Jean-Louis Miège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Miège (homonymie).
image illustrant un historien image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un historien français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean-Louis Miège
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (93 ans)
RabatVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Jean-Louis MiègeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Chevalier de la Légion d'honneur‎
Officier des Palmes académiques (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean-Louis Miège, né le à Rabat, est un historien français, spécialiste du Maroc au XIXe siècle[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il soutient en 1959 une thèse intitulée Le Maroc et l'Europe[2], sous la direction de Charles-André Julien. Pour Catherine Coquery-Vidrovitch, parmi sa génération d'historiens « soucieux de relater un passé colonial en passe d'être révolu », il est un tenant «du conservatisme le plus affirmé»[3].

Il a été professeur au lycée de Rabat (1945-1949) puis à celui de Casablanca, maître de conférences à l'université de Rabat (1957-1961) et professeur à l'université d'Aix-Marseille[4]. Il est ensuite professeur émérite à l’université de Provence et responsable d'une revue portant sur les relations entre l'Europe et le Maroc[1].

Il a été président du Comité international d'études méditerranéennes et membre du Centre de recherches sur l'Afrique méditerranéenne (section moderne et contemporaine).

Il est membre libre de l'Académie des sciences d'outre-mer, élu le 19 janvier 1973, et en est le président honoraire[5]. Il est aussi membre de l'Académie royale de Belgique[5] et membre correspondant honoraire de l'Académie royale des sciences d'outre-mer, Classe des sciences humaines[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages de Jean-Louis Miège[modifier | modifier le code]

  • Le Maroc, Paris, Presses universitaires de France, 1950, nouv. éd., 1962, 1966, 1971, 1977, 1986, 1994 et 2001.
  • Le Maroc, Paris, Arthaud, 1952, nouv. éd., 1956.
  • Les Européens à Casablanca au XIXe siècle : 1856-1906, Paris, Larose, 1954.
  • Le Maroc et l'Europe, 1830-1894, Paris, Presses universitaires de France, 1961-1963, quatre volumes : 1. Sources et bibliographie, 2. L'ouverture, 3. Les difficultés, 4. Vers la crise.
  • L'impérialisme colonial italien de 1870 à nos jours, Paris, Sedes, 1968.
  • Une mission française à Marrakech en 1882 ; documents inédits avec introduction, commentaires et notes, Aix-en-Provence, La pensée universitaire, 1968.
  • Documents d'histoire économique et sociale marocaine au XIXe siècle, Paris, éditions du CNRS, 1969.
  • Expansion européenne et décolonisation de 1870 à nos jours, Paris, Presses universitaires de France, 1973, nouv. éd., 1986.
  • Tanger, porte entre deux mondes, Courbevoie, ACR, 1992.
  • Tétouan : ville andalouse marocaine, Paris-Rabat, éditions du CNRS/Kalila wa dimna, 1996.

Ouvrages dirigés par Jean-Louis Miège[modifier | modifier le code]

  • L'eau et la culture populaire en Méditerranée, Aix-en-Provence, Publications de l'université de Provence, 1989.
  • Marseille colonial face à la crise de 1929, Marseille, Chambre de commerce de Marseille-Provence, 1991.
  • Les céréales en Méditerranée : histoire, anthropologie, économie, Paris, éditions du CNRS, 1994.
  • L'Europe retrouvée : les migrations de la décolonisation, Paris, L'Harmattan, 1995.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Comprendre, no  28, 1964, p. 283
  • Catherine Coquery-Vidrovitch, Enjeux politiques de l’histoire coloniale, Marseille, Agone, 2009, 190 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]