Villes du Maroc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un centre urbain de commune rurale : Aourir

Au Maroc, selon le Haut-Commissariat au plan, une « ville » est une agglomération administrativement définie comme telle (généralement une seule commune urbaine, dite aussi « municipalité ») ou correspondant à une unité statistique (centre urbain de commune rurale).

Communes urbaines et centres urbains de communes rurales[modifier | modifier le code]

Les communes urbaines, ou municipalités, sont les seules agglomérations administrativement définies comme des villes[1] (les villes de Casablanca, Fès, Marrakech, Meknès et Rabat ayant pour particularité d'être scindées en deux municipalités : celle où siège un palais royal, que l'autre entoure). Quant aux centres urbains de certaines communes rurales, ils n'ont pas le statut administratif de ville et sont fixés à des fins statistiques à chaque recensement décennal de la population et de l'habitat (en fonction de critères tels que la concentration des équipements collectifs ou la prédominance d'une population active non agricole[1]).

Ces agglomérations ainsi homologuées, qui disposent d'un code géographique officiel, servent notamment d'instruments de mesure de la population urbaine du pays. Au vu du recensement de 2004, leur population allait cette année-là de 867 habitants (centre urbain de la commune rurale de Ghmate) à 2 949 805 habitants (Casablanca intramuros), et une municipalité peut être moins peuplée qu'un centre urbain de commune rurale (comme Tafraout, 4 931 hab., municipalité ayant moins d'habitants que Taghjijt, 6 983 hab., centre urbain de la commune rurale du même nom).

Les « villes » de A à Z et leurs nombres d'habitants en 2004[modifier | modifier le code]


Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O R S T Y Z

Préambule[modifier | modifier le code]

  • Étant donné le découpage administratif du Maroc, cette liste comprend les villes situées dans le Sahara occidental[2].
  • Pour faciliter les comparaisons, les nombres d'habitants fournis sont ceux établis par le dernier recensement de 2004 ; ils sont donnés à titre indicatif, le nouveau découpage communal de 2008 ayant eu des répercussions sur la délimitation de périmètres territoriaux, et pourront être complétés par les données du recensement de 2014.
  • Les communes urbaines ou municipalités sont indiquées par [M], et les centres urbains de communes rurales par [C].
  • L'orthographe adoptée est celle des derniers décrets relatifs au découpage administratif (décret de 2008 et décrets ultérieurs le modifiant), tels que parus dans l'édition de traduction officielle du BORM ; ceux-ci étant écrits en majuscules non accentuées, les i ont été dotés de trémas pour aider à la prononciation et des é ou è ont parfois été mis, quand la forme ainsi accentuée a majoritairement été rencontrée dans des organes de presse francophones marocains[3].
  • Des informations complémentaires sont apportées en notes pour principalement préciser :
    • le nom de la commune rurale d'appartenance d'un centre urbain quand leurs noms diffèrent (ce qui n'est généralement pas le cas) ;
    • le changement de statut d'une entité urbaine depuis le dernier recensement (quand une commune rurale ou un centre urbain de commune rurale a été érigé en commune urbaine)

A[modifier | modifier le code]

Azemmour (médina)
Azrou (collège)

B[modifier | modifier le code]

Boujdour (l'entrée)
Boulemane Dadès

C[modifier | modifier le code]

Casablanca (vue satellite)

D[modifier | modifier le code]

E[modifier | modifier le code]

El Jadida (forteresse de Mazagan)
Essaouira (remparts de la médina)

F[modifier | modifier le code]

Fès (centre-ville)

G[modifier | modifier le code]

H[modifier | modifier le code]

Harhoura (une de ses plages)

I[modifier | modifier le code]

Inezgane (gare routière)

J[modifier | modifier le code]

Jebha

K[modifier | modifier le code]

L[modifier | modifier le code]

M[modifier | modifier le code]

N[modifier | modifier le code]

O[modifier | modifier le code]

Oujda (quartier moderne)

R[modifier | modifier le code]

Rabat (vue satellite ; Rabat étant à gauche de l'oued Bouregreg et Salé à droite)

S[modifier | modifier le code]

Salé (vue depuis Rabat)

T[modifier | modifier le code]

Tarfaya (vue depuis la mer)
Tétouan (palais royal)

Y[modifier | modifier le code]

Z[modifier | modifier le code]

Zagora (l'entrée)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Démographie marocaine, p. 35
  2. Le Sahara occidental est un territoire non autonome selon l'ONU, revendiqué par le Maroc et le Front Polisario, et majoritairement sous contrôle du Maroc.
  3. Via « www.maghress.com » (consulté le 19 février 2012)
  4. Aïn Attig, municipalité depuis 2008, était auparavant une commune rurale sans centre urbain (cf. le recensement de 2004 et l'article d'Aujourd'hui le Maroc).
  5. Aïn Dorij est le centre urbain de la commune rurale de Lamjaara (cf. le recensement de 2004).
  6. Ajdir, municipalité depuis 2008, était auparavant le centre urbain de la commune rurale d'Aït Youssef ou Ali, qui existe toujours (cf. le dernier recensement, l'article d'Aujourd'hui le Maroc et le décret du 28 octobre 2008, p. 1589).
  7. Amalou Ighriben est le centre urbain de la commune rurale de Moha ou Hammou Zayani (cf. le dernier recensement).
  8. Amizmiz, municipalité depuis 2008, était auparavant une commune rurale comportant un centre urbain du même nom dont la population était de 10 783 hab. en 2004 (cf. le dernier recensement et l'article d'Aujourd'hui le Maroc).
  9. Aoulouz, municipalité depuis 2008, était auparavant une commune rurale comportant un centre urbain du même nom dont la population était de 5 756 hab. en 2004 (cf. le dernier recensement et l'article d'Aujourd'hui le Maroc).
  10. Ben Taïeb, municipalité depuis 2008, était auparavant une commune rurale comportant un centre urbain du même nom dont la population était de 10 446 hab. en 2004 (cf. le recensement de 2004 et l'article d'Aujourd'hui le Maroc).
  11. Bouhdila est le centre urbain de la commune rurale de Zegzel (cf. le recensement de 2004).
  12. Bouskoura, municipalité depuis 2008, était auparavant une commune rurale comportant deux centres urbains : l'un également appelé Bouskoura et l'autre nommé Lamkanssa, dont les populations respectives étaient de 13 453 et 33 940 hab. en 2004 (cf. le recensement de 2004 et l'article d'Aujourd'hui le Maroc).
  13. La ville intramuros de Casablanca correspond à la préfecture de Casablanca, composée de la municipalité de Casablanca (divisée en arrondissements) et de la municipalité de Méchouar de Casablanca (où siège un palais royal), dont les populations respectives étaient de 2 946 440 et de 3 365 hab. en 2004.
  14. Driouch, municipalité depuis 2008, était auparavant une commune rurale comportant un centre urbain du même nom dont la population était de 10 381 hab. ; en 2009, elle a été détachée de la province de Nador, devenant le chef-lieu de la nouvelle province de Driouch (cf. le recensement de 2004, l'article d'Aujourd'hui le Maroc et le décret du 11 juin 2009, p. 1028).
  15. El Mansouria, municipalité depuis 2008, était auparavant une commune rurale sans centre urbain (cf. le recensement de 2004 et l'article d'Aujourd'hui le Maroc).
  16. La ville intramuros de Fès est composée de la municipalité de Fès (divisée en arrondissements) et de la municipalité de Méchouar Fès Jdid (où siège un palais royal), dont les populations respectives étaient de 920 737 et 26 078 hab. en 2004.
  17. Gueznaïa, municipalité depuis 2008, était auparavant le centre urbain de la commune rurale de Boukhalef, qui a été supprimée (cf. le recensement de 2004 et le décret du 28 octobre 2008, p. 1607).
  18. Had Oued Ifrane est le centre urbain de la commune rurale d'Oued Ifrane (cf. le recensement de 2004).
  19. Haj Kaddour est le centre urbain de la commune rurale de Sidi Slimane Moul Al Kifane (cf. le recensement de 2004).
  20. Ihddaden est le centre urbain de la commune rurale de Ihaddadene (voir le recensement de 2004).
  21. Jaâdar est le centre urbain de la commune rurale de Bni Bouifrour (cf. le recensement de 2004).
  22. Jebha est le centre urbain de la commune rurale de M'Tioua (cf. le recensement de 2004).
  23. Karia (province d'El Jadida) est le centre urbain de la commune rurale de Bouhmane (cf. le recensement de 2004).
  24. Karia (province de Tétouan) est le centre urbain de la commune rurale de Jbel Lahbib (cf. le recensement de 2004).
  25. Kariat Arekmane est le centre urbain de la commune rurale d'Arekmane (cf. le recensement de 2004).
  26. Kassita est le centre urbain de la commune rurale de Tsaft (cf. le recensement de 2004).
  27. Kattara est le centre urbain de la commune rurale de M'Nabha (cf. le recensement de 2004).
  28. Kehf Nsour est le centre urbainde la commune rurale de Sidi Lamine (cf. le recensement de 2004).
  29. Kerouna est le centre urbain de la commune rurale de Tensamane (cf. le recensement de 2004).
  30. Khémis Sahel est le centre urbain de la commune rurale de Sahel (cf. le recensement de 2004).
  31. Laakarta est le centre urbain de la commune rurale d'Ayir (cf. le recensement de 2004).
  32. Tel que l'État marocain conçoit son territoire et son découpage administratif, Lagouira est une municipalité du Royaume ; dans les faits, il s’agit d'un « village fantôme […] sous souveraineté mauritanienne » dont la population officiellement dénombrée vit à Dakhla, une ville située à 600 km au nord, également dans le Sahara occidental ; généralement, le recensement d'habitants s'effectue dans la commune où ils résident (cf. l'article de TelQuel).
  33. Lahraouyine, municipalité depuis 2008, était auparavant une commune rurale comportant un centre urbain du même nom dont la population était de 47 261 hab. en 2004 (cf. le recensement de 2004 et l'article d'Aujourd'hui le Maroc).
  34. Lqliaa, municipalité depuis 2008, était auparavant une commune rurale comportant un centre urbain du même nom dont la population était de 38 220 hab. en 2004 (cf. le recensement de 2004 et l'article d'Aujourd'hui le Maroc).
  35. La ville intramuros de Marrakech est composée de la municipalité de Marrakech (divisée en arrondissements) et de la municipalité de Méchouar Kasba (où siège un palais royal), dont les populations respectives étaient de 801 043 et 22 111 hab. en 2004.
  36. La ville intramuros de Meknès est composée de la municipalité de Meknès et de la municipalité d'Al Machouar Stinia (où siège un palais royal), dont les populations respectives étaient de 469 169 et 5 387 hab. en 2004.
  37. Moulay Abdallah est l'un des trois centres urbains de la commune rurale de Moulay Abdallah, les deux autres étant Oulad Ghadbane et Sidi Bouzid (cf. le recensement de 2004).
  38. Oued Heïmer est le centre urbain de la commune rurale de Tiouli. (cf. le recensement de 2004).
  39. Oulad Ghadbane est l'un des trois centres urbains de la commune rurale de Moulay Abdallah, les deux autres étant Moulay Abdallah et Sidi Bouzid (cf. le recensement de 2004).
  40. Oulad H'Riz Sahel est le centre urbain de la commune rurale de Sahel Oulad H'Riz. (cf. le recensement de 2004).
  41. La ville intramuros de Rabat correspond à la préfecture de Rabat, composée de la municipalité de Rabat (divisée en arrondissements) et de la municipalité de Touarga (où siège un palais royal), dont les populations respectives étaient de 621 480 et de 6 452 hab. en 2004.
  42. Ras El Aïn est le centre urbain de la commune rurale de Ras El Aïn Chaouïa (cf. le recensement de 2004).
  43. Sebt El Maarif est le centre urbain de la commune rurale de Kridi (cf. le recensement de 2004).
  44. Selouane, municipalité depuis 2008, était auparavant une commune rurale comportant un centre urbain du même nom dont la population était de 9 211 hab. (2004) en 2004 (cf. le recensement de 2004 et l'article d'Aujourd'hui le Maroc).
  45. Sid Zouin est le centre urbain de la commune rurale de Sid Zouine (cf. le recensement de 2004).
  46. Sidi Addi est le centre urbain de la commune rurale de Sidi El Makhfi (cf. le recensement de 2004).
  47. Sidi Ahmed est le centre urbain de la commune rurale d'El Gantour (cf. le recensement de 2004).
  48. Sidi Ali Ban Hamdouche est le centre urbain de la commune rurale de Sidi Ali Ben Hamdouche (cf. le recensement de 2004).
  49. Sidi Bou Othmane, municipalité depuis 2008, était auparavant une commune rurale comportant un centre urbain du même nom dont la population était de 9 884 hab. (2004) en 2004 (cf. le recensement de 2004 et l'article d'Aujourd'hui le Maroc).
  50. Sidi Bou Othmane, municipalité depuis 2008, était auparavant une commune rurale comportant un centre urbain du même nom dont la population était de 5 066 hab. (2004) en 2004 (cf. le recensement de 2004 et l'article d'Aujourd'hui le Maroc).
  51. Sidi Bouknadel, municipalité depuis 2008, était auparavant une commune rurale comportant un centre urbain, Bouknadel, dont la population était de 9 314 hab. (2004) en 2004 (cf. le recensement de 2004 et l'article d'Aujourd'hui le Maroc).
  52. Sidi Bouzid est l'un des trois centres urbains de la commune rurale de Moulay Abdallah, les deux autres étant Moulay Abdallah et Oulad Ghadbane (cf. le recensement de 2004).
  53. Skoura est le centre urbain de la commune rurale de Skoura Ahl El Oust (cf. le recensement de 2004).
  54. Tabounte est le centre urbain de la commune rurale de Tarmigt (cf. le recensement de 2004).
  55. Tafrisset est le centre urbain de la commune rurale de Tafersit (cf. le recensement de 2004).
  56. Tamassint est le centre urbain de la commune rurale d'Imrabten (cf. le recensement de 2004).
  57. Tameslouht est le centre urbain de la commune rurale de Tameslohte (cf. le recensement de 2004).
  58. Tidass est le centre urbain de la commune rurale de Tiddas (cf. le recensement de 2004).
  59. Tighza est le centre urbain de la commune rurale d'El Hammam (cf. le recensement de 2004).
  60. Touima est le centre urbain de la commune rurale de Bouarg (cf. le recensement de 2004).
  61. Zaouïat Bougrine est le centre urbain de la commune rurale d'Aïn Timguenaï (voir le recensement de 2004).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]