Peintre officiel de la Marine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Peintre de la Marine)
Aller à : navigation, rechercher
Épaulettes de peintre officiel de la Marine.

Le titre de peintre officiel de la Marine (POM) est accordé par le ministre français de la Défense, à des artistes ayant consacré leur talent à la mer, à la Marine nationale et aux gens de mer. Il peut être attribué non seulement à des peintres mais également à des photographes, des cinéastes, des illustrateurs, des graveurs et des sculpteurs.

Droits et privilèges[modifier | modifier le code]

La signature de Jean Rigaud, en tant que peintre de la Marine.

Le titre ne donne droit à aucune rétribution mais accorde certaines facilités et privilèges :

  • le titulaire a la possibilité d'embarquer sur des bâtiments de la Marine nationale ;
  • le port d'un uniforme ;
  • la signature de l'artiste sur ses œuvres est suivie d'une ancre de marine ;
  • l'appartenance au Service historique de la défense.

Les peintres agréés sont nommés pour trois ans par un jury présidé par un officier général de Marine et constitué d'officiers de marine et des peintres titulaires. Pour devenir peintre titulaire, il faut avoir été peintre agréé plus de quatre fois consécutives.

Historique[modifier | modifier le code]

La Monarchie de Juillet inaugure l'inscription des peintres de la Marine à l'Annuaire en 1830 avec Louis-Philippe Crépin (1772-1851) et Théodore Gudin (1802-1880), les autorisant à porter un titre officiel permanent. Cette tradition se maintiendra jusqu'en 1962. Le corps s'enrichit en 1849 d'Eugène Le Poittevin, en 1854 de Léon Morel-Fatio. Si beaucoup d'artistes familiers des Salons restèrent en dehors de la liste officielle comme Eugène Isabey, Charles Mozin, Gilbert[Lequel ?] ou Courdouan, et après presque un demi siècle pendant lequel trois peintres seulement furent nommés, le corps des peintres de la Marine augmenta de onze noms dans la décennie 1880, puis de cinq en 1890, et de cinq autres l'année suivante. Dans les années 1930, Lucien-Victor Delpy, Marin-Marie, Roger Chapelet et Albert Brenet animèrent des promotions brillantes qui firent le renom de la nouvelle école française de peinture maritime.

Le corps des peintres de la Marine perdure depuis près de deux siècles.

Souvent en marge des mouvements avant-gardistes de l'art contemporain, ils ont aussi le sentiment de prolonger aujourd'hui la grande école de peinture des bords de mer et des ciels marins que fut l'impressionnisme, et ils s’honorent d'avoir compté dans leurs rangs Albert Marquet, Félix Ziem, Paul Signac, Eugène-Louis Gillot et André Hambourg. En 1860, il existe quatre peintres au Département de la Marine dont Léon Morel-Fatio ; en 1900, ils sont trente-deux. En 1914, ils sont cinquante-et-un.

Il faudra attendre 1920 pour qu'un décret donne statut aux peintres de la Marine : le titre de « peintre du Département de la Marine » est accordé par le ministre de la Défense pour une période de cinq ans renouvelable à des artistes ayant consacré leur talent à l'étude de la mer, de la marine et de gens de mer. Ce titre ne donne droit à aucune rétribution mais seulement des facilités pour accomplir des missions dans les ports et sur les navires ainsi que la faculté d'ajouter une ancre à leur signature. En 1924, un nouveau décret vient modifier ce statut : le nombre des peintres de la Marine est limité à vingt et le titre est conféré pour une période de trois ans. Un Salon biannuel est institué. Enfin, le décret de mars 1953 remanie le statut des peintres de la Marine.

C'est un décret du 2 avril 1981, qui règle aujourd'hui la définition et l'attribution du titre de peintre officiel de la Marine. On compte un nombre insignifiant de femmes artistes avant le XXIe siècle, période à partir de laquelle ce titre admet un peu de mixité parmi ses rangs.

Les peintres officiels de la Marine nommés depuis 1830[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Première moitié du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Seconde moitié du XXe siècle[modifier | modifier le code]

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Dugast, « Jean-Marie Chourgnoz : Symptômes révélateurs », Cols bleus no 2948, Embarquements; [1] sur le blog Embarquements.
  2. Stéphane Dugast, « Anne Smith : Au revoir la Jeanne », Cols bleus no 2948, Embarquements; [2] sur le blog Embarquements.
  3. Stéphane Dugast, « Jean Gaumy : Carte grand voyageur », Cols bleus no 2899, Marine nationale ; [3] sur le site de la Marine nationale.
  4. Julien Cabon, « Nicolas Vial : la mer au cœur », Cols bleus, Marine nationale, 27 septembre 2008 ; sommaire sur le site de la Marine nationale.
  5. « Deux nouveaux POM », Cols bleus, 13 mars 2015.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]