Abu Inan Faris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir al-Mutawakkil et Faris.
image illustrant le Maroc image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant le Maroc et l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Abu Inan Faris
Zaouiyat Annoussak.JPG

Zaouiya Annoussak à Salé édifiée par Abu Inan Faris en 1356

Fonction
Sultan
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Abû `Inân Fâris ben `Alî (أبو عنان فارس بن علي) est né en 1329. Il succéda à son père Abû al-Hasan ben `Utman comme sultan mérinide en 1348. Il mourut étranglé par son vizir alors qu'il était agonisant le 27 novembre 1358[1],[2]. Ibn Khaldoun indique, dans "Le voyage d'Occident et d'Orient" (p. 83, (ISBN 2-7274-0105-1) Ed. Sindbad), que Abû `Inân succomba le 24 dhûl-l-hijja 759H des suites d'une longue maladie (depuis 757 H) qui s'aggrava cinq jours après son retour de Tlemcen à Fès (il ne mentionne pas de meurtre).

Histoire[modifier | modifier le code]

Il se qualifie de « commandeur des croyants » (amir al-mûminin). Il doit éliminer un de ses neveux qui avait pris le pouvoir à Fès.

Après cela il reprend l'œuvre de son père et fait construire la médersa qui porte son nom à Fès, la médersa Bou 'Inania.

Il reprend Tlemcen, puis Bougie (1352) et Tunis, mais les révoltes continuèrent et l'état mérinide continue de s'affaiblir.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 24 dhûl-l-hijja 759
  2. Ibn Khaldûn, Le Livre des exemples, Introduction, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, (ISBN 978-2-07-011425-2) p. 92, qui ne mentionne pas de meurtre.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]