Alphonse X de Castille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Sage.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).


Alphonse X de Castille, Le Sage
Alfonso X de Castilla, "El Sabio"
Alphonse X de CastilleMiniature du Libro de los juegos d'Alphonse X
Alphonse X de Castille
Miniature du Libro de los juegos d'Alphonse X

Titre Roi de Castille et de León
(1252-1284)
Autre titre Roi des Romains (Grand Interrègne)
Couronnement 31 mai ou 1er juin 1252
Prédécesseur Ferdinand III
Successeur Sanche IV
Biographie
Dynastie Maison d'Ivrée
Naissance
Tolède
Décès (à 62 ans)
Séville
Père Ferdinand III
Mère Élisabeth de Souabe
Conjoint Yolande d'Aragon
Liaisons María Guillén de Guzmán
Enfants Enfants légitimes :

Enfants illégitimes :

Alphonse X le Sage ou le Savant (en espagnol, Alfonso X el Sabio) (Tolède, 1221Séville, 1284), roi de Castille et León (1252-1284) et roi des Romains (1257-1273).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le , à Tolède dans le palais de Galiana, il est le fils de Ferdinand III (1199-1252), roi de Castille (1217-1252) et de León (1230-1252) et d'Élisabeth de Souabe (1205-1235), fille de Philippe de Souabe, roi des Romains (1198-1208).

Élevé dans le nord de la province de Burgos, il garda toujours une grande affection pour la vieille capitale wisigothique.

À seize ans, il est aux côtés de son père dans la conquête de l'Andalousie. Il épouse en 1249 Yolande d'Aragon, la fille du roi d'Aragon, Jacques Ier le Conquérant. En 1252, il monte sur le trône de Castille, et se trouve très vite confronté à la tentation impériale[1].

Il porte également, de 1257 à 1273, durant un des interrègnes du Saint-Empire romain germanique le titre de roi des Romains, sans jamais être sacré empereur.

Son fils aîné Ferdinand de la Cerda étant mort prématurément en 1275, il fut contraint de léguer sa couronne de Castille à son deuxième fils Sanche IV le Brave (lequel avait pourtant été en révolte contre son père), et cela au détriment des droits des fils de Ferdinand.

En 1260 il lance un raid contre Salé qui sera le plus grand massacre dans l'histoire de la ville.

Apports intellectuels et culturels[modifier | modifier le code]

manuscrit
Grande Histoire Générale, de Alphonse X le Sage (Tolède, Espagne). Manuscrit de la bibliothèque de l'Excorial.
photo : statue à Madrid
Statue d'Alphonse X à Madrid, devant la bibliothèque nationale. (J. Alcoverro, 1892).

Alphonse X fut une personnalité hautement érudite qui fit travailler à Tolède des savants et traducteurs juifs, chrétiens et musulmans sur les sujets suivants :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Libro de las Cruzes, éd. L.A. Kasten, L.B. Kiddle, Madrid-Madison, 1961
  • (es) Manuel González Jiménez, Alfonso X el Sabio : 1252-1284, Burgos, Diputación Provincial de Palencia - Editorial la Olmeda, coll. « Corona de España 2. I, Reyes de Castilla y Leon »,‎ , 361 p. (ISBN 84-86844-99-1)
  • (es) Evelyn S. Procter (trad. Manuel González Jiménez), Alfonso X de Castilla, patrono de las letras y del saber [« Alfonso X of Castile : patron of literature and learning »], Murcie, Real Academia Alfonso X el Sabio, coll. « Biblioteca de estudios regionales ; 38 »,‎ , 147 p. (ISBN 84-88996-76-4)
  • Les tables alphonsines avec les canons de Jean de Saxe, édition, traduction et commentaire, CNRS, 1984.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tolède XIIe-XIIIe : Musulmans, chrétiens et juifs : le savoir et la tolérance.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]