Tramway de Rabat-Salé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tramway Rabat-Salé
(ar) طراموي الرباط - سلا
Image illustrative de l'article Tramway de Rabat-Salé

Situation Rabat-Salé
Drapeau du Maroc Maroc
Type Tramway
Entrée en service 23 mai 2011[1]
Longueur additionnée des lignes 19 km
Lignes 2
Stations 30
Rames 22
Fréquentation 51 millions/an[2]
Écartement des rails 1,435 m
Propriétaire Société du Tramway de Rabat-Salé
Exploitant Veolia Transdev
Vitesse moyenne 20 km/h
Vitesse maximale 70 km/h
Lignes du réseau T 1 T 2
Réseaux connexes Le Bouregreg
TNR

Image illustrative de l'article Tramway de Rabat-Salé

Le tramway de Rabat-Salé est un système de transport en commun en site propre qui dessert les villes de Salé et Rabat au Maroc. L'ouverture au public des deux premières lignes du réseau s'est faite le 23 mai 2011[1]. La gestion a été confiée à la société Veolia Transdev qui gère aussi le réseau de bus de l'agglomération de Rabat-Salé-Témara.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancien tramway[modifier | modifier le code]

Dans la première partie du XXe siècle, au temps du protectorat français au Maroc, il existait déjà un « tramway » inter-urbain[3], à traction vapeur et essence. Il fut mis en service par la Compagnie des Transports en 1921, avec deux lignes reliant le centre-ville de Rabat aux quartiers rbatis de l'Agdal et de l'Aviation[4], et cessa complètement au début des années 1930[3].

Le nouveau tramway[modifier | modifier le code]

Le nouveau tramway a permis la concrétisation d'études menées notamment par Transroute (plan de transport de 1976, puis études de 1982 et 2003) sur la faisabilité de lignes de transport en commun en site propre – TCSP – dans l’agglomération de Rabat-Salé, de manière à permettre d'accompagner la croissance démographique de cette agglomération qui est passée, du recensement de 2004 à 2010, de 1,318  million d’habitants à plus de deux millions[5].

Chantier du tramway sur le Bouregreg (novembre 2009)

Dans ce cadre, et sur la base des études de conception menées entre 2005 et 2006, un organisme public, l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bouregreg, a été désigné maître d'ouvrage du projet en partenariat avec les communes urbaines de Rabat et de Salé[6].

Le réseau comprendra à terme quatre lignes nécessitant deux franchissements du Bouregreg.

La première phase comprend deux lignes :

  • La ligne 1, dite « ligne structurante de l’agglomération », s’étend de Hay Karima (Salé) au quartier de l’Agdal (Rabat), avec un tracé au centre-ville par l’avenue Al Alaouiyine. Elle relie ainsi les pôles majeurs de l’agglomération : l'avenue Mohammed V à Salé, le quartier des Ministères, les gares ONCF (gare de Rabat-Ville et de Salé), les facultés et bibliothèques entre Bab Rouah et Ibn Zohr, le quartier de l'Agdal et enfin les domaines universitaire de Bab Al Irfane et hospitalier de Souissi.
  • La ligne 2 dessert les quartiers denses de l’Océan, de Yacoub Al Mansour et, à Salé, de Bettana.

Un tronc commun de 3 km comprenant cinq stations, entre les stations Bab Mrissa et place Joulane, permet notamment le franchissement du Bouregreg sur le nouveau pont Hassan II[7].

La mise en service des deux premières lignes a entraîné un important transfert modal. À terme, 80 % des voyageurs devraient être d'anciens usagers des bus, de taxis ou des piétons, avec une part significative d'automobilistes ; à ce titre, trois parkings ont été construits près des terminus[5].

Les travaux du nouveau tramway ont commencé au milieu de l'année 2006 dans le cadre de l'aménagement global de la vallée du Bouregreg et ont été exécutés par GTR[8] et Colas[9].

Les rames ont une vitesse commerciale de 20 km/h et transportent 172 000 voyageurs/jour[10].

L'inauguration officielle par le roi Mohammed VI a été faite le 18 mai 2011, et la mise en service commerciale le 23 mai 2011[1].

Coût et financements[modifier | modifier le code]

Le tramway appartient à la Société du Tramway de Rabat - Salé (STRS), filiale de l’Agence pour l’Aménagement de la Vallée du Bouregreg, et dont l'actionnariat comprend également l’État ainsi que les communes urbaines de Rabat et de Salé[5].

Le coût du projet est estimé à 3,8 milliards de Dirhams, répartis entre la STRS pour 690 millions, l'agence pour l'aménagement de la vallée du Bouregreg (AAVB) pour 1250 millions, 1880 millions au titre de la Réserve Pays Émergents (RPE) provenant de la BEI et de l'AFD[11], ainsi que 90 millions du FIV (Union européenne)[5].

L'exploitation du tramway est déléguée à un opérateur privé, Veolia Transdev, pour environ six ans[5]. Un contrat d’assistance technique de 3 ans a été signé en juillet 2010 avec le Grand Lyon afin d’accompagner la modernisation du secteur des transports au Maroc[12].

Extensions en projet[modifier | modifier le code]

En Juillet 2012, la Société du Tramway de Rabat-Salé envisage l’extension du réseau vers le quartier de Hay Fath (Rabat), Temara voire Sala Al Jadida (Salé), mais aussi la création de nouvelles lignes desservant Hay Ennahda (Rabat) et Takaddoum (Rabat)[13].

En Janvier 2014, le Conseil d’administration de l'Agence pour l'Aménagement de la Vallée du Bouregreg évoque le projet d’extension du réseau du Tramway Rabat-Salé dans les deux années à venir, pour atteindre des quartiers comme Karia et Hay Moulay Ismaïl (Salé), ainsi les quartiers de Yaacoub El Mansour (Rabat)[14].

En Octobre 2014, le directeur de la Société du Tramway de Rabat-Salé affirme «Nous prévoyons de lancer un programme d’extension du réseau actuel sur une longueur de 20 km durant la période 2015-2018». Il indique que le programme d'extension sera réalisé en deux tranches et devra nécessiter un investissement de près de 3,5 milliards de DH. La première tranche d'extension aura lieu à partir des deux extrémités de ligne numéro 2 du tramway à partir de 2015. Elle permettrait de desservir les quartiers de Yakoub Al Mansour à Rabat et ceux d’Al Karya situés près de la faculté du droit de Salé [15].

En Janvier 2015, le directeur de la Société du Tramway de Rabat-Salé annonce une extension portant sur 20 km, pour un budget compris entre 170 et 210 millions de dirhams [16]. Elle concerna à Rabat les quartiers Hay Riad (1ère ligne) et Hay Fath (2ème ligne) alors que à Salé, elle touchera le quartier Sala al Jadida en passant par Moulay Ismail et Ouled Moussa. L’entrée en service des nouvelles lignes est prévue en 2018 [16].

En février 2015, le conseil de la ville de Rabat vote à l’unanimité lors de sa session ordinaire mensuelle l’extension de la ligne 2 qui fait la liaison entre Akkari (Rabat) et Bettana (Salé). Cette nouvelle ligne sera ainsi prolongée de 2,3 kilomètres, avec la construction de quatre nouvelles stations. Le terminus qui se situe actuellement au niveau de l’hôpital Moulay Youssef, dans le quartier Akkari, sera prolongé jusqu’à l’intersection des Boulevards Al Kifah et Assalam. Cette extension devrait amener 10 000 passagers de plus par jour.

Lignes et stations[modifier | modifier le code]

Les stations, longues de 60 m, sont espacées en moyenne d'environ 500 m et sont accessibles aux personnes handicapées et aux poussettes d'enfants.

Leur aménagement comprend un abri métallique sur chaque quai, inspiré de la forme qu'ont les branches d'un arbre, et comprenant une séparation du trafic de la rue inspirée des moucharabieh traditionnels de l'artisanat marocain[5].

Les deux lignes permettent de desservir, dans un rayon de 500 m :

  • 420 000 emplois
  • 54 écoles, 37 collèges et lycées
  • 11 établissements d’enseignement supérieur
  • Le parlement et plusieurs ministères
    Schéma des lignes du tramway et de l'ONCF à Rabat-Salé

Fréquentation et statistiques[modifier | modifier le code]

Au lancement du tramway, les objectifs de fréquentation sont officiellement de 180 000 voyageurs par jour [17].

En juillet 2012, le tram atteint 80 000 passagers par jour [13].

En janvier 2015 le tram atteint 120 000 passagers par jour [18] .

Plus de 28 millions de voyageurs sont transportés par le tramway en 2012 [19] .

Plus de 50 millions de passagers sont transportés par le tramway en 2015 [20].

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Principaux ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

Les travaux du tramway ont nécessité la construction d'un important viaduc, le pont Hassan II, dont les trois tabliers sont situés à 14 m au-dessus du niveau de l’eau. L'un d'eux est dédié au tramway, piétons et cyclistes et les deux autres pour les voitures[21], [5].

La voie[modifier | modifier le code]

Les deux lignes sont à double voie, à écartement normal.

Elles sont implantées en général dans l'axe des voies, qui sont restructurées à cette occasion, et l'emprise est généralement réalisé en enrobé noir ou rouge.

Équipement électrique[modifier | modifier le code]

Les 22 rames sont alimentées par une ligne aérienne de contact sous 750 volts continu.

L'énergie provient du réseau haute tension 20kV de Redal, et est répartie par 17 sous-stations[5].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Le marché des matériels roulants a été remporté par le groupe industriel français Alstom.

Les deux lignes du tramway sont exploitées au moyen de 22 rames doubles Alstom Citadis, de 65 m. de longueur en plus de 6 rames simples (de 32m) soit 50 rames type 302, conçues et fabriquées dans les usines et centres de recherche de La Rochelle (France) et de Barcelone (Espagne)[21], [5]. Les deux premières rames du tramway sont arrivées courant mi-mars 2010. Les tests s'effectuent à partir de janvier 2011 sur presque toute la ligne 1 à Rabat et à Salé.

Chaque rame double compte 118 places assises pour une capacité globale d'environ 580 passagers[22].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) « Inauguration du tramway de Rabat », sur Site officiel,‎ 19 mai 2011 (consulté le 19 mai 2011)
  2. 90 millions d'euros pour le tramway de Rabat
  3. a et b « Rabat - Les lignes de « tramway » en ville », Les chemins de fer du Maroc au temps du Protectorat (consulté le 21 mai 2012)
  4. Jean-Pierre Malka, Rabat : Hier et aujourd'hui, Rabat, Marsam,‎ 2002, 173 p. (ISBN 9981-149-57-8), p. 157
  5. a, b, c, d, e, f, g, h et i [PDF] « Dossier de presse », sur www.tramwayrabatsale.com,‎ mars 2010 (consulté le 30 janvier 2011)
  6. « Historique du projet », sur www.tramway-maroc.com (consulté le 30 janvier 2011)
  7. « Description du projet », sur www.tramway-maroc.com (consulté le 30 janvier 2011)
  8. GTR = Les Grands Travaux Routiers
  9. « Colas remporte la construction du tramway de Rabat », sur www.batiactu.com
  10. Meriem Rkiouak, « Tramway Rabat-Salé : Euphorie sur fond d'angoisse », Le Matin,‎ 5 janvier 2011 (lire en ligne)
  11. « Marokko: Maroc : tramway de Rabat-Salé », sur url=http://www.evd.nl,‎ 30 mai 2008
  12. R. Maghari, « Signature du contrat d’assistance technique du tramway de Rabat-Salé », sur http://maghrebinfo.actu-monde.com,‎ 28 juillet 2010 (consulté le 30 janvier 2011)
  13. a et b http://www.telquel-online.com/Actualites/Economie/Tramway-Ca-roule-pour-Rabat/532
  14. http://www.lematin.ma/supplement/economie/2014/actionnariat-salarie_pourquoi-les-grands-groupes-s-y-mettent/foncier_un-contrat-programme-2013-2017-pour-l-agence-pour-l-amenagement-de-la-vallee-du-bouregreg/194595.html
  15. « http://www.leconomiste.com/article/960089-l-agence-du-bouregreg-poursuit-ses-projets-structurants », sur l’Économiste,‎ 2014/10/07
  16. a et b « Rabat : L’extension du réseau de tramway débutera fin 2015 », sur Yabiladi,‎ 23.01.2015
  17. « Maroc : inauguration et mise en service du tramway de Rabat-Salé », sur Caisse des Dépôts,‎ 2011
  18. « Les travaux d’extension du réseau de tramway de Rabat démarreront avant fin 2015 », sur La vie éco,‎ 2015-01-27
  19. « Transport urbain : Nouveau pari pour l’Agence du Bouregreg », sur l’Économiste,‎ 2013/06/13
  20. « http://www.usinenouvelle.com/article/la-ville-de-rabat-vote-une-premiere-extension-du-tramway-lance-en-2011.N316457 », sur Usine Nouvelle
  21. a et b « TRANSPORTS Le tramway de Rabat-Salé sur les rails », sur http://www.larevue.info/ (consulté en 30 janvier)
  22. MAP, « Démarrage des essais techniques du tramway Rabat Salé », MaghPress,‎ 30 mars 2010 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]