Médina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Médina (homonymie).
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Une des portes d'entrée de la médina de Fès

Une médina (en arabe : المدينة العتيقة), désigne la partie ancienne d'une ville par opposition aux quartiers modernes de type européen. Ce terme est surtout employé dans les pays du Maghreb, en Espagne, en Afrique de l'Ouest et en Afrique de l'Est. La médina de Fès, la plus grande du monde[1], est placée sous la protection de l'Unesco[2] depuis 1981.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Le substantif féminin[3],[4] médina est emprunté à l'arabe[3],[4] مدينة[5] / madīna[4] (« ville »[3],[4],[5]).

Attesté dès le XVIIIe siècle, notamment[4] par le Dictionnaire de Trévoux[6], le nom propre Médina a été employé pour désigner certaines villes d'Espagne[4] telles que Medina del Campo, Medina de Pomar, Medina de Rioseco et Medina-Sidonia.

Attesté vers [4], le nom commun médina est aujourd'hui employé pour désigner, dans une ville d'Afrique du Nord, la vieille ville[3].

De la « ville » à la « ville traditionnelle »[modifier | modifier le code]

Au départ, la médina n’est rien d’autre que le mot arabe pour dire « la ville ». Avec la colonisation européenne et la création de « villes nouvelles » qui sont venues se juxtaposer aux anciennes médinas[7], la signification du terme s'est restreinte à la notion de « ville historique », « ville traditionnelle » ou même « ville indigène ».

Une médina se caractérise par ses échanges avec les zones rurales environnantes qui la nourrissent et par les activités marchandes qui la soutiennent, malgré les remparts qui la ferment et la protègent de la menace des envahisseurs. Une grande partie d'une médina est occupée par les souks.

Les médinas se caractérisent par une grande mixité d'activités humaines. Elles forment un espace où viennent se juxtaposer les fonctions résidentielles, économiques, sociales et culturelles[8].

Aujourd'hui, la mondialisation ou le simple développement des pays anciennement colonisés remet en question les modes de production traditionnels des biens et des services et, en conséquence, le tissu traditionnel des médinas. Les médinas se définissent dès lors par rapport et dans une relation socioéconomique avec les villes modernes qui ont grandi à leur côté. La prise de conscience de la nécessité de les sauvegarder est récente. Ainsi, la médina de Tunis est classée au patrimoine mondial de l'Unesco en 1979. En effet, les médinas peuvent jouer un rôle très important dans la revitalisation des arts et des traditions qui ont modelé un artisanat de grande qualité, en cours de disparition ou uniquement tourné vers le tourisme.

Un modèle médinal ?[modifier | modifier le code]

L’urbanisme médinal, inventé au Moyen Âge, est souvent considéré comme portant en lui les concepts les plus actuels en matière d’environnement (architecture bio-climatique, ville piétonne, densité élevée, compacité, faible impact environnemental, etc.), à l'instar des villes médiévales d'Europe ou d'Asie.

Comme le dit l'architecte et urbaniste Marc Gossé, « les grands principes du développement durable y sont présents – bien avant l’adoption de ce concept à Rio – à savoir : un écosystème subtil et abouti entre nature et urbanisation, une capacité d’adaptation étonnante de la morphologie et des typologies architecturales, une économie d’énergie par la limitation de la mobilité polluante des automobiles et la densité du bâti, un processus participatif et une gestion conviviale des espaces urbains, des systèmes de solidarité et une pratique de l’égalité de statut entre personnes et représentations symboliques spatiales, qui tous ne demandent qu’à être encouragés, réactivés ou réinterprétés, contre un modèle urbain « générique » porté par l’ultralibéralisme moderniste mondialisé, qui génère la destruction de l’environnement, du lien social et de la diversité culturelle »[9].

Liste des médinas[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Algérie Algérie[modifier | modifier le code]

En Algérie, la médina est le centre historique des villes anciennes, elle n’occupe que 1/5 ou 1/10 de la superficie de la ville, alors que la ville européenne représente le centre économique. Elles sont créées généralement pendant la grande période islamique, mais elles peuvent reprendre des éléments des cités romaines. Ces villes commandent des espaces intérieurs et sont entourées de vergers et de jardins qui sont devenus des espaces d'urbanisation. Mais d’autres villes portuaires ont un noyau ancien[10].

Un important patrimoine médinal et oasien, la pentapole du Mzab, est classée au patrimoine mondial de l'humanité [17]:

  • Ghardaïa
  • El Atteuf
  • Bou-Noura
  • Melika
  • Beni-Izguen


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Drapeau de l'Égypte Égypte[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Espagne[modifier | modifier le code]

Drapeau du Maroc Maroc[modifier | modifier le code]

Les 31 médinas recensées du Maroc (population en 2004)[19] :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Drapeau du Portugal Portugal[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Tunisie Tunisie[modifier | modifier le code]

Panorama de la médina de Kairouan, depuis la droite : la Grande Mosquée de Kairouan, la place qui s'étend devant le minaret et les anciens remparts.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Autres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Bastié et Bernard Dézert, L'Espace urbain, Paris, Masson,‎ (lire en ligne), p. 19
  2. a, b et c http://whc.unesco.org/fr/list/170
  3. a, b, c et d Entrée « Médina » dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le 14 janvier 2016).
  4. a, b, c, d, e, f et g Définitions lexicographiques et étymologiques de « médina » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le 14 janvier 2016).
  5. a et b (ar) Entrée « ville », sur Dictionnaire bilingue français-arabe (en ligne), Larousse (consulté le 14 janvier 2016).
  6. « Médina » dans le Dictionnaire de Trévoux, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le 14 janvier 2016).
  7. Marcel Robert, « La Médina, ville du futur ? »,‎ 2011
  8. Bachir Hajjaj, « La médina, une cité nouvelle ? »,‎ 2003
  9. Marc Gossé, « La médina, modèle urbain pour le XXIe siècle ? »,‎ 2011
  10. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Marc Côte, L'Algérie espace et société, Masson,‎ (ISBN 2-225-85146-8), p. 95, 96
  11. Ighil Ali, Encyclopédie Berbère, en ligne
  12. Fernand Lanore, Rochers, Neiges Et Sables, en ligne
  13. Patrice Bergougnoux, L'Intérieur: Un ancien directeur de la Police témoigne, ch.2, en ligne
  14. « Qantara Med : Mosquée du Vieux Ténès »
  15. Médina de Bou Saada, sur le site de Architecture Méditerranéenne [1]Modèle:Df.
  16. Azeddine Belakeha, Les ambiances environnementales de la médina : Le patrimoine oublié, [2]
  17. Vallée du M’Zab, sur le site de Architecture Méditerranéenne [3]Modèle:Df.
  18. L'origine de la médina Elvira remonte à l'époque antique. Elle a été utilisée par les évêques par la suite comme centre religieux. Puis, elle fut prise par les arabes au moment de conquête de l'Espagne en 711. La ville reste en mains musulmanes jusqu'à l'avènement des Aghlabides en 1010. Aujourd'hui, on y trouve du mobilier, des ruines de la mosquée et des objets décoratifs.
  19. Banque Européenne d’Investissement, étude pour sa conférence du 30 octobre 2008 à Venise (lire en ligne)
  20. http://whc.unesco.org/fr/list/331
  21. http://whc.unesco.org/fr/list/837
  22. http://whc.unesco.org/fr/list/753
  23. http://whc.unesco.org/fr/list/1058
  24. http://whc.unesco.org/fr/list/498
  25. http://whc.unesco.org/fr/list/36

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcello Balbo (dir.), Médinas 2030 : Scénarios et stratégies, Paris, L'Harmattan, coll. « Itinéraires géographiques »,‎ , 283 p. (ISBN 2296113095 et 9782296113091) [aperçu en ligne]
  • Anne-Claire Kurzac-Souali, « Les médinas marocaines : une requalification sélective », Les Cahiers d’EMAM, no 17,‎ , p. 117-120