Aller au contenu

Ahmed al-Mansour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ahmed al-Mansour
Moulay ad-Dhahbî
Illustration.
« Cherif roi de Fez et de Marroc », identifié possiblement Ahmed al-Mansour, par André Thevet en 1584
Titre
Sultan du Maroc

(25 ans)
Couronnement à Fès
Prédécesseur Abu Marwan Abd al-Malik
Successeur Abou Faris
Biographie
Dynastie Saadiens
Nom de naissance Abou Abbas Ahmed el-Mansour ed-Dahbi ben Mohammed ech-Cheikh
Date de naissance
Lieu de naissance Fès
Date de décès
Lieu de décès Près de Fès
Nature du décès Mort de la peste[1]
Sépulture Tombeaux saadiens
Nationalité Marocaine
Père Mohammed ech-Cheikh
Mère Lalla Messaouda
Fratrie Banî Sa’d
Conjoint Lalla Mahalla bint Omar al-Marin[2]
Lalla Aïcha bint Abou Bakkar al-Shabani[3]
Enfants Zaidan el-Nasir
Mohammed ech-Cheikh el-Mamoun
Abdallah Abou Faris
Abdelmalik[4]
Lalla Safia[5]
Seyyidat-Elmolouk[4]
Entourage Abd el-Ouahed ben Messaoud
Profession Souverain
Religion Islam
Résidence Palais El Badi

Signature de Ahmed al-Mansour Moulay ad-Dhahbî

Ahmed al-Mansour
Monarques du Maroc

Abou Abbas Ahmed al-Mansour (أبو العباس أحمد المنصور), surnommé Moulay ad-Dhahbî (« le doré » en arabe), est le sixième sultan de la dynastie arabe saadienne, au Maroc, de 1578 à sa mort en 1603[6].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Ahmed al-Mansour est né en 1549 à Fès, au Maroc. Il est le fils de Mohammed ash-Sheikh, le sultan arabe saadien précédent. Il a reçu une éducation soignée, notamment en étudiant le Coran et les sciences islamiques et a également été formé aux arts militaires, ce qui lui a permis de développer des compétences de leadership et de stratégie militaire[7]. Il est éloigné du palais à l'âge de 8 ans à cause de la lutte de pouvoir entre son père Mohammed ech-Cheikh et son oncle Ahmed al-Araj, pour se réfugier à Sijilmassa, puis dans la régence d'Alger, jusqu'à son retour auprès de son frère Abou Marwan Abd al-Malik en 1574[7].

Accession au pouvoir[modifier | modifier le code]

En 1578, il prend le pouvoir à la suite de la mort de son frère Abou Marwan Abd al-Malik mort à la bataille de l'Oued Makhazin (dite bataille des Trois Rois) contre les Portugais et c'est après cette victoire qu'il est surnommé al-Mansour (« le Victorieux »)[8].

Sa fortune était telle qu'il fit construire le palais El Badi, dans lequel étaient utilisés les matériaux les plus précieux, venus d'Europe, d'Asie et d'Afrique. Dans ce palais des réceptions fastueuses qui reprenait le plan classique des résidences royales de l'Andalousie musulmane, le sultan recevait les ambassades venues principalement d'Espagne, d'Angleterre, de France et de l'Empire ottoman[9].

Situation du Maroc[modifier | modifier le code]

Son règne correspond à une renaissance culturelle et artistique pour le Maroc, notamment Marrakech.

Sur le plan militaire, Al-Mansour est également connu pour avoir modernisé l'armée marocaine et avoir introduit les nouveautés de l'art militaire ottoman, après son exil de jeunesse dans la régence d'Alger puis à Istanbul alors capitale de l'Empire ottoman.

Sur le plan économique, de grandes plantations de canne à sucre sont mises en valeur dans la plaine du Haouz. Le sucre marocain est exporté principalement vers l'Angleterre des derniers Tudors qui établissent une société commerciale pour commercer avec le Maroc, la Barbary Company[10]. Cette dernière disparaîtra très vite du fait de la concurrence des plantations coloniales du Brésil portugais et des Caraïbes[11].

Sur le plan de l'organisation politique, le sultanat saadien n'institue pas de grand-vizir comme la Sublime Porte ottomane, mais le « Wazir al Qalam » (ministre de la Plume), chargé de gérer la correspondance de l'État, possède cependant une fonction équivalente. Quant au hajib, le chambellan, son rôle s'accroît au sein du palais avec l'introduction d'un protocole sophistiqué d'origine turque inspiré par Topkapi[12].

Sur le plan administratif, le makhzen saadien nomme des pachas et des beys à la tête des provinces[13]. À Fès, deuxième ville du pays, le sultan est représenté par un vice-roi auquel il délègue d'importants pouvoirs, le khalifa. Les garnisons, composées d'éléments étrangers (surtout renégats et andalous) et marocains ont la double mission de faire régner l'ordre et d'aider les gouverneurs à percevoir l'impôt.

Conquête militaire en Afrique[modifier | modifier le code]

Face à l'extension de l'Espagne et sa nouvelle richesse (l'or et l'argent d'Amérique affluent en Espagne), le sultan cherche une autre source d'or et se tourne vers le Soudan occidental nigérien, fameux pour ses richesses connues grâce au pèlerinage à La Mecque de l'empereur du Mali Mansa Kanga Moussa au XIIIe siècle et celui de l'empereur de Gao au début de ce XVIe siècle. Al-Mansour prépare soigneusement la conquête et en octobre 1590, sous le commandement de Djouder, un eunuque espagnol converti, il lance 10 000 hommes, accompagnés de chevaux, de chameaux et surtout de canons à l'assaut de l'empire de Gao[14].

En organisant cette expédition contre le Songhaï, le sultan de Marrakech compte contrôler les salines de Teghazza, prendre possession des réserves d’or du Soudan, et peut-être éloigner de sa capitale les chefs trop influents de son armée de mercenaires, composée d’Andalous et de renégats européens. Les Andalous ou Morisques sont les descendants des Arabes et des Berbères qui ont participé à la conquête de l’Espagne au VIIIe siècle, ou des Hispaniques islamisés à cette époque-là, et qui ont quitté la péninsule Ibérique après la chute du sultanat nasride grenadin en 1492. Les renégats, de diverses origines (Italiens, Grecs, Arméniens, Français, Anglais, Espagnols), sont des captifs vendus au sultan par les pirates barbaresques ou encore des aventuriers attirés par la perspective de faire fortune; tous sont convertis à l’islam.

L'Empire songhaï est alors à son apogée et s'étend du Sénégal jusqu'à l'Aïr (les Touaregs paient alors tribut) sous la dynastie des Askias (du songhaï « A si ki ya » : littéralement « Il ne sera pas celui-là »).

Ahmed al-Mansour ad-Dhahbî dans les jardins du Palais El Badi à Marrakech. Miniature ottomane, XVIIe siècle[source insuffisante]

Après deux mois de traversée du Sahara, l'armée marocaine atteint près de Tombouctou le fleuve Niger en avril 1591. Les Marocains et les Songhaï se rencontrent donc en bord du fleuve entre Tombouctou et Gao dans la bataille de Tondibi. Le vainqueur Djouder reçoit une proposition de paix refusée immédiatement par le sultan qui exige directement de l'or. L'armée marocaine pille tout ce qu'elle trouve et l'envoie au Maroc (on parle d'une à une tonne et demie d'or). D'innombrables gouverneurs règnent sur ce qui est devenu le pachalik du Soudan marocain et occupent toute la moyenne vallée du Niger (avec plusieurs assassinats) au nom de Marrakech pendant 80 ans. L'autorité religieuse du califat saadien est reconnue alors jusqu'au Tchad par le royaume du Kanem-Bornou par son souverain le Mai Idrīs Alaoma[15]. La civilisation songhaï décline peu à peu et l'Afrique de l'Ouest en sera durement pénalisée. Au Maroc, certains oulémas s’insurgent de voir Al-Mansour organiser une expédition contre une région déjà islamisée quand d'autres y voient la renaissance du califat universel.

Plusieurs fils de l'Askia reprennent le flambeau, mais un seul, l'Askia Nouhou résiste en choisissant de s'exiler dans le Dendi plus au sud. Sa descendance maintiendra la résistance et un semblant d'État pendant un demi-siècle.

Le contrôle du Maroc sur la boucle du Niger se fera de plus en plus lâche voire inexistant jusqu'à la chute de la dynastie saadienne et son remplacement par la dynastie alaouite (voir le livre de Nabil Mouline sur le « califat imaginaire » du sultan Ahmed « le Victorieux » (« El-Mansour ») et « le Doré» (« Ed-Dahabi ») : contrairement à ce que l'on croit, Al-Mansour avait déjà le surnom de Ad-Dahabi (le Doré) en raison des rançons reçues pour la libération des nobles portugais capturés pendant la bataille des Trois Rois et non de l’or qu’il reçoit de cette expédition.

Il a donné son nom au lac du barrage El Mansour Eddahbi construit en 1960 près de Ouarzazate.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans les jeux vidéos, le sultan Ahmed al-Mansour est un des dirigeants jouables dans le jeu de stratégie Civilisation V : Brave New World[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Léonce Levesque et Charles Penz, Histoire du Maroc : Cours moyen et certificat d'études primaires, , 102 p. (ISBN 978-2-402-21469-8, lire en ligne), p. 83.
  2. Gaston Deverdun, Inscriptions arabes de Marrakech, Éditions techniques nord-africaines, (lire en ligne), p. 88
  3. Les sources inédites de l'histoire du Maroc: Dynastie saadienne, 1530-1660. 1e série, E. Leroux, (lire en ligne), p. 579
  4. a et b Muḥammad al-Ṣaghīr ibn Muḥammad Ifrānī, Nozhet-Elhâdi: Histoire de la dynastie saadienne au Maroc (1511-1670), E. Leroux, (lire en ligne), p. 305
  5. Henry de La Croix (1850-1927 ; comte de) Auteur du texte Castries, Agents et voyageurs français au Maroc, 1530-1660 / Cte Henry de Castries, (lire en ligne), p. XVIII
  6. Zineb SKARABI, « Ahmad Al Mansour: Le Début du Maroc Moderne », sur Discovery Morocco, (consulté le )
  7. a et b « Ahmed El Mansour : Le père du makhzen marocain », sur Zamane, (consulté le )
  8. « Les Saadiens (1511-1659) », sur www.memoarts.ma (consulté le )
  9. Site internet Palais el Badi : [1].
  10. Article : L'alliance Anglo-Marocaine [2].
  11. Berthier 1964, p. 384.
  12. Harakat 1973, p. 50.
  13. « Les Ottomans et nous », sur Zamane, (consulté le )
  14. « L’homme qui a conquis Tombouctou », sur Zamane, (consulté le )
  15. [3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Un grand monarque marocain : Ahmed al-Mansur », dans Michel Abitbol, Histoire du Maroc, Paris, Perrin, [détail de l’édition], p. 188-216
  • Paul Berthier, « La canne à sucre, richesse de l'ancien Maroc », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, nos 108-2,‎ , p. 376-386 (lire en ligne)
  • Brahim Harakat, « Le makhzen sa'adien », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, nos 15-16,‎ , p. 43-60 (lire en ligne)
  • Léonce Levesque et Charles Penz, Histoire du Maroc : Cours moyen et certificat d'études primaires, FeniXX (ISBN 978-2-402-21469-8, lire en ligne)
  • Nabil Mouline, Le Califat imaginaire d'Ahmad al-Mansûr. Pouvoir et diplomatie au Maroc au XVIe siècle, Paris, PUF, coll. « Proche-Orient », , 1re éd., 416 p. (ISBN 978-2-13-057240-4) [présentation en ligne de l'éditeur] [présentation en ligne plus détaillée de l'auteur].
  • « Muley-Ahmed Labass Al-Mansour », dans Une société de gens de lettres, de professeurs et de bibliographes, Biographie universelle ou Dictionnaire historique en six volumes : Contenant la nécrologie des hommes célèbres de tous les pays, t. IV, Paris, Furne, , p. 2010 [lire en ligne].
  • (en) Mercedes Garcia-Arenal, Ahmad Al-Mansur : The Beginnings of Modern Morocco, Oneworld Publications, (1re éd. 2009), 168 p. (ISBN 978-1-780-74208-3, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]