Frépillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Frépillon
Frépillon
La mairie et la fontaine, place de la Mairie.
Blason de Frépillon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Argenteuil
Intercommunalité CA Val Parisis
Maire
Mandat
Patricia Zeiss
2020-2026
Code postal 95740
Code commune 95256
Démographie
Gentilé Frépillonnais
Population
municipale
3 339 hab. (2018 en augmentation de 10,71 % par rapport à 2013)
Densité 997 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 00″ nord, 2° 13′ 00″ est
Altitude 101 m
Min. 60 m
Max. 165 m
Superficie 3,35 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Saint-Ouen-l'Aumône
Législatives 3e circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Frépillon
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Frépillon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frépillon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frépillon
Liens
Site web http://www.frepillon.fr

Frépillon est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Paysage urbain : la rue de Méry.

Frépillon est situé à 30 km au nord-nord-ouest de Paris et à 15 km à l'Est de Cergy-Pontoise, en limite de la forêt de Montmorency.

Il est traversé par l'autoroute A115 et est desservi par l'ancienne route nationale 328 (actuelle RD 928).

La ville est desservie par la gare de Frépillon une halte où circulent les trains du réseau Paris-Nord du Transilien.

La gare et le passage à niveau en 2008.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Frépillon[1]
Villiers-Adam
Méry-sur-Oise Frépillon[1] Taverny
Bessancourt


message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le nord du territoire communal est limité par le ru du Montubois, qui actionnait autrefois deux moulins : celui de Socourt attesté en 1340 et celui du Gaillonnet[2].

Le ru du Montubois se jette dans l'Oise à Méry-sur-Oise et est donc un sous-affluent de la Seine.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Frépillon est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[6] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[9],[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village était connu dès l'époque gallo-romaine sous le nom de Frepillonum[11] ou Frépillum, B. de Frepillione en 1276[11], Frepelio[11], devenu plus tard Frépillon.

L'origine du nom de la commune est inconnu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des silex de pierre taillée au Paléolithique et des haches polies du Néolithique ont été retrouvées sur le territoire, indiquant une fréquentation humaine ancienne[2]. Au lieu-dit Les Flaches-ouest, au sud de la rue Jean-Mermoz, cinq fosses ont livré des fragments d'os brûlés (faune), une lame quelques éclats de silex et une fusaïole, qui ont pu être datés du Hallstatt Moyen[2]..

Un habitat gallo-romain de part et d'autre du ru du Montubois a été identifié au lieudit Le Bois-du-Cul-des-Angles, à la limite de Bessancourt. Il est daté du Haut-Empire à l'Antiquité tardive[2].

Les premiers seigneurs du villages sont mentionnés en 987[réf. nécessaire].

La paroisse de Frépillon, dont le curé était nommé par l'évêque de Paris, est créée par démembrement de celle de Méry entre les XIIIe et XVe siècles[2].

En 1239 le fief est acquis par les religieuses de l'abbaye de Maubuisson. . Les moines de l'Abbaye Notre-Dame du Val avaient à Frépillon un bois et en 1248, ils achètent une vigne à Malmont[2].

Au XVIIIe siècle le village a une activité agricole comprenant des vignes et des bocages couvrant le coteau qui s'incline vers la vallée de l'Oise. Des plâtrières étaient exploitées aux Fortes-Terres[2] Avant la Révolution française la forêt ne couvre que 10 % du territoire communal, contre 20 % au XXIe siècle[2].

Le manoir de l'abbaye de Maubuisson comprenait en 1764 un corps de logis avec granges, écuries et bergeries, jardin et verger[2].

À la suite de la mauvaise gestion de la dernière abbesse de Maubuisson,ses biens sont mis sous séquestre en 1787 et sont sont rachetés par la famille Riesener[réf. nécessaire]

Le développement du village est favorisé par la mise en service en 1876 de la gare de Frépillon sur la ligne de chemin de fer Valmondois XIXe siècle, qui a favorisé le déplacement des habitants et le transport des marchandises, puis la transformation de Frépillon en petite commune résidentielle.

Lors du raid de dirigeables contre Paris et sa banlieue le 21 mars 1915 un Zeppelin survole Frépillon, sans lancer de bombes[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

Frépillon fait partie de la juridiction d’instance de Montmorency, et de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise[13],[14].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[15], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d'Oise et à son arrondissement de Pontoise après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie de 1801 à 1931 du canton de Montmorency, puis, cette année-là, le canton de Taverny de Seine-et-Oise puis du Val-d'Oise[16]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 du canton de Saint-Ouen-l'Aumône

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la troisième circonscription du Val-d'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Frépillon était membre de la communauté de communes de la Vallée de l'Oise et des impressionnistes, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2004 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles (loi MAPAM) du 27 janvier 2014, qui prévoit la généralisation de l'intercommunalité à l'ensemble des communes et la création d'intercommunalités de taille importante, cette intercommunalité a été supprimée et Frépillon a intégré le , la communauté d'agglomération Val Parisis, dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Maire en 1863   M. Chéronnet    
Maire en 1869   Germain Tardu    
Les données manquantes sont à compléter.
? ? Clovis Leclerc    
mars 1989[17] mai 2020 Bernard Tailly DVD Retraité, 5e adjoint (2020 → )
Président de la CC Vallée de l'Oise et des Impressionnistes (2014 → 2015)
14e vice-président de la CA Val Parisis[18] (2016 → )
Réélu en 2014[19],[20]
mai 2020[21] En cours
(au 19 janvier 2021)
Patricia Zeiss DVD[22] Retraitée

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[24].

En 2018, la commune comptait 3 339 habitants[Note 3], en augmentation de 10,71 % par rapport à 2013 (Val-d'Oise : +3,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
486475504499506507503483454
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
438432435397409409438440521
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
542541599585665788763715857
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 0581 2291 8772 0332 2112 2622 5622 7953 310
2018 - - - - - - - -
3 339--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le Parc d’activités des Épineaux est aménagé à Frépillon.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Frépillon ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire. On peut néanmoins signaler :

  • Église Saint-Nicolas, rue Marcel-Adam / Grande-Rue : Elle fut édifiée au XIIIe ou XIVe siècle mais lourdement remaniée au XIXe siècle. L'édifice de facture simple et sans caractère architectural se compose d'une nef-grange de quatre travées et d'un chœur désaxé au chevet plat, de deux travées de long et deux travées de large. Le clocher se dresse à gauche de la façade occidentale et possède une cloche datant de 1787[26].
  • Ruelle des Propriétaires : cette étroite ruelle pavée (remontant vraisemblablement au XVe siècle) est une impasse privée (cadastre.gouv.fr) depuis la rue République, constituée d'un passage aboutissant sur une cour. C'est l'un des éléments les plus anciens du village. Une maison porche, avec des chasse-roues, clôture cette voie privée.
  • Fontaine, sur le carrefour devant la mairie : Elle consiste en un bassin octogonal en pierre de 1875, au milieu duquel se dresse un reverbère en fonte, avec une figurine incorporée dans le mât. Elle remplace un chérubin en bronze qui avait été volé[26].
  • Batteuse à grains, sous un appentis à côté de la salle des fêtes, parc de la Mairie : Aujourd'hui restaurée et protégé des intempéries, elle rappelle la première période de la mécanisation dans le domaine agricole, au milieu du XIXe siècle[26].
  • Croix de procession, rue de la Vieille-Fontaine : Croix en fer forgé très simple planté dans un socle monolithe[26].
  • Ancienne fontaine, chemin rural no 3 et 4, près de la rue de la Vieille-Fontaine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs chevaliers ou écuyers portèrent au Moyen Âge le nom « de Frépillon », sans doute vassaux des Montmorency[2].
  • Henri-François Riesener (1767-1828), peintre, fils de l'ébéniste Jean-Henri Riesener. Il acquiert une maison de campagne à Frépillon. Un de ses tableaux, représentant saint Nicolas, est exposé dans l'église du bourg.
  • Fils du précédent, Léon Riesener (1808-1878), également peintre, a hérité de la maison de son père ; son cousin Eugène Delacroix séjourna chez lui.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Présentation du blason
Armes de Frépillon

Les armes de Frépillon se blasonnent ainsi :

Parti : au premier d'azur semé de fleurs de lys d'or, au second coupé : au I d'or à la croix de gueules cantonnée de quatre alérions d'azur, au II de gueules au château donjonné de trois tourelles d'or et maçonné de sable

Frépillon au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « L'occupation Hallstatt moyen des Flaches-Ouest à Frépillon (Val d'Oise) : funéraire ou domestique ? » par Jean-Gabriel Pariat, Bulletin archéologique du Vexin français et du Val d'Oise, 40, 2008, p. 99-104.
  • Carte archéologique de la Gaule : le Val-d‘Oise, 95, ouvrage collectif dirigé par Monique Wabont, Franck Abert et Didier Vermeersch, Paris, Maison des sciences de l'homme, 2006, p. 133-137.
  • Abbaye cistercienne de Maubuisson : la formation du temporel (1236 à 1256), par Armelle Bonis, Saint-Ouen-l'Aumône, service départemental d'archéologie, 109 pages (Archéologie en Val d'Oise, 1).
  • Des villages dans l'histoire : Vallée de Montmorency (1750 à 1914), par Francis Arzallier, Septentrion Presses universitaires, 1996, 339 pages.
  • Le patrimoine des communes du Val d'Oise, ouvrage collectif, Flohic Éditions, 1999, volume 2, p. 848-851 (collection Le Patrimoine des communes de France).
  • L'or blanc : du gypse au plâtre, par Marie-Madeleine Canet et Isabelle Lhomel, Cergy-Pontoise, Conseil général du Val d'Oise, atelier de restitution du patrimoine ethnologique, 16 pages illustrées.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Frépillon », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Communes limitrophes de Frépillon » sur Géoportail..
  2. a b c d e f g h i et j Archéologie & histoire de Frépillon, page mentionnée en Liens externes.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 6 avril 2021).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 6 avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 6 avril 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 6 avril 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 6 avril 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 6 avril 2021).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 6 avril 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 6 avril 2021).
  11. a b et c Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  12. Le Petit Parisien du 22 mars 1915 : Quelques blessés, des maisons endommagées page 2
  13. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  14. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise
  15. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  16. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. « Échos de campagne », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne)
    « Bernard Tailly, maire depuis 1989, repart à la tête de la liste Agir dans l'union. »
  18. Fiche élu Bernard TAILLY, sur valparisis.fr
  19. Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires, 3 août 2009 [PDF])
  20. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, (consulté le 13 septembre 2015).
  21. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  22. Extrait de la fiche de Mme Patricia ZEISS, sur lesbiographies.com (consulté le 29 avril 2021)
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  26. a b c et d Claude Adam, Jean-Claude Cavard, Amélie Marty et Laure Schauinger, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Frépillon », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 848-851 (ISBN 2-84234-056-6).