Salé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Cet article est en cours de réécriture ou de restructuration importante (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Un utilisateur prévoit de modifier cet article pendant quelques jours. Vous êtes invité(e) à en discuter en page de discussion et à participer à son amélioration de préférence en concertation pour des modifications de fond.
Bandeau apposé par WeshMani (d · c).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sale.
Salé
سلا
Vues de Salé.
Vues de Salé.
Noms
Nom amazighe ⵙⵍⴰ
Nom arabe سلا
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Rabat-Salé-Kénitra
Préfecture Salé
Maire
Mandat
Jamaâ El Moâtassim (PJD)
(2015)
Gouverneur Mustapha Khedri
(2014-)
Code postal 11000
Démographie
Gentilé Salétin(e)
Slaoui(e) (variété locale)[1]
Population 890 403 hab. (2014)
Densité 10 235 hab./km2
Population de l'agglomération 1 781 740 hab. (2014)
Population de la préfecture 982 163 hab. (2014)
Densité 1 462 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 01′ 46″ Nord, 6° 50′ 09″ Ouest
Altitude 11 m (min. : 03 m) (max. : 60 m)
Superficie 87 km2
Superficie de la préfecture 672 km2
Fuseau horaire GMT (UTC+0)
Divers
Saint patron Sidi Abdellah ben Hassoun
Surnom(s) La mal-aimée du Bouregreg
Localisation
Carte de la ville de Salé
Carte de la ville de Salé

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Salé

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Salé
Liens
Site web www.villedesale.ma/fr/

Salé (en arabe : سلا ; en tifinagh : ⵙⵍⴰ) est une ville et commune du Maroc, chef-lieu de la préfecture de Salé, au sein de la région de Rabat-Salé-Kénitra. Elle est située au bord de l'océan Atlantique, sur la rive droite (nord) de l'embouchure du Bouregreg, en face de la capitale nationale Rabat. Ceci explique que les deux villes soient parfois qualifiées de « villes jumelles », mais chacune dispose de ses traditions et de son histoire propres. En 2014, la commune comptait 890 403 habitants.

Fondée au XIe siècle par les Ifrénides, Salé connait un important développement à l'époque des Almohades (XIIe siècle) et des Mérinides (XIVe siècle), du fait de sa position stratégique sur la voie terrestre qui relie Fès à Marrakech et grâce à son port, centre d’échanges entre l’Europe et le Maroc.

Au XVIIe siècle, l’arrivée des réfugiés musulmans d’Espagne donne un nouveau souffle à la cité et crée une rivalité avec la ville mitoyenne de Rabat. Les Morisques andalous, animés pour certains d'un esprit de revanche contre les chrétiens, se lancent dans une guerre de course et constituent une puissante entité politique connue sous le nom de République du Bouregreg, menant des expéditions jusqu'en Cornouailles. Renommés pour leur audace et leur ruse, les corsaires de Salé laissent l'image des « Sallee Rovers » dans la mémoire des Anglais. Jusqu'au XVIIIe siècle, l’activité commerciale permet à Salé d’étendre son influence dans la région, tout en menant des activités de piraterie dans des contrées très éloignées telles que l'Islande et Terre-Neuve.

Avec le XIXe siècle s’amorce la fin du rôle commercial prépondérant de la ville, et Salé se renferme sur elle-même. Elle demeure, au cours du XIXe siècle et pendant l’époque des protectorats français et espagnol, un haut lieu de culture, de résistance et de vie religieuse. La médina de la ville contient nombre de monuments, de riads d'inspiration hispano-morisque, de zaouïas, de marabouts et de bibliothèques privées. Depuis la fin du XXe siècle, elle connaît une forte croissance de sa population et du même coup une dégradation de son image, notamment du fait d'un urbanisme devenu anarchique.

Sommaire

Toponymie[modifier | modifier le code]

La ville de Salé tire son nom de l'arabe oued Sala, « rivière salée », appellation du fleuve Bouregreg jusqu'au XIIIe siècle. Le nom « Bouregreg » pourrait avoir une origine berbère, puisque regrag signifie « gravier » en berbère ; mais les historiens ne privilégient pas cette étymologie[2]. Selon l'historienne Leila Maziane, le nom de la ville vient du mot phénicien sala qui signifie « rocher »[3].

D'autres hypothèses proposent comme origine le mot Chellah, nom d'un ancien comptoir phénicien. Plusieurs établissements néo-puniques ont été trouvés le long de la côte lors de fouilles archéologiques. L'ancienne cité romaine de Sala Colonia, citée dans l'Itinéraire d'Antonin, se situe au niveau de l'actuelle nécropole de Chellah. Sala et Chellah pourraient être le même nom. En effet, en prononçant le mot en punique, on peut dire Sala ou Shala. Selon l'islamologue Évariste Lévi-Provençal, Sala est une simple latinisation du mot Shala. Après avoir été employés indifféremment, les deux termes ont été progressivement utilisés pour distinguer le site romain de la ville musulmane[4].

D’autres étymologies légendaires, reprises par les historiens arabes, rattachent le nom de la ville à Sala, fils de Ham, fils de Noé. Certaines légendes affirment même que Sala fut fondée par Alexandre le Grand ou bien par Afriqith le Himyarite. D'après l'historien marocain Ahmad ibn Khalid al-Nasiri, la fondation des vieilles villes du Maroc serait le fait des Européens ou de leurs prédécesseurs carthaginois[4].

La ville de Salé est nommée Σαλα par Ptolémée, Sala par Pline l'Ancien et par Pomponius Mela, Sela par Léon l'Africain, Salé, Celé par Luis del Mármol Carvajal et Salée par Denis Dominique Cardonne et Lamprière[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Image satellite, de la côte atlantique du Maroc
Image satellite des villes de Rabat et Salé.

La ville de Salé est le chef-lieu de la préfecture de Salé, dans la région de Rabat-Salé-Kénitra. Elle est située sur le littoral atlantique du Maroc et sur la rive droite de l'embouchure du fleuve Bouregreg, qui la sépare de Rabat. Elle est limitée à l’est par la commune de Shoul, au sud par la ville de Rabat, au sud-est par la commune d'Oumazza, au nord par la commune d'Ameur et à l’ouest par l’océan Atlantique[6].

Rose des vents Ameur Rose des vents
Océan Atlantique N Shoul
O    Salé    E
S
Rabat Oumazza

Relief, géologie ou hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ville de Salé se trouve dans le plateau côtier large de 10 à 50 km, formé de plaines douces inclinées vers l’Océan Atlantique qui s'étend de Rabat-Salé à Skhirate-Témara, et du littoral atlantique au barrage Sidi Mohammed ben Abdellah[7]. L'altitude de la ville de Salé et du plateau côtier tout entier ne dépasse pas les 100 m[8]. Le fleuve Bouregreg qui sépare Rabat et Salé, donne une vallée plus ou moins large selon les endroits, pénétrant d’une quinzaine de kilomètres en amont de l’embouchure, surplombée par les plateaux de Bettana, Sala Al Jadida et de la commune rurale de Shoul du côté de Salé, et par ceux des quartiers de Hassan, El Youssoufia, Nahda et Akkrach du côté de Rabat. L'« arrière-pays » de Rabat-Salé est plutôt vert loin de l'urbanisation de masse, notamment grâce à la présence des forêts de la Mamora et de Témara, à proximité[9].

Vallée du Bouregreg entre Rabat et Salé

Des roches datant du quaternaire sont très présents dans la région de Salé ainsi que des alluvions, déposées dans le Bouregreg. Il faut malgré tout savoir que le bassin versant du Bouregreg est principalement constitué de roches sédimentaires datant du paléozoïque[L 1]. Rabat-Salé dispose d'un fort potentiel concernant les géo-matériaux, très sollicités par le secteur du Bâtiment et des Travaux. Les sables essentiels pour la préparation du mortier et du béton hydraulique, mais aussi dans celle du pisé, proviennent principalement du littoral dont dispose Salé mais aussi du fleuve voisin. Les marnes constituent la matière première pour la préparation de la terre cuite (poterie, briques et tuiles). Le potentiel important de Salé dans ce type de roche permet à la ville d'être notamment connue pour son plus grand centre de poterie, célèbre par ses tajines rouges émaillés : les Tajines Slaouis[10]. En effet, la partie nord du Bouregreg a fonctionné comme golfe marin au Messinien et au Pliocène, et c'est donc ainsi que la subsidence messinienne a permis le dépôt de marnes épaisses dans la région[L 2]. Les calcarénites également, constitue la pierre locale la plus utilisée dans la construction des villes de Rabat et Salé, ce qui explique qu'elle est bien connue sous l'appellation de Pierre de Salé. Puis les calcaires dont peut profiter la ville grâce aux affleurement le long des grands oueds proches, de type paléozoïque datées du Cambrien moyen au Permien inférieur. Outre les géo-matériaux, Rabat-Salé peut compter sur un patrimoine magmatique riche grâce aux basaltes spilitisés ordoviciens du Bouregreg, uniques au Maroc et montrant des structures en pillow-lavas très spectaculaires, en plus des affleurements des granites éo-varisques vers le barrage Sidi Mohammed ben Abdellah, datant de 367 Ma[10].

Le type de sols de Salé est similaire aux sols rouges des plateaux littoraux qui ont été formée sur des complexes de cordons côtiers parallèles à la côte actuelle, et façonnés lors des phases humides quaternaires. Il s'agit précisément de sols fersiallitiques sur calcarénites, ce qui explique la richesse de la région pour ce type de roches[L 2],[L 3].

Les réseaux hydrographiques dans Rabat-Salé s'ordonnent autour de deux oueds principaux. Le Bouregreg qui prend sa source dans l'est du Plateau Central au relief accidenté, précisément dans le massif du Moyen Atlas, et se jette en atlantique entre les deux villes jumelles. D'une longueur de 300 km et d'un débit moyen s'élève à 7 m3/s. Puis l'oued Akrech affluent du Bouregreg, qui prend sa source dans le Plateau de Aïn Aouda, est située à 18 km au sud-est de l'Océan Atlantique. Dans le domaine hydrogéologique, l'aquifère de l'oued Akrech, la nappe de Témara, la nappe de la Maâmora et l'aquifère de Témara occupent une place importante dans l'alimentation en eau de la ville[11]. L'oued Bouregreg facilite également l'alimentation en eau de Salé grâce au barrage Sidi Mohammed ben Abdellah qui est construit dessus. Il a été édifié en 1974 dans le but de mobiliser les eaux des bassins versants des Oueds Bouregreg et de ses affluents[12]. Le barrage régularise 245 Mm3 d'eau potable, dont plus de 80 Mm3 pour l'agglomération de Rabat-Salé[L 4].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Salé est de type méditerranéen à influence océanique. La ville appartient au domaine bioclimatique sub-humide[13]. La moyenne des précipitations s'établit à environ 550 mm/an[14]. La saison pluvieuse s’étale d’octobre à mars et la saison sèche d’avril à septembre. Il y a 70 à 90 jours par an concernés par des précipitations.

L’influence modératrice de la masse océanique se traduit par des températures moyennes de l’ordre de °C pour les mois les plus froids et de 27 °C pour les mois les plus chauds. Le gel est plutôt rare. La température la plus basse jamais atteinte est de −3,2 °C alors que la plus haute dépasse les 47 °C[15].

Du fait de la proximité géographique de Salé et de Rabat, les données climatiques présentées sont celles de cette dernière.

Données climatiques de Rabat-Salé
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 8 9 9 10 13 15 18 18 17 14 11 9 14,2
Température moyenne (°C) 12,5 13,3 14,7 16,4 18 20,5 22,5 23 21,9 19,7 16,4 13,6 17,7
Température maximale moyenne (°C) 17 18 19 20 22 24 27 27 26 24 21 18 25
Ensoleillement (h) 180 182 232 255 291 288 315 307 261 235 191 181 3 234
Précipitations (mm) 76 70 62 65 21 6 1 1 5 46 90 108 551
Source : Le Voyageur et Climatedata, statistiques sur les villes de Rabat et Salé[14],[16].
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
17
8
76
 
 
 
18
9
70
 
 
 
19
9
62
 
 
 
20
10
65
 
 
 
22
13
21
 
 
 
24
15
6
 
 
 
27
18
1
 
 
 
27
18
1
 
 
 
26
17
5
 
 
 
24
14
46
 
 
 
21
11
90
 
 
 
18
9
108
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Salé.

Préhistoire, Antiquité puis islamisation[modifier | modifier le code]

Carte géographique de l'Empire romain au en 116
Position de la Maurétanie Tingitane dans l'Empire romain.
Stèle datant de l'époque romaine avec des écritures capitales romaine
Stèle romaine visible au Chellah.

L'embouchure du Bouregreg est le berceau de civilisations millénaires. Les fouilles archéologiques tardivement lancées dans les années 1950 et 1960[17] en font remonter le peuplement aux périodes paléolithique et néolithique grâce à la découverte de squelettes et de traces de cultures et cailloux préhistoriques. Une lampe à huile datant du XVe siècle av. J.-C. retrouvée à Chellah est une preuve de la présence d'une civilisation. Cela en fait la première ville du Maroc. Tout comme Lixus et Mogador, Chellah a également été peuplée par les Phéniciens. Au-dessus du site phénicien se trouvent les ruines de « Sala Colonia », une cité frontière importante dans la province romaine de la Maurétanie Tingitane[4]. D'après l'historien et archéologue Mohamed es-Semmar, la première présence remonte à 160 000 ans, selon les vestiges découverts dans les grottes Dar Sultan, Harhoura et des Contrebandiers[17].

Dans le cadre des premiers périples de colonisation, on sait qu'un comptoir phénicien fut fondé, vraisemblablement au VIIe siècle av. J.-C., sur la rive gauche du Bouregreg[4]. Sous la domination Carthaginoise, le comptoir continua de prospérer[18]. À l'arrivée des Romains, un port et une cité, Sala Colonia, furent établis sur la rive de Rabat[18]. La cité prit place à l'emplacement de l'ancien comptoir phénicien au Ier siècle[L 5]. Tout d'abord cité pérégrine, puis municipe, Sala Colonia fut progressivement une colonie à part entière[L 6]. La nécropole mérinide du Chellah fut construite en 1339 à l'emplacement de la cité antique, ce qu'attestent les nombreux vestiges qui y ont été découverts[L 7].

Au Ier siècle de notre ère, Pline l'Ancien décrivit Sala comme infestée d'éléphants et de barbares. Les Vandales passèrent par Sala au Ve siècle mettant fin à l'influence romaine lors des Grandes invasions. Cependant, hormis Chellah, tous les établissements romains ont été détruits, ce qui ne permet pas d'étayer par l'archéologie les hypothèses des historiens[4].

Salé resta sous domination byzantine jusqu'à la conquête du commandant musulman Oqba Ibn Nafi Al Fihri en 682. Par la suite, la population locale se convertit à l'Islam mais s'apostasia un an plus tard à la suite de la mort du commandant. En 709, le général musulman Moussa Ibn Noçaïr reconquit le Maghreb et les tribus berbères se convertirent de nouveau à l'Islam[L 8].

Fondation et âge d'or islamique[modifier | modifier le code]

Grande mosquée de Salé, construite entre 1028 et 1029 et restaurée en 1196, est la troisième plus grande mosquée du Maroc.

La ville de Salé, fondée par la tribu zénète des Ifrenides au XIe siècle, précisément en 1006 par Achara, caïd des Beni-Oummia, selon Roger Coindreau[L 9], ou en 1030 selon Kenneth Lewis Brown[L 10], sur la rive droite du Bouregreg (contrairement à Sala Colonia[4]). Elles fut proclamée capitale du territoire qu'ils contrôlaient[19]. Ce fut initialement le clan ifrénide des Beni Achara qui constitua le premier noyau urbain de la ville, en construisant notamment une citadelle, un oratoire et quelques demeures. Favorables au sunnisme, les Ifrenides guerroyèrent auprès des Meghraoua contre les hérétiques Berghouata qui s'opposaient aux conquêtes islamiques arabes[20]. Selon Ibn Khaldoun, les Beni Achara construisirent leur palais dans ce premier noyau urbain connu sous le nom d'al Blida (la petite cité), palais qui servit ensuite de résidence au sultan almohade Abdel Moumin quand il se rendait à Salé ; cependant il n'existe plus aucune trace de ce palais aujourd'hui.

Salé fut rapidement renforcée par l'arrivée de familles d'Andalousie et du Chellah, située dans l'autre rive. Un second quartier prolongeant celui d'al Blida, fut fondée par un autre clan ifrénide, les Zenata, qui donnèrent leur nom à ce quartier. Les Beni Khayoun d'Andalousie s'installèrent à l'est des Zenata, et édifièrent leur quartier connu sous le nom de Derb Khiyar[20]. Plusieurs savants venus d'Al-Andalus s'installèrent aussi à l'abri des murailles de la ville[21]. Le noyau aristocratique de la ville était ainsi constitué principalement d'Andalous.

Phases de l'expansion almohade.

En 1068, Salé fut prise par les Almoravides mais elle resta moins de 90 ans entre leurs mains. Ils y construisirent la mosquée Achabae qui compte parmi les plus anciennes de la ville, et les toutes premières portes fortifiées. En 1146, la ville tomba aux mains des Almohades[L 11]. Sa prise qui fut difficile, obligea le calife almohade Abd al-Mumin à détruire les remparts de la ville, dans le but de pousser les habitants de Salé à reconnaître la nouvelle dynastie. En 1147, c'est depuis Salé que Mohammed Ibn Houd Assalaoui Almassi conduisit une grande rébellion à l'encontre des Almohades[20]. Abd al-Mumin fut également à l'origine de la Kasbah, qui fut d'abord connue sous le nom de Ribat de Salé, puis celui de Ribat El-Fath, après la victoire des armées almohades en Espagne. Ce ribat (ou forteresse) situé sur la rive gauche du Bouregreg, eut toute l'attention d'Abd al-Mumin qui y construisit une enceinte et une mosquée, où il établit un gouverneur et une garnison militaire dans le but de protéger à la fois Salé contre les tribus aux alentours, mais aussi de surveiller la cité dans le but d'éviter tout soulèvement[L 11].

Les Almohades permirent toutefois le développement de Salé, du fait de sa position stratégique sur la voie terrestre Fès-Marrakech, et grâce à son port, important centre d’échanges entre l’Europe et le Maroc. Le sultan Abu Yusuf Yaqub al-Mansur construisit et restaura les remparts nord et est de Salé[L 11], qui sont parmi les plus anciens et les plus imposants du Maroc, et fit de la Grande Mosquée l'une des plus belles du Maroc, bien qu'elle ait perdu ses décors initiaux. Il érigea également en 1197, un nouveau quartier sous le nom de Talâa, ainsi que l'enceinte de la future ville de Rabat[20].

Carte géographique de l'empire mérinide au XIVe siècle
Royaume mérinide et ses extensions territoriales.

Mais Salé connut son véritable essor sous les Mérinides qui disputèrent longtemps la ville aux Almohades[L 11],[L 12]. Ils firent de la ville l'un des principaux pôles culturels du royaume en l'équipant de médersas, d'une école de médecine (maristane), de mosquées, de bibliothèques, de fontaines et de belles demeures[20].

Le port, qui était l’un des plus importants de l’époque, servit également d'arsenal et de base aux navires armés en partance pour Al-Andalus[22]. Selon Luis del Mármol Carvajal, au XIIe siècle, Salé était déjà le port le plus prospère du Maroc. Les marchands génois, pisans et vénitiens venaient y acheter des peaux, des tapis, des tissus, des laines, de l'ivoire, du miel de Meknès, de la cire, des draps, ou des objets manufacturés par exemple[L 9]. La Grande Mosquée, construite entre 1028 et 1029, et la Médersa mérinide (centre d'études islamiques), firent de la ville le deuxième centre religieux après Fès[20].

Bab el-Mrissa, porte maritime fortifiée construite en réaction à la bataille de Salé, par l'architecte sévillan Mohamed Ben Ali.

En 1260[N 1] eut lieu la prise de Salé. La cité fut attaquée par les troupes d'Alphonse X de Castille. Ce fut le plus grand massacre commis dans toute l'histoire de la ville, qui resta pendant deux semaines aux mains des Castillans avant que le sultan mérinide Abu Yusuf Yaqub ben Abd al-Haqq ne vînt la délivrer[23]. Plus de 3 000 personnes furent capturées et emmenées comme esclaves à Séville, dont notamment un très grand nombre de femmes[L 9], et beaucoup d'autres furent tués[L 13]. Ce massacre causa tant au niveau économique que démographie énormément de tort à la ville, qui ne s'en releva que très tardivement[20].

Gravure de remparts
Gravure de Georg Braun et Frans Hogenberg représentant les remparts de Salé ainsi que ceux de Rabat en 1572.

C'est en réaction à ce massacre que date la construction de l'une des plus grandes portes fortifiées du Maroc, Bab el-Mrissa, construite par l'architecte sévillan Mohamed Ben Ali ; cette porte maritime, à moitié enterrée aujourd'hui, barrait un canal et laissait passer les navires entre ses piliers pour les abriter à l'intérieur des remparts. Ce sultan « libérateur » participa personnellement au chantier[24]. Le Borj Adoumoue, vit également le jour à la suite de cette triste page de l'histoire salétine. Le sultan Abu Yusuf Yaqub ben Abd al-Haqq fit bâtir sur la plage d'où débarquèrent les soldats castillans et d'où il manquait des fortifications[L 9], un Bastion fortifié qu'il nomma tristement Bastion des Larmes ou Bastion des Sanglots[L 14].

Le poète andalou Lissane Eddine ibn al-Khatib, qui vécut à Salé sous le règne d'Abou al-Hassan pendant son exil entre 1360 et 1363[25], dépeignit la cité, dans Maqamat al-Bouldame, comme « une ville impressionnante par sa beauté et sa splendeur, une ville mariant avec harmonie les traits de l'urbanité et de la vie de campagne[L 15] ». Il écrivit aussi Moufaharat Malaga wa-Salà (« Comparaison entre Malaga et Salé »)[26]. L'avènement des successives dynasties Wattassides et Saadiennes mit fin à l'âge d'or que connut Salé, au point que Léon l'Africain qui visita la ville au début du XVIIe siècle, trouva une ville peu peuplée et de nombreuses demeures abandonnées[20].

À la suite de l'anarchie mérinide causée par l'assassinat du dernier sultan mérinide Abu Muhammad Abd al-Haqq à Fès au cours d'une révolte populaire, débuta une période de trouble qui dura jusqu'en 1472, avec l’avènement du premier sultan wattasside Mohammed ach-Chaykh. La ville de Salé passa sous l'autorité des Wattassides mais les désordres causés par l'installation des Portugais sur les côtes du pays et l'émergence au sud des Saadiens mit fin à l'autorité wattasside sur Salé, suite à la capture du sultan wattasside Ahmed al-Wattassi par les Saadiens, qui le libérèrent en échange des villes de Meknès, Ksar El Kébir et Salé, en 1547. Les Salétins s'étaient pourtant préparés à résister aux chérifs saadiens[L 12].

République du Bouregreg[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : République du Bouregreg et Corsaires de Salé.
Carte de la République de Salé, montrant l'emplacement des trois cités : Salé-le-Vieux, la Kasbah, et Rabat.

Au début du XVIIe siècle, Salé-le-Vieux, soumise à l'autorité des marabouts, notamment Al-Ayachi, vivait dans un état d'indépendance relative, à l'égard des Saadiens, et ses habitants étaient très hostiles vis à vis des Chrétiens[L 16],[L 12]. Al-Ayachi y menait une lutte patriotique marquée d'expéditions contre les Espagnols. Il mena notamment l'attaque de Mogador, qui porta un coup dur aux Espagnols[L 17]. Le commerce à Salé restait florissant, et ce fut dans cette ville que demeurait les plus riches marchands juifs et maures, d'après Germain Moüette. Sur la rive gauche, la ville amorcée par le calife Abu Yusuf Yaqub al-Mansur qui prendra le nom de Salé-le-Neuf, était selon Pierre Dan « en piteux état et assez mal peuplée de Maures et d'Arabes », tandis que la Kasbah édifiée par Abd al-Mumin servait de résidence à une maigre garnison chérifienne commandée par un gouverneur sans pouvoir ni prestige[L 16]. En effet, le sultan Zaidan el-Nasir ne laissa seulement qu'une vingtaine d'hommes et un caïd dans la Kasbah, ce qui fut trop faible pour exercer une réelle autorité sur la ville de Salé[L 12].

Entre 1609 et 1610, la ville de Salé, et, de l'autre côté du Bouregreg, Salé-le-Neuf, l'actuelle ville de Rabat, virent l’arrivée massive de musulmans et de juifs chassés d’Espagne[L 18]. Cet événement donna un nouveau souffle à Salé-le-Vieux, augmentant sa population et créant une rivalité avec la ville voisine de Salé-le-Neuf. Les Morisques arrivèrent en deux vagues. La première vague d'arrivants comprenait les habitants de Hornachos qui s'installèrent à Salé-le-Neuf et précisément dans la Kasbah, car ils étaient vus par les conservateurs salétins comme des « européanisés » [27], des colons qui bénéficiaient de quelques privilèges en quittant la péninsule ibérique (ils pouvaient emporter certains de leurs biens s'ils partaient volontairement). La deuxième vague regroupait les autres Morisques andalous, expulsés sans leurs biens ni leur honneur, qui s'installèrent sur les deux rives. Ils cherchèrent donc à se venger à travers la piraterie[28]. À cette époque Salé-le-Neuf (actuelle Rabat) était surtout célèbre pour son intense activité maritime et les Andalous en firent la capitale des corsaires. Tandis que les Hornacheros s'occupaient de l'armement des navires, les autres Morisques formaient leurs premiers équipages.

gravure en noir et blanc d'une bataille navale
Les corsaires faisant couler des vaisseaux chrétiens au large de Salé (gravure du XVIIe siècle).

Le développement économique induit par la venue des Hornacheros et des Andalous fut tel que Salé-le-Vieux et Salé-le-Neuf (Rabat actuellement) décidèrent de s'unir et d'instituer, à partir de 1627, une thalassocratie sous le nom de République du Bouregreg ou République de Salé. En effet, à partir de cette date, les Saadiens furent éjectés de l'embouchure du Bouregreg, par une alliance regroupant les Morisques et l'armée d'Al-Ayachi[L 19],[20]. L'actuelle Kasbah des Oudayas tenait lieu de capitale. Cette république était dirigée par des corsaires venus principalement de Salé-le-Neuf. Leur objectif principal était de capturer des navires pour vendre leurs équipages comme esclaves en Afrique du Nord et de monter des expéditions pour enlever des habitants des côtes européennes. À cette époque, seule la République de Salé avait un port indépendant. Tous les autres ports du Maroc étaient occupés par l'Espagne ou le Portugal[L 20]. Salé-le-Neuf était surnommée « La Rochelle de l'Afrique ». À cause de ses activités de course en Méditerranée, la République de Salé était fréquemment attaquée par les puissances européennes. Les Français, en particulier, lancèrent, sans grand succès, plusieurs expéditions punitives ; aussi, depuis Louis XIV, les canons sont-ils toujours en batterie. Ainsi, le , la ville fut bombardée par l'amiral français Isaac de Razilly dirigeant une flotte composée de sept vaisseaux[N 2]. Il détruisit trois navires salétins[L 21].

Cependant les premiers troubles apparurent en 1630, lorsque les Andalous de Salé-le-Neuf supportant mal la domination des Hornacheros de la Kasbah, s'attaquèrent à eux et déclenchèrent l'état de guerre civile[L 22]. Al-Ayachi, maître de Salé-le-Vieux, supporta à cette occasion les Hornacheros, avant qu'une paix ne fut conclue par un accord sous la pression de l'ambassadeur d'Angleterre Harrison, en mai 1630, qui permit de répartir les pouvoirs entre les différentes communautés de la République du Bouregreg. La paix fragile, fut brisée en 1631, par Al-Ayachi qui tenta de s'emparer de la Kasbah. À l'aide de 5 pièces d’artillerie, Al-Ayachi bombarda et assiégea la Kasbah depuis Salé-le-Vieux, jusqu'en octobre 1632, date à laquelle il dut lever le siège[L 23]. Après quelques années de paix, l'instabilité réapparut de nouveau avec la révolte des Andalous à l'encontre des Hornacheros, qui furent chassés de la Kasbah, en septembre 1636. Fier et sûr de leur victoire, les Andalous tentèrent l'unification des trois cités et s'attaquèrent à Salé-le-Vieux, demeurée sous le contrôle du marabout Al-Ayachi. Une flotte anglaise arrivée le se porta au secours de Salé-le-Vieux en canonnant la Kasbah, avant de lever le blocus maritime le . Entre-temps, Al-Ayachi contre-attaqua et débuta le siège de la Kasbah, au main des Andalous. La mort du gouverneur andalous el-Caceri de la Kasbah en 1638, favorable aux Saadiens, poussa le sultan Mohammed ech-Cheikh es-Seghir à s'en emparer. Al-Ayachi leva le siège pour laisser place à l'armée du Sultan après un traité conclu en avril 1638. Ce fut ainsi que les troupes maures commandés par le renégat français Morat Raïs, entrèrent dans la citadelle et s'y fortifièrent, s'emparant en plus de Salé-le-Neuf. Une alliance entre Hornacheros et Andalous aidés par un millier d'Arabes vit immédiatement le jour, dans le but de reprendre la Kasbah et Salé-le-Neuf[L 24]. Si Salé-le-Neuf tomba rapidement sous la domination des Morisques, la Kasbah demeura au main des Saadiens. Tandis que Salé-le-Vieux restait neutre dans le conflit en raison du départ d'Al-Ayachi pour la guerre sainte à El Mamora, puis pour Fès[L 25].

Homme vu de face en contre-plongée tenant un arc
Jan Janszoon (alias Murat Reis), renégat hollandais servant la course salétine, 1650, peinture de Pier Francesco Mola.

Al-Ayachi, « le saint de Salé » (Salé-le-Vieux), qui apprit que les Dilaïtes marchaient sur Salé, accourut alors qu'il se trouvait hors du théâtre des opérations vers les cités corsaires, mais fut assassiné en 1641, par le Mouvement Dilaïte, originaire des environs de Khénifra, qui avait pris de l'importance au début du XVIIe siècle. Les marabouts se rendirent maîtres de la thalassocratie et, en 1643, le renégat Al Qaïd Said Djanoui fut nommé par les Dilaïtes à la tête de la ville[L 26]. Al-Ayachi avait entretenu de bonnes relations avec les Anglais et les Hollandais. Des ressortissants juifs de Salé, dont Aaron Querido, Josef Blache et les frères Cohen, avaient été à diverses reprises en relation étroite avec leurs coreligionnaires de Hollande pour l’achat d’armes au profit de la ville. Les Dilaïtes continuèrent ces échanges profitables avec les Hollandais après 1643 et la mort d'Al-Ayachi. C'est à partir de 1659 qu'Ibrahim Maâninou et Mohamed Fennich entrèrent, pour le compte de la Zaouïa de Dila, en pourparlers avec la Hollande afin de garantir la sécurité de ses marins et de ses commerçants. Cette année-là, Ibrahim Maâninou effectua un séjour de cinq mois à La Haye[20]. En 1664, la République corsaire passa aux mains de Khadir Ghaïlan, ancien lieutenant d’Al Ayachi. Mais, en 1666[20], les Alaouites s'emparèrent des villes de Salé-le-Vieux et de Salé-le-Neuf, puis de la Zaouïa de Dila en 1668 mettant fin à l'autonomie politique de la République du Bouregreg[L 27],[L 28]. Mohamed Fennich fut le dernier gouverneur de cette République avant la réunion du territoire au Maroc[29]. La République du Bouregreg fut ainsi déchirée par des querelles intestines et des interventions étrangères, qui provoquèrent sa perte[L 26].

Les corsaires salétin, et principalement ceux de Salé-le-Neuf, laissèrent dans la mémoire des Européens l'image des Sallee Rovers (ou Salé Rovers), les « écumeurs de Salé », dont les plus célèbres furent Jan Janszoon (alias Murad Reis), premier amiral de la République corsaire[30], le premier président Ibrahim Vargas (dont descend l'actuelle famille rbatie des Bargach), ou encore le renégat anglais Ahmed El Inglizi[31] « l'anglais », aussi appelé Ahmed Laalej (Ahmed le renégat), un ingénieur qui fortifia le mur des Andalous sur la rive où se situe l’actuelle Rabat.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Salé sous les Alaouites[modifier | modifier le code]

Ce fut en 1666, que la dynastie alaouite prit le contrôle de la république du Bouregreg[L 28]. Le sultan Moulay Rachid mit fin à l'autonomie politique dont bénéficiait le Bouregreg en 1668 par la prise de la zaouïa de Dila, quoique Salé garda toujours son esprit d'autonomie et d'indépendance[L 27],[32],[33]. En 1681, Sidi Ahmed Hajji, qui commandait alors les « Volontaires de la Foi » sous le parrainage du sultan alaouite Ismaïl ben Chérif, expulsa les Espagnols de Mehdia ; ce fut le dernier grand saint de Salé. Toujours sous le règne du sultan Ismaïl, fut construite la célèbre Kasbah des Gnaouas, en 1709. Cette kasbah avait pour but de défendre les côtes de Rabat et Salé, d'où était placée le célèbre guich Abid al-Bukhari. Plus tard, fut édifiée le Borj Bab Sebta par le pacha de la ville Abdelhaq Fennich, en 1738, d'où il gérait les affaires de la ville. Peu de temps après la fin de son mandat, alors que les Abids se permettait trop de libertés avec l'honneur et la vertu des femmes, et qu'une fille de la famille du Pacha fut violée par un soldat de la garde noire, Abdelhaq Fennich mena un groupe d'habitants de la ville à l'attaque de la Kasbah, la détruisit en éliminant la garnison de la forteresse[L 14],[L 30].

En 1765, Louis XV envoya une escadre de 13 navires (un vaisseau, 8 frégates, 2 chébecs, 2 galiotes à bombes), sous le commandement du lieutenant général des armées navales français Louis Charles du Chaffault de Besné, en représailles contre Salé, les pirates ayant profité de la guerre de Sept Ans pour attaquer les navires de commerce français. Le 31 mai, il mouilla devant la ville à bord de L'Utile, accompagné de six frégates[N 3], deux bombardes et une barque, L'Hirondelle[34]. Le , il bombarda lourdement la ville, mais l'état de la mer l'obligeant à repartir au large, il recommença le 8 et le 11, rejoint par les chebecs Le Caméléon et Le Singe (commandé par Suffren)[L 31]. Mais le 26 juin, après avoir bombardé Larache, une partie de sa flottille se fit capturer en remontant l'oued Loukkos, et 300 hommes furent tués ou faits prisonniers[L 32], parmi lesquels 30 ou 40 officiers dont le garde-marine Bidé de Maurville qui écrivit en 1775 Relation de l'affaire de Larache. Ce fut en 1767 seulement que le comte de Breugnon, vice-amiral et ambassadeur de France au Maroc, vint à la cour du Sultan Sidi Mohamed racheter les captifs et signer un traité de commerce, laissant un consul de France à Salé[35].

Peinture montrant une barque sur la mer
Salé par Edwin Lord Weeks (1849-1903).

Mais Salé ne souffrit pas seulement des bombardements de la flotte française, elle connut aussi, au cours du XVIIIe siècle, des destructions importantes liées aux tremblements de terre : le , le violent séisme qui frappa Lisbonne et détruisit de nombreuses autres villes de la côte marocaine ; dix-huit mois plus tard, le , un autre tremblement de terre qui la frappa violemment et le , celui de Tanger[36].

Durant tout le XVIIIe siècle, Salé continua d’étendre son influence en pratiquant la guerre de course jusque dans des régions très éloignées. Cependant le déclin de la ville commença en 1755 avec le tremblement de terre de Lisbonne. En effet, ce dernier, dont l'épicentre se situait dans l'océan Atlantique à la même distance de Lisbonne que de Salé, provoqua un tsunami qui dévia définitivement le cours du Bouregreg, entraînant la désaffection du port, situé jusqu'alors à l'intérieur des murailles de la ville. Essaouira devint alors le port principal du royaume, bien que Salé gardât une certaine activité navale plus commerciale que corsaire jusqu'en 1818 lorsque Moulay Sliman déclara mettre un terme à la guerre sainte, ce qui mit fin à toute activité de piraterie[L 33].

Entre 1830 et 1860, ce fut une époque de stabilité économique pour les habitants de Salé durant laquelle une grande variétés d'artisanats locaux prospéraient[L 34], à travers notamment les métiers du textile (le lainage, le lin et le drap coton) qui rapportaient le plus, la poterie[L 35], la tannerie et le traitement du cuir, et la fabrication de sandales et autres chaussons[L 36]. L'industrie du textile connaissait une hégémonie totale. L'agriculture était également une source de profits pour la ville, ainsi que le commerce. Mais durant les années qui suivirent, les conditions de vie économique des Salétins se dégradèrent à cause de la pénétration à profusion de produits textiles européens de meilleur marché et meilleur qualité, qui mit fin à de nombreuses unités artisanales. De plus, l'exportation en masse de matières premières de la campagne marocaine vers l'Europe, plutôt que vers les villes du Maroc, bouleversa l'économie locale avec comme conséquence la perte des marchés de produits locaux manufacturés[L 34]. Salé souffrit également énormément lors des crises agricoles et sanitaires qui bouleversèrent le pays tout entier, notamment la famine de 1845 et 1851, où de nombreux Salétins moururent de faim[L 37], ou par exemple la vague de choléra qui toucha la ville en 1854[L 38], faisant 6 000 morts dans les villes de Rabat et Salé. Les Ameur, tribu située dans l'arrière pays, trouvèrent l'occasion pour attaquer la ville et la pillèrent, ce qui poussa les autorités à fermer les portes de la ville pendant plusieurs mois. En 1865 également, une rumeur concernant la mort du sultan Abderrahmane ben Hicham provoqua de nouveaux troubles et la ville fut de nouveau ravagée[L 39].

En 1851, à la suite du pillage par des Salétins d'un navire marchand qui s'était échoué dans l'estuaire du Bouregreg, la marine française lança une attaque navale sur la ville de Salé[N 4] [38]. D'après le pacha Abdelhadi Zniber, les marchandises perdues étaient évaluées à 11 391 francs-or[L 40],[L 41]. De ce fait, la France en demanda un remboursement, bien que ce pillage ne fût pas imputable au sultanat, puisque les assaillants n'étaient que des éléments incontrôlés. Après plusieurs mois d'attente sans réponse, la France décida de faire une démonstration de force et envoya une escadre sous les ordres de l'amiral Dubourdieu, avec le Henri IV commandé par Louis Henri de Gueydon, les frégates Sané[39] et Gomer[39], Le Narval et Le Caton. La bataille débuta le 26 novembre 1851 ; après plusieurs heures de combats, les navires français, victoire acquise, se retirèrent. Les pertes furent assez lourdes puisque plusieurs bâtiments furent détruits et que la grande mosquée de Salé fut elle-même gravement endommagée[L 38]. Côté français, les navires Henri IV et Sané furent également endommagés et, d'après le rapport du contre-amiral Dubourdieu[N 5], les Français ayant perdu quatre des leurs. Selon Abdelhadi Zniber, le bilan humain des Salétins fut de six à sept tabjiyas[N 6] ainsi que douze à quinze civils tués[L 42]. Louis Le Breton et Théodore Gudin, peintres officiels de la Marine à bord de l'un des navires, immortalisèrent le moment à travers des gravures.

Tout au long de la deuxième moitié du XIXe siècle, la ville connut une chute profonde de l'artisanat, ainsi qu'un appauvrissement des classes moyennes et inférieurs, conséquences de ces crises[L 34]. Seules les classes supérieurs de la ville profitèrent de ce changement grâce aux activités gouvernementales et commerciales du Makhzen, dont les classes inférieurs ne pouvaient profiter. Ainsi naquit une certaine élite qui profita de l’appauvrissement des masses pour acheter la plus grande partie des propriétés urbaines, et bénéficia d'importants avantages. La ville passa alors sous l'autorité des Français en 1912, et ce furent désormais les colons européens qui profitèrent de nombreux avantages, bien que la bourgeoisie de la ville conserva une partie de ses richesses, de son prestige et de son pouvoir[L 43].

Protectorat français et résistance[modifier | modifier le code]

Photographie en couleur d'un bâtiment et des gens alignés devant pour poser pour la photo
La maison de convalescence de Salé.

À la suite de la fuite de Moulay Hafid à Fès en juin 1912, après des émeutes provoquées par la signature du traité franco-marocain ayant instauré, fin mars 1912, le Protectorat français dans l'Empire chérifien, Rabat devint le siège du makhzen, tandis que Salé perdit de l'importance[41]. Reléguée au second plan, elle demeura cependant un centre religieux et culturel face à sa voisine, qui devint une grande ville administrative européanisée[N 7].

Le , une Maison de convalescence (pour légionnaires et soldats) fut fondée par Inès de Bourgoing, épouse du maréchal Lyautey[42]. La même année, la première « École française pour les fils de notables » vit le jour, permettant à un petit nombre de Slaouis de profiter de l'enseignement français. Quelques années plus tard la Maison des gardes forestiers fut construite pour protéger les gardes-forestiers de la forêt de la Mamora. En 1921, la première « école libre » de Salé fut créée, ce qui permit à la nouvelle génération, l'apprentissage de l'enseignement islamique et du patriotisme marocain[L 44]. La même année, eurent lieu les premières difficultés de la ville, depuis l'installation Protectorat français. Certains chefs de la ville organisèrent une opposition à la taxation directe. Ils écrivirent une pétition, envoyèrent une délégation au Sultan, et firent grève. Les autorités mirent fin immédiatement à la révolte en arrêtant ses chefs, et en envoyant certains en résidence surveillée dans d'autres villes notamment à Oujda[L 45].

Entre 1919 et 1925, sur les 22 écoles libres que comptaient le Maroc, 4 d'entre eux se trouvaient à Salé. Les autorités françaises, conscientes du danger, firent rapidement pression envers les partisans et les professeurs de ces écoles[L 44]. En 1927, un jeune homme de 17 ans, dénommé Mohammed Chama'oû, ouvrit une librairie à son retour de l'Université Al Quaraouiyine. Elle comprenait des livres classiques islamiques, des livres modernes de nombreux ouvrages moyen-orientaux et des journaux. À la fin de l'année, un journal polycopié al-Wydâd (Amitié) publié par Mohammed et quelques-uns de ses amis, vit le jour. Ce journal n'hésita pas à s'opposer au colonialisme français à plusieurs reprises[L 46], notamment en 1930[L 47].

L’année 1927 vit la création d'une association d'anciens élèves, devenant un an plus tard le « Club littéraire islamique de Salé » (Annadi Al Adabi Al Islami), qui regroupa les élèves de l’école des fils de notables et ceux des écoles religieuses de la ville. Il constitua une bibliothèque ouverte aux jeunes, organisa des conférences-débats et des voyages dans différentes régions du Maroc. Des cours sur l'histoire de Salé furent également donnés par M'hammed al-Nasiri, fils du célèbre historien slaoui Ahmad ibn Khalid al-Nasiri, devant plus de 200 personnes. L’année suivante, sous l’égide d’Abdellatif Sbihi, une troupe théâtrale d’amateurs fut créée regroupant des jeunes du Annadi Al Adabi. Elle donna des représentations à Salé et Rabat, des pièces de théâtre à résonance patriotique aux sujets puisés dans des épisodes illustres du monde arabo-musulman[L 47].

3 photographies de visages en noir et blanc d'hommes en habit traditionnel marocain
Les principaux acteurs contre le dahir berbère. De gauche à droite : Ahmed Hajji, Ahmed El Jariri et Abu Bakr Zniber.
Photographie en noir et blanc de la vue aérienne de la médina de Salé, Le minaret de la Grande Mosquée domine le paysage
Vue aérienne de Salé (vers 1930).

L’appel au « latif » [N 8] fut lancé à Salé le 27 juin 1930 par Abdellatif Sbihi, Ahmed Maâninou, Haj Abdelkrim Hajji[43], relayé par la suite dans les principales mosquées du Maroc ; et une pétition contre le dahir berbère du [L 48], rédigée par le mufti Abu Bakr Zniber, fut remise le 28 août au Sultan Mohammed ben Youssef par le biais du grand vizir Al-Moqri[N 9] ainsi qu'au Résident général. Le mouvement de contestation conduisit finalement la France, en 1934, au retrait de ce dahir, perçu par les intellectuels de l’époque comme une tentative de division du peuple marocain[44].

Ce texte entraîna la première réaction nationaliste des élites marocaines contre l'occupant et consacré leur volonté de résistance[45]. Plusieurs historiens s’accordent aujourd’hui à reconnaître dans cet épisode l’acte fondateur de la prise de conscience politique qui conduira, quatorze ans plus tard, à la signature du Manifeste de l'indépendance du par de nombreux Salétins[N 10],[46].

Photographie en noir et blanc de 4 étudiants posant en habit formel européen, l'un est assis au centre, deux autres sont vers ses cotés et le dernier apparait derrière celui est assis
Photo des frères Hajji (dont Saïd Hajji au premier rang) et Abdelhadi Zniber à Damas en 1934

Le , les autorités coloniales procédèrent à l'arrestation du secrétaire général du Parti de l'Istiqlal, Ahmed Balafrej, et de son adjoint, Mohamed Lyazidi. Un soulèvement se déclencha à Rabat et Salé, se propageant ensuite dans d'autres villes[47]. Abderrahim Bouabid conduisit la manifestation populaire de Salé, qui est réprimée dans le sang. Arrêté et transféré à la prison de Laâlou à Rabat, il fut relâché un an plus tard. Salé vit alors une partie de son élite emprisonnée ou condamnée à l'exil[45], partir se former à l'étranger, en particulier Saïd Hajji étudiant en Syrie puis en Palestine, ou Hajj Ali Zniber qui proposa au Sultan un brillant projet de constitution après avoir passé 23 ans en Égypte[45], [48].

Mohamed ben Driss Alaoui, alors cadi de la ville de Salé, eut l'idée de commémorer l'intronisation du sultan Sidi Mohammed Ben Youssef le , à l'instar de la Grande-Bretagne, en réunissant un groupe de six adoul de la ville auxquels il donna le nom de « Comité des Fêtes », lequel se composait, entre autres, de Mohamed ben Taïb Alaoui, Moulay Driss Maâninou, Boubker Aouad et Mohamed Gharbi. Les habitants reçurent une lettre de remerciements de la part du sultan. Associant la manifestation de loyalisme au Sultan à la cause nationaliste, la fête fut officialisée par le dahir du [49].

Salé fut aussi réputée avoir été le fief de la gauche marocaine pendant de nombreuses décennies, de nombreux leaders y ont résidé, comme Abdessalam Yassine, fondateur du mouvement islamiste Al Adl Wal Ihsane [50]. Plusieurs Salétins tels Tahar Zniber et Saïd Hajji furent membres de la cellule nationaliste clandestine Attaifa.

Après-indépendance : Salé, ombre de Rabat[modifier | modifier le code]

Un drapeau disposé en un rectangle rouge en haut ou sont croisées deux petites épées sous un diadème, la partie inférieure et dominante est un rectangle vert ou apparaît une grande épée à lame fourchue
Drapeau de la municipalité de Salé dans les années 1960.

Après l'indépendance du Maroc en 1956, alors que pendant le Protectorat, Salé fut reléguée au second plan par l'administration française, elle le fut de nouveau après le départ des Français. Rabat devenu la capitale du Royaume, réoccupa la première place. Salé fut au fil des années peu à peu abandonnée et marginalisée par l'administration au point qu'elle est toujours aujourd'hui apparentée à une « ville-dortoir »[51]. Lors de la première organisation territoriale du Maroc en 1955, Salé était donc intégrée à la région, puis à la province de Rabat en 1956 tandis que Rabat, devenait chef-lieu de la préfecture du même nom. Salé était souvent apparentée à « banlieue de Rabat ». En 1960, Salé comptait 77 000 habitants alors que Rabat en comptait 231 000[52].

Vue sur les hauteurs de Salé (quartier Bettana) depuis Rabat, terrains vagues et palmiers au premier planc
Vue sur la ville de Salé en 2005

Dans les années 1970, Salé connut les premières vagues d'un flux incontrôlé de l'exode rural et d'une expansion urbaine anarchique[53]. L'explosion démographique de la ville provoqua donc d'importants impacts néfastes. L'apparition d'habitations anarchiques, d'un important taux de chômage auprès des jeunes et d'une criminalité grandissante en est le résultat[51]. Ainsi entre 1971 et 1994, la ville connut un « boom démographique » passant donc le nombre d'habitants de 159 000 à 580 000 avec un taux d'accroissement d'environ 265 %[52]. Toutefois, depuis les années 1990, l'État exprime sa volonté de réaménagement de Salé ainsi que de son intégration dans une perspective d’union avec Rabat[51],[53]. L'agence pour l'aménagement de la vallée du Bouregreg est l'une des créations de ce projet[51].

Salé compte cinq arrondissements depuis le retour au principe de l'unité de la ville en 2003, où les 5 arrondissements étaient des municipalités différentes. La ville est peuplée depuis le dernier recensement général de la population et de l'habitat en 2004, de 760 186 habitants[54]. Salé devrait atteindre une population d'un million d'habitants vers 2020 en grande partie due à l'exode rural[52],[L 49].

Société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population[52]
Année Municipalité Agglomération
1912 (est.) 19 000 46 000
1936 32 000 115 000
1952 47 000 203 000
1960 77 000 311 000
1971 159 000 545 000
1982 328 000 918 000
1994 580 000 1 337 000
2004 761 000 1 624 000
2005 (est.) 780 000 1 655 000
2010 (est.) 870 000 1 800 000
2014 890 403 1 781 740
Chiffres : Abdellatif Fadloullah, Université de Rabat, Maroc[52]
Recensement général de la population et de l'habitat, Maroc
Photographie en noir et blanc de 5 hommes vus de face en habit salétin traditionnel
Des Salétins à l'époque du Protectorat au début du XXe siècle

Salé forme avec Rabat et Témara une conurbation de 1,66 million d'habitants (2005). La croissance de la population est due en grande partie à l'exode rural. Selon le recensement général de la population et de l'habitat de 2004, la population de la seule Salé avoisinait 800 000 personnes[54]. Avec 12 000 urbains qui s'ajoutent chaque année, Salé devrait atteindre une population d'un million d'habitants vers 2020 [L 49],[52].

En 1912, date de l'instauration du Protectorat Français, la ville de Salé comptait selon une estimation environ 19 000 habitants. La colonisation française a donné à la ville de Salé et au Maroc tout entier avec l'Espagne, un élan d'urbanisation remarquable avec la création d'un ensemble de villes nouvelles à côté des médinas anciennes. C'est cela qui a contribué à l'évolution démographique de la population de Salé qui a explosé de 1912 à 1952 avec un taux d'accroissement de 147 %[52]. Après l'indépendance, l'exode rural continuait et la ville connait une forte croissance démographique qui touche la totalité des zones qui entourent la médina[55]. Salé comptait en 1960 près de 77 000 habitants. La ville connait ensuite deux grandes explosions démographiques entre 1982 et 1994 (environ 77 % d'accroissement avec 252 000 habitants en plus), puis entre 1994 et 2004 (31 % d'accroissement mais plus de 181 000 habitants supplémentaires). À partir de 2004, Rabat qui comptait en 1994 environ 6 % d'habitants en plus, a été rattrapée par Salé qui compte désormais 22 % d'habitants supplémentaires[52].

Depuis 2014, Salé est la cinquième ville la plus peuplée du Maroc devant Meknès et derrière Marrakech. Elle compte 890 403 habitants, pour 213 477 ménages[56].

Répartition urbaine[modifier | modifier le code]

Salé a toujours été considérée comme la sœur rivale de Rabat. Elle dispose d'une culture et d'une identité propres, elle est aussi plus ancienne que Rabat. De tous les quartiers qui la composent, les plus anciens sont ceux de la médina, le mellah ainsi que l'ancien quartier français appelé Rmel (« sable » en arabe) qui comprend une église ancienne [57].

L’espace urbain de Salé peut être divisé en trois types d’agglomération distincts :

  • La médina correspond à l'espace citadin, la ville historique avec ses vieux remparts et ses anciennes portes. Elle constitue, en général, le lieu d’habitation de Salétins qui appartiennent aux Chorfas (aristocratie religieuse), aux Oulémas (savants), aux familles présentes depuis des générations à Salé. Ce site entre dans la catégorie des villes qualifiées par l'historien Ahmed Naciri de hadaria c’est-à-dire la « citadinité »[55].
  • L'espace urbain est constitué par les « quartiers autorisés ». Ils sont généralement habités par une population ayant une certaine ancienneté à Salé et faisant partie des catégories socio-économiques aisées (fonctionnaires de l’État, commerçants, etc.)[55].
  • La banlieue est formée par des quartiers construits clandestinement. Sous-équipés, ils ne sont pas conformes aux règles urbanistiques. Ils regroupent une population installée récemment à Salé et dont le niveau de vie est généralement en dessous de la moyenne[55].

Anciennes familles de Salé[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Anciennes familles de Salé.
Vue en contre-plongée d'une porte d'entrée d'une demeure traditionnelle salétine, l'arcade est en pierre jaune sculptée, elle bordée de zelliges
La porte d'entrée de la maison de Jaâfar Naciri dans le Derb Qçatla (Quartier Castillan nommé ainsi en souvenir de la Prise de Salé) dans la médina Salé.

Les « anciennes familles », communément appelées Ahl Sala (Les gens de Salé), sont considérées comme salétines de souche. Elles se caractérisent par des spécificités culturelles et historiques qui les différencient des nouveaux habitants de Salé, dits « néo-citadins » ou « urbains », installés dans la ville à la suite des mouvements d'exode rural du XXe siècle[58].

Salé a longtemps été une ville conservatrice, elle compte ainsi plusieurs familles cherifa (de chorfas) affiliées au prophète ou aux marabouts de la ville. Salé est aussi constituée de familles d'origine andalouses qui ont longtemps formé l'aristocratie des deux rives. La « noblesse » de ces familles provient soit d'un élitisme religieux (chorfas) ou des accomplissements de la famille et leur participation significative à l'histoire du pays. Parmi les grandes familles établies à Salé depuis des générations, on peut citer les Hajji, Sbihi, Mrini, Amar, Benkhadra, Bensaïd, Zouaoui, Chemaou, Alaoui, Kadiri, Laâlou, Maâninou, Zniber, Fennich, Hassouni, Aouad, Sedrati, Hassar, Semmar et Naciri[59].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

Arrondissements[modifier | modifier le code]

La ville de Salé, dont la superficie a augmenté au cours de la seconde moitié du XXe siècle, est actuellement divisée en cinq arrondissements municipaux : Bab Lamrissa, Bettana, Hssaine, Layayda et Tabriquet[54].

L'arrondissement de Tabriquet est le plus peuplé et celui de Bettana le moins peuplé. Entre 1994 et 2004 l'écart de population entre ces deux arrondissements a atteint 100 000 habitants. En 1994, Bettana était le troisième arrondissement le plus peuplé de Salé, mais sa population ayant peu augmenté en dix ans, depuis le recensement de 2004, il est l'arrondissement le moins peuplé[54].

L'arrondissement ayant le plus évolué démographiquement est celui de Hssaine qui, entre 1994 et 2004, a vu sa population plus que doubler, passant de 74 930 à 163 672 habitants. La population des arrondissements de Bab Lamrissa et de Layayda a également augmenté passant de 114 120 à 140 383 pour Bab Lamrissa et de 83 777 à 118 233 pour Layayda[54].

Depuis le recensement de 2014, la population de Salé a largement augmentée mais contrairement en 2004, les cinq arrondissements de la ville n'ont pas tous évolué démographiquement. En effet, Bettana a connu une baisse inquiétante de population passant de 103 165 à 95 291 habitants[56].

Population des arrondissements de la ville de Salé
Arrondissement Population en 1994 Population en 2004 Population en 2014
Bab Lamrissa 114 120 140 383 174 934
Bettana 102 142 103 165 95 291
Hssaine 74 930 163 672 214 540
Layayda 83 777 118 233 153 361
Tabriquet 204 881 234 733 252 277

Agglomération[modifier | modifier le code]

Salé forme, avec les villes de Rabat (incluant les municipalités de Rabat et de Touarga) et de Témara, une agglomération qui, entre les recensements de 2004 et 2014, a connu une hausse de population de 1 613 615 à 1 781 740 habitants[56].

Agglomération de la région de Rabat-Salé-Témara
Municipalité Population en 2004 Population en 2014
Salé 760 186 890 403
Rabat 621 480 573 895
Touarga 6 452 3 932
Témara 225 497 313 510
Total 1 613 615 1 781 740

Les quatre municipalités qui forment l'agglomération sont situées dans trois préfectures différentes, celles de Rabat, de Salé et de Skhirate-Témara[54], qui formaient avec la province de Khémisset la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër.

Rabat est la capitale politique et administrative du Maroc, chef-lieu de la préfecture de Rabat et, d'après le recensement national de 2004, sixième ville marocaine la plus peuplée, alors que Salé est classée quatrième par la population. Lors du recensement national de 1994 la ville de Rabat était plus peuplée que celle de Salé, ce qui montre l'explosion démographique qu'a connue Salé en regard de la relative stabilité de Rabat dont la population a augmenté de moins de 10 000 habitants en dix ans. Alors qu'elle comptait 35 551 habitants de plus que Salé en 1994, en 2004 c'est Salé qui a 138 706 habitants de plus[54]. Touarga, la « cité royale » de Rabat, située en plein cœur de la capitale, qui fait partie des quatre communes du Maroc au statut spécial, a même connu de 1994 à 2004 une baisse de population, passant de 8 080 à 6 452 habitants soit une décroissance d'environ 20 %[54]. Témara, chef-lieu de la préfecture de Skhirate-Témara, a également connu une explosion démographique en doublant sa population, qui est passée entre 1994 et 2004 de 130 793 à 225 497 habitants[54].

En 2014, dans le cadre du recensement général, les villes de Salé et Témara connaissent toujours une augmentation de population, augmentant chacune d'environs 100 000 habitants, tandis que Rabat et Touarga connaissent une baisse de population[56].

Préfecture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Préfecture de Salé.

La ville de Salé est le chef-lieu de la préfecture du même nom, qui compte deux communes urbaines (Salé, Sidi Bouknadel) et deux communes rurales (Ameur et Shoul). En 2014 la population totale de la préfecture est estimée, selon le dernier recensement national, à 982 163 habitants, pour 231 340 ménages[56].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

À la suite des élections régionales et communales marocaines du , le conseil communal était composée de la manière suivante[60] :

Partis Sièges
Parti de la justice et du développement (PJD) 39
Parti authenticité et modernité (PAM) 13
Rassemblement national des indépendants (RNI) 12
Mouvement populaire (MP) 9
Parti du progrès et du socialisme (PPS) 7
Parti de l'Istiqlal (PI) 6

Maire[modifier | modifier le code]

Au Maroc précolonial, un pacha, anciennement « gouverneur », était le représentant du sultan dans une ville ou dans une province[N 11].

Actuellement, le maire, appelé président du conseil communal, est élu par le conseil communal, pour un mandat de six ans renouvelable. La fonction de maire ne peut être exercée que par un citoyen marocain titulaire de ses droits civils et civiques. Il est secondé par des adjoints également élus par le conseil communal en son sein.

Le maire de Salé est Jamaâ El Moâtassim depuis . Ancien président du conseil d'arrondisement de Salé-Tabriquet et actuel directeur du cabinet du chef du gouvernement, il est membre du parti de la justice et du développement (PJD) et fait, entre autres, partie du Conseil économique, social et environnemental[62],[63].

Liste des présidents du conseil communal depuis 1959[64].
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1962 Ahmed Bel Yamani    
1963 1965 Mohamed Belahcen    
1965 1976 Ahmed Aouad    
1976 1983 Abdelmajid Belcadi    
1983 1992 Ahmed Belhaj    
1992 1997 Abdelwahed Fadel    
1997 2009 Driss Sentissi MP  
2009 2015 Noureddine Lazrek RNI Médecin
2015 en cours Jamaâ El Moâtassim PJD Directeur du cabinet du chef du gouvernement

Économie[modifier | modifier le code]

En mars 1987, le roi Hassan II inaugure Dar Assikah (l'Hôtel des monnaies), symbole de souveraineté nationale puisqu'il permet au Maroc de produire sa monnaie.

La ville de Salé est la première ville marocaine, méditerranéenne, africaine et arabe à signer la Convention des Maires, projet financé par l’Union européenne dont l'objectif principal est de contribuer au développement durable de l’énergie. Dans le cadre du projet SURE[65], la ville a abrité les 10 et 11 septembre 2012 les Journées de l'énergie sur le thème Œuvrons ensemble à faire de Salé une ville verte et a été l'hôte de la conférence internationale sur l’énergie des 12 et 13 septembre 2012 sur le thème « Les Énergies renouvelables au service du développement urbain durable : l’expérience de la Ville de Salé »[66].

Aménagement de la vallée du Bouregreg[modifier | modifier le code]

La nouvelle marina de Salé vue depuis Rabat.

Le parc d'attraction « Magic Park Bouregreg » est créé en 2002 sur la rive droite du Bouregreg[67] par la société Découvertes & Loisirs sur l'impulsion de Brahim Zniber, pour un montant de 120 millions de dirhams[68].

En 2006 est lancé un projet majeur d'aménagement et de développement de la vallée du Bouregreg, qui doit concerner à terme 6 000 hectares pour un montant de 28 milliards de dirhams[69]. Il a pour objectif de remodeler significativement les deux rives du fleuve et devrait permettre à la ville de Salé de connaître à terme un important développement économique[70]. Les travaux ont débuté à partir du [71].

L'Agence Bouregreg s'est jointe à Al-Mâabar d'Abou Dhabi, afin de créer une cité de 35 ha comprenant des résidences, hôtels, commerces et musées, en plus d'une cité des arts et métiers : Bab Al-Bahr. Elle doit accueillir le 1er hôtel Rotana du Maroc, hôtel 5 étoiles de deux cent cinquante chambres avec salle de sports, piscine, restaurants et espaces « business »[69].

Le Bouregreg Marina, inauguré en 2007, offre un plan d'eau de quatre hectares et peut accueillir 240 yachts allant de 6 à 30 m ; sa construction a duré sept mois et coûté près de 190 millions de dirhams. Une tour de quatorze étages « Sport Eco City » est prévue[72].

Parmi les autres projets réalisés par l'Agence, le nouveau tramway, qui relie depuis mai 2011 les deux rives, avec deux lignes d'une longueur totale de 22 km : la ligne 1 (de Madinat Al Irfane à Hay Karima), et la ligne 2 (de l'Hôpital My Youssef à la gare routière de Salé). Les lignes desservent Salé et Rabat selon un axe nord-sud avec un tronc commun de 3 km du centre-ville de Rabat jusqu'à l'entrée de Salé, après le franchissement du Bouregreg via le pont Hassan-II. Les quarante-et-une stations sont desservies par des rames doubles Alstom Citadis d'une longueur totale de 60 mètres[72].

Transport[modifier | modifier le code]

Le Bac à vapeur reliant Salé à Rabat
Pont Hassan-II, inauguré en 2011, relie les deux villes du Bouregreg

Pour ce qui est du transport, il est diversifié puisque la ville est dotée de transports terrestres et aériens.

Un transport fluvial sur le Bouregreg a existé avec des gabares et des barques ainsi qu'un bac à vapeur qui a assuré le transport des véhicules et des personnes pendant une quarantaine d'années. Ce type de transport est supprimé depuis 2006 pour faciliter le travail de l'aménagement de la vallée du Bouregreg[2].

En 1957 a été inauguré le pont Moulay-al-Hassan, le premier pont routier à relier Rabat et Salé. Pour décongestionner le trafic sur l'axe reliant Salé à Rabat un nouveau pont de 2×3 voies a remplacé l'ancien pont Moulay-al-Hassan (2×2 voies), permettant ainsi un trafic plus fluide sur la traversée du fleuve. De plus, les deux lignes de tramway traversent le Bouregreg en site propre sur un tracé commun, permettant d'assurer le transport collectif des Rbatis et des Salétins mais également de réduire le nombre de bus traversant le pont, principale source de bouchons. Le pont Moulay-al-Hassan détruit en 2012, a été remplacé par le Pont Hassan-II[73]. On compte actuellement plusieurs ponts entre les deux villes, dont un ferroviaire, et le projet d'aménagement de la vallée du Bouregreg prévoit d'en construire quelques-uns de plus. Le pont Moulay Youssef est le plus récent, et a été inauguré en 2014[74].

La ville de Salé est aussi desservie par l’aéroport international de Rabat-Salé, situé à 5 kilomètres au nord-est du centre-ville, qui dispose de deux pistes (une militaire et une civile) ; l’aérogare actuelle est dotée d’une capacité d’accueil de 3,5 millions de passagers par an[75].

Le transport terrestre est le principal. La ville est dotée d'une voie express de 30 km qui fait partie de la Route nationale 1 reliant la ville à Kénitra, ainsi que d'une autoroute de contournement (périphérie de la rocade de Rabat) d'une longueur de 24 km qui donne naissance à l'autoroute A1 reliant Tanger à Rabat.

Le réseau de bus de l'agglomération, réaménagé depuis début 2011, comprend une soixantaine de lignes reliant les villes de Rabat, Salé et Témara[76]. Salé est également desservie par le rail : le Bouregreg Express, un RER ferroviaire comprenant six stations dont les deux gares de la ville (Salé-Ville et Salé-Tabriquet). Une gare TGV est prévue en périphérie près de Technopolis. La construction en cours du LGV permettra à l'horizon 2020 de mettre Salé et Rabat à une heure de Tanger et à une demi-heure de Casablanca.

Tourisme[modifier | modifier le code]

PlanetSolar à la marina

Grâce à ses monuments historiques et son patrimoine culturel, Salé attire de nombreux touristes qui séjournent dans des riads ou des hôtels. La ville abrite une dizaine de lieux d'hébergements.

Avec deux hôtels 4 étoiles d'une capacité de 124 lits, la ville de Salé présente 3% des nuitées de la conurbation de Rabat-Salé-Skhirat-Témara (17.200 unités) et 2% des capacités hôtelières[77].

D'après le recensement national de 2004, il y a 814 résidents étrangers permanents à Salé (ce chiffre exclut les touristes présents seulement durant leurs vacances)[54].

En 2015, l'aéroport international de Rabat-Salé a enregistré l'arrivée de 705 950 touristes, soit une augmentation de 3,18% par rapport en 2014[78].

Culture[modifier | modifier le code]

Artisanat[modifier | modifier le code]

Artisans sculpteurs sur bois de la médina de Salé en 2013.

L'artisanat est le secteur socio-économique le plus importante de la ville. Il permet de faire vivre des milliers de familles, et emploie plus de 40 000 personnes. Présent depuis très longtemps, l'artisanat de Salé est réputé pour être l'un des meilleurs du Maroc. La ville est en effet spécialisée dans plusieurs activités artisanales[79].

Le travail du bois et la poterie font partie des métiers les plus anciens pratiqués sur le site[L 52],[L 53]. La poterie demeure l'une des spécialités artisanales de la ville[79]. En 1865, on y comptait pour les villes de Salé et Rabat, 250 artisans et 32 ateliers[L 35]. Avec l'occupation française, l'activité était en chute totale[L 36]. Depuis l'indépendance, la poterie a repris de plus bel dans la ville. Le travail du bois était très répandu dans l'architecture notamment dans les œuvres décoratives, où la ville était spécialisée. À l'époque des Almohades, puis Mérinides, le travail du bois était à son hégémonie notamment dans le cadre de la construction des flottes des deux dynasties pour la lutte en Andalousie[80].

La broderie, la dentellerie et la vannerie sont des métiers largement présents dans la ville[79],[80]. L'art du zellige, ce carrelage émaillé à l'aspect de mosaïque, est très courant dans le style architectural de Salé. Très coloré et décoratif, il est très apprécié depuis les Mérinides et a connu son heure de gloire après l'arrivée des expulsés andalous qui ramènent leur savoir-faire non seulement à Salé mais aussi à Rabat et à Fès. Il est toujours pratiqué. Salé a aussi comme spécialité la fabrication de tapis traditionnels, les hanbels qui sont les produits artisanales par excellence de la ville[79], et les métiers du bâtiment sont un secteur artisanal important, depuis au moins le XIXe siècle, notamment grâce à l'imagination, le goût esthétique et la compétence de ses ouvriers[L 54].

Selon l'historien Mohamed ibn Ali Doukkali, Salé et Rabat, sa voisine, ont toujours été à la pointe en matière de tannerie et de traitement du cuir[L 55]. Vers 1850, on comptait plus de 40 tanneries dans les villes de Salé et Rabat, qui employaient 200 hommes. La tannerie et le travaille du cuir des villes de Salé et Rabat, ont été notamment durant une grande partie du XIXe siècle, très prisés dans l'ensemble du Maroc. Cependant, vers 1880, les villes de Fès, Marrakech et Tétouan ont commencé à concurrencer les tanneurs de Salé, transformant cette industrie en activité saisonnière. L'activité du cuir, a connu de son côté une profonde chute à partir du début du XXe siècle, au point qu'il ne restait plus qu'une petite centaine de vieux maîtres artisans dans la ville, à la fin des années 1920[L 36].

La fabrication des nattes est une spécialité de Salé, musée Bab rl-Khemiss.

Salé et Rabat ont été également connues pour leur fabrication de sandales et autres chaussons ; au XIXe siècle, leur exportation concernait l'Angleterre et l'Égypte grâce à l'existence de plus de trois cents fabriques[L 55]. En 1872, les deux villes comptaient 700 ateliers d'où travaillaient plus de 3 000 ouvriers. L'invasion des chaussures en plastique japonaises dans les années 1920, la fermeture des marchés du Moyen-Orient et d'Afrique subsaharienne, l'importation de chaussures européennes, et la concurrence des autres villes, met fin à l'hégémonie dans cette activité des deux villes[L 36].

La fabrication de nattes y est aussi florissante jusqu'aux années 1960, le jonc poussant alors à foison au bord du Bouregreg[L 56]. Ces nattes ont été introduits par des immigrés andalous, faisant de cette activité, une spécialité de Salé. Vers 1913, cette industrie employait 200 ouvriers pour un nombre de 30 ateliers à Salé[L 54]. Avec l’avènement des machines, de la tapisserie, et de la moquette, l'activité est en voie de disparition[79].

L'industrie du textile était la principale activité de la ville[80]. Elle rapportait également le plus[L 35]. Entre le XIVe siècle et la fin du XIXe siècle, Les métiers du textile (le lainage, le lin et le drap coton), connaissaient une hégémonie sans pareil[80], au point que la seule ville de Salé, comptait près de 600 fabriques selon Mohamed ibn Ali Doukkali[L 57]. Au XIVe siècle, Le poète andalou Lissane Eddine ibn al-Khatib qualifiait Salé, de « gisement de coton et de lin ». Un siècle plus tard, Léon l'Africain indiquait également que la majorité des habitants de la ville travaillaient le textile[80]. Toutefois, l'activité connait une chute totale au début du XXe siècle, à cause de la pénétration à profusion de produits textiles européens dans le pays[80], concurrence qui met fin à l'activité du textile dans la ville[L 57].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La pastilla, plat maghrébin transmis par l’arrivée des maures andalous en Afrique du Nord[81]. Ce plat est présent au Maroc ainsi qu'en Algérie.

La gastronomie occupe une bonne place dans la tradition salétine. Plusieurs plats ont été introduits par les expulsés d'Espagne comme la pastilla, d'origine andalouse, composée d'une fine pâte feuilletée farcie de pigeon et d'amandes ; c'est le fameux salé-sucré à la marocaine. Comme partout au Maroc le couscous reste emblématique, parfois accompagné de tfaya : oignons et raisins secs caramélisés agrémenté d'œufs et d'amandes. Pendant le mois de ramadan le couscous est dit des « sept légumes » car il est traditionnellement agrémenté de sept légumes différents voire plus. Durant ce même mois, le zamita (gâteau sucré d'apparence chocolaté, très épicé parfois préparé à l'aide de plantes médicinales) est très apprécié, sans oublier le sfouf mangé avec un verre de lait frais. Toujours dans le cadre du sucré, on trouve les leqli ou chebakias (gâteaux frits dans l'huile et enrobés de miel) ou encore le fameux baghrir (petite crêpe en nid d'abeille servie avec du beurre fondu et du miel) qui tapisse les tables du jour de l'Aïd al-Fitr, tous délices appréciables seulement avec un bon verre de thé à la menthe comme l'exige la coutume. Pour le salé, lamqila (viande d'agneau cuite avec de la graisse et de la coriandre sèche) reste très prisée. Le tajine de poulet avec du citron et des olives est aussi très savoureux.

L'autre spécialité culinaire de la ville est le Makroud [82].

Musique et poésie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Musique arabo-andalouse et Musique marocaine.
Le rabâb, un instrument de musique souvent utilisé dans la musique andalouse à Salé.
Le qanûn très utilisé dans la musique gharnati à Salé comme à Rabat et Fès.

La musique dominante à Salé est la musique arabo-andalouse (arabe : الطرب الأندلسي), aussi appelée al-ala, al-andaloussi ou encore gharnati. Elle est l'héritière de la musique chrétienne pratiquée en Espagne et au Portugal avant la Reconquista et de la musique maure musulmane transmise à Cordoue et Grenade depuis le califat abbasside. À la suite de la chute de Grenade, les expulsés morisques et les Juifs sépharades la ramènent à Salé comme à Rabat, à Fès et à Tétouan. Elle est composée de formes poétiques telles que le muwashshah ou le zadjal (l'une des sources des Cantigas de Santa Maria du roi Alphonse X de Castille, du flamenco et des chansons de troubadours)[83]. Ces productions poétiques et musicales sont en rupture avec la poésie bédouine, première source d’inspiration du Melhoun qui en fut profondément et définitivement transformé[N 12].

Plusieurs instruments traditionnels sont pratiqués dans la ville de Salé : le riqq, le naqarat, la darbouka, le qanûn, l'oud, le violon (tenu sur la jambe à la manière traditionnelle marocaine) et le nay. Parmi les instrumentalistes illustres de Salé figurent Salah Cherkaoui dit Cherki le virtuose du Qanûn, Houcine Slaoui qui se démarque en s'attaquant à la musique populaire, Hajj Ahmed Zniber, talentueux musicien du gharnati et précurseur de l'utilisation du qanûn dans la musique moderne, Mohammed Baroudi, un expert de Al-Ala. On peut aussi citer des spécialistes du Malhoun : Cheikh al-Barri, Mohammed Chlih, Larbi Maâninou, Hassan Yacoubi, Cheikh Mohammed ben Ghanem, Cheikh ben Aissa et Cheikh Haj Mohammed Bensaid.

Une particularité de Salé depuis l'époque ancienne, c'est d'être un berceau de l'art du samae[N 13] (louanges et panégyriques chantés en chœur)[85],[86]. Salé fut aussi le berceau de nombreux poètes depuis les Mérinides. Mohammed ben Siwar al-Ichbouni, qui a écrit (en hommage à Aboul Abbas Ahmed ibn Kassim ibn Achra) : « J'aime Salé parce que tu es de Salé. Car tout ce qui est de Salé m'est cher » est l'un d'eux. Il y a aussi Ibn Bakki, qui résidait à Salé chez le cadi Aboul Abbas Ahmed ibn al-Kasim ibn Achara, ou encore Aboul Hassan ben Abi al-Homara[86].

Traditions et coutumes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Procession des cierges de Salé.

La ville de Salé compte de nombreuses traditions et coutumes. Parmi-elles, la procession des cierges de Salé. Cette tradition salétine remonte au règne d'Ahmed al-Mansour Addahbi[L 58],[87] (sultan de 1578 à 1603) qui a été très impressionné durant son exil en pays ottoman (de 1557 à 1576) par la procession des cierges organisée à l’occasion de l'Aïd al-Mawlid, qui célèbre la naissance du Prophète. Aussi décide-t-il d'introduire au Maroc cette cérémonie, qui est organisée la première fois dans la ville de Marrakech puis à Salé en 1569. La tradition s'est ensuite répandue dans tout le Maroc.

D'autres traditions et coutumes se manifestent durant le mois sacré de ramadan. Lors de ce mois sacré, les Salétins prennent le temps de se recueillir, de lire le Coran et de réciter les invocations recommandées par le prophète Mahomet, un chapelet à la main. Pour l’accueillir, le 29 chaabane, un groupe de neffara[N 14], scrute le couchant depuis le minaret de la grande mosquée. Dès l'apparition du premier croissant de lune, ils courent annoncer le début du mois de ramadan en disant : Naâm Allah m’sakoum Ramdan ha houa jakoum !

Ce groupe réveille les dormeurs avant l'aube pour le sahur (le repas de l'aube), certaines personnes se retirent alors dans les mosquées ou dans d’autres lieux saints (les zaouïats) au cours de ce mois sacré, plus particulièrement vers les dix derniers jours, pour consacrer leur temps à la prière, c’est le Iεtikāf.

Le moment du moughroub ou de l’iftar (la rupture du jeûne) est marqué par un enchaînement de coups de canons tirés depuis les forteresses de Sidi Benacher. Après l’iftar, des soirées de musique andalouse, de madih ou de malhoune sont organisées pour le plaisir de tous[89].

Lexique salétin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Arabe salétin.

L'arrivée à Salé de certains Andalous puis des Morisques expulsés d'Espagne a beaucoup influencé le parler de l'époque. On trouve ainsi des emprunts à l'espagnol ou au turc (expliqué par la venue de certains corsaires ottomans). Les tournures issues de l'arabe andalou y sont particulières ; elles ont tendance à féminiser, enjoliver ou utiliser des diminutifs pour les mots : on a ainsi chjira pour chajara (« arbre »), tfifha pour touffaha (« pomme »). Ce parler s'est façonné au fil du temps jusqu'à créer un dialecte propre à la ville que l'on entend toujours au bout de la langue des « purs Salétins »[L 59],[L 60].

Festivals et évènements[modifier | modifier le code]

Édition 2011 du Festival Mawazine.
Festival Karacena à la Kasbah des Gnaouas devant le Cirque Shems'y.

Salé est une grande ville abritant plusieurs festivals et évènements, quelquefois au côté de la ville-sœur Rabat. Ainsi, le Festival Mawazine, créé en 2001, se déroule conjointement dans les deux villes. Il est présidé par un proche du roi, Mounir Majidi, et accueille plusieurs cultures musicales du monde, devenant de ce fait un festival international.

Le Festival international du film de femmes de Salé, autre grand festival organisé depuis 2004 par l'Association Bouregreg, connait depuis 2009 un rythme annuel. La dixième édition s'est déroulée du 16 au 21 septembre 2016[90].

Le Festival Karacena, festival artistique qui a lieu tous les deux ans dans la ville de Salé depuis 2006, est organisé sous le haut patronage du roi Mohamed VI par l'Association marocaine d’aide aux Enfants en situation précaire.

Le Maroc Hit Parade est organisé depuis 2008 sur les deux rives du Bouregreg à l'occasion de la fête de la musique[91]. Regroupant de jeunes artistes et des groupes de musique urbaine marocains, il a la particularité de durer deux jours, les 20 et 21 juin[92].

En 2009, la ville de Salé a abrité la première édition du festival Ramadan de Salé et a accueilli plus de 300 artistes dont : Jil Jilala, Lemchaheb, Abdelouahed Tetouani, Mohamed El Ghaoui, Bachir Abdou, etc. Le festival a rendu hommage à Mohammed Hassan El Joundi, Mohamed El Jem, Mohamed Benghmouch et Thami Belhaouate[93],[94].

Architecture et urbanisme[modifier | modifier le code]

Médina[modifier | modifier le code]

Carte de la Medina de Salé.

La médina de Salé a été fondée au début du XIe siècle par les Ifrénides[95], il s'agit de la plus ancienne médina littorale du Maroc. Elle s'enorgueillit de fontaines, de riads, de zaouïas, de mausolées et de mosquées. La porte Bab el-Mrissa, près du centre-ville, permet de pénétrer dans la médina. Elle compte plusieurs quartiers qui ont été fondés par les différentes dynasties contrôlant la ville. Elle a connu son essor sous les Almohades et Mérinides, qui ont laissé des monuments exceptionnels à la ville. Tant au niveau religieux, militaire et économique, les monuments historiques de ville sont nombreux[96].

Le tissu urbain de la médina s'organise autour d'un pôle religieux et culturel au nord-ouest, un pôle économique au sud-est, où se concentre la majorité des souks tels Souk Lakbir et Souk Laghzal, puis les kissariats (galeries marchandes traditionnelles). La médina était divisé en plusieurs zones. La zone riche au à l'ouest regroupait les citadins de la société bourgeoise, tandis que la zone du nord-est regroupait plutôt les nouveaux habitants de la ville relativement pauvres et généralement des ouvriers agricoles de la campagne. Ces zones populaires contrastaient avec la société urbaine relativement ancienne de la ville. La médina regroupait plusieurs quartiers, et la séparation entre citadins et ruraux étaient assez présent[L 61]. Parmi-eux se trouve le quartier Qçatla, déformation de Qashtala qui signifie « Castille » en arabe. Ce « quartier castillan » est l'ancien quartier andalou où se sont installées depuis l'ère mérinide plusieurs familles citadines d'origine andalouse comme les Bensaid, Semmar, Zniber ou Fennich par exemple[20].

Le mellah de Salé est l'ancien quartier juif où se déplace une importante communauté juive[57]. Il a été fondé en 1807, lors du règne de Moulay Slimane dans le but d'accueillir les juifs du centre de la ville, afin de les éloigner des autres quartiers musulmans[L 62],[20].

Souks[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Souks de Salé.
Place du souk El-Kebir vers 1920.

Les souks de Salé tels le Souk Lakbir et le Souk Laghzal sont aujourd'hui parmi les plus authentiques et les plus anciens du Maroc. Protégées par la muraille érigée contre les attaques des flibustiers espagnols, les étroites ruelles couvertes de bois de thuya datant parfois d'au moins cinq siècles abritent les échoppes de tissu, de babouches, d'épices ou celles de bijoux autrefois tenues par les juifs[82].

Organisé par quartiers et par métiers, les souks de Salé jouissent d'une bonne popularité grâce à leur artisanat et leur culture. La qissariya (souk de tissus) vend des tissus et des bijoux. En 1912, la rue des vendeurs de fils et presque la moitié de la rue des cordonniers étaient considérées comme partie intégrante d'un souk de tissus (qissariya) qui s'étendait sans interruption sur environ 2 500 m2[L 63]. Plusieurs rues se croisent dans ce souk, les principales étant la rue des kharrazines (cordonniers) et celle des charratines (vendeurs de fil de soie)[L 63]. Le Souk Laghzal est un marché de ventes aux enchères ; la laine brute ou teinte en tas y est également vendue. Ce fut la première grande place de Salé[L 64].

Kissaria As-sawari (le souk des colonnes), est le centre principal de vente des tissus et lainages, une vingtaine de boutiques y seraient ouvertes[L 63]. Le grand marché (Souk El-Kbir), est spécialisé dans la vente de tissus et vêtements traditionnels tels les djellabas, les babouches et les fez. Ce souk est un ancien marché d'esclaves chrétiens[97]. Le Souk Sebt (marché du samedi) n'est ouvert que ce jour-là. Le Souk El-Attarine est l'un des principaux marchés d'épices.

Le Souk el-Merzouk est réservé aux bijoutiers, aux nattiers et aux vanniers[98]. Le Souk Lakhmiss, l'un des plus anciens de la ville, vend essentiellement des plantes. Le Souk Alimentaire est spécialisé dans la vente de produits alimentaires, en particulier des spécialités d'origine salétine ainsi que des épices. Le souk des bijoutiers, qui ne sont pas fabricants mais offrent des pièces réalisées à Casablanca et Fès ou importées, est constitué de plusieurs dizaines de boutiques et très fréquenté le soir, notamment pendant les week-ends et la « belle saison […] des mariages »[99].

Remparts et portes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Enceinte de la médina de Salé.
Vue sur les remparts.

L'enceinte de la médina est formée d'un ensemble de remparts, de fortifications et de bastions, classé monument historique en octobre 1914[100]. Sur le plan architectural, elle est « flanquée de tours barlongues et ponctuée par des portes urbaines dans la pure tradition des enceintes médiévales de l’Occident musulman »[101] et « compte parmi les ouvrages défensifs islamiques les plus anciens du Maroc »[101].

Les remparts ont 3 560 m de long et près de 12 m de hauteur et délimitent un domaine de quatre-vingt-dix hectares. Ils sont renforcés par un dispositif défensif composé de cinquante-cinq tours rectangulaires, construites à intervalles irréguliers et de cinq bastions fortifiés, les Scalla, caractéristiques de l'architecture militaire[102].

La première enceinte de la ville, dont on ignore le tracé, semble avoir été construite sous les Almoravides[103]. Suite à la prise de la ville par les Almohades en 1146[L 11], le calife almohade Abd al-Mumin aurait donné l'ordre de détruire les remparts de la ville vers 1147[103], dans le but d'éviter tout soulèvement, bien que des anciennes portes almoravides subsistent encore aujourd'hui, tels Bab Fès et Bab Sebta, qui sont les plus anciennes portes de la ville. En effet, les portes de Salé sont parmi les plus anciennes et les plus imposantes du Maroc[24]. Bab Fès connait des restaurations ultérieurs notamment durant le XIXe siècle, et donne accès à l’est de Salé, tandis que Bab Sebta est un passage obligé pour prendre la route vers Ceuta, d'où son nom[L 13]. Réaménagée, un bastion lui est accolée par Abdelhaq Fennich, lorsqu'il dirigeait la ville[20].

Bab el-Mrissa

Abu Yusuf Yaqub al-Mansur procède plus tard à la restauration des remparts est et nord de Salé, tandis que les parties sud et ouest de la ville reste à découvert[103]. Sous les Almohades, Bab Sidi Bou Haja voit le jour, qui porte le nom du saint andalou Ibrahim Bouhaja qui entretenait la zaouïa Annoussak au XIVe siècle[L 13]. Elle est détruite dans les années 1960[20]. D'autres portes ont été percées durant l'époque almohade comme Bab Chaâfa, Bab Cortoba et Bab Maalaqa[L 13].

Sous les Mérinides, la ville connait de profonds changements. À la suite de la prise de Salé en 1260, le sultan Abu Yusuf Yaqub ben Abd al-Haqq lance la construction d'une imposante muraille dans la partie sud-ouest de la ville, qui avait été sans protection et avait causé notamment la prise de la ville[103]. La porte maritime de Bab el-Mrissa, aussi appelée Bab Mellah, est donc bâtie à cette période par un ingénieur andalou originaire de Séville, Mohamed Ben Ali, entre 1260 et 1270. Elle est caractérisée d'un arc outrepassé brisé monumental flanqué de deux tours. La porte est aujourd'hui partiellement ensablée. Bab Dar As-Sinaâ, dite aussi Bab Ferran est également construite sous le règne sultan mérinide en 1261. La porte devient ainsi un arsenal et fabrique d'arme des armée mérinides dans le cadre de la lutte en Andalousie, puis corsaires de Salé. Des dizaines de navires de guerre y sont construits. L'activité de l'arsenal s'arrête définitivement au XVIIe siècle[L 13]. Elle est bâtie par l’architecte andalou Mohammed ben Haj Al Ichbili[20]. Outre la construction de portes fortifiées, les Mérinides sont également à l'origine du Borj Adoumoue, communément appelé Skala Al-Kdima[N 15], bastion fortifié construit à la suite de la prise de Salé en 1261, par le sultan Abu Yusuf Yaqub ben Abd al-Haqq. Il connait plusieurs changements au fil du temps[20]. Actuellement, le bastion est chargé de canons en bronze et d'armements turcs[L 14], et est désormais classé patrimoine national depuis 1914[104].

Borj Roukni

Après l'époque mérinide, vient la période des Alaouites, tout aussi riche que la précédente. Les sultans alaouites restaure les remparts de la ville avec le temps[103]. Sous le sultan Moulay Ismaïl, la Kasbah des Gnaouas voit le jour en 1709, pour abriter la troupe des Abid al-Bukhari. Elle est détruite en 1758 par les habitants de Salé menés par Abdelhaq Fennich, en réaction aux exactions des gardes noirs. La Kasbah est classée monument national depuis 1948[20]. Ce même Abdelhaq Fennich, pacha de Salé entre 1738 et 1757, est à l'origine du Borj Bab Sebta, relié à Bab Sebta d'où le pacha dirigeait la ville. C'est sous le règne du sultan Abderrahmane ben Hicham que la ville connait le plus de changements sous les Alaouites. En 1828, Bab Jedid est percée sur la muraille mérinide sur ordre du sultan alaouite Abderrahmane ben Hicham[20]. En réaction au bombardement de la ville par une escadre française en 1851, Abderrahmane ordonne la construction du Borj Roukni en 1853, appelé aussi Borj El-Kebir ou encore Skala Jdida, qui est en forme semi-circulaire sur deux niveaux[L 65].

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Mosquées, médersas et autres édifices religieux[modifier | modifier le code]

Le minaret de la Grande mosquée de Salé, construite par les Ifrenides entre 1028 et 1029
Médersa mérinide de Salé, construite par le Sultan Abu al-Hasan ben Uthman en 1341.

La ville de Salé dispose d'un important nombre d'édifices religieux tels que plusieurs dizaines de mosquées et de médersas ainsi que des cimetières de religions diverses. Parmi eux :

Zaouïas[modifier | modifier le code]

Zaouiya Annoussak édifiée par Abu Inan Faris en 1356

La ville de Salé est réputée dès l'avènement de l'islam au Maroc pour être le refuge des ermites et des dévots. Elle attirait de toutes parts les gens se vouant à l'ascétisme. C'est pourquoi elle compte un grand nombre de sites réservés au recueillement, soit plus d'une centaine de zaouïas, de cloîtres et de sanctuaires pris comme modèles : zaouïa Chrichi, zaouïa Sidi Bouzekri, zaouïa Annousak, zaouïa Sidi Moghit, zaouïa Qadiriyya, zaouïa Hajjiya, zaouïa El-Moubarakiya, zaouïa Naciria, zaouïa Hansalia, zaouïa Hassounia, zaouïa Aissawiya, zaouïa Ghaziya, zaouïa Khassimiya, zaouïa Touhamya, zaouïa Hamdouchia, zaouïa Tijjania, zaouïa Addlil, zaouïa Kettania , zaouïa Ben Aboud, zaouïa Harratia, zaouïa Seddiquia[L 70].

Mausolées et marabouts[modifier | modifier le code]

Les mausolées sont des tombeaux à coupole, appelés aussi marabouts.

  • Mausolée de Sidi Ahmed ibn Mohammed ibn Youssouf Aboul Abbas (Sidi Belabbès) (1145), sa coupole fut construite par un roi mérinide[L 71].
  • Marabout de Sidi Moussa Doukkali (1155)[L 71], il est classé patrimoine national par dahir du 16 octobre 1948[105].
  • Mausolée de Sidi Al-Hajj Abdellah (1165)[L 71].
  • Mausolée de Sidi Ahmed Benachir (1364), restauré par les sultans Moulay Abdellah Ibn Ismail et Abd ar-Rahman ibn Hicham[L 72].
  • Mausolée de Sidi Ali Ben Ayoub (1369), mausolée d'un saint personnage qui enseignait le Coran aux enfants[L 72].
  • Mausolée de Sidi Ibrahim Bouhaja ar-Rondi al-Andaloussi.
  • Mausolée de l'imam Ibn Al-Mejrad (1376)[L 72].
  • Mausolée de Sidi Abdellah ben Hassoun (1604), plusieurs personnalités (outre les Hassounis) sont inhumées dans le mausolée du saint patron de Salé[L 73].
  • Mausolée de Sidi Ahmed Hajji
  • Mausolée de Sidi M'Hamed M'Fadel (surnommé Moul l'Gomri) (1661), Alem et descendant du cheikh M'Hamed Charqui, patron de Bejaâd où il est inhumé[L 73].
  • Mausolée de Sidi Ahmed Taleb (1662)[L 73].
  • Mausolée de Sidi Al-Hassan Al-Aydi Sjiri (1719), celui-ci était un homme pieux dont la bénédiction illuminait le visage[L 73].

Établissements culturels[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Des tapis marocains accrochés au mur d'un musée
Musée Bab el-Khemiss (Porte du Jeudi en référence au souk hebdomadaire à proximité)

La ville de Salé compte plusieurs musées :

  • Musée ethnographique Dar Belghazi, créé en 1994, est l'un des principaux musées privés de Salé offrant un large éventail de collections : instruments de musique andalous et berbères, armes anciennes, habits traditionnels, tapis, fontaines en zellige, monnaies, textes coraniques par exemple[107].
  • Musée de la poterie de l'Oulja.
  • Musée Bab Khemiss[108].
  • Musée de la céramique, aménagé dans l'ancienne forteresse de Borj Adoumoue (tour des larmes) depuis 1994.

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Meuble avec des livres sur les étagères
Intérieur de la Bibliothèque Sbihi

La ville de Salé compte plusieurs bibliothèques :

  • Bibliothèque Naciri, bibliothèque privée de l'historien Ahmed Naciri.
  • Bibliothèque de la Grande Mosquée, bibliothèque d'archives historiques et d'études islamiques.
  • Bibliothèque Abderrahim Bouabid.
  • Bibliothèque Saïd Hajji.
  • Bibliothèque Sbihi, fondée en 1967, elle est l'une des plus célèbres bibliothèques privées du Maroc et possède un musée montrant un large éventail d'astrolabes, de décorations, de manuscrits, de cartes et d'archives historiques sur Salé. L'actuel ministre de la Culture Mohamed Amine Sbihi et son frère en sont les conservateurs. Elle s'ouvre aux hommes de lettres, historiens et artistes pour accueillir leurs conférences.

Sport[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

L'arrivée du sport dans la ville coïncide avec l'arrivée des Français au Maroc. Ce sont les Français qui font découvrir aux Marocains les différents sports joués en France et en Europe. Pour le football, à partir de 1913, plusieurs clubs sont créés par les soldats français dans les principales villes du Maroc dont on notera l'Union sportive de Rabat-Salé[L 74]. Puis en 1928, grâce aux jeunes du club littéraire salétin, la ville voit naître l'Association sportive islamique de Salé, club toujours actif aujourd'hui connu sous le nom de l'Association sportive de Salé. Au début, le club de l'AS Salé disposait de deux sections : le football et le basket-ball. Quatre ans après, les nationalistes des deux rives créent un club nommé « Association sportive islamique de Rabat et Salé ».

En 1947, Larbi Zniber crée en compagnie de son ami le journaliste Mustapha Belhaj le Najah de Salé , un club qui a été le réservoir de l'Association Sportive et dont il a été gardien de but. Dans la saison 1944- 1945, il existait plusieurs équipes : Club Sportif de Salé, Najm de Salé, Hassania Salaouia, Tihad sportif de Salé et le Club de la communauté juive, qui seront fusionnés pour en faire une seule équipe forte capable de jouer dans l'élite, c'est l'ASS.

Dans les années 1990, le Sporting de Salé réussit à rester dans l'élite pendant plusieurs années, et à décrocher une 5e place durant la saison 1998-1999[109], avant de descendre en seconde division à la fin de la saison 1999-2000[110]. Et avant de se faire reléguer en troisième la saison suivante après avoir terminé dernier, les deux principaux clubs, le Sporting de Salé et l'AS Salé, fusionnent pour garder le même nom que celui-ci. Durant cette époque lorsque les deux clubs étaient présents dans la même division, étaient organisés des « derby de Salé » entre le Sporting de Salé et l'AS Salé[111],[112].

Un autre derby existe entre un club de Salé et un club de Rabat. Ce derby oppose deux clubs de villes ennemies ayant des liens historiques. Appelé derby du Bouregreg, ce derby peut opposer n'importe quelle équipe tant que ces deux équipes sont de Rabat et de Salé [113]. Aujourd’hui plusieurs autres petits clubs existent dont le Amal de Salé et le Najah Sportive de Salé. Le derby du Bouregreg n'est pas un derby réservé seulement au football, il existe dans plusieurs autres sports notamment le basket-ball entre l'AS Salé et le FUS de Rabat[114].

Depuis 2011, l'AS Salé organise un tournoi amical annuel au Stade Boubker Ammar. Appelé le Tournoi Mohamed Benghmouch, il rend hommage à celui qui fut le dirigeant de l'ASS durant les années 1970 et 80. La première édition de ce tournoi a été remportée par le Chabab Rif Al Hoceima face aux FAR de Rabat sur le score de trois buts à un[115]. Mais de nos jours l'AS Salé est omnisports et plusieurs autres sections ont ainsi vu le jour. Bien que la ville soit l'une des plus peuplée du Maroc, par rapport à son voisin d'en face, la ville de Salé a un faible niveau de nos jours en ce qui concerne le football.

Basket-ball[modifier | modifier le code]

En basket-ball, l'AS Salé, équipe de première division, a remporté quatre championnats et neuf coupes du Trône. Lors des éditions 2011 et 2014 de la Coupe arabe des clubs champions, les « pirates de Salé » ont représenté le Maroc et terminé deux fois finalistes dans la compétition. Pour ce qui est de la coupe d’Afrique des clubs champions, le club s'est classé à deux reprises troisième dans les années 2010 et 2011.

La ville organise chaque année depuis 2008 un tournoi international. L'AS Salé remporta notamment deux fois cette compétition, en 2009 et en 2010[116],[117].

Autres sports[modifier | modifier le code]

Plusieurs autres sports sont également pratiqués dans la ville de Salé dont le hand-ball qui dispose d'une équipe en première division qui est une section de l'AS Salé. De plus, plusieurs autres clubs salétins de cette discipline sont en seconde division. Le beach-volley est également très apprécié dans la ville, ainsi qu'à Rabat. Le 3e tournoi international de beach-volley a été organisé en 2010 dans la marina du Bouregreg. Sous l'égide de la fédération royale marocaine de volley-ball, cette compétition a vu la participation d'équipes originaires de Grande-Bretagne, Espagne, Slovénie, Colombie, Cuba, Argentine, Italie et États-Unis[118]. Avec le tournoi de beach-volley, la marina du Bouregreg a organisé la 3e édition du salon « extrême loisir » du 29 mai au [119] ainsi que la « 11e édition de la Nuit Internationale du Jet Ski » du 10 au [120].

La ville de Salé a organisé aussi plusieurs autres compétitions sportives de disciplines différentes. Dans le 6e Rallye automobile du corps diplomatique organisé par le Maroc, Salé fut la ville de départ et d'arrivée[121]. Le Maroc a organisé un même genre de compétition sauf que cette fois-ci celle-ci a lieu chaque année et seules les femmes doivent y participer. La compétition a pour nom le « Rallye des Colombes »[122]. Une autre compétition de grande envergure eut lieu à Salé, c'est le « Jet Cup de Salé » qui d'après Aujourd'hui le Maroc, fut une véritable réussite[123].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Avant l'ouverture du nouveau stade de Salé, le Sporting de Salé ainsi que l'AS Salé jouaient au stade de la Marche verte qui atteignait 4 000 places[124]. En 2006, dans le cadre du projet de l'aménagement de la vallée du Bouregreg, il a fallu détruire ce stade, remplacé par le Stade Boubker Ammar. Sa construction aura duré vingt-cinq ans puisqu'elle a été entamée en 1981. C'est l'agence pour l'aménagement de la vallée du Bouregreg qui a permis de finaliser les travaux[125].

La ville dispose également de deux centres sportifs, celui de Maâmora ainsi que de l'Académie Mohammed VI de football. Le centre sportif de Maâmora est le centre de formation du club royal de l'AS FAR[126]. Quoi que le club soit situé dans la ville de Rabat, son centre de formation est donc basé dans la ville de Salé[127]. L'Académie Mohammed VI de football, inaugurée en 2010 par le roi Mohammed VI et administrée par la Fédération royale marocaine de football, se spécialise dans la formation de jeunes footballeurs[128].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Une porte de style arabe avec des caractères arabes
L'École Mohammedia, fondée en 1947

Salé est un pôle universitaire important, puisque on y trouve plusieurs universités telles l'Université internationale de Rabat (UIR) située dans la ville et fondée en 2010[129], ainsi que l'École supérieure de technologie de Salé (ESTSL), ouvert en 1993 qui demeure le premier établissement universitaire de la ville, et fait partie intégrante de l'Université Mohammed V - Agdal[130], puis la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales (FSJES) qui a ouvert ses portes en 1999[131]. La ville abrite d'autre établissements d’enseignement supérieur tels que l'Institut de technologie hôtelière et touristique de Salé (ITHT)[132], et l'École nationale forestière d'ingénieurs crée en 1968[133]. La ville peut compter également sur sa proximité avec la ville de Rabat qui concentre avec Casablanca, la majorité des établissements d'enseignement supérieur marocains[134].

Salé compte également d'anciens et historiques établissements scolaires tels que le Lycée An-Nahda (Lycée de la Renaissance), établissement arabisant et conservateur fondé par Boubker el-Kadiri pour s'opposer à l'enseignement français[135], l'École Mohammedia, fondée en 1947 et édifiée à l'emplacement de l'ancienne Médersa Almohade ou l'École des Remparts, anciennement École des fils de Notables de Salé, fondée en 1913, qui a permis à un petit nombre de Slaouis de profiter de l'enseignement français[L 44].

Personnalités liées à Salé[modifier | modifier le code]

Voir les catégories : Naissance à Salé et Personnalité de Salé.

Personnalités littéraires, culturelles et artistiques[modifier | modifier le code]

Une gravure montant un homme sur les rochers, derrière on aperçoit des vagues ainsi qu'un bateau
Robinson Crusoé, la victime la plus connue des corsaires de Salé.

Personnalités sportives[modifier | modifier le code]

Personnalités politiques[modifier | modifier le code]

Corsaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Corsaires de Salé.

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

La ville de Salé est jumelée avec plusieurs villes :

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après « l'encyclopédie Imago Mundi, à l'article « Les Almoades » », le raid a eu lieu en 1260 selon Ibn Khaldoun et en 1263 selon Luis del Mármol Carvajal.
  2. Les sept vaisseaux sont : La Licorne, Le Saint-Louis, Le Griffon, La Catherine, Le Hambourg, La Sainte-Anne et Le Saint-Jean.
  3. Il s'agissait de trois frégates de Brest : La Terpsichore, La Licorne et L'Héroïne, que commandait le comte de Grasse[L 31], et de trois frégates de Toulon : La Chimère, La Gracieuse et La Pléiade.
  4. Le navire en question est un brick-goélette du nom de Courraud-Rose d'après le témoignage de Charles Jagerschmidt, représentant diplomatique de France au Maroc[37].
  5. Né le 15 juin 1804 à Fort de France, il était fils de Bernard Dubourdieu, officier de marine du Premier Empire. Promu contre-amiral en juillet 1848, Louis Thomas Napoléon Dubourdieu (1804-1857) servit la IIe République puis le Second Empire[40].
  6. Tobjia (طوبجيا), désigne le fantassin dans le dialecte salétin (voir Lexique salétin)
  7. Rabat n'est devenue officiellement capitale qu'en 1927, au début du règne de Sidi Mohammed ben Youssef, de par sa mention au bas d'une lettre : « Fait dans la capitale, Rabat » ; auparavant, c'était un « centre administratif provisoire ». Cf. Couplet 2011, p. 114, où l'auteur s'appuie sur : Amina Achouar et Jean-Louis Miège, « Le choix de Rabat comme capitale », Revue Maroc-Europe, Rabat, La Porte, no 10,‎ , p. 79-116
  8. Al-Latīf (اللطيف) est le 31e des noms de Dieu en islam, « Celui qui accorde à ses créatures Sa douceur et Sa bienveillance ». Le 27 juin 1930 au cours de la prière du vendredi, l'imam Hadj Ali Aouad n'a pas prononcé la Fatiha (الفاتحة, al-fātiḥa, la première sourate du Coran), mais commencé à clamer le « latif », (utilisé pour demander le secours et la protection de Dieu contre les calamités), repris par tous les fidèles[43].
  9. Avant l'indépendance retrouvée du Maroc, le monarque était appelé « sultan », son premier ministre « grand vizir » et ses ministres « vizirs ». Cf. « Grand vizir » et « Vizir », sur www.bdlp.org (consulté le 3 août 2012)
  10. Parmi les 68 signataires du Manifeste, 8 étaient originaires de Salé
  11. « Le mot pacha, qui a remplacé au début du XXe siècle le terme gouverneur, n'était pas vraiment inconnu au Maroc puisqu'il constituait par exemple le titre officiel du chef d'une tribu militaire. Mais c'est sous le protectorat français qu'a été vulgarisé son usage (importé de l'Algérie où, comme beaucoup de termes administratifs turcs, il était d'emploi courant). » [61]
  12. La chanteuse Françoise Atlan est un modèle de référence à la musique judéo-andalouse (Chgouri) encore pratiquée à Salé comme dans les autres villes du Maroc ayant accueilli des expulsés andalous.
  13. L'art du Samae, pratiqué essentiellement dans les zaouias, a un caractère à la fois religieux et artistique. Il chante l'amour divin, la gloire du Prophète et les grandes idées soufies. Appelé Samā‘ (Arabe: سماع) (audition) pour son caractère psalmodique non instrumental, par opposition à la nouba andalouse appelée aussi Al Ala (l'instrument), il suit aussi les grandes traditions musicales de la musique andalouse introduite au Maroc au XVIe siècle[84].
  14. Le neffar est une sorte de longue trompette, jouée en particulier par la confrérie des Aïssawa. C'est un instrument à vent traditionnel du Maroc, comme la ghaita, et qui ressemble un peu à la vuvuzela[88].
  15. Skalla (اسقالة), emprunté de l'espagnol Scala, désigne un bastion fortifié du XVIIIe siècle (voir Lexique salétin)

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. ARGDT, p. 7
  2. a et b ARGDT, p. 9
  3. ARGDT, p. 10
  4. ARGDT, p. 12
  5. Jacobelli, p. 32
  6. Gsell et Carcopino, p. 28
  7. Jacobelli, p. 19
  8. Doukkali, p. 27
  9. a, b, c et d Coindreau, p. 37
  10. Brown, p. 37
  11. a, b, c, d et e Castries, p. III
  12. a, b, c et d Castries, p. IV
  13. a, b, c, d et e Alaoui et Mrini, p. 46
  14. a, b et c Alaoui et Mrini, p. 40
  15. Alaoui et Mrini, p. 23
  16. a et b Coindreau, p. 42
  17. Maziane, p. 56
  18. Coindreau, p. 35
  19. Coindreau, p. 48
  20. Coindreau, p. 41
  21. Houtsma 1987, p. 549
  22. Coindreau, p. 49
  23. Coindreau, p. 50
  24. Coindreau, p. 51
  25. Castries, p. XXIII
  26. a et b Coindreau, p. 52
  27. a et b Coindreau, p. 53
  28. a et b Maziane, p. 60
  29. Brown, p. 14
  30. Alaoui et Mrini, p. 41
  31. a et b Lewis, p. 42
  32. Lewis, p. 43
  33. Coindreau, p. 58
  34. a, b et c Brown, p. 47
  35. a, b et c Brown, p. 191
  36. a, b, c et d Brown, p. 188
  37. Brown, p. 238
  38. a et b Brown, p. 180
  39. Brown, p. 58
  40. Doukkali, p. 335-336
  41. Cousté, p. 77-78
  42. Doukkali, p. 337
  43. Brown, p. 48
  44. a, b et c Brown, p. 256
  45. Brown, p. 255
  46. Brown, p. 258
  47. a et b Brown, p. 259
  48. Brown, p. 267
  49. a et b Brown, p. 89-90
  50. a et b Cousté, p. 79
  51. a, b, c, d, e, f, g et h Brown, p. 163
  52. Alaoui et Mrini, p. 94
  53. Alaoui et Mrini, p. 96
  54. a et b Brown, p. 189
  55. a et b Alaoui et Mrini, p. 98
  56. Alaoui et Mrini, p. 100
  57. a et b Brown, p. 190
  58. Alaoui et Mrini 1997, p. 76
  59. Brown, p. 103-104
  60. Alaoui et Mrini, p. 205-206
  61. Brown, p. 76
  62. Brown, p. 83
  63. a, b et c Brown, p. 73
  64. Alaoui et Mrini 1997, p. 83
  65. Alaoui et Mrini, p. 42
  66. Alaoui et Mrini, p. 55-56
  67. Alaoui et Mrini, p. 56
  68. Alaoui et Mrini, p. 61-62
  69. Alaoui et Mrini, p. 63
  70. Alaoui et Mrini, p. 64-70
  71. a, b et c Alaoui et Mrini, p. 71
  72. a, b et c Alaoui et Mrini, p. 72
  73. a, b, c et d Alaoui et Mrini, p. 74
  74. Zerzouri, p. 13
  75. a et b Doukkali, p. 245
  76. a, b, c, d et e Doukkali, p. 247
  77. a, b, c, d et e Doukkali, p. 248
  78. a, b, c, d, e et f Coindreau, p. 93
  79. Doukkali, p. 249
  80. Doukkali, p. 52
  81. Doukkali, p. 174
  82. a et b Doukkali, p. 254
  83. Doukkali, p. 255
  84. Doukkali, p. 218
  85. Doukkali, p. 229
  86. a, b, c et d Doukkali, p. 235
  87. a et b Doukkali, p. 233
  88. Doukkali, p. 239
  89. Doukkali, p. 241
  90. Doukkali, p. 260
  91. a, b et c Doukkali, p. 277

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Slaouis » ou « Slaouies » dans des articles de presse marocains francophones, sur Maghress.com (consulté le 27 février 2015)
  2. a et b « Bouregreg, vingt siècles d'histoire », sur rabat-maroc.net
  3. « Les villes corsaires du Maghreb... », sur sala-almoustaqbal.com
  4. a, b, c, d, e et f « Chellah-Salé-Rabat. La période préislamique », sur Selwane.com (consulté le 2 septembre 2014)
  5. Muḥammad al-Mahdī al Ḥifnāwī (trad. Jean J. Marcel), Les Dix soirées malheureuses : Contes d'Abd-Errahmann, vol. 3, Renouard, (lire en ligne), p. 209
  6. Haut-commissariat au Plan, « Maroc des Régions 2010 » [PDF], sur Hcp.ma (consulté le 3 septembre 2014)
  7. « Région Rabat-Salé-Zemmour-Zaër », sur Agdal.um5.ac.ma (consulté le 28 août 2016)
  8. « Rabat-Salé-Zemmour-Zaër - Une région singulière, bénéficiant d'une situation géographique remarquable », sur Cr-rsk.org (consulté le 28 août 2016)
  9. « Rabat-Marges », sur Marges.hypotheses.org (consulté le 28 août 2016)
  10. a et b « Patrimoine géologique et développement durable de la Région de Rabat Salé Zemmour Zaer », sur Israbat.ac.ma (consulté le 28 août 2016)
  11. « Hydrologie (Région de Rabat) », sur Grern.hautetfort.com (consulté le 28 août 2016)
  12. « Complexe de production d'eau potable Bouregreg », sur Onep.ma (consulté le 28 août 2016)
  13. « Maroc : géographie physique », Encyclopédie Larousse
  14. a et b « Maroc-Rabat-Salé : Climat, températures, précipitations, ensoleillement », sur Le Voyageur (consulté le 2 septembre 2014)
  15. (en) « Extreme temperatures around the world », sur Mherrera (consulté le 2 septembre 2014)
  16. « Climat Rabat Maroc », sur climatedata.eu (consulté le 2 septembre 2014)
  17. a et b « Dossier urbanisme : Rabat, de la médina au high-tech », Jeune Afrique (consulté le 3 septembre 2014)
  18. a et b « Rabat - Maroc », sur maroc.marocain.biz (consulté le 28 juillet 2014)
  19. Ibn Khaldoun (trad. William Mac-Guckin de Slane), Histoire des Berbères, Alger, éditions Berti, (ISBN 9782705336394)
  20. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s « Guide touristique de Salé par Montada » [PDF], sur selwane.com
  21. « Les premiers habitants de la ville », sur selwane.com
  22. Henri Terrasse, Les portes de l'Arsenal de Salé, Hespéris, , p. 357-371
  23. « Arsenal de Salé », sur qantara-med.org, Centre de recherche historique méditerranéen — Version de Ibn Khaldoun sur la prise de Salé
  24. a et b P. Cressier, « Les portes monumentales urbaines almohades : symboles et fonctions », dans Los Almohades : problemas y perspectivas, Madrid, Consejo Superior de Invistigaciones Cientificas/Estudios arabes e islamicos, , p. 149-187
  25. « La maison de Ibn al-Khatib à Salé », sur montada-forum.net
  26. « Lisân ad-Din Mohammed Ibn al-Khatib », sur Larousse.fr (consulté le 5 septembre 2014)
  27. (es) « Moriscos de Hornachos y República de Rabat », sur Webislam.com (consulté le 30 septembre 2012)
  28. Maroc : Les Cités Impériales, p. 230
  29. (ar) Abdelaziz Benabdallah, « الأندلسيين » [PDF], sur abdelazizbenabdallah.org — Titre traduit : Les Andalous
  30. (en) Peter Lamborn Wilson, « Murad Reis », dans Pirate Utopias (lire en ligne), p. 86-148
  31. (en) Mark Ellingham et Shaun McVeigh, The real Guide. Morocco, New York, Prentice Hall, coll. « The Real Guide », (ISBN 978-0-13-783697-0), p. 189
  32. (es) Mikel de Epalza, Los Moriscos antes y después de la expulsión, éd. MAPFRE, (ISBN 84-7100-249-3), p. 106
  33. Brahim Harakat, « Le makhzen sa'adien », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, no 15-16,‎ , p. 43-60
  34. « Expédition de Louis Charles du Chaffault de Besné contre les barbaresques »
  35. « L'histoire du Maroc - Les chérifs hasani », sur Cosmovisions (consulté le 23 août 2012)
  36. « L'histoire des tremblements de terre au Maroc », sur Dafina.net
  37. « Biographie de Charles Jagerschmidt », sur Mémoire d'Afrique du Nord
  38. Comment le Maroc a été vendu, Telquel
  39. a et b « Les frégates à vapeur Sané et Gomer » (photo et historique des vaisseaux) flotte de Napoléon III
  40. Hubert Granier, « Le vice-amiral Dubourdieu (1804-1857) », sur http://www.institut-strategie.fr (consulté le 30 juin 2013)
  41. Xavier Couplet, Rabat : Comment je suis devenue capitale, Rabat, Marsam, [détail de l’édition], p. 111
  42. « Biographie de la Maréchale Lyautey », sur memoireafriquedunord.net
  43. a et b « Les Hajji sous surveillance des renseignements généraux » (consulté le 30 septembre 2012)
  44. Bernard Lugan, « La défense des statuts du protectorat », dans Histoire du Maroc : Des origines à nos jours, Ellipses, (ISBN 9782729863524), p. 289
  45. a, b et c « Saïd Hajji, naissance de la presse nationale marocaine »|
  46. « Salé : Mémoire d’une ville (1912-1956), nouvel ouvrage collectif de l’IURS en hommage à la ville, son histoire et sa culture », sur villedesale.ma
  47. MAP, « Soulèvement du 29 janvier 1944 : Commémoration du 69e anniversaire », Le Matin,‎ (lire en ligne)
  48. Abraham Lahnite (préf. Jean Martin), Les Conditions d'établissement du traité de Fez : La Politique berbère du protectorat français au Maroc (1912-1956), t. 1, L'Harmattan, , 340 p. (ISBN 9782296549807, lire en ligne), p. 74
  49. « SALE : Première ville au Maroc à célébrer la fête du Trône », sur selwane.com
  50. « Abdessalam Yassine, leader du mouvement Al Adl Wal Ihssane », sur bladi.net
  51. a, b, c et d « Ismaïl Alaoui : «Quand Rabat devient un pôle d’attraction économique, social et administratif, Salé devient une ville-dortoir» », sur La Vie Eco (consulté le 28 juillet 2014)
  52. a, b, c, d, e, f, g et h Abdellatif Fadloullah, Université de Rabat, Maroc, « Explosion urbaine et maîtrise de la croissance des grandes agglomérations marocaines : le cas de la capitale », Université du Maine Le Mans (France)/CNRS (consulté le 3 juillet 2013).
  53. a et b « Réaménagement de Salé: La ville-dortoir se réveille », sur L'Economiste (consulté le 28 juillet 2014)
  54. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (fr+ar) Haut-commissariat au Plan, « Recensement général de la population et de l'habitat de 2004 » [PDF], sur lavieeco.com (consulté le 1er septembre 2014)
  55. a, b, c et d Leila Messaoudi, Urbanisation linguistique et dynamique langagière dans la ville de Rabat, Cahiers de Sociolinguistique, (2001) p. 134, 135
  56. a, b, c, d et e [PDF] « Décret no 2-15-234 du 28 joumada I 1436 (19 mars 2015) authentifiant les nombres fixant la population légale du Royaume », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, no 6358,‎ (ISSN 0851-1217, lire en ligne)
  57. a et b « Bouregreg ou la transformation de Rabat - Sale », sur darnna.com (consulté le 3 juillet 2013)
  58. Isabelle Berry-Chikhaoui, « Notions de citadinité et d’urbanité dans l’analyse des villes du Monde arabe » [PDF]
  59. Bouyoutat Madinat Sala (Les Maisons de Salé), p. 77-123 : Les Familles Influentes
  60. « Résultats des élections régionales et communales marocaines de 2015 » (consulté le 18 septembre 2015)
  61. Fouzia Benzakour, Driss Gaadi, Ambroise Queffélec, Le français au Maroc : Lexique et contacts de langues, De Boeck Supérieur, (ISBN 9782801112601, présentation en ligne)
  62. Mohamed Badrane, « Election des présidents des conseils communaux: Et les nouveaux maires sont... », Aujourd'hui le Maroc,‎ (consulté le 18 septembre 2015)
  63. Youssef Aït Akdim, « Maroc : qui sont les grands gagnants et les grands perdants des régionales et des communales ? », Jeune Afrique,‎ (consulté le 18 septembre 2015)
  64. (ar) « ذاكرة المجلس », villedesale.ma (consulté le 18 septembre 2016)
  65. « Discours de lancement du projet SURE à Salé » [PDF],‎
  66. « Salé organise ses journées de l’énergie », sur La Vie éco,‎
  67. « Parc d'attraction Magic Park », sur SkyscraperCity (consulté le 6 octobre 2012)
  68. Adama Sylla, « Découvertes & Loisirs inaugure le concept Magic Park à Salé », sur La Gazette du Maroc,‎
  69. a et b « Vallée du Bouregreg Le chantier de tous les records », sur L'Economiste (consulté le 27 juillet 2014)
  70. « 3 milliards de dirhams pour l'aménagement du Bouregreg », sur Aujourd'hui.ma (consulté le 27 juillet 2014)
  71. « L’aménagement de la vallée du Bouregreg (Maroc) : impacts sur un espace perçu », sur Cths.fr (consulté le 27 juillet 2014)
  72. a et b « L’aménagement de la Vallée du Bouregreg : un projet citoyen », sur Le Mag (consulté le 27 juillet 2014)
  73. « Le pont Moulay Al Hassan fait ses adieux aux Rbatis », Yabiladi.com (consulté le 10 septembre 2015)
  74. « Le nouveau pont Moulay Youssef entre Rabat et Salé inauguré par Moulay Hassan », Yabiladi.com (consulté le 10 septembre 2015)
  75. « Aéroport Rabat-Salé - Ouverture du nouveau terminal », Yabiladi.com (consulté le 10 septembre 2015)
  76. « E-Rabat.net », Yabiladi.com (consulté le 10 septembre 2015)
  77. « Salé - Secteurs d’activités », sur aurs.org.ma (consulté le 5 septembre 2014)
  78. « Aéroports du Maroc : Trafic aérien du mois de Décembre 2015 » [PDF], sur onda.ma (consulté le 11 septembre 2016)
  79. a, b, c, d et e « Dites-nous Abdelilah Alami, président de la Chambre d'artisanat de Salé : «Plus de 90 % des tapis r'batis sont produits à Salé» », sur selwane (consulté le 23 août 2015)
  80. a, b, c, d, e et f « Les métiers à Salé », sur selwane (consulté le 23 août 2015)
  81. Badiaa Anbary, « La cuisine urbaine marocaine », dans Michel Aufray et Michel Perret (Inalco), Cuisines d'Orient et d'ailleurs, Éditions Glénat, (ISBN 2723417921), p. 278.
  82. a et b « Salé : Environ de Rabat », sur azurever.com
  83. Un patrimoine en danger, par Faouzi Adel, Insaniyat (Revue), Numéro 12. septembre-décembre 2000.
  84. « Les créations musicales dans l’art marocain du « Madih » et « Samae » du 24 septembre au 3 octobre », sur yawatani.com (consulté le 5 septembre 2014)
  85. « Malhoun de Salé et samae », sur DailyMotion
  86. a et b Kenneth L. Brown, « Musiques et chants à Salé », sur selwane.com,‎
  87. Victorien Loubignac, « La procession des cierges à Salé », Hespéris, t. XXXIII,‎ 1946 - 1er-2e trim., p. 19-20 (lire en ligne)
  88. « Le vuvuzela est marocain »,‎
  89. « Traditions ramadanesques : Salé : Des coutumes sacrées pour un mois sacré », sur Aujourd'hui le Maroc,‎
  90. « Affiche de la 10e édition » [JPG], sur www.fiffs.ma
  91. « 5ème édition e Maroc Hit Parade à l'espace Bouregreg », sur Maroc Bouge ! (consulté le 13 octobre 2012)
  92. « Maroc Hit Parade sur les rives du Bouregreb 2011 », sur Bouregreg Marina (consulté le 13 octobre 2012)
  93. « Festival «Ramadan de Salé» : Plus de 300 artistes enchanteront la ville », sur aujourdhui.ma (consulté le 12 juillet 2013)
  94. « Tombée de rideau sur la 1-ère édition du festival « Ramadan de Salé» », sur marocwebo.com (consulté le 12 juillet 2013)
  95. « Médina de Salé », sur Ministère de la Culture (consulté le 8 septembre 2012)
  96. « Patrimoine architectural et urbain - Agence Urbaine de Rabat-Salé », sur Aurs.org.ma (consulté le 3 septembre 2016)
  97. Florence Dyan Maroc : voyage pratique, ed. Michelin, 2009 (ISBN 2067138758) p. 227
  98. Sophie Loizillon, Maroc, Éd. Marcus, (ISBN 2067138758), p. 41
  99. Marie-Rose Rabaté, André Goldenberg et Jean-Louis Thau (collab.), Bijoux du Maroc : Du Haut Atlas à la Méditerranée, depuis le temps des juifs jusqu'à la fin du XXe siècle, Aix-en-Provence/Casablanca, Édisud/Eddif, (ISBN 2-7449-0081-8 et 978-2-74490-081-5, lire en ligne), p. 109
  100. Dahir du 10 octobre 1914
  101. a et b « Médina de Salé », sur www.minculture.gov.ma (consulté le 1er août 2012)
  102. (ar) « سلا أسوار المدينة », sur startimes.com,‎ (consulté le 30 juin 2013) — Traduction du titre : Murs de la ville de Salé
  103. a, b, c, d et e « Enceinte de la ville de Salé », sur Idpc.ma (consulté le 5 septembre 2016)
  104. « Concours d'idées pour l'aménagement de Bab Lamrissa », Le Matin,‎ (lire en ligne) — Cet article comprend des informations sur le projet d'aménagement de Borj Adoumoue.
  105. a, b et c « Monuments, sites et zones classés dans la préfecture de Salé », sur Ministère de la Culture
  106. « Medersa Abou EL-Hassan », sur idpc.ma
  107. « Site officiel du Musée Belghazi »
  108. « Musée Bab Khemiss », sur babelfan.ma
  109. José Batalha, « Morocco 1998/1999 », rsssf.com (consulté le 11 août 2012)
  110. José Batalha, « Morocco 1999/2000 », rsssf.com (consulté le 11 août 2012)
  111. José Batalha, « Morocco 2000/2001 », rsssf.com (consulté le 11 août 2012)
  112. José Batalha, « Morocco 2001/2002 », rsssf.com (consulté le 11 août 2012)
  113. Jaouad Kanabi, « Al Botola-26e journée : Le derby mais aussi les autres », sur maghress.com,‎ (consulté le 5 septembre 2014)
  114. Abderrahmane Baalla, « L'ASS survole ses adversaires », sur maghress.com,‎ (consulté le 5 septembre 2014)
  115. Majd Bouchto, « Les Rifains au top », sur maghress.com,‎ (consulté le 5 septembre 2014)
  116. « Tournoi international de Salé: le CRA en demie finale », sur Radio Mars,‎ (consulté le 4 septembre 2014)
  117. « Tournoi international de basketball de Salé : Consécration de l’ASS », sur Libération,‎ (consulté le 4 septembre 2014)
  118. « 3e Édition du Tournoi International de Beach Volley », sur bouregregmarina.com
  119. « 3e Édition du salon Extreme loisir », sur bouregregmarina.com
  120. « 11e édition de la Nuit Internationale du Jet Ski », sur bouregregmarina.com
  121. « Le 6e Rallye automobile du corps diplomatique, une occasion pour découvrir la diversité du Maroc (organisateurs) », sur maghress.com
  122. « Le 6e Rallye Féminin International du Maroc - Les Colombes - », sur selwane.com
  123. « La Jet Cup de Salé, un réel succès », sur Aujourd'hui le Maroc,‎ (consulté le 4 septembre 2014)
  124. (en) « Details for Stade Marche Verte, Salé », sur Worldstadia.com,‎ (consulté le 13 août 2012)
  125. « Conseil de la ville de Salé : Des infrastructures qui laissent à désirer », sur selwane.com (consulté le 13 août 2012)
  126. Mostafa Yassine, « Réouverture du centre de Maâmora », sur maghress.com,‎ (consulté le 5 septembre 2014)
  127. « AS Forces Armées Royales de Rabat », sur fr.soccerway.com (consulté le 23 août 2012)
  128. « Inauguration de l'Académie Mohammed VI de football », sur Maroc-football.com,‎ (consulté le 23 août 2012)
  129. « Notre Histoire - UIR », sur Uir.ac.ma (consulté le 28 août 2016)
  130. « L'Ecole Supérieure de Technologie de Salé », sur Um5.ac.ma (consulté le 28 août 2016)
  131. « Mission - Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales (Salé) », sur Fsjes-sale.um5.ac.ma (consulté le 28 août 2016)
  132. « Institut de Technologie Hôtelière et Touristique de Salé », sur Iciformation.ma (consulté le 28 août 2016)
  133. « Ecole Nationale Forestière d'Ingénieurs Salé », sur 9rayti.com (consulté le 28 août 2016)
  134. « Centre Régional d'Investissement (Rabat-Salé-Kénitra) - Des ressources humaines compétentes », sur Rabatinvest.ma (consulté le 28 août 2016)
  135. « Un siècle d’engagement : Aboubakr El Kadiri », sur Zamane.ma (consulté le 28 août 2016)
  136. Paul Clammer, Morocco, ed. Lonely Planet, 2009 (ISBN 1741049717) p. 131
  137. Bouchra Bensaber, « Victimes des corsaires », La Gazette du Maroc,‎ (lire en ligne)
  138. « Photographie de pionniers du sport à Salé (dont Larbi Zniber) », sur selwane.com (consulté le 9 juin 2012)
  139. (ar) Abdelaziz Benabdallah[le lien externe a été retiré], « Les Andalou », sur http://www.abdelazizbenabdallah.org
  140. « Jumelage entre Salé-Ariana », sur economiesocialequebec.ca
  141. (pt) « Geminações », sur cm-portalegre.pt
  142. Mohammed Tanji, « Maroc-Mexique : développer une coopération tous azimuts », sur www.yabiladi.com,‎ (consulté le 3 septembre 2014)
  143. a, b et c MAP, « Jumelage de plusieurs villes et collectivités marocaines et africaines », sur wassilla.ma,‎ (consulté le 3 septembre 2014)
  144. a et b MAP, « Le Conseil communal de Salé approuve plusieurs accords de partenariat », sur maghress.com,‎ (consulté le 3 septembre 2014)
  145. (ar) « بلدية بيتونيا توقع اتفاقية تعاون مع بلدية سلا المغربية », sur Ma'an News Agency

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

En français[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

En arabe[modifier | modifier le code]

  • (ar) Jean Cousté (trad. Abu al-Kacem Achach), بيوتات مدينة سلا [« Les Grandes Familles indigènes de Salé »], Imprimerie officielle de Rabat, diffusion de la bibliothèque Sbihi,‎ , 152 p., p. 77 à 123 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (ar) Mohamed Ibn Ali Doukkali, الاتحاف الوجيز، تاريخ العدوتين, Editions Maârif de Rabat, diffusion de la bibliothèque Sbihi,‎ , 2e éd., 400 p., p. 335 à 354 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 5 septembre 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.