Menucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Amenucourt.
image illustrant une commune du Val-d'Oise
Cet article est une ébauche concernant une commune du Val-d'Oise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Menucourt
Mairie de Menucourt
Mairie de Menucourt
Blason de Menucourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Vauréal
Intercommunalité Cergy-Pontoise
Maire
Mandat
Éric Proffit-Brulfert
2014-2020
Code postal 95180
Code commune 95388
Démographie
Gentilé Menucourtois, Menucourtoises
Population
municipale
5 339 hab. (2013)
Densité 1 451 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 00″ Nord 1° 59′ 00″ Est / 49.0167, 1.9833
Altitude 160 m (min. : 85 m) (max. : 188 m)
Superficie 3,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Menucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Menucourt
Liens
Site web http://www.menucourt.fr

Menucourt est une commune française située dans le département du Val-d'Oise et la région Île-de-France, à environ 40 km au nord-ouest de Paris. Elle appartient à la communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise.

Ses habitants sont appelés les Menucourtois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe de : Courdimanche, Boisemont, Condécourt et Sagy dans le département du Val-d'Oise ainsi que Vaux-sur-Seine et Évecquemont dans le département voisin des Yvelines.

Communes limitrophes de Menucourt[1]
Sagy
Condécourt Menucourt[1] Courdimanche
Évecquemont (Yvelines) Vaux-sur-Seine (Yvelines) Boisemont

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est issu de Minuti curtis, le domaine de Minutus[réf. souhaitée].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Menucourt apparait pour la première fois en 1201, lorsque Gautier de Coutances, archevêque de Rouen, confirme le don fait à l'abbaye de Ressons par Guillaume de Meulan, chanoine de Beauvais, et Pierre de Meulan, son frère, seigneurs de Boisemont, de la chapelle de Sainte Madeleine de Boisemont avec toutes ses dépendances et biens dont elle avait été dotée par Dreu de Meulan leur père, de Ade leur mère et de Richard leur autre frère[2]. Ce même prélat confirme également les diverses aumônes faites à la même église par différents seigneurs, de biens et revenus situés à Meulan et des villages alentours comme Boisemont, Evecquemont, Seraincourt, Vaux, Triel, Menucourt etc. du consentement d'Emeline de Brueil, d'Amauri son frère et de Royer sénéchal de Meulan. Ce document, écrit en latin, indique :

« Hugo etiam de Bruelio (Hugues de Brueil) confirme à l'église tant de fois nommée treize setiers de méteil à prendre annuellement dans son champart de Menucorte (Menucourt) du consentement.... »

Toujours au XIIIe siècle, un document d'Hugues de Brueil, fils d'Evrard et petit-fils de Hugues vicomte de Meulan et de Basilie fille de Gauthier II dit Haï vicomte de Meulan, donne l'église de Saint Nicaise de Meulan une redevance à prendre à Menucourt et en confirme une de son aïeul :

« Que tous présents et à venir sachent que moi Hugo de Bruel (Hugues de Brueil) je concède et je confirme par l'autorité de mon sceau à Dieu et à sancto Nigasio de Mellento (Saint Nicaise de Meulan) et aux moines du couvent de ce lieu, cinq sous de rente sur Menoecurt (Menucourt) pour le repos de l'âme d'Evrardi (Evrard) mon père. Je confirme aussi la donation de vingt sous que Ugo (Hugues) mon aïeul a faite à Saint Nicaise pour le repos de son âme et celle de Basilive (Basilie), son épouse, mon aïeule, payables à la Saint Remi.... »

On trouve dans un inventaire[3] de l'abbaye du Bec Hellouin en date du 17 mai 1482 une charte et confirmation de Hugonis de Bruel (Hugues de Brueil) de 5 sols à Meneucourt (Menucourt) pour l'âme d'Evardi (Evrard) son père et 20 sols pour l'âme d'Hugonis (Hugues) versé à la Saint Remi.

À partir du XVe siècle, les actes, registres chartes conventions et pièces de procédures sont plus nombreuses et permettent de constituer une histoire du village.


En raison du développement de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise à proximité immédiate, le petit village du Vexin a connu un considérable essor démographique entre 1968 et 1975 avec la construction de nombreux nouveaux logements, essentiellement des pavillons, pour atteindre aujourd'hui plus de 5 000 habitants.

Seigneurs de Menucourt et châtelains[modifier | modifier le code]

  • 1482 : Henri Jubert; il vivait en 1445
  • Après 1446 : Guillaume Jubert, seigneur de Menucourt, mort en 1514
  • 1514 : Jeanne de Boucaumont, sa veuve
  • 1534 : Jean et Louis Les Jubertz. Jean vivait en 1565
  • Après 1566 : Louis Jubert, fils de Louis Jubert
  • 1584 : Pierre Le Maistre
  • 1594 : Guillaume Le Prestre, décède en 1619
  • 1619 : Anthoinette Le Clerc de Lesseville, sa veuve
  • 1639 : Nicolas Le Prestre, fils de Guillaume Le Prestre et Anthoinette Le Clerc de Lesseville, mort en 1653
  • 1653 : Nicolas Le Prestre, fils du précédent
  • 1656 : François Chassepot de Beaumont, décédé en 1666
  • 1666 : Charlotte de Langrac, sa veuve
  • 1675 : Jean-François Chassepot de Beaumont, il est encore seigneur de Menucourt en 1707 et 1721
  • 1722 : Pierre Chassepot de Beaumont, fils du précédent. Il est marié par contrat le 23 février 1715 à Jeanne Benigne de la Michaudière il décède en 1751.
  • 1751 : Jean-Pierre Chassepot de Beaumont, fils du précédent. Il est marié à Marie-Thérèse Bricault de la Chesnaye. Il rend hommage au roi le 15 mai 1751 et était encore seigneur en 1793. Il acquiert un grand nombre de biens nationaux et meurt à Saint-Germain-en-Laye le 4 pluviôse an XI ()
  • 1801 : Abraham Louis Chassepot de Beaumont, fils du précédent, qui décède à Menucourt le 15 décembre 1838.
  • 1838 : Adélaïde Louis Delorme, cousine germaine du précédent, veuve de Ange François Charles de Bernard
  • 1843 : Le château est vendu à Jean-Marie Augustin du Bois de Bellejame et Edmond Arsène du Bois de Bellejame
  • 1844 : Le domaine est vendu à François Gaillard
  • 1869 : Paul Gaillard, fils du précédent en hérite
  • 1890 : ? Archdeacon, en hérite
  • ? : Sébastien Archdeacon, en hérite

Famille Jubert[modifier | modifier le code]

  • Pierre Jubert
Il vivait en 1290 et est cité dans un acte de 1369
  • Guillaume Jubert
Chevalier et seigneur de Villette, près Meulan était marié à Isabeau de Garancières[4]. Il servit dans les guerres du Poitou en 1354
  • Philippe ou Guillaume Jubert
Fils du précédent, il était écuyer en 1369, sommelier de Charles V, châtelain de Vernon il était marié à l'héritière de la maison du Til. Annobli en 1369, c'était l'un des écuyers de la compagnie de Bertrand Dugesclin et était vivant en 1420.
  • Guillaume Jubert
Seigneur de Villette, près Meulan, de Menucourt, de Bizy, de Brécourt. Il épouse vers 1406 Catherine de Brument, dame de Bizy et de Brécourt fille de Robert sire de Brument. Il servit à la bataille d'Azincourt en 1415. Il mourut en 1446 et sa femme le 21 février 1468.
  • Henri Jubert :
Il vivait en 1445 et est cité dans un acte de 1482

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la juridiction d’instance, de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise[5],[6].

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 1989 Daniel Audiffren PS  
1989 1995 Gérard Smilevitch PS  
1995 2001 Georges Hardelin RPR  
2001 en cours
(au 29 avril 2014)
Éric Proffit-Brulfert PS puis EELV[7] puis DVG Réélu pour le mandat 2014-2020[8],[9],[10]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 5 339 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320 312 323 310 362 393 414 389 364
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
384 378 398 405 408 437 414 435 448
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
404 384 381 404 394 451 419 376 437
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
697 726 4 082 4 666 4 592 5 084 5 182 5 134 5 363
2013 - - - - - - - -
5 339 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Santé[modifier | modifier le code]

Le centre de rééducation de Menucourt est un établissement privé non lucratif PSPH (participant au service public hospitalier). Il accueille cent patients en hospitalisation complète et quinze en hospitalisation de jour. Son personnel médical est composé de sept médecins dont cinq MPR, dix-neuf Masseur-kinésithérapeutes, six ergothérapeutes, deux orthophonistes, un podologue, un psychologue, un diététicienne, et une assistante sociale. Le centre est équipée d'une piscine de 25 m, d'un appareil d'isocinétie et d'une plate-forme vibrante. Son directeur est Renaud Coupry, son médecin chef est le Dr Arnaud Griffon[13]. Il est situé rue Bernard Astruc.

En 1983, le Docteur Jean-Noël Heuleu a organisé la 1re Journée de Menucourt, regroupant des chirurgiens, des médecins, des masseurs-kinésithérapeutes, des ergothérapeutes de toute la France. Cette journée de formation et d'information dans le domaine de la rééducation a lieu tous les deux ans, au centre de rééducation de La Châtaigneraie[14].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Léger.

Menucourt ne compte aucun monument historique inscrit ou classé sur son territoire.

  • Le Château de Ménucourt - Privé
  • L'Église Saint-Léger : Elle fut construite en 1899 en remplacement de l'église romane primitive, devenue trop délabrée pour être réparée une nouvelle fois. La nouvelle église, dont les frais de constructions atteignirent le double des 50 000 francs initialement prévus, possède des façades de style néo byzantin très élaborés. Elles sont exécutées essentiellement en pierre de taille, mais agrémentées de bandeaux en brique rouge au niveau des trumeaux, sur les faces du clocher et sur toute la façade occidentale. En haut des fenêtres, les murs sont en outre ornés de mosaïques. L'édifice se compose d'une nef à collatéraux de cinq travées, dont la première et la cinquième sont plus étroites ; d'un chœur carré nettement plus bas que la nef ; et d'une abside en cul-de-four. L'étroit clocher s'élève au-dessus de la première travée de la nef et s'intègre dans la façade occidentale. Son unique étage est percé sur chaque face d'une haute baie abat-son terminée par un cadran d'horloge et surmontée d'un gable garni de mosaïques. La flèche couvert d'ardoise se termine par un clocheton. Les baies sont des étroites lancettes simples plein cintre. Au-dessus du portail et sur la seconde à quatrième travée des bas-côtés, elles sont disposées en triplet, la baie centrale dépassant en hauteur ses deux baies adjacentes. En provenance de l'ancienne église, le monument funéraire aux armes de la famille Chassepot de Beaumont[15].
  • La Fontaine publique, rue Georges-Clemenceau / rue Jean-Jaurès : Elle se compose d'un pilier en pierre de taille et d'une pompe en fonte du début du XXe siècle. Deux fontaines similaires existaient à Menucourt. Elles sont placées sur des puits alimentés par des sources, provenant des hauteurs du massif de l'Hautil[15].

Menucourt au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Menucourt (Val-d'Oise).svg

Les armes de Menucourt se blasonnent ainsi : De gueules aux trois coquilles d'or, à la bordure cousue d'azur chargée de neuf besants aussi d'or et d'une plaine du même maçonnée de sable

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Georgette Anys (1909-1993), actrice, a vécu pendant les dernières années de sa vie dans sa maison de Menucourt.
  • André Bouchet (1967-), acteur et animateur de télévision, connu pour son rôle de Passe-Partout dans l'émission Fort Boyard, habite Menucourt.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de Menucourt sur Géoportail.
  2. Comtes de Meulan seigneurs de Beaumont page 15
  3. UInventaire des AD de Seine Maritime page 145
  4. Famille de Garencières
  5. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  6. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise
  7. « Le maire de Vauréal quitte le PS pour rejoindre les Verts : Après le ralliement du maire de Menucourt et celui de Didier Peyrat, conseiller municipal de Pontoise, les Verts enregistrent une nouvelle adhésion : celle du maire de Vauréal, Bernard Morin. Pour le vice-président de l’agglomération de Cergy-Pontoise chargé du développement durable, c’est l’aboutissement d’une réflexion « entamée il y a longtemps » mais qui a pris une nouvelle tournure après l’élection européenne de juin dernier », Vonews – Toute l’actualité du Val d’Oise,‎ (lire en ligne).
  8. « Proffit-Brulfert brigue un 3e mandat à Menucourt », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  9. « Les maires élus du 1er tour s'installent », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  10. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, Préfecture du Val-d'Oise,‎ (consulté le 13 septembre 2015).
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  13. Centre de rééducation de Menucourt.
  14. Journée de Menucourt.
  15. a et b Véronique Daver et Hautem Bali, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Menucourt », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. I,‎ , p. 368-369 (ISBN 2-84234-056-6).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]