Pierrelaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierrelaye
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Taverny
Intercommunalité Communauté d'agglomération Val Parisis
Maire
Mandat
Michel Vallade (PCF)
2014-2020
Code postal 95220 et 95480
Code commune 95488
Démographie
Gentilé Pierrelaysiens, Pierrelaysiennes
Population
municipale
8 155 hab. (2014 en augmentation de 2,97 % par rapport à 2009)
Densité 885 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 21″ nord, 2° 09′ 01″ est
Altitude 39 m
Min. 35 m
Max. 78 m
Superficie 9,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise

Voir sur la carte administrative du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Pierrelaye

Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise

Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Pierrelaye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pierrelaye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pierrelaye
Liens
Site web http://www.ville-pierrelaye.fr

Pierrelaye est une commune française du Val-d'Oise située à environ 25 km au nord-ouest de Paris.

Ses habitants sont les Pierrelaysien(ne)s.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe de Saint-Ouen-l'Aumône, Méry-sur-Oise, Bessancourt, Beauchamp, Montigny-lès-Cormeilles et Herblay.

Communes limitrophes de Pierrelaye[1]
Saint-Ouen-l'Aumône Méry-sur-Oise Bessancourt
Pierrelaye[1] Beauchamp
Herblay Montigny-lès-Cormeilles

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne H ainsi que le RER C.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Petra lata vers 1205[2], Pierre Laye en 1125[3], Pierre-laie en 1754[4]

Issue de la langue d'oïl, "Petra laia" (pierre + lée), signifiant « pierre large », pour désigner habituellement un dolmen[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est né sur la voie romaine dénommée chaussée Jules César, qui reliait Lutèce à la mer. À l'époque féodale, le fief était une possession des religieux de l'abbaye de Saint-Denis.

L'église Saint-Jean-Baptiste fut érigée en cure dès le XIIIe siècle. Le sol composé exclusivement de plusieurs variétés de sables, ne produisait que du seigle et du bois de bouleau. Les habitants s'étaient alors spécialisés dans la fabrication des balais. Malgré une grande qu'une partie du territoire était infructueux ou stérile, la commune produisait quelques vignes sur la partie jouxtant Saint-Ouen-l'Aumône

Essentiellement consacrée à la culture maraîchère, la commune connut un certain désenclavement au XIXe siècle, avec l'arrivée du chemin de fer reliant Paris à la frontière belge. La ligne fut achevée en 1846. Toutefois, la gare de Pierrelaye ne fut ouverte qu’en 1881 vu l'opposition de certains habitants qui, assurant les transports, craignaient de voir disparaître leur clientèle. On raconte qu'ils venaient, la nuit, enlever les traverses du chemin de fer posées la veille.

La plaine où se situaient ces cultures maraîchères fut, durant 100 ans, alimentée par l'épandage des eaux usées de la ville de Paris. Ceux qui ont connu cette époque n'oublieront jamais les odeurs pestilentielles ni les nuées de mouches bleues... À l'issue de ces années, le site fut déclaré multi-pollué.

Une importante zone d'activité commerciale s'étend en partie sur le territoire de la commune, le long de la route départementale 14.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Pierrelaye fait partie de la juridiction d’instance de Montmorency, et de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise[5],[6].

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1944 1963 Aimé Viennet    
1963 1977 Stéfane Legros RI  
1977 en cours Michel Vallade PCF Réélu pour le mandat 2014-2020[7],[8],[9],[10]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2014, la commune comptait 8 155 habitants[Note 1], en augmentation de 2,97 % par rapport à 2009 (Val-d'Oise : +3,14 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
637 652 714 773 890 896 924 947 946
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 000 966 975 959 987 1 029 1 143 1 110 1 178
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 436 1 711 1 915 2 168 2 274 2 604 2 798 2 762 3 047
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
3 890 4 606 5 586 5 548 6 251 6 923 7 224 7 920 8 155
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pierrelaye ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire.

  • Église Saint-Jean-Baptiste, place de la Mairie : elle fut reconstruite en 1852 en remplacement d'un édifice, probablement du XIIIe siècle, menaçant ruine[15]. Elle contient encore deux reliques, probablement transférées lors de la reconstruction. L'une (fragments de cheveux) est attribuée à saint Jean l'évangéliste, l'autre (fragment de tissu) à saint Jean-Baptiste. Le baptistère, en pierre, date vraisemblablement de l'ancienne église du XIIIe siècle.
  • Mairie-école de 1899/1902, 42bis rue Victor-Hugo[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de Pierrelaye sur Géoportail.
  2. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1119.
  3. Dans document de 1125, « M.Matthieu Lebet reconnait avoir cédé à un nommé Pierre une portion de terre (Abbaye Saint Denis) situé à « Pierre Laye »(apud petram latam) »
  4. Lebeuf (abbé J.), Pierre-laie, in Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, t. 2, Paris, Prault Père, 1755, ré-éd. libr. Féchoz et Letuzey, 1883, p. 76-78. Cf.
  5. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  6. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise
  7. Gérard Le Puill, « Quinze ans de bonne gestion : La démission des quatre élus de droite six mois après celle de plusieurs conseillers socialistes oblige les électeurs à retourner aux urnes. Michel Vallade, maire depuis 1977, conduit une liste d'union sur laquelle figurent un ancien adjoint », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  8. B.S., « Michel Vallade vise un cinquième mandat à Pierrelaye », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  9. Alexandre Boucher, « Municipales : à Pierrelaye, deux listes veulent renverser Michel Vallade », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  10. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le 9 octobre 2015).
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  15. a et b M. et Mme Boulard et Valérie Jacquemin, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Pierrelaye », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. I,‎ , p. 69-74 (ISBN 2-84234-056-6).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]