Pérégrin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dans l'Empire romain, les pérégrins sont des étrangers, hommes libres, habitant les provinces conquises par Rome, mais ne disposant pas de la citoyenneté romaine, ni du statut juridique des Latins. ils sont souvent venus à Rome dans le but de faire du commerce.

Pérégrin concerne l'étranger libre, lequel ne jouissait ni du droit de cité ni du droit latin. Un pérégrin est un étranger, un voyageur qui est dans un pays dont il ne vient pas, un nomade, un pèlerin[1].

Statut juridique[modifier | modifier le code]

Si l'Empire respecte leurs institutions antérieures, les pérégrins ont un statut juridique (civil et pénal) inférieur à celui des citoyens. Ils servent dans les troupes auxiliaires de l'armée, non en tant que légionnaires. Ils payent plus d'impôts que les citoyens, mais n'ont aucun droit politique à Rome.

Les pérégrins peuvent acquérir la citoyenneté romaine pour eux et leur famille en servant 25 ans l'armée romaine ou en achetant leur titres.

Ce statut disparaît en 212 quand l'édit de Caracalla donne à tous les hommes libres de l'Empire la citoyenneté romaine.

Les pérégrins (en latin peregrini, pluriel de peregrinus, signifiant simplement à l'origine étranger), ne pouvaient épouser une romaine. Ils peuvent cependant épouser une personne de même rang : un autre pérégrin. Mais à ce moment, le mariage ne sera pas considéré comme des justes noces, mais comme une forme inférieure d'union. En effet, les conditions pour se marier n'étant pas réunies (notamment le fait d'être citoyen romain).

Droits[modifier | modifier le code]

Dans l’Empire romain, le pérégrin était un homme libre qui n’avait pas la citoyenneté romaine (laquelle conférait certains droits). Sauf s’il disposait d’un droit particulier, un pérégrin ne pouvait pas se marier avec un Romain, il ne pouvait pas faire un testament selon le modèle romain, il ne participait pas à la vie politique, etc. Le pérégrin vivait selon les lois de sa propre communauté. L’Édit de Caracalla de 212 ap. J.-C. a accordé la citoyenneté romaine à tous les hommes libres de l’Empire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « PÉRÉGRIN : Définition de PÉRÉGRIN », sur www.cnrtl.fr (consulté le 21 novembre 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]