Langue punique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Langue punique
דברים כנענים
 𐤌𐤉𐤍𐤏𐤍𐤊 𐤌𐤉𐤓𐤁𐤃
Dabarīm kanaʿnīm
 𐤌𐤉𐤍𐤐‏‏‏ 𐤌𐤉𐤓𐤁𐤃
Dabarīm pōnīm
Période Xe siècle av. J.-C. à VIIe siècle
Extinction VIIe siècle
Langues filles Néo-punique
Région Bassin méditerranéen sous l'influence de la civilisation carthaginoise
Typologie SVO flexionnelle
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 xpu
Étendue langue individuelle
Type langue ancienne
IETF xpu
Étendue du territoire carthaginois au début du IIIe siècle av. J.-C.

La langue punique, aussi appelée carthaginois, phénico-punique ou simplement punique, est une variété éteinte du phénicien, une langue de Canaan appartenant aux langues sémitiques[1] et s'écrit de droite à gauche sans voyelles, tout comme le phénicien[2].

Le punique était parlé au travers de la civilisation carthaginoise en Afrique du Nord et dans plusieurs îles méditerranéennes par les Puniques entre 1100 et 700 av. J.-C., avec la ville de Carthage dans l'actuelle Tunisie pour centre. Les Puniques sont restés en contact avec la Phénicie ou ses territoires jusqu'à la destruction de Carthage par la République romaine, en 146 av. J.-C.

Description[modifier | modifier le code]

Les formules religieuses et les noms puniques sont bien connus, en raison des inscriptions. La pièce Poenulus (Le petit Carthaginois) de Plaute contient quelques lignes de punique vernaculaire et permettent, contrairement aux inscriptions, de connaître quelques voyelles de la langue. Le punique traditionnel utilise un abjad et s'écrit donc sans voyelles[3].

Saint Augustin d'Hippone est généralement considéré comme le dernier grand écrivain en punique, et il constitue la source majeure de la preuve de la survie du punique au Ve siècle. D'après lui, la langue punique était parlée dans sa région (province d'Afrique), même après la chute de la Carthage punique, et les gens s'y considéraient toujours comme « chanani » (Canaanite ou Carthaginois)[4]. En 401, il écrit :

« Quae lingua si improbatur abs te, nega Punicis libris, ut a viris doctissimis proditur, multa sapienter esse mandata memoriae. Poeniteat te certe ibi natum, ubi huius linguae cunabula recalent.
Et si jamais vous rejetez la langue punique, vous faites virtuellement le déni de ce qui a été admis par la plupart des hommes savants, que plusieurs choses ont été sagement préservées de l'oubli, dans des livres écrits en punique. Non, vous devriez même avoir honte d'être né dans le pays dans lequel le berceau de cette langue est encore chaud. »

— Ep. xvii

Le punique a probablement survécu à la conquête musulmane du Maghreb : le géographe d'Al-Andalus, Al-Bakri, décrit au XIe siècle des gens qui parlent une langue qui n'est ni berbère, ni latin ni copte dans l'Ifriqiya. De plus, il est probable que l'arabisation des habitants était facilitée par le fait que leur langue était proche, les deux étant des langues sémitiques, et avait donc plusieurs similarités grammaticales et lexicales avec l'arabe[5].

Certaines recherches modernes affirment l'existence d'un substrat punique aux dialectes tunisien et maghrébin en général[6],[7]. Cette base est évaluée par le linguiste Abdou Elimam à 50 % dans les parlers du Maghreb et de Malte, ce qui contredit le principe selon lequel cette langue serait un dialecte dérivé de l'arabe, et explique en partie la divergence syntaxique qui est observée entre ce groupe de langues. Ces recherches sont toutefois loin de faire l'unanimité et contredisent la plupart des linguistes et historiens, qui expliquent la divergence syntaxique par un emprunt du berbère, langue mère de la presque tous les ancêtres des africains du nord[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Inscription en punique, grec et hébreu à Malte

Pendant la période où le punique est parlé, il change progressivement sous l'influence des langues berbères anciennes dont le Numide et le Libyque, se différenciant de plus en plus du phénicien. Au début, il n'y a pas beaucoup de différences entre le phénicien et le punique, mais au fil du temps, Carthage et ses colonies perdent contact avec la Phénicie. Le punique est alors moins influencé par le phénicien et davantage par les langues berbères locales. Le terme « néo-punique » réfère à cette modification progressive du phénicien par l'ajout du berbère dans la langue carthaginoise. Le néo-punique se réfère également au dialecte parlé dans la province d'Afrique après la destruction de Carthage en 146 av. J.-C., à la suite de la conquête romaine des territoires puniques.

Toutes les formes de punique ont changé après cette date selon Salluste, qui affirme que le punique est altéré par les intermarriages avec les Numides.

Cette affirmation est en accord avec des indications qui suggèrent une influence nord-africaine sur le punique, comme celle du libyque-berbère.

Le néo-punique se différencie de la langue punique traditionnelle par la prononciation des mots de manière plus phonétique[Quoi ?] que l'ancien punique et par l'usage de noms non puniques, qui étaient principalement d'origine libyque-berbère. La raison de cette différenciation dialectale est le changement qu'a subi le punique à cause de son extension au travers de l'actuelle Afrique du Nord et son adoption par les peuples de cette région[8].

Une autre version du punique serait le latino-punique, du punique écrit en caractères latins, avec une orthographe favorisant la prononciation punique, d'une manière similaire à ce que font l'arabe tunisien et les autres dialectes maghrébins avec les caractères latins[9]. Le latino-punique était parlé jusqu'aux VIe et VIIe siècles et a été préservé dans 70 textes retrouvés, ce qui montre la préservation du punique à l'époque romaine. Sa survie est en partie due aux personnes, loin de l'influence romaine, qui n'avaient pas besoin d'apprendre le latin. Au IVe siècle, le punique traditionnel était encore utilisé dans le territoire de l'actuelle Tunisie, dans certaines parties de l'Afrique du Nord et du bassin méditerranéen. Vers 400, le punique traditionnel, utilisant l'alphabet phénicien, était toujours utilisé, avec des inscriptions figurant sur des monuments, et l'alphabet néo-punique cursif était utilisé ailleurs[2]. L'alphabet néo-punique descend du punique.

Alphabet[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Alphabet punique.

L'écriture punique, tout comme le phénicien dont elle constitue une variante, compte 22 consonnes. Bien que proches, certaines lettres de l'alphabet phénicien ont une prononciation légèrement différente en punique, par rapport au phénicien.

Littérature[modifier | modifier le code]

Certains ouvrages littéraires en punique, tels que les 28 tomes d'agronomie de Magon le Carthaginois, ont étendu l'influence de Carthage. Le Sénat romain apprécie ses travaux à tel point qu'après la prise de Carthage, il les présente même à des princes berbères locaux possédant des bibliothèques[10]. Les traités de Magon sont également traduits en grec ancien par Cassius Dionysius d'Utique ; la version latine a probablement été traduite du grec. D'autres exemples de littérature punique incluent les périples de Hannon le navigateur, qui décrit ses périples pendant ses voyages maritimes autour de l'Afrique en plus de la création de nouvelles colonies puniques[11],[12].

La littérature punique était également réputée dans la philosophie[13], en particulier avec Clitomaque[13] et dans le droit, l’histoire et la géographie, selon les Grecs[10]. Toutefois, seuls des fragments de textes nous sont parvenus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Serge Lancel, Carthage, Paris, Fayard, , p. 466
  2. a et b (en) « Punic », sur Omniglot
  3. Maurice Sznycer, Les passages puniques en transcription latine dans le Poenulus de Plaute, Paris, Librairie C. Klincksieck,
  4. Karel Jongeling et Robert M. Kerr, Late Punic epigraphy: an introduction to the study of Neo-Punic and Latino-Punic inscriptions, Tübingen, Mohr Siebeck, (ISBN 3-16-148728-1), p. 4
  5. Karel Jongeling et Robert M. Kerr, Late Punic epigraphy: an introduction to the study of Neo-Punic and Latino-Punic inscriptions, Tübingen, Mohr Siebeck, (ISBN 3-16-148728-1), p. 71
  6. Farid Benramdane, « Le maghribi, langue trois fois millénaire de ELIMAM, Abdou (Éd. ANEP, Alger, 1997) », Insaniyat, no 6,‎ , p. 129-130 (lire en ligne)
  7. Abdou Elimam, « Du Punique au Maghribi : trajectoires d’une langue sémito-méditerranéenne », Synergies Tunisie, no 1,‎ , p. 25-38 (lire en ligne [PDF])
  8. (en) Karel Jongeling et Robert M. Kerr, Late Punic Epigraphy : An Introduction to the Study of Neo-Punic and Latino-Punic Inscriptions, Tübingen, Mohr Siebeck, , 114 p. (ISBN 3-16-148728-1, présentation en ligne)
  9. Serge Lancel, Carthage, Paris, Fayard, , p. 587
  10. a et b Madeleine Hours-Miédan, Carthage, Paris, PUF, , p. 121
  11. Charles Rollin, Histoire ancienne, t. premier (lire en ligne), VII « Les Sciences et les arts », p. 158 :

    « Nous avons encore une version grecque d'un traité composé en langue punique par Hannon sur le voyage qu'il avoit fait par ordre du sénat avec une flotte considérable autour de l'Afrique »

  12. Madeleine Hours-Miédan, Carthage, Paris, PUF, , p. 17
  13. a et b Hédi Dridi, Carthage et le monde punique, Paris, Les Belles Lettres, , p. 196

Liens externes[modifier | modifier le code]