel, Beauchampois à compter de 1946.
  • Didier Bay (né à Beauchamp en 1944), artiste.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Beauchamp (Val-d'Oise).svg

Les armes de Beauchamp se blasonnent ainsi : Écartelé : au 1er d'or aux quatre alérions d'azur ; au 2e et 3e d'argent à la barre de gueules chargée d'une roue d'argent ; au 4e de France au bâton péri en bande de gueules ; un écusson de sable au faucon d'or grilleté d'argent, brochant sur le tout (Création de l'illustrateur Raoul Auger, beauchampois de 1946 à 1991).

Beauchamp au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Beauchamp », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, , 738 p..
  11. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  12. « Arrêté préfectoral portant modification des limitesterritoriales des arrondissements du département duVal-d'Oise », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-Francee, no IDF-001-2017-01,‎ , p. 41-48 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  13. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  14. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise
  15. « Arrêté du Préfet de la région Île-de-France du 4 mars 2015 portant adoption du schéma régional de coopération intercommunale » [PDF], sur http://www.marneetgondoire.fr (consulté le ).
  16. « Arrêté préfectoral A 15-607-SRCT du 14 décembre 2015 portant fusion des communautés d'agglomération « Le Parisis » et « Val et Forêt », et extension de périmètre à la commune de Frépillon au 1er janvier 2016, et statuts de la nouvelle intercommunalité », sur http://www.valparisis.fr (consulté le ).
  17. Résultats officiels pour la commune Beauchamp
  18. Alexandre Boucher, « Beauchamp : élections municipales en vue après la démission de l’opposition : Le conseil municipal va d’être dissous à la suite de la démission de huit élus et du refus des personnes inscrites sur leurs listes aux municipales 2014 d’y siéger. », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. Maïram Guissé, « Françoise Nordmann, nouvelle maire de Beauchamp : Succès sans appel de Françoise Nordmann qui a recueilli 62,38% des suffrages, contre 37,62% à sa rivale Francine Occis », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. a et b A.B., « Beauchamp : Françoise Nordmann, élue maire, la nouvelle majorité installée », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Cinq jours après la victoire de sa liste sans étiquette « Agir ensemble pour Beauchamp », avec 62,38 % des suffrages, Françoise Nordmann (LR), est devenue maire de Beauchamp à l’unanimité des vingt-quatre élus. Les cinq élus de la nouvelle opposition (SE) ; dont Francine Occis, la maire sortante, n’ont pas pris part au vote ».
  21. « Val-d'Oise (95) - Beauchamp », Résultats des élections municipales et communautaires 2020, sur https://www.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  22. Daniel Chollet, « Val-d'Oise. Municipales à Beauchamp : Françoise Nordmann remporte l'élection : La maire (sans étiquette) sortante l'a largement emporté face à Isabelle Merlay-Souetrbicq », La Gazette du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « Francine Occis dans le fauteuil de maire de Beauchamp : Francine Occis a succédé à Raymond Lavaud. Elle s'entoure d'une équipe de huit adjoints : quatre hommes et quatre femmes. », La Gazette du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. Alexandre Boucher, « Municipales : à Beauchamp, Françoise Nordmann « ne change pas une équipe qui gagne » : La maire sortante (SE) repart en campagne avec la quasi-totalité de l’équipe qui a remporté les élections municipales partielles en 2017 », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Procès-verbal du conseil municipal du 25 mai 2020 » [PDF], Les comptes rendus des conseils municipaux de 2020, sur https://www.ville-beauchamp.fr (consulté le ).
  26. (fr) « Jumelage », ville-beauchamp.fr (consulté le ).
  27. (de) « Altenstadt und Beauchamp Partnergemeinden seit 10. Mai 1997 », altenstadt.de (consulté le ).
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  32. « Les Archers de Beauchamp | Les Archers de Beauchamp », sur www.archersdebeauchamp.fr (consulté le ).
  33. Daniel Chollet, « La fin programmée de 3M à Beauchamp : La direction de 3M vient d'annoncer sa volonté de fermer le site de Beauchamp. D'ici au premier trimestre 2019, 280 salariés seront à reclasser. 3M va chercher des repreneurs », La Gazette du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. Daniel Chollet, « Val-d'Oise. À Beauchamp, la reconversion de l'ancien site de 3M progresse : Une enquête publique relative au projet de construction d'un bâtiment d'activités et de bureaux sur l'ancien site industriel 3M se déroule en mairie jusqu'au 18 juillet », La Gazette du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. Daniel Chollet, « Val-d'Oise. Beauchamp. Face à l'inquiétude de riverains, la mairie défend le projet de reconversion industrielle de l'ex-site 3M : Les riverains craignent les 545 camions par jour, liées à l'activité de logistique. La mairie évoque l'absence de camions en ville et la sauvegarde d'un site industriel », La Gazette du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. Julien Ducouret, « Val-d'Oise. Le Groupe Lacroix recrute plus de 100 conducteurs de bus et de car en 2019 : Le Groupe des Cars Lacroix, acteur majeur du transport dans le Val-d'Oise et en Île-de-France, compte aujourd'hui 1 300 salariés », La Gazette du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. Julien Ducouret, « Val-d'Oise. Soixante postes à pourvoir chez Thermomix® à Beauchamp : Devenez conseiller pour Thermomix® dans le Val-d'Oise, c'est possible. Une journée de recrutement est organisée à Beauchamp vendredi 13 septembre 2019 », La Gazette du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. a b c et d M. et Mme Boulard et Valérie Jacquemin, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Beauchamp », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. I,‎ , p. 65-68 (ISBN 2-84234-056-6).
  39. Monument aux morts de Beauchamp sur https://www.monumentsauxmorts.fr/