LGV Tanger - Kénitra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis LGV Tanger-Casablanca)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

LGV Tanger - Kénitra
Ligne de Tanger à Kénitra
Image illustrative de l’article LGV Tanger - Kénitra
Carte de la ligne
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Villes desservies Tanger, Kénitra
Historique
Mise en service 2018
Électrification 2017
Caractéristiques techniques
Longueur 200 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 25 kV – 50 Hz
Nombre de voies Double voie
Signalisation ETCS
Trafic
Propriétaire ONCF
Exploitant(s) ONCF
Trafic Al Boraq[1]
Schéma de la ligne

La LGV Tanger - Kénitra est une ligne à grande vitesse marocaine, mesurant 200 kilomètres. Elle est inaugurée le 15 novembre 2018[2] et entrée en service voyageurs le 26 novembre 2018. Les liaisons ferroviaires sont désignées par la marque Al Boraq[1].

Objectifs du projet[modifier | modifier le code]

Cette ligne à grande vitesse est le premier maillon du projet marocain de LGV visant à doter le pays à horizon 2030 de 1 500 km[3] de lignes ferroviaires à grande vitesse. Ce projet de nouvelles lignes comprend deux axes : Casablanca-Oujda en 3 heures (ligne maghrébine, 600 km) et Tanger-Casablanca-Agadir en 4 heures (ligne Atlantique, 900 km)[4]. La liaison Tanger-Kénitra (200 km)[5] est la première étape de ce projet LGV Atlantique marocain.

D'autre part, les études préliminaires à la réalisation du tunnel de Gibraltar en cours permettent d'envisager une liaison ferroviaire Afrique-Europe rendant possible une liaison LGV Rabat-Madrid en six heures et Rabat-Paris en dix heures[6]. À priori le tracé privilégié côté espagnol correspondrait à l'axe Tanger-Algésiras-Antequera-Madrid[7] dont il reste environ 150 km de LGV à accomplir au lieu de se servir de la LGV Cadix-Séville située à 50 km des côtes marocaines et qui est en cours de finalisation[8] puis d'emprunter la première LGV espagnole LGV Madrid - Séville édifiée en 1992 à l'occasion de l'exposition universelle. Cette ligne s'inscrit donc aussi dans la continuité des projets ferroviaires à grande vitesse européens sous le nom de la LGV Transversale (ou Scandinavie-Maroc) dont les extrémités sont Stockholm et Casablanca qui traverse sept pays en seize heures selon le tracé suivant : Stockholm-Copenhague-Cologne-Bruxelles-Paris-Madrid-[Tanger-Casablanca]. La majeure partie de cet itinéraire ferroviaire à grande vitesse est dorénavant achevé sur 3 000 km environ allant de Hambourg à l'encablure de la pointe sud espagnole. Au-delà de l’Allemagne vers la Scandinavie et en dessous de la pointe sud ibérique, les projets de tunnels respectivement des détroits de Fehmarn et de Gibraltar sont constamment évoqués et repoussés au-delà de 2020.

Le projet de cette ligne à grande vitesse a d'abord pour objectif immédiat de relier les deux pôles économiques constitués par les deux hubs maritimes marocains, l'Atlantique Port de Casablanca et le Méditerranéen Tanger Med et leurs zones d'activités adjacentes.

Quant à la future ligne dite maghrébine, dite « train maghrébin à grande vitesse » (TGV-M), elle est destinée à relier Casablanca à Alger (Algérie), les deux mégapoles du Maghreb, en quatre heures. Elle s'inscrit dans un projet baptisé[pas clair] allant de Casablanca à Tripoli (Libye) en passant par Tunis (Tunisie)[9]. Le projet, dévoilé pour la première fois en avril 2015, doit alors être mise en place d'ici à 2030[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier protocole d'accord a lieu lors d'une rencontre entre Nicolas Sarkozy et Mohammed VI en octobre 2007, il est signé par les ministres Jean-Louis Borloo et Karim Ghellab[11].

Le est signé le projet définitif sous la forme de six conventions[12]. Les 14 rames sont commandées au fournisseur Alstom pour 400 millions d'euros[13],[14]. L'ouverture est alors prévue pour décembre 2015.

60 ingénieurs de la SNCF et de l'ONCF réalisent ensuite les études nécessaires avant le démarrage des travaux[15], qui sont lancés le par Mohammed VI, Nicolas Sarkozy et le président de la SNCF Guillaume Pepy[16].

La pré-exploitation démarre le , avec un record de vitesse à 357 km/h atteint le et annoncé le [17],[18].

Mise en service : la durée du trajet Tanger-Casablanca est de 2h10[19]. Repoussé à l'été 2018, lors de publications de 2015-2016[20],[21],[22]. Sa mise en service est finalement repoussée à fin 2018. L'inauguration a finalement lieu le [23], au lieu de 2015 initialement, les retards étant principalement causés par les procédures d'expropriation.

L'exploitation débute à partir du , et les billets sont proposés gratuitement les trois premiers jours, à titre promotionnel[24].

La ligne[modifier | modifier le code]

Tracé[modifier | modifier le code]

Le réseau en 2010.

La ligne LGV Tanger-Kénitra s’étend sur un total de 200 km. Elle suit un nouveau tracé plus raccourci par rapport à la ligne classique actuelle et qui longe la côte atlantique ce qui a suscité le rajout de filtres anti sables marins aux rames Euroduplex. La première phase du projet consiste à construire cette nouvelle ligne Tanger-Kenitra de 200 km et la relier au réseau ferroviaire classique existant entre Kenitra et Casablanca. Cela ne pourra permettre aux rames Duplex du fournisseur Alstom de dépasser 220 km/h[26] au-delà de Kénitra dans un premier temps. Les travaux sont en cours, et se termineront fin 2016. Le trafic voyageurs débutera en 2018[20]. Dans cette première phase le train parcourra ce premier grand tronçon en 47 minutes et continuera sans rupture de charge jusqu'à Casablanca les 150 km restant en 1h20 ce qui correspond à une durée totale du voyage Tanger-Casablanca de 2h10 en comptant les temps d'arrêt à Kénitra, et Rabat. La pose des rails a commencé depuis début 2016 et se poursuit à raison de un kilomètre par jour. Au cours d'une conférence de presse spéciale consacrée à l'avancement du projet, le président directeur de l'ONCF déclare le 20 avril 2016 que le premier tronçon Kenitra - Larrache sera finalisé vers la fin de l'année 2016 et que les premiers tests dynamiques à grande vitesse des rames s'y effectueront en février 2017 sur une portion de 80 km.

Ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

La LGV Tanger - Kénitra est conçue selon les référentiels techniques des lignes à grande vitesse conformes aux standards européens. Malgré la rareté des reliefs situés sur son tracé, la ligne traverse plusieurs zones inondables ou compressibles ce qui a nécessité de faire appel à 286 ouvrages courants ou hydrauliques soit une moyenne de 1,36 ouvrages d'art au kilomètre dont 13 viaducs s'étalant sur un total de 10 km linéaire. Parmi les plus grands viaducs trois[27] ont été remportés par le groupe marocain SGTM :

  • Viaduc d’El Hachef 3,5 Km ;
  • Viaduc de Mharhar 700 m ;
  • Viaduc de Sebou 250 m.

Les gares[modifier | modifier le code]

Le train à grande vitesse desservira quatre villes : Tanger, Kénitra, Rabat et Casablanca. Trois d'entre elles (Tanger, Kénitra et Casablanca) ont suscité un appel d'offres international, dont le résultat a été révélé dès 2013[28]. Vient ensuite le tour des gares de Rabat : le directeur de l'ONCF déclare au cours d'une conférence intitulée « Next Station 2015 », organisée par l'UIC à Marrakech, que le projet de la mise en place du train à grande vitesse concernera la reconstruction de cinq gares dont deux à Rabat pour un montant de 2,7 milliards de dirhams[29] (mais seule Rabat-Agdal sera desservie par ces trains[30], contrairement à Rabat-Ville). Dans un premier temps, les trains ne marqueront pas d'arrêt dans la ville de Larache ; cependant, un emplacement est réservé dans le projet global pour une future gare desservant le nord de Larache[31], au point kilométrique (PK) 78 en partant de Tanger.

La future gare pour les trains à grande vitesse de Tanger sera construite sur une superficie de 8 300 m² pour un budget de 320 millions de dirhams (32 M$)[28]. Elle sera conçue par l'architecte marocain Youssef Melihi et viendra compléter la gare actuelle sur son côté latéral. Elle assurera une correspondance par train classique vers Assilah et la gare du port ferry de Tanger Med.

  • Gare de Larache

La gare de Larache, qui sera créée ex nihilo (contrairement aux autres), n'est pas prévue dans la première étape du projet. Cependant, son emplacement est projeté au nord de la ville au point kilométrique 78[31], proche du complexe touristique Lixus à côté de l'océan Atlantique. En 2018, la gare la plus proche de Larache est située à Tlata Risana, sur la ligne ferroviaire classique, à 25 km du centre-ville. La LGV Tanger - Kénitra passant plus près de la ville de Larache lui permettra d'être desservie, ainsi que les villes voisines d'Asilah et Ksar El Kébir, au lieu d'effectuer un détour par Tanger.

La future gare de Kénitra sera construite sur une superficie de 9 900 m², pour un budget de 340 millions de dirhams (34 M$)[28]. Elle sera conçue par l'architecte marocain Omar Kobbité, associé au cabinet italien Silvio Dascia. La gare de Kénitra assurera des correspondances vers Meknès, Fès, Taza, Oujda et Nador.

Le coup d'envoi des travaux de la gare de Rabat-Agdal est donné le 8 mars 2016[32], pour un budget de 600 millions de dirhams (60 M$). Elle aura une superficie de 70 000 m², pouvant accueillir 30 millions de passagers annuels.

La future gare de Casa-Voyageurs sera construite sur une superficie de 8 300 m², pour un budget de 380 millions de dirhams (38 M$)[28]. Elle sera conçue par l'architecte casablancais Yassir Khalil (YKS) et un groupement constitué d'entreprises italiennes expérimentées en matière ferroviaire. Il s'agit d'ABDR Architetti Associati, un cabinet basé à Rome, F&M (Favero e Milan Ingegneria), situé près de Venise, et Italferr, filiale d'ingénierie de FSI, les chemins de fer italiens. Construite sous forme de pont, respectant l'actuel bâtiment et son minaret, la future gare pourra accueillir 22 millions de voyageurs par an contre 4,5 millions aujourd'hui. Le 1e prix pour ce projet a été attribué en août 2012, devant notamment le cabinet français Richez ou l'AREP, l'allemand GMP ou le britannique Chapman Taylor. L'AREP, filiale ingénierie et architecture de la SNCF, a pour sa part réalisé la nouvelle gare de Casa-Port qui, elle, ne sera pas desservie par le train à grande vitesse. La gare de Casa-voyageurs assurera des correspondances vers Marrakech, vers l'aéroport de Casablanca et vers plusieurs villes limitrophes via le Train navette rapide à partir de la gare de Casa-Port.

Équipement[modifier | modifier le code]

La LGV Tanger - Kénitra sera conçue pour une vitesse commerciale de 320 km/h (vitesse potentielle 350 km/h)[33]. Après la fin totale des travaux sur la LGV Kénitra-Casablanca (conversion d'une ligne classique), le train continuera à une vitesse maximale de 220 km/h[19] sur cette dernière (en attendant, ce sera 160 km/h) pour desservir Rabat et Casablanca sans rupture de charge.

La desserte[modifier | modifier le code]

Temps de trajet[modifier | modifier le code]

Gare Temps actuel Temps en 2018[34] Temps en 2020[25]
Tanger-Kénitra 3h15 47 min 47 min
Tanger-Rabat 3h45 1h20 1h00
Tanger-Casablanca 4h45 2h10 1h30
Rabat-Casablanca 1h30 50 min 30 min

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

La ligne LGV Tanger Kénitra sera exploitée grâce à des rames Euroduplex[14], construites par Alstom, le choix de ce matériel a été effectué par l'opérateur marocain, l'ONCF, dans le but de répondre à la montée en charge du trafic sur cette ligne à plus forte croissance durant les cinq dernières années. La version commandée correspond à une déclinaison du TGV Duplex de 3e génération surnommé Euroduplex, bicourant (25 kV et 3 kV), capable de circuler sur les lignes classiques et adaptée aux conditions climatiques marocaines. Les premiers éléments sont déchargés le 29 juin 2015 [35], à la fin avril 2016 neuf rames ont été livrées[36] et montées à Tanger[37]. Les tests dynamiques ont commencé le 20 janvier 2016[37] sur ligne classique entre Kénitra et Casablanca, avec des vitesses de 160 km/h et des pointes à 200 km/h. Les tests dynamiques à 320 km/h sur la LGV sont programmés pour février 2017.

Fréquences prévues[modifier | modifier le code]

Les horaires des dessertes dépendront des heures de pointe et des correspondances des trains classiques grandes lignes à Kénitra et à Casablanca, initialement l'ONCF projetait de commander 18 rames Euroduplex et tablait sur 50 rotations Tanger-Casablanca par jour avec des dessertes chaque heure de 5 heures à 22 heures et deux trains par heure dans chaque sens en heures de pointe. Afin de limiter les coûts d'acquisition la commande a été revue à la baisse à 14 rames puis finalement à seulement 12 rames et un institut de formation en maintenance conçu en join-venture entre l'ONCF et la SNCF afin de maîtriser les coûts des maintenances. Une vidéo institutionnelle publiée[38] par l'ONCF précise clairement que les dessertes seront de 6 heures à 21 heures. Avec 12 rames en service il serait difficile d'assurer deux dessertes par heure le maximum possible serait de 40 rotations par jour sur la base de 10 rames en activité et 2 rames en réserve. Chaque rame Euroduplex pouvant assurer quatre aller/retours par jour entre 6 heure et 21 heures au lieu de deux aller/retour pour les trains électriques classiques qui fonctionnent actuellement de 5h30 à 21h30.

Correspondances[modifier | modifier le code]

L'arrivée du train à grande vitesse permettra aussi de rapprocher Tanger des trois villes impériales marocaine Meknès, Fez et Marrakech :

  • Tanger - Meknès/Fez Aujourd'hui les trains directs Fez - Tanger mettent cinq heures de temps, en 2018 les voyageurs pourront se rendre de Fez à Tanger en moins de trois heures: deux heures de Fez à Kénitra et 47 minutes de Kénitra à Tanger. Actuellement il y a deux trains par heure entre les deux villes impériales Fez, Meknès et Kénitra. Les habitants de Meknès eux pourront atteindre Tanger en 2h30.
  • Tanger - Marrakech Actuellement il faut huit heures pour se rendre de Tanger à Marrakech (10 par le train couchette), en 2018 après le doublement et la mise à niveau de la ligne Casablanca - Marrakech le trajet s'y effectuera en 2h30 il sera donc possible de raccourcir le trajet Tanger - Marrakech à 4h30.

En plus des capitales impériales la liaison à grande vitesse Tanger - Casablanca permettra d'assurer la correspondance vers la ville touristique de El Jadida, vers l’aéroport Mohammed V ainsi que vers la gare du port passagers Tanger Med.

Impact socio-économique[modifier | modifier le code]

La LGV Tanger Kénitra permettra d'assurer une desserte à grande vitesse de quatre agglomérations de plus de un million d'habitants chacune s'étalant de Tanger à Casablanca en passant par la capitale Rabat, sur ce même tracé le train à grande vitesse connectera l'aéroport de Casablanca (8 millions de passagers par an) aux aéroports de Rabat et Tanger qui se rapprochent de un million de passagers chacun, au départ de Tanger deux ports passagers Ferry assurent un afflux de 3,5 millions de passagers par an, en outre, Les correspondances en lignes classiques apportent 7,4 et 10 millions de passagers grandes lignes respectivement à Casablanca et à Kénitra.

Le recours à des rames Euroduplex à deux niveaux a pour objectif d'atteindre huit millions de voyageurs par an, soit environ 15 % de l'ensemble du trafic voyageurs à la date de mise en service de la ligne[39]. Le temps de trajet, actuellement de plus de trois heures en train classique et de deux heures en voiture, sera réduit à 47 minutes entre Tanger et Kénitra. La LGV Tanger - Kénitra permettra également de relier Casablanca à Tanger en deux heures environ au lieu de sensiblement cinq heures actuellement. Les rames capacitaires Euroduplex sont en outre en mesure d'apporter plus de places assises pour les naveteurs Kénitra - Casablanca aux heures de pointe et d'améliorer ainsi le confort des abonnés.

Le succès du modèle TGV Duplex en France notamment en termes de réduction des coûts d'exploitation, porte l'ONCF à espérer tenir sa promesse de ne pas augmenter de plus de 20 % le prix du trajet Tanger – Casablanca, par rapport au prix actuel pour rester en dessous de 150 dirhams (environ 14 )[40]. Cette promesse a certes du mal à être crédible aux yeux du grand public au Maroc, cependant, cela resterait facilement réalisable étant donné les prix pratiqués actuellement par l'opérateur turc, soit dans un pays où le niveau de vie est proche du Maroc. En janvier 2012, le billet en 2e classe sur Tanger – Kénitra est de 85 dirhams, pour un tracé actuel sur ligne classique qui avoisine les 250 km. La nouvelle liaison à grande vitesse prévue sera de 200 km, le système tarifaire de l'opérateur ONCF tient compte des distances des trajets, la cinquantaine de kilomètres économisée par le raccourcissement du parcours serait en mesure de maîtriser les coûts d'exploitation de LGV de manière à en démocratiser l'accès.

Financement[modifier | modifier le code]

Le coût de la ligne à grande vitesse Tanger-Kénitra est de 20 milliards de dirhams (1,8 Md €) faisant partie d'un contrat programme global de 33 milliards de dirhams entre l'État marocain et l'ONCF pour la période 2010-2015, le bouclage financier des 20 Md DH réservés au projet grande vitesse est arrivé à hauteur de 55 % au troisième trimestre 2011 soit 10,9[41] MMDH adjugés, les 9,1 MMDH restant seront totalement engagés courant 2012 assure Karim Ghellab, ministre marocain des transports et de l'équipement.

Ces fonds (20 Md DH) seront répartis comme suit : 10 milliards pour l'infrastructure ferroviaire[42], 5,6 milliards pour les équipements ferroviaires[42] et 4,4 milliards pour le matériel roulant[43]. Dans ce sens, en novembre 2008, un prêt de 625 millions d'euros a été accordé au Maroc par la France[44]. L'État marocain a accepté de financer le projet à hauteur de 4,8 milliards de dirhams le 1er février 2010. Le Fonds Arabe pour le Développement Économique et Social (FADES) signe un accord de prêt de 864 MDH le 14 février 2012[45].

D'autre part, l'ONCF prévoit de financer avec les 13 Md DH restant de son programme 2010-2015, la construction d'une troisième voie entre Kenitra et Casablanca notamment pour les marchandises, la suppression des passages à niveau restant sur cet axe et la mise à niveau de la ligne Casablanca-Marrakech[42].

Un nouvel émission d'emprunt obligataire, plafonné à 2 millions de dirhams, est garantie par l'état d'après une annonce au journal officiel le 14 juin 2018, il servira à financer la LGV, dont le triplement des voies et la maintenance de l'infrastructure[46].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « SM Le Roi Mohammed VI baptise le Train à Grande Vitesse marocain du nom d'AL BORAQ », sur oncf.ma, (consulté le 24 juillet 2018).
  2. Le Maroc inaugure le premier TGV d’Afrique, made in SNCF https://www.lemonde.fr/entreprises/article/2018/11/15/le-maroc-lance-le-premier-tgv-africain-made-in-sncf_5383754_1656994.html
  3. Schéma prévoyant 1 500 km de LGV en 2030 Oncf.ma
  4. Le tracé direct Casablanca-Agadir passant par Safi au lieu de Marrakech est inférieur à 900 km, ce qui correspond à la distance Paris-Marseille connectées actuellement par une LGV en 3 heures.
  5. Travaux du TGV Tanger-Casablanca Afriquejet.com
  6. Schéma des projets LGV européens neovist.org.
  7. Future LGV Antequera-Ronda ElPais.es
  8. LGV Séville-Cadix
  9. Abdelkrim Amarni, « TGV-M Le TGV maghrébin à l'étude », sur Lexpressiondz.com,
  10. a et b « Train. Le Maghreb rêve de son TGV », sur Ouest-France,
  11. « Le Maroc dit oui au TGV, non au Rafale », sur Lexpress.fr, (consulté le 7 novembre 2018)
  12. « S.M. le Roi Mohammed VI préside la cérémonie de signature de six conventions relatives au projet de TGV Tanger-Casablanca », sur Le Matin, (consulté le 5 novembre 2018)
  13. « Le Maroc achète 14 rames de TGV », sur Le Monde, (consulté le 7 novembre 2018)
  14. a et b Christopher English et Samuel Miller, « ONCF et Alstom signent un accord pour la fourniture au Maroc de 14 trains à très grande vitesse », sur Alstom, (consulté le 7 novembre 2018)
  15. Fin d'études d'avant projet et validation technique Lavieeco.com
  16. « Au Maroc, Sarkozy lance le premier « TGV arabe » », sur Le Parisien, (consulté le 7 novembre 2018)
  17. « TGV: nouveau record de vitesse en Afrique (Vidéo) », sur medias24, (consulté le 14 novembre 2018)
  18. « Maroc : le premier TGV d’Afrique inauguré par Emmanuel Macron », sur Le Parisien, (consulté le 15 novembre 2018)
  19. a et b « Commande du matériel roulant et date de mise en service », sur Le Monde,
  20. a et b « La mise en service du premier TGV repoussée à 2018 », sur L'Économiste,
  21. « Essais - TGV Maroc », sur www.tgvmaroc.ma
  22. Nasser Djama, « Maroc : le TGV entrera en service avant juin 2018 », sur L'Usine Nouvelle,
  23. Frédéric Bergé, « Le TGV marocain sera inauguré le 15 novembre avec Emmanuel Macron », sur BFM, (consulté le 14 novembre 2018)
  24. Mohamed Chakir Alaoui, « LGV: VOICI LA DATE DE MISE EN SERVICE DU TGV MAROCAIN, AL BORAQ », sur le360.ma, (consulté le 19 novembre 2018)
  25. a et b c.f. page 7 du rapport de la BAD afdb.org
  26. Mise à niveau des caténaires: la vitesse passe de 160 à 220 km/h ayesa.es
  27. SGTM : Les Viaducs LGV
  28. a b c et d Qui va concevoir les gares TGV marocaines
  29. Maroc : Cinq gares TGV pour 2,7 milliards de dirhams
  30. https://www.tgvmaroc.ma/mise-en-service/gares/
  31. a et b Étude LGV Kenitra -Tanger Emplacement de la future gare LGV de Larache (pp 12-14)
  32. « coup d'envoi des nouvelles gares de Rabat », sur L'économiste,
  33. Le projet de Train à grande vitesse au Maroc tgvmaroc.ma
  34. Samir El Ouardighi, « Inauguration du TGV marocain: ce qu'il faut savoir sur ce méga projet (Round up) », sur medias24.com, (consulté le 19 novembre 2018)
  35. [1]
  36. Les projets d'Alstom au Maroc
  37. a et b TGV du Maroc : en vidéo, les premières images des essais en conditions réelles
  38. Détail sur la LGV en vidéo (officiel)
  39. Estimation du trafic passagers Tanger-Casablanca Lavieeco.com
  40. Le Maroc à l'heure du TGV (page 4)
  41. Explications détaillées de Karim Ghellab Aufaitmaroc.com
  42. a b et c ONCF SM le Roi préside la signature du nouveau contrat-programme État-ONCF et une convention avec le Fonds Hassan II oncf.ma
  43. High speed funding package agreed railwaygazette.com
  44. TGV au Maroc : un prêt français de 625 millions d'euros french.xinhuanet.com
  45. FADES: un prêt de 864 millions dh
  46. Soufiane Chahid, « ONCF : un emprunt obligataire de 2 milliards de dirhams garanti par l'Etat », sur Telquel,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]