Bourgeois de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

À Paris, avant la Révolution française, il fallait être bourgeois de Paris pour pouvoir y exercer des fonctions publiques liées à la ville, comme prévôt des marchands, échevin ou consul, mais aussi dans les différentes communautés de métier.

Pour être bourgeois de Paris, selon l'article 173 de la Coutume de Paris, il fallait avoir son domicile à Paris comme locataire ou comme propriétaire pendant au moins un an et un jour.

Les bourgeois de Paris avaient des privilèges et des devoirs: ils étaient exempts de payer la taille, mais devaient selon leurs moyens payer les taxes de la ville, contribuer à la charité publique, s'armer à leurs frais pour pouvoir participer à la milice urbaine.

La qualité de bourgeois de Paris a été peu étudiée tant du point de vue historique que sociologique, contrairement à des villes de moindre importance.

Les généalogies des familles bourgeoises de Paris sont encore mal connues tout comme le nom des familles qui peuvent prétendre en faire partie.

Qui était bourgeois de Paris ?[modifier | modifier le code]

Selon l'article 173 (ancien 129) de la Coutume de Paris, le droit de bourgeoisie s'acquiert à Paris par toute personne y "demeurant et habitant un an et un jour ", c'est-à-dire en y ayant son domicile personnel et en y séjournant continuement avec sa famille, et non en y faisant des séjours temporaires pour affaires. Le domicile se prouve par une quittance de loyer ou de capitation personnelle, et non par une location en chambre ou en hôtel garni (meublé).

Contrairement aux bourgeois des autres villes franches, les Parisiens n'ont pas besoin de lettres de bourgeoisie pour prouver leur état.

Autrement dit, toute personne qui possédait un logement à Paris (mais pas dans les faubourgs) comme propriétaire ou comme locataire, et qui y avait son domicile principal depuis plus d'un an, était bourgeois de Paris. Il n'y avait aucune autres conditions de patrimoine, de serment ou autres.

Devoirs et privilèges des bourgeois de Paris[modifier | modifier le code]

Ces privilèges sont nombreux, très différents, parfois très éphémères, et pour la plupart très variables selon les époques, ce qui a fait dire en 1884 à un auteur de L'Intermédiaire des chercheurs et curieux: « La liste des privilèges des bourgeois de Paris revêt parfois l'allure d'un inventaire à la Prévert, et change au fil des décennies. », et récemment à Laurence Croq, qui a consacré une thèse à l'étude de la notion de bourgeois de Paris au XVIIIe siècle, cette qualité aurait un caractère « polymorphe[1] ».

Le premier des privilège des Parisiens, et plus généralement des habitants de la Vicomté de Paris, consiste dans le fait d'avoir leur coutume particulière, le Coutume de Paris, et de ne pas être régis par d'autres lois étrangères ou barbares.

Le second privilège des bourgeois de Paris était celui de la communauté jurée des marchands organisés en corps et constitués en ville, qui avaient reçu du roi des franchises ou privilèges, c'est-à-dire le droit d'avoir un sceau, une caisse commune, un "parloir aux bourgeois" (hôtel de ville), de se défendre, de se clore et de s'administrer elle-même, d'avoir sa justice haute et basse, et sa police.

Privilège d'attribution de juridiction[modifier | modifier le code]

Selon l'article 112 de la Coutume de Paris, les bourgeois de Paris ne peuvent être contraints à plaider en défense ailleurs qu'à Paris, y compris en matière civile pour des droits purement réels (successions, garanties, arriérés de cens et de rentes, demandes d'exhibition de titres), et cela dans tout le royaume.


Privilèges fiscaux[modifier | modifier le code]

Les privilèges fiscaux sont nombreux, les principaux se sont maintenus jusqu'à la Réunion des états généraux en 1789:

  • Exemption de l'impôt de la Taille, y compris pour les revenus tirés des biens à la campagne dans le ressort de la Vicomté de Paris; les bourgeois de Versailles, de Poissy, Lyon, d'Amiens, de Bordeaux et de plusieurs autres grandes villes ont le même privilège.
  • Exemption du droit de franc-fief, accordé par Charles VI en juillet 1409, supprimé par Louis XV ;
  • Droit de vendre en gros le vin de son cru à domicile sans le ministère de jurés-crieurs et sans être tenus de faire enregistrer la vente, et de l'importer à l'intérieur de Paris sans payer les droits d'entrée;
  • Exemption de la mainmorte et du droit de mainmorte sur les biens en mainmorte dans tout le royaume;

Certains privilèges identiques à la noblesse[modifier | modifier le code]

Édit de Louis XI confirmant les privilèges des bourgeois de Paris, Archives nationales, AE-II-478.

La qualité de bourgeois de Paris donnait des privilèges presque égaux à ceux de la noblesse, le plus ancien étant l'exemption de mainmorte, puis de la taille[2] et du droit de Franc-fief, de bénéficier de la garde noble. À une période ancienne, les bourgeois de Paris avaient reçu du roi Charles V en 1391 le droit de porter des armoiries timbrées[3] et un épée[4] ou .

Selon certains auteurs, parmi lesquels Chateaubriand, « Charles V accorda des lettres de noblesse à tous les bourgeois de Paris ; Charles VI, Louis XI, François Ier et Henri II, confirmèrent ces lettres de noblesses. Paris ne fut jamais une Commune, parce qu'il étoit franc par la seule présence du roi[5] ».

Ce privilège fut définitivement rétabli en 1716, tel qu'il subsista jusqu'à la fin de l'Ancien Régime :

« Charles V accorda la Noblesse à tous les Bourgeois de Paris : elle leur fut confirmée par Charles VI, Louis XI, François Ier et Henri II ; mais Henri III restreignit ce privilège, en 1577, aux seuls Prévôts des Marchands et aux Échevins. II fut supprimé en 1667, rétabli en 1707 ; supprimé de nouveau en 1715, et rétabli enfin en 1716, tel qu'il subsiste aujourd'hui. »

— François Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, avant-propos, tome I, Paris, 1770, p. IX.

Les bourgeois de Paris jouissent du droit de garde noble, appelée pour eux la garde bourgeoise. Il s'agit du droit de percevoir et de jouir des revenus propres de leurs enfants mineurs.

Naissance de la bourgeoisie[modifier | modifier le code]

Les corporations les plus anciennes de Paris étaient celles des drapiers, des épiciers, des merciers et des pelletiers.

Avec les marchands de l'eau, héritiers des nautes de Lutèce qui exercent le monopole que détient l'abbaye de Saint-Denis sur le commerce le long de la Seine, et la Grande Boucherie, qui réunit les propriétaires d'élevages de la banlieue et ceux d'ateliers de salaison intra et extra-muros, ils constituent aux côtés du clergé et de la noblesse un troisième pouvoir que consacrera en 1357 la Grande ordonnance du prévôt des marchands, Étienne Marcel, et qui deviendra financièrement décisif, comme l'illustrera la révolte des Cabochiens.

En 1190, avant de partir en croisade, le roi Philippe Auguste rédige son testament et met six « loyaux hommes » à la tête de la prévôté : Thibaut Le Riche, Athon de Grève, Evrouin Le Changeur, Robert de Chartres, Baudouin Bruneau et Nicolas Boucel[6].

Le Livre des métiers et le Livre de la taille, rédigés sous la prévôté d'Étienne Boileau, permettent de mieux connaître cette bourgeoisie montante. Les titulaires des métiers recensés sont considérés comme des bourgeois.

Au cours du XIIIe siècle, des dynasties bourgeoises se sont édifiées : les Sarrazins, les Barbette, les Bourdon (cf. la rue des Bourdonnais), les Pisdoe ou Pizdoue, etc.

Familles de la bourgeoisie parisienne encore subsistantes[modifier | modifier le code]

XIIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Famille Pizdoe, quatre prévôts des marchands de Paris. Nombreux échevins. De toute l'histoire de la capitale, c'est la dynastie qui a gouverné Paris pendant la plus longue période. Les Piédoüe étaient par ailleurs l'un des principaux propriétaires fonciers de Paris aux XIIIe et XIVe siècles.
  • Famille Bourdon de la rue des Bourdonnais. Deux prévôts des marchands.
  • Famille Marcel, un prévôt des marchands : Étienne Marcel, instigateur de la Révolte de Paris. Plusieurs échevins.
  • Famille Cocatrix, un prévôt des marchands. Plusieurs échevins.
  • Famille Sarrazin, un prévôt des marchands. Plusieurs échevins.
  • Famille Barbette, Étienne Barbette prévôt des marchands de Paris. Plusieurs échevins. La rue Barbette fut créée au XVIeme siècle sur l'une de leur propriété.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Famille Simonneau-Dubreuil (1776). Rue des Saints-Pères (liée à la famille de Saunières, dont Henry de Saunières, commissaire des tailles et de la milice intendance Limoges vers 1740).
  • Famille Cochin, plusieurs échevins. Fondateurs de l'hôpital Cochin.
  • Famille Billon (1702)
  • Famille Gaudart
  • Famille Rocquet
  • Famille Chebrou (1770. Jean Chebrou, voir succession en l'étude de Me La Chaise et associés). Également bourgeois de Niort (voir les familles Chebrou de La Merichère, Chebrou de Beugnon, Chebrou de La Foucardière, Chebrou des Loges, Chebrou de La Brosse, Chebrou de Lespinats, Chebrou de La Roulière, Chebrou du Petit-Château ainsi que l'ensemble des liens familiaux collatéraux).
  • Famille Chevauché (filiation suivie depuis 1687, documentée comme bourgeois de Paris depuis 1731[7]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurence Croq, Les « Bourgeois de Paris » au XVIIIe siècle. Identification d'une catégorie sociale polymorphe, Université de Paris-I, 1998 (ISBN 2-7295-2567-X).
  2. L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, 1864, ibidem.
  3. Claude de Ferrière, Des droits de patronage, Paris chez Nicolas Le Gras, 1686, p. 545 : « Par un privilège spécial il est permis aux Bourgeois de Paris, par Lettres Patentes du Roy Charles V. du 9 Août 1391, de se servir des ornemens appartenant à l'état de Chevalerie, et de porter les Armes Tymbrées, ainsi que les Nobles d'extraction » ; Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique et bénéficiale, Paris, tome premier, 1784, p. 613 : « On observera seulement que, par cet édit, les bourgeois de Paris sont maintenus dans le droit de porter des Armoiries timbrées » ; A.-L. d' Harmonville, Dictionnaire des dates, des faits, des lieux et des hommes historiques, 1843, tome II, p. 757 ; Joseph Nicolas Guyot, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, 1784 : « Par une chartre du 9 Août 1370, Charles V donna à tous les bourgeois de Paris les privilèges de la Noblesse, avec permission d'avoir des armoiries timbrées, de tenir des fiefs et des alleux dans toute l'étendue du royaume......  ».
  4. L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, 1864 : « Les privilèges sont l'exemption de la taille, le port de l'épée, les armoiries timbrées, le titre de bourgeois de Paris ... »
  5. Chateaubriand, Analyse raisonnée de l'Histoire de France, p. 311.
  6. Alfred Fierro, Histoire et dictionnaire de Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1996, 1 590 p. (ISBN 978-2221078624).
  7. « Inventaire après décès d'Etienne Chevauché, bourgeois de Paris, AN ET-XXVIII-222 | 01/07/1731 - 30/09/1731 | Paris (Paris, France) - Geneanet », sur www.geneanet.org (consulté le 5 mai 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurence Croq, Les « Bourgeois de Paris » au XVIIIe siècle : identification d'une catégorie sociale polymorphe, thèse de doctorat en histoire, Université de Paris-I, 1998 (ISBN 2-7295-2567-X).
  • Jean Favier, Le Bourgeois de Paris au Moyen Âge, Éditions Tallandier, 2012, 670 p. (ISBN 978-2847348453).
  • Mathieu Marraud, De la Ville à l'État. La bourgeoisie parisienne XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque Histoire », 2009, 552 p. (ISBN 978-2-226-18707-9).
  • Mathieu Marraud, La Noblesse de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Le Seuil, 2000, 576 p. (ISBN 978-2020372107).
  • Bonneserre de Saint-Denis, Armorial du Parlement de Paris, 1862.

Articles connexes[modifier | modifier le code]